Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Saint Adolf Hitler ?
Saint Adolf Hitler ? Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 07-08-2022 03:38

Pages vues : 318    

Favoris : 26

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Echo, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Yi King, Yokai

 
hitler_saintadolf.jpg
 
 
Saint Adolf Hitler ?
Il a essayé, alors que les circonstances
du capital ne s’y prêtaient pas malgré
l’infamie du Traité de Versailles des winners,
il a essayé d’éjecter très maladroitement le
”peuple élu” de l’Europe, ces constructeurs
du matérialisme issu de la voie de
l’Agriculture dans le courant du Néolithique ;
ces constructeurs du BESOIN : LA VALEUR
REPOSANT SUR L’ÉCHANGE, COMME LE COURANT
ÉLECTRIQUE REPOSANT SUR LE MAGNÉTISME
AUTRE FORME DE L’ATTRACTION ”UNIVERSELLE”,
AUTREMENT DIT : LA LOI DE SUCCION,
après ça on s’étonne que nombre d’humains
s’envoient en l’air par des drogues faisant
le bénéfice de ces mêmes capitalistes, aussi
fabricants et vendeurs d’armes en tous genres
constituant l’économie actuelle mortifère.
 
Les constructeurs du besoin ou du pantalon à
une jambe et de la mise en valeur de leur temps :
En 1840 les frères Abraham et Simon Oppenheim
déclaraient ceci : « Vendre une perle que vous
avez à quelqu’un qui en a envie, ce n’est pas
faire des affaires ; mais vendre une perle que
vous n’avez pas à quelqu’un qui n’en veut pas,
voilà ce qui s’appelle faire des affaires ».
(Réf. page 451 du livre de Jacques Attali,
Les Juifs, le monde et l’argent).
C’est la même chose que de vendre des
« pantalons à une jambe », le faire/fer ou
faire des affaires ce n’est pas l’utilisation
mais un autre genre d’utilisation : le virtuel,
échanger, socialiser, républicaniser en
« vivre ensemble ».
TOUT CE MONDE DEPUIS DES MILLÉNAIRES
FONCTIONNE SUR LE PRINCIPE DES FRÈRES
OPPENHEIM OU SUR LE VIRTUEL, SUR L’ILLUSION
DE L’ÉCHANGE COMMERCIAL FORMANT COMME UNE
MESSE (une messe noire).


À quand la ”canonisation” d’Adolf Hitler,
lui qui, malgré son détachement de la
catholicité chrétienne défendait les Chrétiens
(dont les Talmudistes traitaient le Christ
d’excrément) ?
Adolf Hitler se voyait comme
la « Providence » (1).
RAPPEL : le Diable ou Dieu ont la même
propension de la mort qui est d’annuler ce
qui a existé, de faire que ce qui existe
n’a pas d’existence.
De même tout ce qui touche la VALEUR ou
le SACRÉ est par essence DOUBLE, AMBIGUÏTÉ :
le saint est l’ombre du sorcier et le sorcier
est l’ombre du saint.
Devant un saint chercher le diable, ce Grand
Architecte de l’Univers ou Grand Administrateur.
Saint, Diable ou Dieu sont les deux pôles du
même concept : le SACRÉ (la valeur,
l’inviolable, le maudit, le dévergondé).

DEUX SAINTS SÉPULCRES :

LE TOMBEAU DU CHRIST ÉTAIT VIDE.
LE FÜHRERBUNKER D’ADOLF HITLER ÉTAIT VIDE.

Le Sacré étant double, comme tout symbole,
l’aspect Providence christique d’Hitler
était évidemment double : « Je ressemble au
Christ, et voilà pourquoi il faut me suivre »
,
et dans le sens inverse ou envers ses initiés
il fallait décoder : « Je suis le sorcier, et
vous m’avez compris »
, de là pouvait émerger
des actes calculés, cyniques, et une propagande
étatique anti-christique (que ne représente
nullement la Svastica, laquelle peut tourner
dans les deux sens selon l’orientation des
lignes de leur croix).

Le prénom Adolf renvoie évidemment à Adam,
A-di (non division), LE RETOUR À L’ORIGINE,
SOIT LE RETOUR AU CHRIST GÉNÉRIQUE.
Le testament politique d’Adolf est christique
en forme de Nouveau Testament : Celui du
Christ-Jésus avait eu quatre évangélistes,
celui d’Hitler aura quatre témoins : Goebbels,
Bormann, Burgdorf et Krebs ; le vocabulaire
lui-même est chrétien, par l’allusion aux
semences dans le futur, ou de l’amour d’Hitler
pour son peuple, ou même à son coeur, du plus
profond duquel il remercie les combattants.
Par ses condamnations comme par exemple celle
d’Heinrich Himmler, le rythme anaphorique
extrêmement solennel, confère à cette
condamnation une ampleur quasi liturgique.


- Question : Dieu étant immanent en tout, on ne doit pas ôter la vie à qui que ce soit. La société a-t-elle raison lorsqu’elle punit de mort un assassin ? L’État en a-t-il le droit ? Les pays chrétiens commencent à croire que c’est une erreur.
- Maharshi : Qu’est-ce qui a poussé l’assassin à commettre le crime ? Le même pouvoir lui infligera également la punition. Que ce soit la société ou l’État, tous deux ne sont que des instruments entre les mains de ce pouvoir [surtout de l’argent]. Encore ne parlez-vous que de la suppression d’une seule vie. Que dire alors des millions de vies qui disparaissent durant les guerres ?
- Question : C’est exact. La perte de toute vie est un mal. Mais alors, la guerre est-elle justifiable ?
- Maharshi : Pour un homme réalisé, celui qui demeure toujours dans le Soi, la perte d’une seule vie, de plusieurs vies ou de toutes les vies dans ce monde ou dans les trois mondes ne présente aucune différence. Même s’il est amené à les détruire toutes, aucun péché ne pourra atteindre cette âme pure.
Le Maharshi cita alors la Bhagavad-gītā, chapitre 18, vers 17 : « Celui qui est délivré de la notion de l’ego, dont l’intellect n’est pas conditionné, celui-là, même s’il détruit tous les mondes, ne tue pas, pas plus qu’il n’est enchaîné par les conséquences de ses actions ». (Entretien 17 du 24-1-1935).
Ainsi, on peut s’interroger sur le degré de Réalisation du Soi d’Adolf Hitler, et nul n’a le droit de s’en saisir pour opinioner et affirmer le pour et le contre et ce qu’il y aurait entre les deux, ni sur les ravages politico-étatiques qu’il aurait produit… Il fallait un mental possédé par la RACINE DU MAL (2) pour en faire un saint à l’envers, ou UN VRAI SAINT déguisé en « anté-christ » (concept juif) pour faire peur aux petits enfants et ainsi les éduquer dans la tradition capitaliste des « Plus ça change et plus c’est la même chose » équivalent des « PLUS JAMAIS ÇA » (et que ça recommence par le fait même de l’émettre comme le Vrai cesse d’être vrai dès qu’il est vu ou saisi).


RETOUR SUR LES HÉBREUX-JUIFS ET LEURS GUERRES CONTRE LES PAÏENS (ceux qui ne sont pas du « peuple élu », les maîtres de la « mise en valeur du temps »).

Retour sur la RACINE DU MAL (2) :
- LE DEDANS : les « faits » ou phénomènes naturels.
- LE DEHORS : les opinions ou « faits » économiques dépendant du monde des accident ou spatio-temporel, et donc subissants des changements permanents. Le capitalisme juif et protestant est évidemment de la dimension du DEHORS, DE LA SAISIE DE LA RACINE DU MAL (2).

Les prophètes des Hébreux-Juifs sont la naissance de la racine du mal : dans le DEHORS ils commencent par envahir le pays de Canaan (concept de la « Terre promise »), en attaquant avec une rare violence ce qu’ils opinionnent comme « prostitution ». Cette « prostitution » contre laquelle ils n’arrêtent pas de s’attaquer, représente une des formes les plus répandues de la spiritualité originelle, la croyance que le Divin s’incarne dans le plus petit grain de poussière jusqu’à une montagne en passant par la pluie, le bétail et l’humain, tout ce qui s’incarne dans le RYTHME. Et c’est cette croyance que les prophètes des Hébreux-Juifs dénoncent comme idolâtrie par essence, et ceci depuis leur pénétration en Palestine (comme à ce hui…).
Jamais la spiritualité du Retournement de la Lumière n’a été aussi attaquée sauvagement. Les prophètes ont réussit a supprimer la Nature de toute présence divine, d’où d’ailleurs la folie actuelle autour de l’écologie puisque le capitalisme est un concept juif. Si bien que des secteurs naturels furent supprimés : des ”hauts lieux”, des Pierres, des sources et fontaines, des arbres, certaines récoltes et fleurs, tous dénoncés comme « impurs » puisque souillés par le culte des divinités cananéennes de la fertilité (ÉNERGIE) ; les régions « pures » du peuple élu ne pouvaient être autre que LE DÉSERT, SYNONYME DE PEUPLE ÉLU PAR SON DIEU, et système de SAISIE de l’éternalisme. DONC UN PEUPLE AU « SANG CHAUD » (CIRCONCISION AU HUITIÈME JOUR DE NAISSANCE ET UN PEUPLE À LA NUQUE RAIDE ou « NUQUE IMMUABLE » : LA LOI, LE COMMANDEMENT).
ET QU’ONT-ILS ONT FAIT DE CE MONDE ?


buildingcapitaltokyo.jpg


Et « mise en valeur du temps » jusqu’à Tokyo !
Ce qui sera tout bénéfice pour inventer l’actuelle écologie ou ARTIFICIALISER LA NATURE…
Seuls les peuples élus ou les 12 tribus du désert pouvaient réinventer, transhumanister la Nature…
Grâce au peuple élu et à sa mise en valeur du temps, on peut être milliardaire, dans la maffia, ingénieur dans le complexe militaro-industriel, ou devenir un YAKUZA et leur « mikajimeryo » (« l'argent de la protection » : ”Je te casse ta baraque, et si tu ne veux pas que je recommence, tu me paye tous les mois et ainsi je te protège”).

Les prophètes et leurs Hébreux-Juifs entrèrent en contact avec des peuples d’une constitution complètement différente : tempérament calme, voire froid, sédentaire, attachés au sol, et se retrouvèrent condamnés à vivre et travailler dans des conditions DU DEHORS qui ne ressemblaient en rien à celles de leur patrie première.
En somme, le capitalisme, comme l’opinion ou comme le jugement de valeur, est un accident, UNE NAISSANCE PAR ACCIDENT du spatio-temporel : PAS DE CAPITALISME ACTUEL SANS LES HÉBREUX-JUIFS AUTREFOIS ENVAHISSANT LA PALESTINE.
De même, sans l’argent des Juifs, pas de « CONQUÊTE DU NOUVEAU MONDE » ET ARRÊT TOTAL DU CAPITALISME EN CROISIÈRE, et non destructions des Peuples du Soleil (Aztèques, Incas, Mayas, etc.). La « Terre promise », ce n’est pas la Palestine, c’est l’Amérique du Nord : l’empire, le Washingtonisme et Wall Street derrière la City de Londres, c’est la démocratie mercantile de l’empire.

EN REFRAIN : QUI A DEMANDÉ À CETTE OLIGARCHIE JUIVO CAPITALISTE RÉPUBLICAINE DE S’OCCUPER DES AFFAIRES DES AUTRES PARTOUT DANS LE MONDE ?
« En admettant l’existence du monde, je dois admettre quelqu’un qui le voit et qui n’est autre que moi-même. Laissez-moi trouver “moi-même” de manière à ce que je connaisse la relation entre le monde et celui qui le voit. Mais quand je cherche le Soi et demeure comme le Soi, il n’y a plus de monde à voir. Quelle est alors la Réalité ? Seul celui qui voit est réel, et certainement pas le monde.
Ceci étant la vérité, l’homme n’en continue pas moins de discuter en se basant sur la réalité du monde. Qui donc lui a demandé de plaider la cause du monde ?
Le Yoga-Vasishtha définit clairement la Libération comme étant l’abandon du faux pour demeurer en tant qu’Être ». (Ramana Maharshi, entretien 442 du 8-1-1938).
DONC PAS BESOIN DU TRANSHUMANISME JUIVO-CAPITALISTE, DE SES GRANDS PRÊTRES ET DE LEURS PROTHÈSES CHLOROFORME POUR ENDORMIR LES TERRIENS avec leur antienne talmudique sous forme « d’altruisme talmudique » : « RIEN N’EST BON POUR LES JUIFS SI CE N’EST BON AUSSI POUR CEUX QUI LES ENTOURENT » (pages 166, 340, 359, 365 du livre de Jacques Attali, Les Juifs, le monde et l’argent). Donc vendre des services : acheter, vendre, acheter, vendre. Un Menasseh Ben Israël en 1650 écrira dans son Apologie des Juifs, que « les quatre cent familles juives des Pays-Bas rapportent beaucoup d’argent à l’État et que, partout où ils sont admis, les Juifs sont de bons citoyens qui ne veulent rien d’autre qu’apporter la prospérité autour d’eux. ‘Ce sont de fidèles vassaux’ », rapporte J. Attali.

DEPUIS DES SIÈCLES, C’EST LA GUERRE DU MENORAH CONTRE L’OUROBOROS, SOIT LE EYES CANDY D’UN AVENIR SANS ÉTERNITÉ, CONTRE LE SEUL RÉEL D’UNE ÉTERNITÉ SANS AVENIR (sans but à atteindre, sans évolutionnisme). Covidisme et « guerre en Ukraine » sont un des rouages actuels de cette guerre du Menorah contre l’Ouroboros.

Le « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » du Soûtra du Cœur de la Connaissance transcendante (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi), ne fut pas compris.
Ce qu’Adolf Hitler n’avait pas compris, c’est que TOUT EST PERMIS MAIS TOUT N’EST PAS POSSIBLE, comme l’illustre le conte de l’initié Perrault : Barbe-Bleue, qui dit à sa femme : « Voilà le passe-partout de tous mes appartements » (à nous d’en jouir, ou de CONSOMMER, et de mener joyeuse vie).
Et comme l’avait bien vu le marquis de Sade suite à 1789 et sa république judéo-maçonnique, quand le plaisir devient la seule raison de vivre ici-bas, le viol, le meurtre, l’agression sans freins ni fin ne saurait imposer aucune limite à la poursuite du plaisir ou LOI DE SUCCION : la satisfaction immédiate de n’importe quel désir aussi aliénant, criminel et pervers, ou simplement immoral qu’il fût. C’est ce qu’avait aussi compris l’Alchimiste Roger Bacon : « Bien que tout soi possible, tout n’est pas permis », c’est-à-dire que la jouissance totale n’est possible qu’à la condition d’ignorer quelque chose, selon le principe du Gate gate…. Le Gate se situant dans la défense de violer un secret, que symbolise dans le conte de Perrault, la clé d’un petit cabinet dont l’accès demeure interdit, à la différence de toutes les autres pièces de la maison. Évidemment, comme avec Hitler, ou la femme de Barbe-Bleue, on connait la suite de l’Histoire : DU SANG, DU SANG, DU SANG, donc la révélation de la MORT DES AUTRES À TRAVERS SA PROPRE MORT, ET TERMINÉE LA CONSOMMATION, CE QUI NE SERA PAS PARDONNÉ À ADOLF HITLER, CAR LA DÉCOUVERTE DU SECRET MARQUE LA CHUTE DU PARADIS ET LE DÉBUT DU TRAVAIL, DE LA DÉSOLATION ET DE LA TRISTESSE, « GAGNER SA VIE » DONC LE « RACHAT DES PÉCHÉS » comme le résume parfaitement Jacques Attali dans son livre cité (3).
À l’inverse de l’Agneau de Dieu (a) qui efface tous les péchés du monde, la connaissance si consciente de la mort efface tous les bonheurs de la Terre. Barbe-Bleue est ainsi CHARITABLE d’avoir prévenu son épouse.
Perrault était à n’en pas douter un Initié : car la raison opère seulement sur ce qui est déjà passé. L’objet arrive vivant par la conscience relativiste, mais saisi par cette conscience ou raison il ne peut plus vivre, car la raison ne se nourrit que de substance morte ; l’acte de raison massacre la perception vivante.
RAISON = CADUQUE ou CHUTE : tout ce qui arrive EST DÉJÀ MORT : un événement n’a pas la consistance genre « objectivité » ou « réalité », car il sera naturellement balayé et remplacé par d’autres événements ; ainsi rien de ce qui ARRIVE dans la « mise en valeur du temps » n’est vraiment une arrivée : LA MORT SEULE FAIT LE JOINT, OU LE SURFEU, ENTRE L’ÉVÉNEMENT ET L’ÊTRE.
C’est ainsi ce qu’ont compris tous les manipulateurs politique : Pour parasiter ou coloniser un individu, il faut « rentrer dans son intimité mentale », soit créer une effraction, entrer dans le « cabinet interdit » de Barbe-Bleue, C’EST-À-DIRE PROVOQUER LE SENTIMENT D’UNE IMMINENCE DE MORT POUR SOI OU POUR AUTRUI. Alors par cette effraction ou violation du SECRET, DU MYSTÈRE, LA VIE HEUREUSE ET NATURELLE EST DÉTRUITE, CE QUI PERMET AU MANIPULATEURS POLITIQUES DE PROGRAMMER COMME ILS VEULENT LES INDIVIDUS, LESQUELS SONT DEVENUS SI DÉPRIMÉS, SI TERRIFIÉS, QU’ILS NE VIVENT PLUS MAIS SURVIVENT SEULEMENT (ce qui aussi fera la part belle au transhumanisme et autres machines de l’« intelligence » artificielle dans les trois règnes devenus artificiels : le Minéral, le Végétal, l’Animal et l’Humain).

Le « peuple élu » se voit, depuis sa naissance, « arrivé » (au sens atteindre un but, puisqu’il traite les non-élus, les losers, de « prostitués »), et arriver au sens de survenir ou avoir lieu comme Moïse et sa Réalisation ou Révélation-Éveil, le même mot renvoie deux idées qui, creusées dans le Gate gate…, s’excluent l’une l’autre : tant qu’il arrive quelque chose, comme l’attente d’un messie, on n’est pas arrivé, et si par accident le messie arrivait, il n’arrive plus rien, c’est le mot FIN sur l’écran de cinéma ! Voir l’espagnol pasar, qui ne se confond pas avec llegar, et souligne au contraire le caractère en Gate gate de l’événement.

ET QU’EST-CE QUE LA CLÉ DE BARBE-BLEUE OU LE CENTRUM POLITIQUE EN CIRCULUS D’HITLER ?
C’est le « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi). L’ÉVEIL, LE CONTRAIRE DE LA RAISON.
L’aspect christique d’Adolf Hitler comme « chassant les marchands du temple » ne lui sera évidemment pas pardonné par le peuple élu et winner… (Cependant l’économie capitaliste du « temple » [la City] était encore très présente dans l’Allemagne de Hitler…)

MERCI ADOLF-BLEU.


Notes.
1. La défaite de 1918 par le Traité de Versailles, refusée et niée par beaucoup d’Allemands, a porté au vif la déchirure allemande comme jamais.
« Parce qu’il prétendait réconcilier une valeur de Droite, le nationalisme, avec une valeur de Gauche, le socialisme, le nazisme s’est offert aux Allemands comme la solution, paradoxalement centriste, à ce problème lancinant de la réfection de l’unité nationale, en faisant confluer ces deux héritages sur la personne d’un meneur charismatique. Plus fort encore, Hitler, jusqu’au moment de rédiger son testament politique, est resté dans la ligne de ce centrisme, comme s’il entendait ménager l’avenir ». (Extrait du 4è de couverture du livre de l’ancien élève de l’ENS-Ulm, puis membre de l’École française de Rome et professeur d’histoire contemporaine, titulaire d’une Licence de Théologie catholique de l’université de Strasbourg : Francis Bouthillon, pour : Nazisme et Révolution - Histoire théologique du national-socialisme 1789-1989, qui fait référence à l’aspect de meneur christique d’Adolf Hitler. Le chapitre 7 [Et le bunker était vide] du présent livre cité a valu à F. Bouthillon le prix Henry Hertz de la chancellerie des Universités de Paris).

2. - Quelle est donc la racine du mal ?
- La « saisie » [loi de succion ou Eucharistie (dans son sens
en la croyance au corps ou attraction ”universelle”,
LE CONCEPT DE BESOIN].
- La saisie de quoi ?
- La saisie du triple monde [de la Forme, du Désir,
du Sans-Forme, la gloutonnerie spirituelle].
- Comment arrêter cette saisie ?
- En recourant à l’introuvable, car dans
l’introuvable il n’y a pas de saisie.
- Qu’est-ce que l’introuvable ?
- La fin du dualisme.
- Qu’est-ce que le dualisme ?
- La vision d’un dedans et d’un dehors,
lesquels sont introuvables.
(Soûtra de la Liberté inconcevable,
chapitre V, 14)
Ils sont introuvables pour la raison naturelle
que Nous sommes l’Univers et que la racine du
mal fait SORTIR de l’Univers comme pour l’examiner
et POUR-VOIR comment il fonctionne : ON SORT DU TROU
POUR EXAMINER LE TROU, et comme dans un Trou il
n’y a rien à voir pas même le Trou :
C’EST LA CHUTE : SORTIR, DEHORS, SAISIR…

3. La NORME JUIVE de leur dualité winners-losers (élus/non-élus et Dedans-Dehors) résumé page 18 du livre de Jacques Attali, Les Juifs, le monde et l’argent : « Pour la première fois, une cosmogonie ne se vit pas comme cyclique [Tore, Circulus trinitaire, Ouroboros trinitaire] ; elle ne se donne pas pour but le retour du même [l’Éternel retour]. Elle fixe un sens au progrès ; elle fait de l’Alliance avec Dieu la flèche du temps [dans un seul sens et concept du mental par l’idéation] ; elle accorde à l’homme le choix de son destin : le libre arbitre [et par là l’individualisme, l’opinion, la démocratie et le consommateur et forcément des limites]. Ainsi est posé la fonction de l’économie : cadre matériel de l’exil et moyen de réinvention du paradis perdu [donc la religion de l’argent et du salariat, de la marchandise idole et de la consommation]. L’humanité a désormais un objectif : dépasser sa faute [et inventer la liberté]. Elle dispose d’un moyen pour l’atteindre : mettre en valeur le temps [la carotte du messianisme et de leur ”fin des temps” ou ”Jour du jugement dernier”…] ».

a. L’agneau dans l’Apocalypse se rapprochant de la Bhagavad-Gîtâ 15, 6 : « C’est là qu’on trouve l’Être hors du temps, qui n’est pas illuminé par le soleil ou la lune ou le feu [lui-même la Lumière de la Présence du Purusha : l’Homme, l’Homme originel, éternel, l’Être suprême] ; pour qui est sur cette voie, il n’est point de retour ; telle est la Condition éternelle suprême de Mon Être ». C’est le INNÉ-IGNÉ.
L’agneau ou la brebis symbolise évidemment le « peuple élu », son « troupeau » (Isaïe 40, 10-11) paissant sous la conduite de bergers (la chefferie politique étatique). L’image sera reprise par le christianisme. Et le Berger des Allemands sera bien pendant un moment Adolf Hitler, confirmé par C.G. Jung évoquant le drame hitlérien quand il écrit : « Ce fut un spectacle pénible que d’assister au soupir de soulagement que poussa l’Allemagne tout entière lorsqu’un psychopathe atteint de la folie des grandeurs lui déclara : ”Je prends sur moi l’entière responsabilité” ».
« Un homme sain d’esprit songera-t-il à prendre la responsabilité de l’existence d’autrui ? [c’est pourtant ce que fit aussi Staline, et d’autres têtes d’oeuf…] Quiconque promet tout, ne tiendra rien, et quiconque promet trop, court le danger d’en venir aux expédients pour tenir sa promesse, ce qui le met sur la pente de la catastrophe ».
 
 

Dernière mise à jour : 07-08-2022 04:42

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >