Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Ptah, Saint Michel, le Dragon
Ptah, Saint Michel, le Dragon Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 27-12-2023 16:59

Pages vues : 348    

Favoris : 95

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Bolchevik, Carotte, Celtes, Conformité, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Intelligence artificielle, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Marxengelsisme, Nation, Or, Penser, Pierre, Pont, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Temple, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
MICHEL_archangel_PTAH-CHRIST.jpg
 
 
Ptah, Saint Michel, le Dragon
ou SERPENT un même Thème qui sera
nécessairement en Variations et en autres
Thèmes car aucun symbole n’est une ”constante”
mais seulement un MOUVEMENT,
une ”Fixation cavalante” (u).

Ptah coincé dans sa gaine, le Dragon gardien du Trésor
quel qu’il soit,
et Saint Michel LA CLÉ (Il ”terrasse” le Dragon].
PTAH PUIS OSIRIS LE PROTOTYPE DU CHRIST DES CHRÉTIENS.
 
 
Page dédiée à Saint-Michel-Ptah ET EN CONSÉQUENCE PAGE DÉDIÉE AU SEUL UNIVERSEL AU MONDE : L’UNITÉ, LA COÏNCIDENTIA OPPOSITORUM ou suppression de la racine du mal, la dualité Dedans-Dehors (1), afin de détruire la stérile trinité thèse-antithèse-synthèse.
Non plus le winnerisme du salariat soumis au capital lequel est lui-même soumis à son propre concept, mais UNION DE DEDANS-DEHORS lesquels n’ont jamais existé…

TRÉSOR = le Soi, il faut donc ”vaincre” le Gardien pour y avoir accès.
Comme écrivait Fulcanelli dans Les demeures philosophales : « En dehors du dragon qui veille, les choses ne sont pas gardées », ce qui aussi en dit long sur cette civilisation qui se croit tout permis et qui saccage tout ce qu’elle entreprend.
Cette « civilisation » désormais SANS GARDIEN, SANS DRAGON, SANS Soi, SANS VRAIE LA VRAIE DEMEURE DU SANS DEMEURE, SANS ÉNERGIE DONC SANS TRÉSOR (sa thermodynamique n’est que stérile…..)

Rien de plus AMBIVALENT QUE LE DRAGON AGNI-INNÉ. (Ambi-   du latin ambo : deux à la fois). TOUT EST DOUBLE ET EN MOUVEMENT (symbolique alchimique du ”Sang du Lion vert et Sang du Lion rouge”, telle la Chlorophylle du règne végétal et le sang rouge du règne animal des mammifères, et évidemment la Sainte dualité du FIXE et du VOLATIL).
AMBIGUÏTÉ ne peut que provoquer le D’ANGER, DONC LE SAINT MICHEL NÉCESSITÉ. Seule l’ambiguïté de nostre décryptage humain est anagogique (de sens spirituel fondé sur un objet figuratif d’aspect abstrait), donc une lecture horizontale, dans l’espace-temps, et par conséquence qui entrainerait seulement des associations d’idées répétitives, comme des symboles (de grec sun : avec), qui codent-collent les images entre elles, comme ils s’agglomèrent eux-mêmes dans leurs sources très nombreuses, comme dans les Archétypes. ET ON Y CROIT.
Tout se passe ”COMME SI”, ou ”ON FAIT SEMBLANT”, d’y croire, comme une séquence d’illusions ou d’images en cascade, solidaires, accordées ou collées, assemblées les unes les autres ET TOUT DE TIENT. « Quand une magie parle toutes les magies parlent, et quand une se tait toutes se taisent ».

Avoir conscience de cette ambiguïté est primordial, car c’est déjà un pas AU-DESSUS de la « science » globalisante ou le ”Vivre ensemble” évoquée par un judéo-maçon tel Armand Bedarride (2), et résumé par les avertissements : « La vérité tout entière ne peut consister en un puzzle de vérités partielles cueillies un peu partout. Le Tout est autre chose et plus que le total des parties ». Et : « NE POINT ATTACHER UN INSTANT QUI PASSE À UN AUTRE INSTANT ». Seul le NON-LOCAL peut fonctionner en une sorte « d’interaction virtuelle » mais qui n’a rien à voir avec l’actuelle connexion modèle informatique avec ses « réseaux sociaux », lesquels ne fonctionnent que par le ‘je’ de l’ego et le spatio-temporel… et ainsi fonctionnent en « thermodynamique ». Alors il faudra pour « échanger » résoudre D’ABORD l’antique dilemme du Moi-Individuel/Moi-Collectif, donc CHANGER NOTRE ESPACE-TEMPS. SIMPLEMENT PARCE QUE LE VRAI +CESSE D’ÊTRE VRAI DÈS QU’IL EST VU OU POSSÉDÉ, SAISI (cela sera copié dans le quantisme : ”l’observation perturbe le phénomène”, plutôt impossibilité de SAISIR ou d’OPINIONER l’observation).

Tchouang tseu enseigne que le Dragon est une chose mystérieuse : IL EST LA RÉSOLUTION DES CONTRAIRES, DONC LA CLÉ DE LA COÏNCIDENTIA OPPOSITORUM ; symbolise merveilleusement illustré en Orient, en Chine, au Japon, par les Dragons volant dans le Ciel, où les Bienheureux chevauchent le Dragon, les Dragons sont la monture des Immortels, les Dragons les élèvent dans le Ciel, dans le Soi. Ainsi il n’est pas étonnant que le Dragon sera aussi le symbole de l’Empereur, et aussi chez les Celtes : le roi assis sur son trône : le FEU céleste; comme le Dragon crache du Vrai Feu……

ET DRAGON = LES EAUX PRIMORDIALES. ils font naître les Sources, union Terre-Air-Feu-Eau.

Dans le monde actuel du bedarrisme ou science globalisante et boule (sym-bole ou enflé, gonflé, package ou emballage et balle : projeter comme le messianisme, LA VERTICALE ne peut qu’être DRAGON-DIA-BOLIQUE : LE FEU PÉNÉTRANT, PERÇANT, DÉCOUPANT, QUI PIQUE (4) : DIA = à travers, comme dia-gonale, dia-logue. À travers la boule, le masque ou la carapace; la pompe, et un christianisme ignorant qui identifie PAN et le Diable comme une ”Constante”, comme une POSSESSION pour en faire un outil de découpage en dualité pur-impur ou bien-mal, SOIT LA FABRICATION INDUSTRIELLE SANS FIN DE CONCEPTS : la voie longue de l’existence ou ”mise en valeur du temps”, ces paroissiens des religions abrahamistes qui feront du « diable » l’équivalent du malin, celui qui calcul, la raison, celui qui chie des concepts, donc l’opposé du « juste » (LE FLÉAU) qui est maintenant assimilé au ”vrai” : la fameuse « raison » loi de succion ou plomb, attraction, saisie, possession, boulimie, thermodynamique, scientisme et démence mercantile technologique héritière de la ”raison” du siècle français des loupiotes : l’entrée effective dans les siècles d’obscurantisme du FAIRE/FER qui rouille (productivisme) ! Les siècles du ”Marché” des deux WW (Washingtonisme, Westminsterisme).

D’ANGER s’adresse en PREMIER à Saint Michel : danger = issu de l’Ange, ne pas s’éloigner de l’Unité, ne pas chuter par concepts à n’en plus finir nécessairement dans la racine du mal (1), QUEL QUE SOIT LE CONCEPT, IL FINIRA TÔT OU TARD, comme toute production du mental avarié, PAR ENTRAÎNER LA CHUTE DU CONCEPTEUR ET DE CEUX QUI LE SUIVE et qui l’achèteront forcément (u)….

D’ANGER = PIQUER, POINTER, LA PIQUE DE CES DIVINITÉS DU DRAGON TELS : PTAH-CHRIST-HÉPHAÏSTOS-OSIRIS ET EN MÊME TEMPS ISIS, JÉHOVAH, SHIVA de ces Divinités au Bâton ou trident. La pique de la foudre-éclair.
Le Bâton ou l’Axe du I avec le Point sur le I, aussi Bâton du Pèlerin ou Pérégrin, le Voyageur sur cette planète, le Pérégrinant (pérégrination, cheminement et relier). Bâton ou Baguette magique : l’initiation ; la Croix entre dans le même Thème : LE FUSEAU, LE FEU, LA LANCE, LE PHALLUS (découverte du feu vulgaire par frottement de bâton).
Quant au Trident, il est une Variation du même Thème se rapportant au monde des EAUX PRIMORDIALES. Le Trident est inséparable du Filet, la Trame, la Broderie et Filet-Trame renvoie au Christ-pécheur d’humains, et Trident renvoie à Trinité mais avec des dents égales. TRIDENT = LA CROIX. Shiva et son Trident : destruction-transformation ou Involution-Évolution et Transformateur des êtres (son rôle est central dans l’existence du Maharshi. Trident : Passé-Présent-Futur… POUR LA RÉALISATION DE LA COÏNCIDENTIA OPPOSITORUM.

Ptah est du même Thème que Shiva : son Bâton surmonté d’une tête sethienne (lien à Seth) dans le sens de destruction, et d’une plume dans le sens de transformation (plume = ascension, échapper à l’attraction universelle ou loi de succion : c’est du ciel où montent les plumes et aussi les prières et l’Eau de rosée monte aussi… comme expliqué par Savinien de Cyrano de Bergerac : la Rosée est attirée par ce qui est en haut. Absence de pesanteur ou antigravitation : “ Je m’estois attaché tout autour de moy quantité de fioles pleines de Rosée, et la chaleur du Soleil qui les attiroit m’esleva si hault qu’a la fin je me trouvé au dessus des plus haultes nuées ”, L’autre monde, la Lune). Bien-sûr la Plume renvoie à l’écriture, et à l’équilibre par la légèreté de la Plume = ELLE NE PÈSE RIEN DANS LA BALANCE DU JUGEMENT).
Plume = anti-gravitation, anti loi de succion, anti Plomb.

ROSÉE : stibé en grec, et stibeus veut dire une blanchisseuse, rapport au BLANC DE L’INSTANT et de l’Arc-en-Ciel aux sept Couleurs, rapport à la Trame ou toile de la Rosée, rapport aux POINTS comme l’eau en perle que roulait dans l’herbe un Scarabée un matin d’été… C’est EVE, voir ci-dessous.

PTAH-ISIS-SHIVA-CHRIST-JÉHOVAH SONT LE MÊME THÈME.

Jehovah, la divinité juive, selon le Glossaire de Théosophie de H.P. Blavatsky, semble composé de deux mots : Jah (y, i, j, Yod) et hovah (Hâva ou Eve).
Le mot Jehovah, ou Jah-Eve, peut posséder le sens de : origine de l’être ou premier être (un mâle-femelle). Je pense que la description de H.P. Blavatsky est exacte. On tourne autour des Eaux primordiales de l’Égypte ancienne, du RÊVE : EVE, EAU :
Proche d’Isis-Nephtys (les « Deux Pleureuses »), la source de toute fécondité.

AUTOUR DU MOT R-ÊVE :
[Eve] : eau, proche d'Isis-Nephtys, la source de toute fécondité.
[EUVE] eau ; [EUVRE] [EUVRER] outil d’ouvrier, travailler ; [EWAGE] droit perçu sur les eaux ou rivières ; [EWE] loi, règlement (Ewaria) ; [Endeviner] devin.
En langue de l’Égypte ancienne :
Le Hiéroglyphe R (air, errer) indique : ce qu’il faut faire, la voie à suivre (suivre la musique, la Trame, le rythme).
Rswt (Resout) : Rêve.
Rsw (avec un accent sur le s) : se réjouir.
Rs : être éveillé, vigilant.
Rsw : vent du Sud.
En Sumérien :
Rà : aller, venir, guider, conduire.
Ra : déluge, inondation.
EVE, BAIN (marie), LATON ou LAITON (noir et Eaux Primordiales : [Soufre ou Humide radical] noir puis blanc… LATON ou LETON : Matière considérée pendant la Putréfaction. LATONE ou LÉTO : Déesse venant après Vulcain (Dic. Mytho-Hermétique de Dom A.-J. Pernety), ce qui est caché (le noir de la Putréfaction, le noir de la nuit obscure ; Ptah au Royaume des Morts pendant la nuit, et annonce de l’Aube : LE BLANC ET ET LE ROSE).
LATEUR, LATE : ouvrier qui couvre les maisons de lattes ; outil du tisserand (CYCLOPE veut dire TISSERAND (plutôt que forgeron) : il tisse la TRAME emprisonnant Arès…. Les Eaux prennent n’importe quelle forme (ASPECT CACHÉ, COMME L’ESPRIT). LATITER : cacher ; LATAUMENT : secrètement, en cachette ; LASURE : lacis (glacis), ouvrage fait en forme de filet ou de rézeuil (entrelacement). (Glossaire de François Du Cange).

A l’origine les sexes n’étant donc pas différenciés. Cela a commencé lorsque on appelé Jehovah : le Seigneur (à la fois sens phallique, et sens agressif : saigneur (celui qui saigne les porcs, d’où aussi l’apparition du POUVOIR destructeur). « Alors les mâles-femelles commencèrent à s’appeler eux-mêmes par le nom de Jehovah, car ils étaient séparés en deux sexes... Pour le mot Jéhovah, voir la page sur les DEUX JÉHOVAH.

Jehovah signifiant « Je suis ce JE SUIS », c’est là qu’il faut faire attention !!! IL Y A DEUX JEHOVAH QUI SONT SOURCE DES PROBLÈMES ACTUELS, comme il y a deux Osiris dont une face est Osiris et l’autre face est Seth ou le côté négatif d’Osiris, tout symbole étant double. (Voir la page Les Contes de Fay) ; COMME IL FAUT FAIRE ATTENTION QUE LES ANCIENS GRECS VOYAIENT LA MORT COMME : « SALE, FAIBLESSE, DIMINUÉ, MAIGRE, LISSE, PLAT » (de nos jours covidesques d’héritages de ces Grecs il en est de même (5)…). La Mort est « sale » parce qu’une fois mort l’identité-identification semble terminée : le mort n’est plus « une personne » ou un « dividu » (individu divisé) ; alors ce qui ne peut pas être NOMMÉ ou RECONNU sera considéré comme « sale », donc « innommable » (indéterminé : le cœur du mort ne bat plus, son cerveau a cessé de fonctionner), l’inexistence sera relié à l’immonde, à la charogne du cadavre en décomposition ou putréfaction qui pue.

Ptah est le « prototype » d’Oriris-Christ, le NÉ-DE LUI-MÊME, LE DONNEUR DE VIE, LE PÈRE DES PÈRES-MÈRES ET GÉNITEUR DE TOUS LES HUMAINS PRODUITS DE SA SUBSTANCE.
PTAH = LE PÈRE DES CABIRES (Divinités cachées d’Égypte, Phénicie, Asie Mineure, Grèce.
Grecs = Kaiein = brûler. Hébreu = Kabir = grand, puissant. Les Phéniciens adoraient huit Cabires comme protection de la navigation. Les Cabires symbolisent les forces souterraines de la Nature dans laquelle ils ou elles avaient “trouvé” le Fer et les Métaux et l’Art de les travailler. Orphée y était dit-on initié).

« Perdre la bole ou boule » : perdre ses repères donc PERDRE SON CONFORT PÉPÈRE ou s’accrocher à son cher mental, sa chère raison ! ET EN AVOIR « RAS-LE-BOLE ! »
« Celui qui aime sa vie la perdra.
Celui qui perd sa vie la retrouvera en Moi… »
(Jean 12,25)

TOUJOURS LE BÂTON DE PTAH OU LA LANCE DE SAINT MICHEL, OU LE TRIDENT DE SHIVA. TOUJOURS LA PIQUE (mais pas celle des vaccins (4)).

 
MICHAEL_MONOGRAMME_nb_tr_tore.png

Mono gramme de Michel, mono : unique, indivisible. IL EST CELA : le Ici et Maintenant, dans l’instant en tant que ”Je suis ce JE SUIS”, dans sa Vraie Nature ou sa Vérité de Base.

Notes.
1. - Quelle est donc la racine du mal ?
- La « saisie » [loi de succion vulgaire à distinguer de la Vraie Loi de succion ou Eucharistie, mais ne pas tomber dans la gloutonnerie spirituelle qui existe aussi, c’est-à-dire ne pas tomber dans LA FIXATION OU COAGULATION D’UNE SPIRITUALITÉ COMME FIN EN SOI OU COMME « FIN DES TEMPS » !].
- La saisie de quoi ?
- La saisie du triple monde [de la Forme, du Désir, du Sans-Forme].
- Comment arrêter cette saisie ?
- En recourant à l’introuvable, car dans l’introuvable il n’y a pas de saisie.
- Qu’est-ce que l’introuvable ?
- La fin du dualisme.
- Qu’est-ce que le dualisme ?
- La vision d’un dedans et d’un dehors, lesquels sont introuvables.
(Soûtra de la Liberté inconcevable, chapitre V, 14)

2. « Si vous voulez un livre qui soit à la mesure de notre temple, faites-le avec ce qu'il y a de plus sage, de plus pur, de plus saint, de plus héroïque, de plus noble, de plus culturel, de plus beau, dans tous les livres qui servent de guide à la vie de l'Esprit, dans ceux qui ont servi et servent encore de flambeaux aux consciences dans leur marche vers la perfection toujours fuyante; adressez-vous à tous les pasteurs d'âmes, qu'ils se soient donnés comme représentants de la Divinités ou de la Raison... Des profondeurs des ténèbres primitives la pensée humaine a marché peu à peu vers une lumière toujours plus grande : en des langages divers l'Esprit a tracé les annales de son progrès... N'ayez pas peur de les rapprocher, de les confronter, de les exalter les unes par les autres ; au contraire, vous avancerez ainsi dans la direction de la « Parole Perdue » (3).

Jules Boucher, qui fait cette citation dans sa « Symbolique maçonnerie », cite les textes qui pourraient être rassemblés dans ce livre :

Pour l'antiquité judéo-chrétienne = la Bible.
- l'Égypte = le Livre des Morts
- Chine = Chou-King Y-King ... etc.
- Inde = Manava-Dharma-Sastra - Les Védas - Upanishads - etc.
- Islam = Coran
- Perses = Zed-Avesta
- Scandinaves = Edda

Ainsi, la maçonnerie aussi a des problèmes d'œcuménisme. Certes, il y a en toute civilisation, en toute religion un fond de connaissance métaphysique véritable. On peut comparer cette connaissance, si elle est intégrale, à un polyèdre dont chaque religion qui préside chaque civilisation n'a vu qu'une face et en vit. Le maçon que j'ai cité voudrait reconstituer et voir simultanément toutes les faces du polyèdre et c'est en cela que, selon lui, est la vraie religion. Mais c'est celle de Lucifer, celle du voyeur, non celle qu'à annoncée le Christ: « Lorsque viendra l'Esprit de vérité, il vous fera accéder à la vérité tout entière ». (Citation de Matagrin, page 44). La vérité tout entière ne peut consister en un puzzle de vérités partielles cueillies un peu partout. Le Tout est autre chose et plus 'que le total des parties.

Quand j'eus compris qu'aucun peuple, aucun individu, ne peut échapper à la nécessité de la religion qui n'est autre que le besoin incoercible de trouver à l'existant un centre immuable qui ne peut que se situer au-delà de l'espace et du temps, le problème s'est posé de savoir quelle religion est la vraie religion. Le christianisme est affublé d'un isme aussi bien que l'islamisme, le bouddhisme, l'hindouisme, etc. Le « isme » indique le système, le « truc », la construction raisonnée, et je n'avais aucune raison d'opter pour un isme religieux à la convenance de mes sentiments qui n'aurait été rien de plus qu'une « opinion religieuse ». Or, ce dont je cherchais à m'évader, c'était de ce mode d'intellection qu'on appelle l'opinion, et j'y étais conduit par le constat de la vanité des opinions politiques qui conduisent toutes à des impasses logiques, à des apories. Aucune opinion, politique ou religieuse, ne satisfait l'esprit, ne peut donner là Paix ».
(Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux, extrait de la lettre 38, le 15-10-1976).

3. MYTHE JUDÉO-MAÇONNIQUE DE ”LA PAROLE PERDUE” : RACHETER LE PARADIS PERDU (La mise en valeur du temps chère à la paroisse de Jacques Attali).
« Puisque nous ne comprenons même pas ces consonnes-là [celles du Nom Divin], il faut encore substituer un secret à cette partie du Nom Divin. « C’est pourquoi on remplaça chaque occurence du nom Yahvé, lors de la lecture de la Loi, par le nom Adonaï - qui signifie « mon Seigneur » ; le mot moderne Jéhovah utilise, quant à lui, les consonnes J H V H et y intercale les voyelles provenant du mot Adonaï. La tradition attend avec impatience l’ère future [le messianisme, le projet-projection et nécessairement un mondialisme] où les conditions seront réunies pour rétablir l’authentique méthode de prononciation [donc utilisation du mental], l’homme rejoignant ainsi le Dieu dont il est issu, et pouvant prononcer le Mot dans toute sa puissance pour commander aux forces latentes dans sa propre divinité ». (Rites mystiques antiques - Une brève histoire de la Franc-Maçonnerie, Charles W. Leadbeater, pages 114-115).

4. QUI PIQUE : TRAVAIL DU CHAPEAU : travail ou pieu [instrument de torture qui PIQUE, QUI TROU LA CHAIR(E)].

Et à l’inverse :
Soi, SURFEU, SPIKE du C’EST LE « UN POINT C’EST TOUT » : POINTER.

POINTER : si l’on pratique utilitarisme de la formule : « N’est pas X », l’ouverture vers le TOUT ou vers l’Éveil est possible, il n’y a plus la tyrannie de l’opinion qui tente de SAISIR, de POSSÉDER par l’ego, alors les choses ne sont plus que des POINTES ou dé-signations : pion de jeu qui pique, sicotise (voir plus bas) ou qui pointe une marque, comme « LES DÉS SONT JETÉS ».
Donc dans la forme analogique (en continu, alors que le spatio-temporel fonctionne en discontinu) du « N’EST PAS X », tous les possibles ne sont pas limités puisque les choses ne sont que de simples POINTAGES (tha-snyad en tibétain pour ”désignation”), alors ces choses désignés ne sont plus des possessions ou opinions car elles sont dépourvues d’être en, et par soi, ce qui s’approche en fait du FLÉAU, et de « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi).
C’est-à-dire que comme l’indique et le résume le Yoga Vasistha : « L’apparence de ce monde est une confusion ; de même que le bleu du ciel est une illusion d’optique. Mieux vaut ne pas s’y intéresser et l’ignorer » (YV I, 3).
Le Soûtra du Diamant dit la même chose :
« Comme les étoiles, les mouches volantes ou la
flamme d’une lampe,
Comme une illusion magique, une goutte de
rosée sur une bulle,
Comme un rêve, un éclair ou un nuage :
Ainsi devrait-on voir tous les phénomènes
conditionnés ».
Quand il n’y a rien à expliquer et donc à saisir, à com-prendre, la Vraie Paix existe réellement.
Et ci-dessus, le concept de « phénomène » n’est pas une opinion mais simplement une pique, UN VACCIN (qui est un démarquage du principe de l’Homéopathie), une désignation. De là ça rejoint l’HOMÉOPATHIE, l’ACUPUNCTURE ET LES PETIOTES CHOUSES de Cyprian Piccolpassi Durantoys : Les trois Livres de l’Art du Potier (l’ARGILE ADN comme catalyseur pour les processus de combinaison des acides nucléiques : ADN, ARN… L’ARGILE ADN).
L’Homéopathie utilise les petiotes chouses : les pointes ou HAUTES DILUTIONS, à tel point qu’il n’existe plus de matière de molécule présente dans une préparation, mais SEULEMENT SON « ESPRIT », sa SIGNATURE (voir la MÉMOIRE DE L’EAU du médecin homéopathe Jacques Benveniste), comme le FEU est un ESPRIT ou : « un vent de Dieu tournoyait sur les eaux » comme l’illustre la Genèse 1, 2.

Genèse 1, 2 : n’est-ce pas plutôt : « un vent de L’HOMME tournoyait sur les eaux » ? (De l’homme du « futur » enfin re-trouvant ses Eaux Primordiales…..)

UNE PIQUE, SICOTISÉ, UN VACCIN : tous les vaccins sans exception sont des artifices dans le corps ainsi « sicotisé », piqué d’un coup de « poignard » (sicaire, du latin sicarius, de sica : poignard. Sicaire ou tueur à gages) et à ARN MESSAGER TRANSHUMANISTE.

5. Le WINNERISME est installé chez les Anciens Grecs on ne peut plus pragmatique ou faire/fer : la contemplation ils ne connaissent pas, comme le dit un skolion attique du 5è siècle :
« Le plus grand bien pour un mortel, c’est la santé,
Et le second, d’être beau garçon et bien planté ;
Puis d’être riche, gardant l’âme et les mains pures [contradiction inhérente à l’argent maintenant synonyme de pire des saletés, pire que la mort]] ;
Enfin de rire avec des amis sans fêlure ».
(Cité par A.J. Festugière, dans L’enfant d’Agrigente).
Comme le montre leurs sculptures, les Anciens Grecs recherchent la pureté, le beau et la douceur. MAIS IL EXISTE BIEN UNE SORTE DE SENTIMENTALITÉ RELIGIEUSE AUTOUR DE LA PURETÉ QUI EST L’IMPURETÉ MÊME ! Comme une statue habillée ou un nu avec un cache-sexe peut être impure, un nu intégral peut être merveilleusement pur. Il en est de même de nos jours dans les « images qui bougent » (sauf évidement dans les images pornographiques pires que ce que peuvent faire des bêtes car issues du mental ou de la raison tueuse de l’humain et de son environnement).

u. RIDEAU :
Il n’y a rien à chercher quand c’est trouvé.
Il n’y a nulle part où aller quand c’est Ici et Maintenant.
Il n’y a rien à faire quand c’est fait.
Il n’y a rien à regarder quand c’est vu.
Il n’y a rien à être quand NOUS SOMMES DÉJÀ.
Pour enseigner quelque chose il fait évidemment un concept, mais si le concept en devient une constante, quelque chose de concret, donc de confortable, ALORS L’ENSEIGNEMENT LUI-MÊME EN EST INVALIDÉ. Par conséquent, le concept qui vient d’être créé doit être immédiatement détruit. Tel que le concept actuel ou constante : « la vitesse de la lumière »…. UNE PENSÉE FAISANT CROYANCE ET DONC ARGENT (crédit-crédo-créance-croyance-crédible ou fiable, foi, sérieux)…..
 
 

Dernière mise à jour : 27-12-2023 17:52

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >