Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Sentiment - opinion = kifkif
Sentiment - opinion = kifkif Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 20-06-2016 21:53

Pages vues : 2318    

Favoris : 384

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Islam, Jardin, Jeu, Judaïsme, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
moutons2.jpg
 
 
Sentiment - opinion = kifkif
Sentir-ment comme la finance
qui invente nécessairement le voleur,
le terroriste et le marchand d’armes,
et les militaires, les juges,
la police, l’étatisme et son gouvernement.
Un voleur ou un terroriste ne vient pas là
où il n’y a rien à voler ni à terroriser !
Si vous pondez une loi, nécessairement
elle sera faite pour être violée !
Si vous inventez une « sécurité »,
nécessairement elle sera faite pour être violée !
Et ainsi de suite en évolutionnisme.
 
 
Les « nations libres » et leur religion de la pensée » à partir du tueur de Païens Théodose 1er en 380. « Religion de la pensée » ou DE LA MORALE, en passant par le pédantisme de la Renaissance qui remettait à la mode l’idéal républicain de Rome et d’Athènes.

Liturgie, rituels et simagrées judéo-maçonniques ou non, cantiques et paroles ou « sentiments » religieux visent tous à manipuler et pénétrer l’être humain par la voie des sens physiques ou esthétiques, donc par l’OPINION. Paroles et mots : enfants du temps qui coule.
Famille, patrie, éducation scolaire, sociale ou religieuse, sont autant de formes du mental ou du sentiment dans un monde préconçu. Seul, l’OUVRIER QUI OUVRE, ŒUVRE AVEC SES MAINS LA MATIÈRE CON-NAÎT. On ne triche pas avec la Matière, la sienne : le 'Je', le « boulot » est bon ou mauvais, un point c’est tout ; la sanction est immédiate, comme dans le plus simple labour de l’Alchimiste authentique (pour n’avoir pas observé cette règle, nombre d’Alchimistes sont mort tués par leur Matière). Par contre, un travailleur du chapeau, un « spécialiste », un enseignant, peut passer le reste de sa vie à dire des conneries dans des médias ou des conférences, ou à écrire des livres sans s’en porter plus mal.
 
Ce monde découvrira la paix seulement quand il commencera à abandonner le sens actuel du mot POLITIQUE : « L’art d’agiter les hommes avant de s’en servir » (comme aurait dit un certain Talleyrand). Donc sortir de la diabolique « démocratie », ce Graal inversé ou renversé !

Avec le capitalo-socialisme modèle CORPS SOCIAL, selon certains il faut interner (dans le Goulag), infliger des supplices, non pour faire souffrir une personne en tant que personne, mais comme une pratique de mortification ou d’ascète que le corps social et son « vivre ensemble » inflige à un de ses membres, lesquels ne doivent exister qu’en fonction de la collectivité. C’est absolument la singerie du Corps Mystique où chacun n’est qu’un membre du Christ, qui veut dire universellement RÉALISATION DU SOI-INSTANT. On pourrait dire que « comme Dieu », la société capitalo-socialiste punit sans haine, à la façon d’une mécanique nommée une fois de plus : OPINION, GRÉGARISME.
Il fut un temps ou les victimes à torturer au profit du « social » de notre société embourgeoisée furent les prêtres ouvriers, sacrifiés à la masse… Une imbécilité du grégaire de plus.

La satisfaction morale de soi-même est identique aux observances rituelles et autres « commandements » : « Ne prends pas, ne goûte pas, ne touche pas, etc » qui toutes ne font que renforcer l’ego ! Ce ne sont que des opinions de morale car les « intérêts moraux » (sociaux) sont diversifiés à l’infini selon les situations des groupes et des individus, aussi divers que les égoïsmes inconscients, que les morales de situation, et qui ne feront que plonger la moindre religion dans un océan de travail du chapeau moral.

SORTIR DU SENTIMENT, DE LA SYMPATHIE, POUR ÊTRE LIBRE.


Sortir du conditionnement : « Je crois », parce que papa et maman me l’ont dit », ou parce que le monsieur dans France-Info ou à la télé me l’a dit, ou parce ce que le maître d’école me l’a dit, etc… Ce n’est pas de la FOI mais un conditionnement éducatif de se faire une idée du divin à partir du spatio-temporel ! La Foi ou Soi-Instant, Christ, la Connaissance, voit le temporel à partir du divin et le recréé. La Vraie Foi étant comme le Centrum Centri ou Connaissance, le SOI, elle ne se cultive pas, ne s’approfondit pas, elle ne se perd pas étant notre état naturel. La fausse foi et ses paroles ne sont que du sentiment.

L’être humain étant un Homo Religiosus, aucun peuple, aucun individu, ne peut échapper à la nécessité d’une spiritualité qui n’est autre que le besoin incoercible de trouver à l’existant un centre immuable (une sécurité ou refuge) qui ne peut se situer qu’au-delà de l’espace et du temps. Toutes les religions, toutes les sectes sont affublées d’un isme ou système, donc d’une opinion, d’un sentiment. Or AUCUNE OPINION, POLITIQUE, SCIENTIFIQUE OU RELIGIEUSE, AUCUN RÉGIME NE PEUT APPORTER LA PAIX.

Depuis le début janvier 2015 le système capitalo-socialiste et son « vivre ensemble » inonde les médias de « bons sentiments » de laïcité ; le dernier en date en juin 2016 étant l’assasinat de deux policiers à leur domicile, dont depuis une semaine les médias français aux ordres de cet étatisme nous inonde de « bons sentiments » et autres « marche blanche ou jaune » de quart d’heure en quart d’heure, sur France-Info surtout. La pleurniche internationale de l’après 1945 et son fric-flic est bien le winner de l’époque ! Ah ! ces gens là aiment et se masturbent avec leurs Flic-Fric !
Tout ça nous dirige vers une société FOURMILIÈRE : la même soupe pour tout le monde. La recherche de l’uniformité du mental, de la norme compas-équerre judéo-maçonnique, véritable éteignoir de la chandelle, ou de l’âme.
La qualité, de l’ordre de l’infini ou éternité, ne peut pas être engendrée par la quantité qui est par nature indéfinie, jamais achevée, donc en évolutionnisme comme de nos jours. Cela va conduire immanquablement à la société fourmilière, où ne sera tolérée aucune liberté individuelle vers la Réalisation du Soi-Instant.
Le « vivre ensemble » de cette société fourmilière multiplie, cumule les individus pour en faire un troupeau, mais refuse les personnes, les JE SUIS CE JE SUIS dans le sens qualitatif. Ainsi la « liberté » n’existera que pour l’oligarchie bancaire et étatique, ceux qui décident de ce qui devra être vécu et senti uniformément par tout le monde ; la liberté de Satan qui ne cherche pas à libérer mais à POSSÉDER. Ce fut le cas des 74 ans de capitalo-socialisme d’État de l’URSS, qui n’est que la maturité d’un mal prenant sa source, son germe, dans un Occident formé d’une civilisation chrétienne !

M’imaginer que, parce que je suis en « démocratie » et que j’ai donc droit à une opinion personnelle, pour moi tout seul, je réalise ma liberté, ma personne, et que je deviens « moi » en cette sainte laïcité judéo)maçonnique ; ou bien m’imaginer que, parce que je me fonds dans le grégarisme d’un groupe, je renonce à toute opinion personnelle et me mets au service de la « vérité » en renonçant au « moi » ce serait la liberté ! Cette « vérité » ne peut qu’être l’uniformité du mental à la mode capitalo-socialisme, un détournement, une inversion du « moi collectif » des Anciens.
Depuis des millénaires nous sommes comme la bourrique qui a le choix entre une botte de paille et un seau d’eau. Si elle mange la paille, elle crève de soif ; si elle boit de l’eau, elle crève de faim ! (Pour prendre l’exemple de Jean Coulonval dans : Synthèse et Temps Nouveaux). Coulonval explique qu’après sa vision qui l’a fait naître à une perception transcendante, le dilemme ci-dessus (moi individuel/moi collectif) disparaît. Il n’avait plus à choisir entre les choses à sentir pour soi-même (égoïsme et possession) et les choses à sentir au travers des autres et pour les autres (altruisme). « En passant de l’accidentel dans l’histoire à l’éternel des essences, le dilemme s’était évanoui. Le « moi » et le « nous » devenaient identiques. […] Par-dessus la comédie, les mensonges, l’hypocrisie des démocraties, de multi-opinions (style capitaliste) ou de mono-opinion (style communiste) ».

Les pharisiens sont typiquement prisonniers du sentiment et de la morale-opinion. Il se sont laissés piégés dans l’espace-temps, là où l’esthétique du sentiment est nécessairement variable dans la multiplicité indéfinie des situations concrètes, des complexes et des accidents dans le spatio-temporel.
Les pharisiens ou Pilpoul de tous bords, ces travailleurs du chapeau qui masturbent à la lettre le Talmud, soit l’apprentissage de la quincaillerie réthorique ou opinion.
Le mot « pilpoul » (ou pelpoul) a un rapport direct avec la judéo-maçonnerie spéculative. En effet, Pelpoul (en hébreu : fendeur africain), est le nom moderne du fendeur africain ou l’ancien forestier (étiquette de sectes secrètes rurales, le contraire de sectes urbaines ou maçons, ceux des « citoyens »). Les Pelpoul sont donc des fendeurs ou FORBANS (maçons de sa destinée : les forts en ban ou parlote, le héraut qui transmet les messages et les ordonnances officielles). « Forban est l’exacte traduction du grec Tycho poion, artisan de sa fortune, dont nous avons fait maçon [s’il n’était pas si décrié et mensonges depuis 1717, il serait un Réalisé]. Mais dans l’origine ce mot ne voulait pas dire un faiseur de murailles, que les Italiens nomment muratore ; il est grec lui-même et vient de méchané, dont nous avons fait mécanicien. Ce titre ne s’appliquait primitivement qu’aux architectes et aux ingénieurs », écrit Grasset d’Orcet dans : Œuvres décryptées, vol.1.

La Vraie Franc-Maçonnerie est une variation du thème de la Réalisation du Soi-Instant ; à la limite, le Soi étant notre état naturel, même une Vraie Franc-Maçonnerie est inutile, sauf dans le sens de TRANSMETTRE LE SAVOIR-FAIRE DU MÉTIER D’UN ARTISAN, D’UN OUVRIER, celui qui ouvre. Mais depuis Oliver Cromwell, la franc-maçonnerie n’est plus que dans sa majorité POLITIQUE : une religion sociale, socialisante, ayant pour but de formater un citoyen ou habitant des villes dont la divinité sera le social ou république et son « vivre ensemble » ; alors que l’ancienne maçonnerie était un programme de spiritualité individuelle ayant pour but de former un artiste ou artisan dont la divinité était le BEAU, LE QUALITATIF. Telle est l’abîme qui sépare la judéo-maçonnerie genre adonhiramite de Cromwell dans un but uniquement politique et de réseaux d’influences et de copinages genre maffia. Cette nouvelle maçonnerie recrute ses adeptes dans toutes les professions, et seul le lien qu’ils ont en commun est la politique, ce qui est typiquement le cas du Grand Orient de France, tous les coquins-copains.
 
 

Dernière mise à jour : 20-06-2016 22:21

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >