Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Entretien 264 du Maharshi suite
Entretien 264 du Maharshi suite Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 01-09-2023 03:34

Pages vues : 734    

Favoris : 92

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Celtes, Conformité, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Judéo-maçonnerie, Libération, Limite, Marxengelsisme, Or, Penser, Racine du mal, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke

 
frise_poliak_puzzl.png
 
Entretien 264 du Maharshi suite
”Dieu créa l’homme ; et l’homme créa Dieu.
Ils sont tous deux les créateurs des
noms et des formes. Mais en réalité,
ni Dieu ni l’homme n’ont été créés”.
Ramana Maharshi, entretien 264, 20-10-1936.
 
 
Chez Nagarjuna, Stance 1,10 : ”Étant donné que les entités [les noms-les-formes] dépourvues de nature propre n’ont pas [vraiment] d’existence, la formule ”Ceci étant, cela est” est inadéquate”.
Des noms-les-formes sans Singularité (sans unicité, sans état unique) ressemble à l’entretien 264 du Maharshi, puisque cet énoncé, cette stance parle de CAUSALITÉ : un « COMME SI » existait la DUALITÉ CAUSE-EFFET ou conditionnement par la cause en effet. Chacun des engrenages de la mécanique causal n’a pas plus d’effet que les mailles d’un tricot. Fabriquer la causalité, soit fabriquer le PACKAGING, c’est admettre que rien n’est soi-même, comme d’ailleurs procède le régime républicain avec ses dividus, ses divisés (et non individus). Nulle part nulle identité, nulle EST du nom-la-forme comme le précise l’entr. 264. Tout se tient en INTERDÉPENDANCE, telles LES EAUX PRIMORDIALES, en Variation du Thème, ça donnera LA VACUITÉ, LE SAINT CHAOS.

POURQUOI L’HUMAIN FAIT-IL TOUT CUIRE PAR SON FEU VULGAIRE (consumer-consommer) ET TOMBE AINSI DANS LA THERMODYNAMIQUE ?

SIMPLE : depuis sa découverte du feu vulgaire, l’humain ne SUPPORTE PAS LA CRUAUTÉ DU SEUL RÉEL, le sans f(r)iction donc le FLÉAU. Cruor, d’où dérive crudalis (cruel), et crudus (non-digéré, indigeste), et perte de l’habitude de la chair arrachée et sanglante ; d’ailleurs, à rapprocher du SACRIFICE qui fit tant PEUR AUX HÉBREUX-JUIFS qu’ils le remplacèrent par « le sacrifice d’Isaac », et pire par : LE SACRIFICE DE LA CHAIR(E), HUMAINE OU ANIMAL, OU DE LA RAISON, EST REMPLACÉ PAR L’ARGENT, LE CALCUL : « L’argent est d’abord un moyen d’éviter la violence. En s’imposant à lui-même le remplacement du sacrifice par l’offrande, le peuple juif annonce son destin : il utilisera l’argent comme moyen de réparer les dommages et d’arrêter l’engrenage des représailles….. », écrit Jacques Attali page 22 dans : Les Juifs, le monde et l’argent. Évidemment c’est une ERREUR GIGANTESQUE puisque l’OR métal est à l’ORIGINE DE GUERRES, DE LA MALADIE DU POUVOIR, ET D’UN INÉPUISABLE DÉLUGE DE VIOLENCES (jusqu’à l’actuel politisme du ”pouvoir d’achat”).
Ainsi le Seul Réel est cru-EL, dès lors qu’Il se présente comme le FLÉAU, sans f(r)iction ou sans dialectique historique matérialiste.
SACRIFICE = COMMERCE, ÉCHANGE : et plus l’objet solide aura de la valeur, plus ça va amplifier le geste sacrificiel en lui donnant EN RETOUR aussi de la valeur. COMME CELA ON INVENTE LA DUALITÉ PUR-IMPUR, BIEN-MAL, etc. En admettant que le concept de sacrifice soit du positif, COMME LA MAGIE NOIRE OU BLANCHE, PEU IMPORTE TANT LA FRONTIÈRE ENTRE LES DEUX EST INSAISISSABLE, IL VA DE MÊME DU CONCEPT SACRIFICE D’AILLEURS DÉPENDANT DE CES DEUX MAGIES ! La PREUVE : les drames multi-millénaires provoqués par l’Or métal.

Le concept Sacrifice rejoint la dualité pur-impur tant l’OBJET DEVENU SACRÉ est investi d’une force prodigieuse (voir le mana des Polynésiens), et comme cette énergie fait la partie de la magie, autant cette énergie peut être bénéfique (Magie Blanche dans son versant ‘divin’), autant et proportionnellement elle peut d’une seconde à l’autre, se retourner en son contraire et alors agir ”diaboliquement” (Magie Noire) en une énergie destructrice et mortelle. L’exemple de l’Or métal en est ainsi cinglant et saignant, puisque de nos jours il organise l’ÉCONOMIE MONDIALE DE LA MORT : L’INDUSTRIE DES ARMES ET DES DROGUES (Big Pharma).
SACRIFICE OU MAGIE = AMBIVALENCE FONDAMENTALE DE L’HUMAIN (qui seule distingue l’humain de l’animal : vous avez déjà vu un animal pratiquer la Magie ?)
SACRIFICE = LE SUPPOSÉ « VIVRE ENSEMBLE » OU SUPPOSÉE « FRATERNITÉ » SUIVANT L’ANTIENNE TALMUDIQUE : INCLUSIVISME EN TOUT CONFORT, C’EST ”TOUT COM-PRIX”, tout COM-MERCE :
« RIEN N’EST BON POUR LES JUIFS SI CE N’EST BON AUSSI POUR CEUX QUI LES ENTOURENT » (pages 166, 340, 359, 365 du livre de Jacques Attali, Les Juifs, le monde et l’argent). Ce « socialisme » ou « vivre ensemble » sera d’autant plus intense et profond CHEZ LES HÉBREUX-JUIFS que selon leur opinion hébraïque, l’âme possède un support matériel dans le sang…. Et concernant la Magie Noire ou Blanche et l’ÉNERGIE, LA KABBALE ou CABALE ne peut qu’avoir toute sa place entière chez les Yahvistes.

MAIS IL Y A PIRE : SACRIFICE = SUBSTITUTION, COMME EN MAGIE (ce qui sort du chapeau ou des mains de l’illusionniste), DEPUIS UN MOMENT, LA SUBSTITUTION CE SERA LE VIRTUEL : LE PASSAGE DU SOLIDE AU VOLATIL (de l’informatique) CONSTRUISANT AINSI UN CYBERMONDE. Un FAUX volatil bien-sûr, puisque tout est inversé : ce sont les accidents du concept spatio-temporel ou de l’ego qui engendre les essences ou Principes originels insaisissables.
ANCIENNE SUbSTITUTION = PASSAGE DE SACRIFICES HUMAINS AUX SACRIFICES ANIMAUX, PUIS À L’ARGENT DES HÉBREUX-JUITS tel qu’expliqué page 22 du livre cité de J. Attali.
En somme, LE TRANSHUMANISME EST UNE SUBSTITUTION DANS LA TRAME PARFAITE DU SACRIFICE : SACRIFIER L’HUMAIN QUI MANGE (trop), CHIE ET PISSE, TOMBE MALADE ET FINIT DANS LA TOMBE, À SUBSTITUER PAR L’HOMME AUGMENTÉ AVEC ZÉRO-DÉFAUT QUI VIVRA PLUS QUE CENTENAIRE AU MINIMUM… ET QUI BIEN-SÛR NE DEVRA PAR POSER DE PROBLÈME AU GOUVERNEMENT D’ALORS (si l’État existe encore)……

Cru-EL = inéluctable, a-temporel.

L’entretien 264 peut se prolonger dans le sens où : EXISTER = protester contre la Vérité, puisque EXISTER = F(R)ICTION (ça chauffe, ça thermodynamise…). F(R)ICTION DANS LE SENS OÙ CE QUI SE DONNE DANS L’INSTANT NE PEUT ÊTRE RÉEL PUISQUE LE VRAI CESSE D’ÊTRE VRAI DÈS QU’IL EST VU OU POSSÉDÉ…. LE POSSÉDÉ DU VRAI = L’EFFET. C’est donc ce qu’il faut supprimer du même coup en supprimant la cause qui n’a plus rien à bouffer, qui n’a plus rien à cuire sous sa thermodynamique cause-effet…..
Ainsi, le MONDIALISME RÉPUBLICAIN ACTUEL pourrait se résumer à : Le Seul Réel ou la Vérité étant cru-EL, FLÉAU, c’est que le FLÉAU EST FAUSSÉ ! Ou : LA VÉRITÉ EST DU VRAI FAUX….. (La première mouture du covidisme en a révélé maints exemples de le faire/fer du Macron-Rothschild : « Toutes les 8 minutes, vous sauvez une vie. Restez chez vous », ou bien en 2023 Macron pour ne pas être conspué, invente le ”bain de foule à huis clos” dans une avenue des Champs-Élysées vide…).

Le VRAI est ainsi en contradiction avec le principe de numérisation du monde ou principe automatique d’IDENTIFICATION, de CONTRÔLE, de SAISIE énoncé ci-dessus dans la Stance Stance 1,10 de Nagarjuna.
NUMÉRISATION OU IDENTIFICATION D’UN NOM-LA-FORME engendre le concept de copie, de « mêmeté ». Bref, c’est JANUS, ou les deux Lions égyptiens : les Routy, qui embrassent de leurs regards deux directions diamétralement opposées, le concept d’identité ressemble et confond les deux opinions contraires du MÊME et de l’AUTRE : désignation à la fois et en contradiction ce qui est sans égal, et ce qui est égal à quelque autre chose (encore le ”Comme si”).

Bref, impossible de penser le même sans penser du même coup à son contraire, à l’exemple du Maharshi racontant l’histoire du médicament à prendre sans penser à un singe :
L’activité semble donc inévitable (le ”Comme si” semble inévitable).
- Maharshi : Exact. Thâyumanâvar a fait allusion à cela : Un docteur recommande à un malade de prendre un remède, mais à la condition de ne jamais penser à un singe pendant qu’il l’avale. Le malade pourra-t-il prendre son médicament ? Ne pensera-t-il pas au singe chaque fois qu’il essayera de ne pas y penser ?
De la même manière, quand les gens essayent d’abandonner les pensées, leur objectif est voué à l’échec de par leur tentative même.
- Question : Alors, comment peut-on atteindre cet état ?
- Maharshi : Qu’y a-t-il à atteindre ? On ne peut atteindre que quelque chose qui n’est pas encore atteint.
Mais ici, l’être propre à chacun est Cela.
- Question : Pourquoi ne le connaissons-nous pas ?
- Annâmalai Swâmi : Je devrais toujours essayer de penser « Je suis Cela ».
- Maharshi : Pourquoi devriez-vous penser « Je suis Cela » ? Vous n’êtes que Cela. Un homme passe-t-il son temps à penser qu’il est un homme ?
(Entretien 601 du 7-12-1938).

Donc impossible d’imaginer une identification qui ne passerait pas par le ”Comme si” d’un ”Ne pas être identique” en quoi se résume paradoxalement la banale carte d’identité censée assurer de la personne qui la présente à une banque, ou une administration ou à la police, une « garantie » de son « identité » personnelle, particulière; et CONVENTIONNELLE, par l’exhibition d’un bout de plastique garantissant sa NON-IDENTITÉ.
Ce concept de l’autre dans le même, ou du citoyen aux côtés d’autres citoyens ou habitants des villes, ne doit pas avoir le sens d’une stricte équivalence ou Moi-Collectif. Car ”le même” et ”l’autre” relèvent de deux dimensions hétérogènes : le premier appartient au Réel, le second à l’illusion ou au DEHORS ; on peut écrire alors, que ”le même” est en lui-même ”autre”, un identique différent de la différence.
Ainsi, l’ambiguïté du concept d’identité ne se confond pas vraiment avec l’ambiguïté du Réel [lecture DIA-gonale, et non plus à l’horizontal ou dans la flèche du temps qui coule].
Si l’ambiguïté entre le Moi-Individuel et le Moi-Collectif, OU LA RACINE DU MAL LE DEDANS-DEHORS, consiste à osciller entre les deux pôles opposés du ”même” et de ”l’autre”, soit du Dedans et du Dehors, l’ambiguïté ou de la Singularité ou du Soi ne consiste aucunement dans une dualité ou ambivalence, mais dans l’impossibilité où se trouve la Singularité d’apparaître en tant que telle (puisque le Vrai devient faux s’il est vu), sauf à chuter dans une duplication et donc dans une HOTC [Histoire-Opinion-Temps qui Coule] laquelle va engendrer un ”COMME SI” : l’identité du ”réel” sera alors comme SE DONNANT À PENSER, SE DONNANT À OPINIONER, SE DONNANT À FAIRE DE L’HOTC et de la mise en valeur du temps et de sa flèche dans une unique direction (et chute dans l’évolutionnisme).

« L’impossibilité où se trouve la Singularité d’apparaître en tant que telle (puisque le Vrai devient faux s’il est vu) » = la Stance 1,10 de Nagarjuna.
La formule complète du Canon pâli (Majjhima Nikâya III) est ainsi : « Ceci étant, cela est. Ceci apparaissant, cela apparaît. Ceci n’étant plus, cela n’est pas. Ceci cessant, cela cesse ». Soit l’énoncé de la dualité cause-effet, ou en un autre nom : la « coproduction conditionnée » (pratîtya-samutpâda). Formule qui correspond au concept de « variations concomitantes », en n’oubliant pas que nos Anciens qui n’utilisaient que le langage parlé et n’étaient pas aussi matérialistes et calculateurs que maintenant se moquaient de la chose ou objet mais fonctionnaient en mettant en première place l’information à obtenir et par tous moyens, et ne s’embarrassaient pas de logique et autre analyse ; donc c’était tout, ou rien.

Comme écrit dans la page précédente : Instruction, Formatage = MONDIALISME, il y a maintenant deux Soi : LA Vérité ultime, et la vérité conventionnelle certainement appelée par les gros ego et gros comptes en banques : « valeurs de la république » ou « ordre républicain ». JANUS : LES DEUX FACES DU SYMBOLE….

DEUX Soi, donc à ce hui 2 RÉPUBLIQUES, 2 VOIES : CROIRE au dedans et au dehors, ou croire à un ÉVEILLÉ indépendamment de l’ÉVEIL, un ÉVEIL indépendamment d’un Éveillé ; ou un Réalisé indépendant de la Réalisation. Un peu l’Ange déchu Lucifer qui voulait « éclairer », faire MIEUX….. LA RÉPUBLIQUE DU REGIME ÉTATIQUE VEUT FAIRE MIEUX…… ET TOUJOURS PLUS, comme son commerce écolo-évolutio-inflation en transit-transition…..
Le républicanisme se veut discours logique comme tous les philosophismes mais aucun ne peut prétendre à la Vision de l’Absolue ou Éveil authentique et parfait. Le citoyenisé ou consommateur est TOUJOURS couillonné. L’être humain ne peut RE-trouver l’Absolu que si la Grâce ou le Soi qui est toujours là se manifeste pour le placer au Centrum Centri : en LUI (Tout est dans Tout, Fractal).
« La grâce divine est essentielle à la Réalisation. Elle conduit à la réalisation de Dieu. Mais une telle grâce n’est accordée qu’au dévot sincère (bhakta) ou au yogi qui a travaillé avec acharnement et sans répit sur la voie de la liberté. […] Nous sommes Dieu (Ishvara en l’aspect du Seigneur de l’Univers). Et îshvara-drishti (se voir en tant que Dieu) est en soi grâce divine. Aussi nous avons besoin de la grâce divine pour obtenir la grâce de Dieu » (Ramana Maharshi, entretien 29 du 4-2-1935).

Ce n’est donc pas l’invention de la république devenue un monothéisme avec sa théologie de laïcité à la française : l’État (l’étatisme avec nécessairement la dualité du Moi-Collectif/Moi-Individuel) et son « isme » du pouvoir d’achat qui pourrait apporter au citoyenisé une poussière de ”liberté” ou un grain d’harmonie, car l’État procède de la racine du mal, la dualité DEDANS-DEHORS engendrant la saisie, le Dehors faisant se poser UN ENSEMBLE, UNE GLOBALITÉ D’EGO comme sujet-citoyen-urbain étudiant d’un Univers-objet qui lui serait au Dehors. Bien-sûr c’est géométriquement impossible ! Le monothéisme républicain accompagné du transhumanisme qui rêve du « zéro défaut » conduit directement dans le ”meilleur des mondes” : la société fourmilière, avec à sa tête possiblement une « intelligence artificielle » qui programmera la vérité du jour et ce que sera celle du lendemain, qui décidera du dogme à tout instant remis en question.
Le concept république ou socialisme s’enferme dans une conception de mise en valeur du temps, soit une dialectique des événements qui peuvent exister réellement mais cette dialectique ne contient pas en elle-même son « sens » (voir ci-dessous et au début de page la Stance 1,10 et ses suites). Les citoyenisés du régime de sentent en voyage entre un Adam et une fin des temps, en un point de la ”perpétuité” que chaque Instant accompli et rejette en arrière dans une géométrie de la ligne droite. Ils ne bouclent jamais sur ”îshvara-drishti” (se voir en tant que Dieu, l’état du Tathâgata, celui qui a réalisé le Seul Réel) ; ils ne vivent pas la co-naturalité du « Je suis ce JE SUIS », à la fois Alpha et Oméga, dans le sans commencement ni fin (symbolisé par les Anciens par l’OUROBOROS, surtout celui qui se FERME LA BOUCHE avec sa queue, formant un Cercle parfait telle le Centre qui est nulle part et la Circonférence qui est partout, et symbolise par les Stances mentionnées ci-dessous. Un tel Ouroboros représentait aussi les sources du Nil, car dans des papyrus égyptiens on rencontre souvent des serpents dans la position où ils se ferment la bouche, ou simplement la queue repliée au-dessus de la tête, touchant presque le dard qui sort de la bouche du serpent formant alors une ellipse parfaite [réf. p.XXIII, Pistis Sophia, ouvrage gnostique, trad. E. Amélineau, Arché 1975, reprint de l’édition de 1895).


Les Anciens Chinois avaient bien compris les dangers du langage écrit humain et institutionnel, conventionnel, à l’école du Dhyana [Chan, méditation, contemplation] ils disaient : « Dès que l’encre est sèche [langage écrit, établissement de lois ou d’organisation, de calculs et d’administration], nos formules sont fausses ».

Stance 1,10 : la vision globale, le TOUT, étant compris que le Soi EST : « Je suis ce JE SUIS », et ainsi : ENTRETIEN 264 : IL N’EX-ISTE PAS AU MENTAL HUMAIN, PARCE QUE LE CENTRE EST NULLE PART. Ce qu’on appelle, à l’état de veille, ÊTRE, n’est que l’ex-istant, une forme de « COMME SI », UNE F(R)ICTION, OU DES NOMS-LES-FORMES CONSTRUCTION DU SATAM OU GRAND ORGANISATEUR DE L’UNIVERS : CELUI QUI POSSÈDE LES ÂMES ET LES EMPRISE-EMPOISONNE (récemment avec des ARN messager qui prétendent ”sauver des vies”…).

D’après la Stance 1,10, si les noms-les-formes n’ont plus de Singularité en eux mais SEULEMENT RELATIONNEL, EN SOCIALISME, EN ÉCHANGISME, ALORS TOUTE OPINION DE RELATION, DONC DE COMMERCE ENTRE LES NOMS-LES-FORMES TOMBE.
SOCIALISME RÉPUBLICAINE DU « VIVRE ENSEMBLE » : LA VACUITÉ (qui ne veut pas dire néant ou nihilisme (1)). Non naître comme l’énonce le Maharshi à l’entretien 264 ne veut pas dire non-être ou néant : AINSITÉ : ni s’enfuir, ni s’approcher. Le Centre est nulle part et la Circonférence est partout.
Ni apparaître, ni disparaître, seulement « Je suis ce JE SUIS » ou immortalité, éternité du ‘Je’.
Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux : « Il m’arrive encore de désirer le retour au Néant, l’anéantissement du ‘Je’. Mais, écrivant cela, je m’aperçois que c’est impossible. Retour au Néant ? Mais on ne peut retourner « à quelque chose » qui, par définition, ne peut être le Néant, le Rien. L’anéantissement du ‘Je’ ? Mais ce ‘Je’ est la fine pointe de mon âme, par laquelle je suis une « personne », selon la définition qu’en donne Olivier Clément, par laquelle je touche Dieu, je suis Dieu. Pouvoir tuer mon ‘Je’, ce serait pouvoir tuer Dieu. Idiot, stupide ! Le fleuve qui va à la mer ne peut supprimer sa source ».

L’œil ne peut fonctionner qu’en utilisant la lumière émanée du soleil, sans cela l’œil est inutile. De même, le jiva ou individu ne peut fonctionner qu’en utilisant la Conscience [le Sel…] qui émane du Soi. Également, de même que l’œil ne peut fonctionner que dans la lumière réfléchie du monde des Essences. S’il l’œil se tourne pour regarder le Soi, il sera entièrement effacé et se fondra dans le Soi avec lequel il ne fera plus qu’un, comme le fleuve qui va à la mer ne peut supprimer sa source. C’est le EST, le « Je suis ce JE SUIS ».

Ce monde de la cause-effet aux effets si rémunérateurs pour beaucoup, monde de la SAISIE……… QUI N’EXISTE PAS….. Car le « sens » ne devient énergie que dans LE NON-SENS, L’INSAISISSABLE.
Dans la Stance 24,37 nous aurons : « Pour qui rejette la vacuité, il n’y aurait plus rien à faire, pas d’activité qui puisse être entreprise, un agent serait inactif [passif].
Stance 24,38 : « Dans l’hypothèse de l’être-en-soi, le monde ne comporterait rien qui naisse, rien qui cesse. Immuable serait-il, dépourvu de ses états variés [la fameuse diversité commerciale].
Stance 24,39 : « Obtenir ce qu’on en possède pas déjà, mettre fin à la souffrance, éliminer toutes les passions [éliminer la loi de succion vulgaire], tout cela ne peut avoir lieu si les choses sont saturées d’être ».

Stance 24,40 : « [En revanche,] celui qui voit que toutes choses résultent d’un concours de causes et conditions (b), icelui voit la souffrance [souffre de n’être pas un Être], son origine, son arrêt et le chemin qui mène à son arrêt ».

EN RÉSUMÉ :
Celui qui voit DANS toutes les Variations du Thème de la Loi de succion Vraie et de la loi de succion vulgaire : l’absence d’Essence, ne peut qu’avoir en pensée TRACÉ le SENTIER, le GATE GATE.    
(Loi de succion Vraie pouvant contenir aussi la vulgaire loi de succion, en leur ensemble ils peuvent former le concept DHARMA : Enseignements transmis dans les Écritures, de même que les qualités de la réalisation que l’on peut RE-trouver en pratiquant ces enseignements. La Tradition donne pas moins de 10 significations au mot DHARMA, dont celui de « tout nom-la-forme CONNAISSABLE » (mais non saisissable pour en faire un dogme, un « isme » ou une constante !). Dharma est comme un FUSIBLE, un Ange gardien qui protège (des miasmes au Dedans).
Dharma = le Soi : « L’âtma-dharma, c’est demeurer dans le Soi. Là, il n’y a ni distraction ni peur. Les ennuis ne surgissent que lorsqu’il y a un autre que soi-même. Lorsqu’on réalise que l’âtman est unique, il n’existe plus de second, et il n’y a donc plus de raisons d’avoir peur. L’homme, tel qu’il est actuellement confond l’anâtma-dharma (le dharma du non-Soi) avec l’âtma-dharma (le dharma du Soi) et souffre. Qu’il connaisse le Soi et qu’il y reste ; c’est la fin de la peur ainsi que des doutes ». (Ramana Maharshi, entretien 58 du 4-7-1935).

Notes.
1. Le néant ou le nihilisme = même pensée que la souffrance ou la Chute modèle Ancien Testament, ou encore l’invention de la ”liberté” : Stance 24,21 de Nagarjuna : « Si elle se produit hors de toutes conditions, comment la souffrance viendra-t-elle à exister ? En effet, ce qu’on appelle souffrance c’est l’impermanent [d’où le rêve des judéo-Google et transhumanistes d’une vie ici-bas ”éternelle” (a)], lequel ne se trouve pas dans ce qui a nature d’être-en-soi ».
Il peut y avoir une trinité de souffrance :
1 - la souffrance telle qu’elle.
2 - la souffrance résultant de l’impermanence et du changement style évolutionnisme.
3 - La souffrance du propre de tous les êtres parce qu’ils sont COMPOSÉS, DÉJÀ ARTIFICE. Et même les états de bonheur comportent des trous en forme d’inquiétude sourde : le ver de l’impermanence est dans le fruit, surtout celui de la dualité….

a. Stance 24,22 : « Si une chose existe comme une réalité-en-soi [comme une Singularité], pourquoi se donnerait-elle une deuxième origine ? Il n’y a donc pas d’origine [de la souffrance] pour qui rejette la vacuité ».
Stance 27,29 : « Et puis, étant donné que tous les êtres sont vides [d’une identité qui leur appartient en propre], à propos de quoi, dans le mental de qui, de quelle nature et pour quelle raison, des opinions concernant l’éternel (éternalisme), etc., pourraient-elles prendre naissance ? »
Cette Stance évoque la Vérité ultime : Rien n’est soi-même, et rejoint l’entretien 264 du Maharshi. Ramana Maharshi né dans la mystique bouddhiste est dans la NATURE, ni du ‘où’, ni du concept du temps : ‘quand’, mais avant tout dans le ‘QUI’, qui ne peut être qu’accompagné du ‘QUOI’, constituant en fait le Vrai CENTRUM CENTRI. Ainsi, quelqu’un a-t-il un problème : QUI a ce problème ? et sur QUOI ? Résumé par le « QUI SUIS-JE ? »

b. Littéralement, ”celui qui voit la coproduction conditionnée”.
 
 

Dernière mise à jour : 01-09-2023 04:13

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >