Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Monde sous occupation judaïque maçonnique
Monde sous occupation judaïque maçonnique Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 24-02-2012 01:05

Pages vues : 974    

Favoris : 96

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Église, Esprit, Europe, Goulag, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Volonté, Yokaï

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
 
Monde sous occupation judaïque maçonnique
La Sagesse n’est pas libération,
elle est un outil.
 
 
 
La libre pensée est née grandement à l’époque de la Renaissance. Le savant Galilée en est grandement responsable, avec Gutenberg. L’imprimerie est d’ailleurs l’équivalent de notre internet pour la diffusion du savoir au plus grand nombre, ce qui naturellement favorise la circulation de la libre pensée, doublement libérée maintenant des suggestions de la théologie de l’Église de Rome, et de la monarchie ; ce qui a conduit à la liberté d’opinion que pouvait avoir chaque individu et ensuite à la révolution de 1789.
 
Mais cette libre pensée, cette opinion en prenant le pouvoir politique, se niait du même coup. « Elle a obnubilé, paralysé dans le consensus social les prises de conscience métaphysiques, ôtant ainsi tout principe de stabilité dans le gouvernement politique, principe qui, jusqu’alors, résidait dans l’essence métaphysique du pouvoir royal [dans le sens de ce qui est le plus naturel], et dont la prise de conscience s’était éteinte de plus en plus depuis la Renaissance, même chez ses détenteurs. La Révolution de 89 a été ainsi, tout à la fois, l’accouchement d’un processus commencé avec la Renaissance et le début de temps nouveaux.
En triomphant, la libre pensée signait son arrêt de mort, car il est évidemment impossible de gouverner en reconnaissant à chacun le droit de ne pas être d’accord. Le pouvoir du peuple est un bluff, et les régimes d’assemblée, si subtil que soit leur dosage, n’ont pu tenir que parce que les sociétés secrètes exerçaient occultement, en usant habilement de tout le clavier des appétits économiques des individus et des groupes, le pouvoir métaphysique qui avait été abandonné par la royauté officielle. Ils n’ont pu tenir qu’en identifiant dans les consciences, par un jeu subtil d’institutions légales et de systèmes éducatifs, le politique avec l’économique. Le pouvoir proprement politique, c’est-à-dire légitimé par la connaissance de ce qu’est l’homme en soi, sur le plan métaphysique où il trouve sa définition, a continué à être exercé très consciemment mais occultement, par les sociétés secrètes », écrivait en 1960 Jean Coulonval dans : Synthèse et Temps Nouveaux.

L’enseignement ésotérique de la franc-maçonnerie est surtout basé sur la symbolique et la liturgie judaïque, avec également des racines dans l’Égypte ancienne, la Crète, la civilisation grecque, Mithra et les religions à mystères. La franc-maçonnerie réfère surtout à Hiram, le constructeur du Temple, et au roi Salomon :

Bible, Sagesse :
Sg 7:16 - nous sommes en effet dans sa main, et nous et nos paroles, et toute intelligence et tout savoir pratique.
Sg 7:17 - C’est lui qui m’a donné une connaissance infaillible des êtres, pour connaître la structure du monde et l’activité des éléments,
Sg 7:18 - le commencement, la fin et le milieu des temps, les alternances des solstices et les changements des saisons,
Sg 7:19 - les cycles de l’année et les positions des astres,
Sg 7:20 - la nature des animaux et les instincts des bêtes sauvages, le pouvoir des esprits et les pensées des hommes, les variétés de plantes et les vertus des racines.
Sg 7:21 - Tout ce qui est caché et visible, je l’ai connu ; car c’est l’ouvrière de toutes choses qui m’a instruit, la Sagesse !

SAGESSE :
cela je suis (ça-je-être) : connaissance de Soi, mais uniquement connaissance, donc ce n’est pas la libération !...
L’origine du mot temple ne peut venir que de celui de Salomon, puis, peut-être, plus anciennement des Atlantes...

La dissolution, l’inhibition du sens de la connaissance de l’être humain par un système uniquement basé sur le fric, a été réalisé le plus profondément en France et en Occident européen par le SOCIALISME (système capitalisme-communisme prenant forme au 19è siècle), et d’une manière abyssale aux États-Unis où règne le Dieu Dollar et l’American way of life. Ce socialisme qui dramatiquement n’a à la bouche que le mot/maux TRAVAIL ! et qui roule pour les Couilles en or : il suffit d’écouter le candidat à l’érection présidentielle François Hollande et sa musique mitterrandienne.


puce5.png


MENACE SUR L’INTERNET ACTUEL.

L’Internet fait peur aux pouvoirs
Source : The Wall Street Journal (traduction automatique)

Le 27 février 2012, un processus diplomatique débutera à Genève, qui pourrait se traduire par un nouveau traité donnant à l’Organisation des Nations Unies des pouvoirs sans précédent sur ​​Internet. Des dizaines de pays, y compris la Russie et la Chine, font de grands efforts pour atteindre cet objectif d’ici la fin de l’année. Comme le Premier ministre russe Vladimir Poutine a déclaré en Juin dernier, son but et celui de ses alliés est d’établir «un contrôle international sur l’Internet, à travers l’Union internationale des télécommunications (UIT), une organisation fondée sur un traité sous les auspices de l’ONU.

En cas de succès, ces nouvelles propositions de réglementation feraient bouleverser le régime florissante de l’Internet, qui a été mis en place depuis 1988. Cette année, les délégués de 114 pays se sont réunis en Australie pour accepter un traité qui a ouvert la voie à la libéralisation spectaculaire des télécommunications internationales. Cette isolation de l’Internet de la réglementation économique et technique et est rapidement devenu le plus grand succès de déréglementation de tous les temps.

Depuis la création du Net, ingénieurs, universitaires, groupes d’utilisateurs et d’autres se sont réunis à au top des organisations non gouvernementales pour la faire fonctionner et prospérer grâce à ce qui est connu comme un « multi-parties prenantes » modèle de gouvernance. Cette axe sur la démarche du consensus du secteur privé a été la clé du succès phénoménal du Net.

En 1995, peu de temps après, il a été privatisé, seuls 16 millions de personnes ont utilisé Internet dans le monde entier. En 2011, plus de deux milliards étaient en ligne et ce nombre croît de près de un demi-million chaque jour. Cette croissance explosive est le résultat direct des gouvernements en général de garder les mains hors de la sphère Internet.

L’accès au Net, en particulier sur des appareils mobiles, est l’amélioration de la condition humaine plus rapidement et plus fondamentalement, que toute autre technologie dans l’histoire. Nulle part cela n’est plus vrai que dans le monde en développement, où les technologies Internet illimités sont des économies en expansion et d’élever le niveau de vie.

Les agriculteurs qui vivent loin des marchés sont désormais en mesure de trouver des acheteurs pour leurs cultures à travers leurs appareils connectés à Internet mobile sans en assumer les risques et les frais de déplacement avec leurs marchandises. Les parents inquiets sont capables d’aller en ligne pour localiser des médicaments pour leurs enfants malades. Et les partisans de la liberté politique sont mieux à même de partager des informations et organiser le soutien pour abattre les murs de la tyrannie.

L’Internet a également été un créateur d’emplois. Une étude récente de McKinsey a constaté que pour chaque emploi perturbé par la connectivité Internet, 2,6 nouveaux emplois sont créés. Ce n’est pas une coïncidence que l’épanouissement de ces développements merveilleux que l’Internet permet soit dans la ligne de mire du contrôle par les gouvernements.

Aujourd’hui, cependant, la Russie, la Chine et leurs alliés au sein des 193 Etats membres de l’UIT veut renégocier le traité de 1988 afin d’étendre sa portée dans des domaines non réglementés auparavant. Lecture même une liste partielle des propositions qui pourraient être codifiées dans le droit international en Décembre prochain lors d’une conférence à Dubaï est effrayant :

• Sous réserve cyber-sécurité et la confidentialité des données à un contrôle international ;

• Permettre aux entreprises de téléphone étrangers de facturer des frais pour le trafic Internet « internationale », peut-être même sur une « per-click » base pour les destinations Web certains, dans le but de générer des revenus pour les compagnies de téléphone appartenant à l’Etat et les trésoreries du gouvernement ;

• Imposer des réglementations économiques sans précédent tels que les mandats pour les tarifs, les modalités et conditions de non réglementés actuellement en circulation échangeant des accords connus sous le nom « peering ».

• Mettre en place pour la première fois la domination de l’UIT sur d’importantes fonctions de multi-parties prenantes entités gouvernance de l’Internet tels que l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers, l’entité à but non lucratif qui coordonne les adresses Internet en com ou org dans le monde ;

• Mettre sous contrôle intergouvernemental de nombreuses fonctions de l’Internet Engineering Task Force, l’Internet Society et d’autres groupes multi-intervenants qui établissent les normes techniques et d’ingénierie qui permettent à l’Internet de fonctionner ;

• Réglementer les tarifs d’itinérance mobile internationale et les pratiques.

De nombreux pays dans le monde en développement, y compris l’Inde et le Brésil, sont particulièrement intrigués par ces idées. Même si les technologies Internet permettent l’amélioration des milliards de vies partout, certains gouvernements se sentent exclus et s’inquiètent de plus de contrôle.

Et avouons-le, la manière forte des régimes sont menacés par des cris populaires pour la liberté politique qui sont habilités par la connectivité Internet sans entraves. Ils ont formé des coalitions impressionnantes, et leurs efforts ont progressé de manière significative.

Se contentant de dire «non» à toutes les modifications apportées à la structure actuelle de gouvernance de l’Internet est susceptible d’être une proposition perdante. Une stratégie plus efficace serait pour les partisans de la liberté sur Internet et la prospérité au sein de chaque nation à encourager un dialogue entre toutes les parties intéressées, y compris les gouvernements et l’UIT, afin d’élargir le parapluie multi-parties prenantes dans le but de parvenir à un consensus pour répondre aux préoccupations raisonnables. Dans le cadre de cette conversation, nous devrions souligner les énormes avantages que l’Internet a cédé pour le monde en développement à travers le modèle multi-parties prenantes.

Le redressement de ce modèle avec un nouveau traité réglementaire est susceptible de divisions de l’Internet en tant que certains pays choisissent inévitablement de se retirer. Un Internet balkanisé serait dévastateur pour le libre-échange mondial et de la souveraineté nationale. Il porterait atteinte à la croissance d’Internet le plus gravement dans le monde en voit de développement, mais aussi à l’échelle mondiale en tant que technologues sont obligés de demander la permission bureaucratique pour innover et à investir. Cela permettrait également de porter atteinte à la prolifération de nouveaux transfrontaliers technologies, telles que le cloud computing.

Un top-down, centralisé, superposition réglementaire international est l’antithèse de l’architecture du Net, qui est un réseau mondial de réseaux sans frontières. Aucun gouvernement, et encore moins un organe intergouvernemental, peut faire du génie civil et les décisions économiques dans le temps sur Internet ultra-rapide. Productivité, la hausse du niveau de vie et la propagation de la liberté partout, mais surtout dans le monde en développement, serait paralysée que les décisions techniques et commerciales deviennent politiquement paralysé dans un organisme mondial de réglementation.

Toute tentative visant à étendre les pouvoirs intergouvernementales sur la question Internet sans façon incrémentielle ou en apparence anodin, doit être retourné. Modernisation et la réforme peut être constructif, mais pas si le résultat final est une nouvelle bureaucratie mondiale qui s’écarte du modèle multi-parties prenantes. Les nations éclairées devraient tracer une ligne dans le sable contre les nouveaux règlements tandis que la réforme accueillante qui pourrait inclure un rôle non réglementaire de l’UIT.

Pro-régulation forces sont, à ce jour, beaucoup plus énergique et organisé que ceux qui privilégient l’approche multi-parties prenantes. Promoteurs Règlement suffit à obtenir une majorité simple des 193 Etats membres à codifier leur programme radical et contre-productif. Contrairement au Conseil sécurité de l’ONU, aucun pays ne peut exercer un droit de veto dans la procédure de l’UIT. C’est dans cet esprit, certains estiment que quelque 90 pays pourraient être l’appui intergouvernemental net de réglementation de sept simple à court d’une majorité.

Alors que le temps précieux court au loin, les États-Unis n’ont pas nommé un chef de file pour la négociation d’un traité. Nous devons nous réveiller de notre sommeil et nous engager avant qu’il ne soit trop tard. Non seulement ces développements ont le potentiel d’affecter la vie quotidienne de tous les Américains, ils menacent aussi la liberté et la prospérité à travers le monde.

M. McDowell est un commissaire de la Commission fédérale des communications.


(Photo en haut de page : Temple de Jérusalem, photo du site Agape Bible Study)

 
 

Dernière mise à jour : 24-02-2012 01:16

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2014 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >