Accueil arrow News arrow Dernières news arrow VIRUS mortel sur Terre : l’HUMAIN
VIRUS mortel sur Terre : l’HUMAIN Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 10-11-2014 18:14

Pages vues : 2953    

Favoris : 423

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Occulte, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Tradition, Transformation, Vide, Volonté, Walt Disney, Yankee, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
VIRUS mortel sur Terre : l’HUMAIN
en second lieux :
la succession de gouvernements des États-Unis
depuis la création de cet étatisme
avec l’aide du Saint Fric
de la City de Londres et du pétrole.
Le plus mortel virus humain sur Terre
est sans contestation le BLANC ou l’Occidental.
Partout où il s’installe, les autres peuples s’éteignent !!!
Les Blancs se sont rendus coupables de monstruosités
en massacrant les autres peuples comme les Peuples du Soleil
au 16è siècle, un des pires crimes de l’histoire humaine,
SINON LE PIRE, et sous couvert de la religion chrétienne,
donc en totale contradiction avec
le message du Christ ou Soi-Instant.
 
 
Parmi les cellules vivantes sur la Terre, l’humain se conduit comme un virus mortel. Un virus dont la Terre sensible, vivante, finira par se débarrasser, s’il continue à la massacrer. Tout étant lié, des échanges permanents ont lieu entre tous les vivants qu’abrite la Terre, y compris les minéraux, alors, faute d’harmonie de l’ensemble dans ces échanges et de compréhension, l’ensemble va à la catastrophe.

« Tant que la phobie de la bactérie, du virus, de « l’autre » n’est pas dépassée, on est dans des temps guerriers. Il faut passer à l’étape suivante, celle du dialogue avec le vivant, celle où le patient est véritablement sujet ». (Entretien avec Joël Sternheimer)
 
 
À l’Âge d’Or, la Vraie Télépathie était le langage universel. Après la Chute, avec l’apparition de la peur, des violences et de la mort, la Télépathie se fausse en devenant un phénomène lié à la survie des êtres des trois règnes : minéraux, végétaux, animaux. La Télépathie ne fonctionnait plus que quand il y avait danger de mort… Simplement parce que les trois règnes devinrent TOURNÉS VERS L’EXTÉRIEUR. La Vraie Télépathie ne peut fonctionner que lorsque les êtres sont tournés vers l’INTÉRIEUR, vers le Centrum Centri.
De toute façon, tout progrès ou transformation accomplie n’est jamais obtenue sans la perte momentanée de sa faculté précédemment possédée, et qui est recouvrée plus tard sous une forme supérieure. Tout est cycles. Ainsi, tout dilemme est un problème mal posé, qui ne peut être résolu qu’en en transmutant les termes en les plaçant sur une dimension supérieure.
« L'humanité trouvera son salut dans la paix de la synthèse du Père, du Fils et du Saint-Esprit ; du Père, du Christ et de la Vierge ; de la religion, du politique et de l’économique ; de la théologie, de la métaphysique et de la science. Dans le circumincession qui accomplit la synthèse, l’Unité en sa double spiration [involution-évolution] », écrit Jean Coulonval dans : Synthèse et Temps Nouveaux. Nous vivons les derniers temps des principes et institutions qu’a pondues et voulu imposer au monde les diableries de 1789 qui sont en train de se disloquer, de s’effondrer. Construire autre chose c’est désormais : « CONNAÎTRE TOI-MÊME PAR TOI-MÊME ».

La Chute de l’humain commence lorsqu’il se coupe de la Nature, de sa Nature : sa conscience n’était plus centrée que sur le monde physique, c’est-à-dire sur le mental, sur l’ego.
Avant, c’était l’ÂGE D’OR, époque où la dualité sujet-objet n’existait pas. Les fonctions de reproduction étaient en harmonie avec le Cosmos en utilisant les forces solaires et lunaires quand elles présentaient les conditions les plus favorables à la fécondation. La période de gestation et de parturition se faisant sans douleur, car la mère étant plongée dans un profond sommeil. La naissance et la mort n’entraînaient aucune interruption de conscience.



Cet Âge d’Or était celui des « Lémuriens » (qu’ils est existé ou non n’a pas d’importance) à la Conscience orientée vers le dedans. Ils percevaient les objets physiques d’une manière spirituelle, tels que nous les percevoir en rêve où tout ce que nous percevons se trouve en nous mêmes.
 
LA CHUTE : « Quand leurs yeux furent ouverts », donc leur conscience fut dirigée vers l’EXTÉRIEUR, apparition de la dualité sujet-objet, féminin-masculin, les conditions changèrent totalement partout dans le monde. Ce fut la CHUTE. La reproduction de l’espèce est passée sous la dépendance… de l’humain qui était ignorant des énergies du Cosmos. Puis vint l’abus de la fonction sexuelle servant aussi pour la satisfaction des sens, si bien que l’enfantement est devenu douloureux. Le mental se dirigeait totalement vers le monde physique. L’humain connu aussi la mort, à cause de l’interruption de conscience qui résultait de son passage dans les dimensions supérieures, quand la mort avait lieu, et de son retour dans le monde des accidents ou monde physique, au moment d’une nouvelle naissance.


QUI C’EST LUCIFER ? (dont on parle beaucoup sans le connaître).

Lucifer est en fait l’EGO, le possesseur des Connaissances… pour lui-même… Il correspond donc à la CHUTE : apparition de la douleur et de la peur jusque là inconnues, et comme la dualité était née, apparition en même temps de la fameuse « libre pensée » ou fameuse émancipation de toute influence et tutelles ou « opinions extérieures » (qui étaient, et reste, les ESSENCES). Donc l’humain à la Chute s’est coupé des Essences et orgueilleusement prétend « évoluer », ou « s’élever » vers des « pouvoirs spirituels ». Une « évolution » qui en théorie devrait lui permettre de retrouver l’Âge d’Or qui est éternellement là, et de retrouver son vrai libre arbitre dégagé de la tyrannie de l’opinion.

Si l’être humain n’était pas sorti de l’Âge d’Or et se laissait guider par les Essences, s’il n’avait pas suivit l’opinion de Lucifer et ses lumières identiques à celles du « siècle des lumières » ou 'raison ' des perruques poudrées du 18è siècle, l’humain n’aurait pas connu la mal-à-dit, ni la douleur, ni la violence et la mort. Les « lumières » de Lucifer comme celles des perruques poudrées ont ouvert la voie du mental à l’humain, donc l’EGO, pour maintenant « dominer la Nature », alors que l’être humain est lui-même la Nature et incapable de se CON-NÂITRE, de se RÉALISER.
L’ÂGE D’OR c’est le Saint Chaos ; le surnaturel et l’insolite puisque l’Instant est la Source. Les miracles et les métamorphoses soulignaient l’extrême labilité et plasticité de cet Âge primordial. Les objets et les être pouvaient voler à leur aise, les animaux pouvaient se métamorphoser en humains et réciproquement ; les cultures germaient spontanément, la chair des animaux dépecés repoussait aussitôt. mais un jour arrive Lucifer, ou des « Ancêtres divins »… qui décidèrent d’imposer leur opinion à cet Âge d’Or. Ils bidouillèrent les humains à partir « d’hommes-animaux » qui existaient alors, leur enlevant la possibilité de passer à volonté d’un état à l’autre. Le temps (Chronologie tueuse ou dévorante) était inventé. La Terre et le Cosmos en étaient bouleversés ; il apparaissait le loi duelle de cause-effet ; il apparaissait la mort. C’en était fini de la fantaisie fabuleuse magique.
Il allait apparaître la maladie du pouvoir.
Si l’humain avait continué d’être un être guidé par le Centrum Centri, le Soi ou Instant, il n’aurai connu ni la souffrance ni la mort, jusqu’à maintenant !
Par contre « l’ami Lucifer » a montré à l’humain comment utiliser son mental ou ego : la fameuse « lumière » ou « raison », afin d’accéder à la connaissance de la Nature qu’il s’efforce désormais de dominer, alors qu’il n’est pas capable de se dominer lui-même… Incroyable, et pourtant vrai depuis des millénaires…
Désormais grâce à sa libre pensée, l’être humain est soi-disant « libre », mais tant qu’il ne saura pas dompter son ego, il devra supporter les conséquences de ses propres actions, notamment ne pas attraper le cancer du pouvoir.
Apprendre à devenir indépendant, autonome, c’est commencer à se guider soi-même : « CONNAÎTRE TOI-MÊME PAR TOI-MÊME » ou Réalisation du Soi-Instant. Pour moi, c’était effectif à l’Âge d’Or. Il est plus que temps de sortir de l’évolutionnisme disant qu’à l’Âge d’Or, les humains étaient des inconscients « conduits par des êtres supérieurs », ou « âme-groupe » comme celle des animaux, sans connaître le moindre libre arbitre ; et qu’ils étaient alors incapables de se guider eux-mêmes, car ils n’avaient pas développé un mental qui leur fut propre… Il y a là un problème à étudier, par exemple dans La Cosmogonie des Rose-Croix, de Max Heindel où il expose le cas de ces humains « conduit et guidé par les Êtres supérieurs (en quoi, et venant d’où ?? Est-ce des extraterrestres ? Il ne le dit pas). À l’Age d’Or, le mental n’existant pas, donc pas d’ego, les êtres humains étaient alors RELIÉS PAR VRAIE TÉLÉPATHIE (à ne pas confondre avec un égrégore mondialiste). Avec Max Heindel et d’autres, on reste dans le terrible dilemme de l’individualisme-collectivisme, qui est le problème le plus profond de toute politique mondiale, passée et actuelle.

Si à l’Âge d’Or l’humain n’avait pas de mental, il ne faut pas en conclure qu’il était comme un « légume », comme vivant dans un « état végétatif », car c’est mépriser le règne minéral et végétal en portant son opinion et disant « qu’il végète » ; or depuis la fin de la seconde guerre mondiale, des techniques d’investigation plus poussées on montrées des pans entiers du monde des plantes qui se découvraient totalement différents de ce que l’on imaginait. NON SEULEMENT LES PLANTES NOUS RESSEMBLENT, MAIS EN PLUS ELLES POSSÈDENT DES FACULTÉS QUE NOUS PORTONS EN NOUS SANS QUE NOUS OSIONS Y CROIRE : ELLES ONT DES ÉMOTIONS, ELLES LES MANIFESTENT À LEUR FAÇON. Elles sont capable de deviner… Bref, tout est vivant, pensant, mémorisant, ayant projets…

Le VIRUS HUMAIN aura été particulièrement fécond depuis 1789, tout en n’oubliant pas les Anglo-saxons et la Guerre de Cent ans… Tous ravages des Blancs…
1789 révolution française, 1889 naissance d’Adolph Hitler pour le centième anniversaire de la révolution des républicains français, 1989 chute du mur de Berlin permettant la réunification de l’Allemagne.

RAPPEL : « Fonder l’Homme » c’est l’œuvre de Dieu ; en vertu de quoi, l’ambition humaine d’y parvenir est par nature anti Cosmos et annonce les prémices du totalitarisme façon des 74 ans de l’URSS. Avant nous avions eux ici en France l’expérience bonapartiste inspiré de l’empire romain antique qui dérivera vers le totalitarisme contemporain ou mondialisme sous la coupe des Couilles en Or.

« Traditionnellement, en effet, l’apparition de l’Antéchrist est liée, depuis la Seconde aux Thessaloniciens, à l’écroulement du katekhon romain. Le premier moment où celui-ci avait failli cesser d’être efficace avait naturellement été, à la fin de l’antiquité, la chute de Rome ; mais l’échéance avait alors pu être repoussée, parce qu’à cette époque, l’Empire romain fut supplée, dans la fonction de source universelle de légitimité qui était devenue la sienne, par l’Église romaine. Ce fut entre le baptême de Clovis et le sacre de Charlemagne, la naissance du régime, essentiellement substitutif, de Chrétienté. C’est précisément lui qui vint à s’écrouler, et cette fois-ci sans rémission, lors de la révolution française ; le régime auquel les députés du Tiers mirent fin, lorsqu’ils se proclamèrent Assemblée Constituante, c’était toujours, vaille que vaille, lui. Or le bonapartisme est indéniablement né de la Révolution ; il n’a d’autre sens que de prétendre mettre un terme aux apories politiques (guerres civiles, vacance de la légitimité, etc.), où l’écroulement du régime antérieur, par elle provoqué, avait jeté le corps social. Eh bien, la solution qu’il y trouve s’établit exactement à mi-distance de la Rome antique et des totalitarismes contemporains. La Révolution avait détruit le prolongement que le régime de Chrétienté avait procuré à la stabilité impériale romaine, Napoléon rétablit l’Empire : mais cette restauration de la romanité n’est pas tournée seulement vers le passé ; elle annonce aussi toutes les autres tentations de retour à l’Empire qui se sont opérées ensuite en plein cœur de l’histoire européenne des19è et 20è siècles, avec le Second Empire en France, le fascisme en Italie, le nazisme en Allemagne. La Révolution avait, d’autre part, brisé l’unité nationale en provoquant la séparation de la Gauche et de la Droite, le bonapartisme fonde sa pratique politique sur la réunification de leurs extrêmes ; d’une côté, c’était certes expérimenter le centrisme par addition qui allait, à l’avenir, rester typique des régimes totalitaires, mais d’un autre, c’était aussi renouer avec la formule, à la fois plébiscitaire et dictatoriale, sur laquelle César avait précisément établi l’Empire », écrit superbement Fabrice Bouthillon dans son livre : Nazisme et Révolution - Histoire théologique du national-socialisme - 1789-1989.

Bouthillon ajoute les confidences de Bonaparte à Saint-Hélène où « s'il avait été victorieux à Moscou, il pouvait « prendre sa place parmi les Dieux »… Donc rétablir l’Empire ou réunir l’extrême Gauche et l’extrême Droite, soit les deux objectifs d’Adolphe Hitler : une parenté avec Bonaparte qui n’est pas un hasard !!! « Elle vient de ce que le nazisme est né de l’effondrement révolutionnaire du katekhon aussi directement que le bonapartisme en est sorti… » Adolphe Hitler se prenait pour une sorte de Christ, c’était pourquoi son peuple devait le suivre ; Hitler évidemment un Christ à l’envers, ou Antéchrist ; de là toute une série de réminiscences antichristiques de propagande nazie (notamment un Reich de « mille ans »). Tout culte de l’ego est antichristique !
Ne pas oublier le paganisme d’Hitler, un paganisme qu’il n’a absoluement pas compris vu le résultat de la fin de son régime politique se voulant aussi christique ! Il se maria avec une certaine Braun, c’est-à-dire avec une Mademoiselle Brun : la couleur du mouvement nazi, qui est aussi celle de la terre. Pour Hitler la femme portant ce nom était la femme par excellence (analogie avec le terre nourricière, le Terre-Mère du paganisme, d’ailleurs réunit au Christianisme par le nom d’EVA ou Ève renvoyant à la Genèse, et donc au judéo-christianisme !)

On sait que la principale maladie de la démocratie, c’est l’égalitarisme. Ainsi la démocratie est le régime de la pensée unique, le régime de la tyrannie de l’opinion, donc le régime où nul n’a le droit de se différencier : une masse du sein de laquelle, en revanche, un dictateur peut facilement surgir, de même qu’une oligarchie, parce que la démocratie et sa maladie de l’égalitarisme préférera toujours l’égalité dans la servitude à la différence dans l’indépendance ; par conséquent la démocratie ne peut fonctionner qu’avec l’étatisme le plus dur, et en totale contradiction avec sa soi-disant signification du mot : du grec dêmokratia, de démos (peuple).
La démocratie se veut régime de la « raison » (là où il faut des preuves et des analyses), donc du pur mental ou pur ego avec son corollaire « l’égalité » se voulant « universelle », soit l’opinion en forme de pensée unique ou nouvelle religion… Droit de l’Homme, etc… « Là où ils ont coupé des têtes, ils disent qu’ils ont établi les « Droits de l’Homme »… Ainsi la Guillotine reste le symbole républicain par excellence !!! La Veuve (autre nom de la Guillotine, voir la page : Hiram, Menhir, Hir-Man en Auvergne. La Guillotine en égalisant par coupage de « têtes qui dépassent » est aussi symbole d’égalité. Les « Fils de la Veuve » sont les judéo-maçons spéculatifs rêvant de la Jérusalem céleste ou non comme capitale mondiale).

Qu’est-ce que c’est le socialisme ou communisme ? C’est la Gauche se voulant « universelle » jusqu’à en tirer 74 ans de socialisme à la bolchevique avec son institution du Goulag. C’est la maladie de l’égalitarisme ou mondialisme, soit la conquête du monde entier par un seul peuple : l’Occident, le Blanc, et plus particulièrement le monde anglo-saxon : les États-Unis et son melting-pot…

Si mettre au monde, un enfant ou un projet, une œuvre d’art, est douleur pour une femme, pour vaincre la peur… « de la page blanche » par exemple, c’est à cause du confort réclamé par beaucoup à cause de la technologie galopante : on veut que les machines fasse tout à notre place, y compris qu’elles nous assurent l’immortalité, en mettant sa « conscience dans un ordinateur » capable de s’auto-réparer, tout du moins est-ce le délire des Google et de ses transhumanistes. Qu’est-ce encore que le confort ? Mais LA RAISON ET SON LIBRE ARBITRE…
RAPPEL : À propos du mot « science », la technique mise à toutes les sauces de nos jours ne fait qu’utiliser la science pure et n’en est que consommatrice. Il ne faut pas inverser, comme on fait aujourd’hui !

[En haut de page : Bataille de Crécy en 1346, si on compte d’après la datation actuelle… ]
 
 

Dernière mise à jour : 10-11-2014 18:58

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >