Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le macronisme ou étatisme à l’œuvre
Le macronisme ou étatisme à l’œuvre Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 15-05-2017 00:17

Pages vues : 2375    

Favoris : 277

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Christ, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Eau, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Fusible, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Information, Inquisition, Instant, Islam, Israël, Jardin, Jeu, Judaïsme, Kronstadt, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Merde, Métal, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Moteur, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Pays, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Scarabée, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Univers, Vase, Vide, Volonté, Yokaï

 
esclaves_noir_colonisation.jpg
 
 
Le macronisme ou étatisme à l’œuvre
ou
les Lumières (des perruques poudrées),
la « raison » ou la Gauche,
le parti de « l’universel » à l’œuvre.
La guerre de l’universel contre le local,
ou
la guerre du peuple élu contre les Païens (les Paysans).
On ne sort pas de la géométrie de
la ligne droite : l’évolutionnisme !


ÉTAT OU POUR-VOIR = CRIMES ET MENSONGES LÉGAUX
 
 
« Toute la pensée révolutionnaire des Lumières, par exemple, est tournée contre le privilège de la classe oisive et seigneuriale et, au nom du progrès, défend la population active, dont le marchands, les manufacturiers, les propriétaires fonciers progressistes ». Fernand Braudel résume tout le capitalisme de la démocratie marchande dans le chapitre La société ou l’ensemble des ensembles, du volume 2 de : Civilisation matérielle, économie et capitalise 15è-18è siècle. Braudel ajoute même le principe du « monde-hôtel » de Jacques Attali puisque l’argent n’a pas d’odeur car il circule partout : « Les capitaux se moquent des frontières. Ils vont vers la sécurité ».
La république de 1789 et jusqu’à nous est bien LE FASCISME et son TOTALITARISME, parce que les aristocrates « oisifs » dénoncé par un Condorcet étaient en quelque sorte les Vrais Libérés, leur valeur cardinale était cette Liberté : ils étaient comme des RÉALISÉS VIVANTS, des gens qui sont comme : « Je suis ce JE SUIS », c’est-à-dire QUI SONT DISTINGUÉS OU SINGULIERS, UNIQUE, DONC RÉALISÉS ; précisément par la volonté d’être vraiment libre, les « Réalisés » aristocrates acceptaient le risque de la différence, de la non conformité dans ce monde de conformisme crade et étatique et de compas-équerres. Bref, les aristocrates refusaient l’égalitarisme de la démocratie marchande !
Tous les personnages du livre d’Adolph Hitler : Mein Kampf sont éminemment démocratiques et égalitaristes, comme le furent les Juifs bolcheviques de l’URSS à ses débuts : nivellement de la masse par le bas ou senti-ment, soit la même soupe pour tous, aucune tête ne doit dépasser sinon elle sera coupé par la Guillotine républicaine ou juive bolchevique : interdit de se différencier, sauf par ce que l’on consomme, mais interdit de ne pas être consommateur ; bref, en démocratie interdit d’être pauvre, surtout dans l’Empire USionistan des winners et Macron : réduction des masses au seul aspect technologique, dont le transhumanisme, et uniformisation des façons de vivre et de sentir. En laïcité l’être humain est réduit à un ventre et un sexe sur pattes.
 
 
Tout est dit en peu de mots par Fernand Braudel cité ci-dessus ! Suppression des frontières pour fabriquer ce Nouvel Ordre Mondial, invention du tout sécuritaire avec la mode du terrorisme. Cette suppression des frontières se nomme aussi COLONIALISME, dont les Anglais se sont montré les maîtres par leur maîtrise de la finance, qui va donner l’Empire USionistan. Par exemple, l’Angleterre assure la domination du monde en l’emportant sur la France en Amérique du Nord et dans les Indes, « dans ces deux régions qui ont été les points d’appui évidents de sont essor », écrit F. Fraudel.
Mais la république de 1789 se voulait colonialiste comme le bolchevisme sociétique de l’URSS : un colonialisme au nom des « droits de l’homme » ou noachisme, dont la France républicaine prétendait détenir le copyright, inventé d’ailleurs par elle ; ainsi elle imaginait l’avenir du monde pour les autres peuples, qui devaient à leur tour devenir des « civilisés » républicains, et ne pas rester dans leur état de « sauvage » (voyez le colonialiste en chef tel Jules Ferry…). Alors : TOUS FRANÇAIS, TOUS RÉPUBLICAINS, TOUS MACRONISÉ, sinon nous restons des bêtes, des losers !

« Là où ils ont coupé des têtes, ils disent qu’ils ont établi les Droits de l’Homme ». Parallèle cyclique avec la propagande de l’Empire romain, citée par Tacite (Vie d’Agricola, XXXI) : « Là où ils ont créé un désert, ils disent qu’ils ont établi la paix ».
C’est comme cela que les Saint-Just éliminent les « ennemis de la liberté ». Pauvre garçon, repose en Paix.


RAPPEL : sur ce qui se passe en France actuelle, en refrain de ce passage de Jean Coulonval sur le caractère en politique des Français :
« La France vient de se trouver devant ce dilemme [ou poussière d’opinions et de désordre, ou opinion unique et pseudo-ordre], qu’elle a résolu en se donnant un roi. Car le peuple de France A TOUJOURS EU LA NOSTALGIE DE SES ROIS. On y joue à la royauté, mais c’est une royauté noire, comme il y a des messes noires. Son apparente indépendance cache en réalité sa dépendance des puissances économiques mondiales et occultes [voir la vidéo pertinente d’Alain Soral).
Pour résoudre ce dilemme, le communisme a franchi le Rubicon en décrétant que l’homme n’est qu’une émanation de la matière [darwinisme], prenant ainsi le positionnement diamétralement opposée à celle des mystiques chrétiens, Saint Ignace entre autres, qui enseignent la sainte indifférence envers les choses de la Terre ».
(Jean Coulonval : Synthèse et Temps Nouveaux, chapitre : La catholicité face au capitalisme et au communisme, écrit en 1960).

ÉTAT = VIOLENCE ET EN CONSÉQUENCE OBÉISSANCE, ce qui est appelé par leur chefferie « valeur ».

Le « sans dent » ou loser a le choix : aller vers la mendicité et sortir du système étatique et de sa « couverture sociale », aller vers l’État et sa « valeur » (marchande et de consommation). Donc il a le choix d’être tenu, soumis, ou d’être abandonné (en l’état actuel des consciences, c’est-à-dire encore prisonnier de la dualité sujet-objet ou cause-effet). Mais s’il n’est pas évident de sortir de la dualité, il est plus facile de sortir de la hiérarchie ou chefferie de tout étatisme et de toutes obédiences judéo-maçonniques spéculatives à pouvoir comme le Grand Orient de France.
Une loi naturelle devrait être celle D’INTERDIRE QU’UN ÊTRE HUMAIN DÉPENDE D’UN AUTRE ÊTRE HUMAIN, donc un pauvre ne doit pas dépendre, ni surtout entretenir un riche !!!
Évidemment c’est le mot SOCIÉTÉ et son SOCIAL qui plombe tout en bouffant de la hiérarchie à longueur d’espace-temps.
Il n’y a pas de modernité ni de « progressisme » (autre isme) dans l’économie construite sur une monnaie quelconque : C’EST TOUJOURS LA MÊME CHAÎNE, LE MÊME RÉSEAUX QUI ENCHAÎNE : ESCLAVAGE, SALARIAL OU ANCIEN, CONDITION OUVRIÈRE, SONT DES CHAÎNES OU RÉSEAUX SANS FIN. SEULE LA COULEUR DE LA CHAÎNE OU DU RÉSEAU, de nos jours informatique, N’Y CHANGE RIEN (en thermodynamite on recycle… on ne sort surtout pas du réseau…). Supprime-t-on un esclavage au 19è siècle qu’un autre surgit aussitôt, parce que le capitalisme récupère, bouffe tout. Les colonies d’hier, les voilà maintenant « libres ». Toutes les parlotes de la chefferie démocratique le disent, mais les chaînes du tiers-monde, pardon des « pays en voie de développement », pardon : « pays émergeant » gueulent le contraire.

L’abbé Claude Fleury en 1688 disait : « Si les pauvres n’avaient pas d’enfants, où prendrait-on des ouvriers, des soldats, des serviteurs pour les riches ? ». Un certain Melon écrit : « L’usage des esclaves dans nos colonies n’est contraire ni à la Religion, ni à la Morale », comme quoi l’opinion change constamment et n’est JAMAIS stable… Rien n'est fixe à chaque Instant.

Réseaux, Patriarcat et référence judéo-maçonnique spéculative à Hiram, « constructeur » du Temple, et référence au roi Salomon (sel-mont…). HIRAM : PROTOTYPE DU TRANSHUMANISME. Voir Sagesse 7, 16-21 : « Nous sommes en effet dans sa main, et nos paroles, et toute intelligence et tout savoir pratique. C’est lui qui m’a donné une connaissance infaillible des êtres, pour connaître les structures du monde et l’activité des éléments, le commencement, la fin et le milieu des temps ».
Vous avez là déjà le mondialisme, le domination de la Nature et en conséquence le Transhumanisme qui veut « l’immortalité » (ici sur Terre dans le spatio-temporel où ce qui nait ne peut que mourir au bout d'un temps qui coule !).

PARASITISME ET VIOL ÉTATIQUE OU MACRONITE AIGUË.

L’étatisme c’est l’œil qui voit tout de la judéo-maçonnerie spéculative actuelle, celle née à Londres dans une taverne en 1717. L’étatisme est née avec la voie des 10.000 ans de l’(Agriculture et depuis ses millénaires il impose ses lourdeurs insupportables, pour employer les termes de Fernand Braudel, qui précise que l’État c’est le progressisme par excellence qui commence avec les Henri VII de Lancastre, Louis XI en France, Ferdinand le Catholique en Espagne. Tout ça correspond à la Renaissance, à la Réforme, premier mouvement émancipateur moderne européen, et à la montée du capitalisme et de la « raison » et donc de l’opinion, surtout grâce aux Luther et Calvin. Mais le grand initiateur de l’étatisme moderne fut CHARLEMAGNE. À Charlemagne il faut ajouter Louis IX, qui par ordonnance de 1262, a imposé dans tout son royaume la monnaie royale ; puis ensuite un Philippe le Bel qui, le premier, introduit l’impôt du roi sur les terres seigneuriales, et le fait avec ruse et prudence… Sous Louis XIII et Louis XIV, vu la pression fiscale trop importante, des émeutes vont se produire.

L’étatisme moderne et sa chefferie ne peut qu’être violence : il déforme ou brise les formations et institutions antérieures : voyez 1789 chez nous en France… Il détruit les provinces, les villes autonomes, les seigneuries, les États de trop faible dimension. Comme le capitalisme, l’État bouffe tout porté par l’élan de la vie économique qui le privilégie.
Depuis la Renaissance État = économie, et les pays qui ne s’y attèlent pas restent des « sauvages » : comme la Turquie Osmanlis venu du fond de l’Histoire-Opinion-Temps qui coule répétant l’Empire des Turcs Seldjoukides ; comme la Chine des Ming, abattue sauvagement par la Chine des Mandchous ; et seule l’Europe politiquement et économiquement innove.
Remodelé ou carrément nouveau, comme se veut la république de 1789, l’étatisme reste toujours ce qu’il a été : un réseau de fonctions et de pouvoir. Ses tâches essentielles ne changent pas, même si ses moyens ne cessent de changer.

Comme en 1789 en France et 1917 en Sainte Russe : la première tâche de l’étatisme est de SE FAIRE OBÉIR : MONOPOLISER LA VIOLENCE QUI SERA « LÉGALE » POUR IMPOSER UNE SOCIÉTÉ VIRTUELLE OU CONFORME À L’OPINION DE LA TÊTE D’ŒUF POSSÉDANT LE POUVOIR, soit vider la société idéale de toutes ses fureurs et révoltes possibles, en leur substituant LA VIOLENCE LÉGITIME : LA TERREUR RÉPUBLICAINE ET LES GUERRES DE VENDÉE EN FRANCE ET AUTRES MASSACRES, AUSSI LA TERREUR SOCIALISTE ET L’INSTITUTION DU GOULAG EN URSS ET SON TOTALITARISME DÉGUISÉ EN « DÉMOCRATIE » À L’ÉTIQUETTE : « LE PAYS LE PLUS LIBRE DU MONDE ».

Ensuite pour l’étatisme arrive la BOUFFE : l’économique, contrôler de près ou de loin la vie économique, organiser les réseaux de circulation des biens, se saisir surtout d’une part notable du revenu national pour assurer ses propres dépenses, son « luxe » d’administration ou de guerre. Le cas échéant, la chefferie immobilisera à son profit une large part de la richesse publique : voyez le trésor du Grand Moghol, le palais-magasin de l’empereur de Chine, les 34 millions de ducats en espèce d’or et d’argent chez le sultan qui vient de mourir à Istanbul en 1730…

Enfin, l’étatisme se doit de veiller à la participation de la vie spirituelle, sans quoi aucune société ne tiendrait debout (de nos jours la judéo-maçonnerie style GODF a trouvé le truc de la laïcité). Donc l’étatisme doit tirer à lui les puissances religieuses : à la fin du 19è siècle à la vue du déclin du catholicisme et d’autres forces en présences, l’étatisme se dirige vers la judéo-maçonnerie du GODF. L’étatisme ne doit donc pas se laisser déborder par les innovations inquiétantes à ses yeux, ou par les opinions en action depuis la Renaissance.

ÉTATISME = MAINTIENT DE L’ORDRE, MAIS DUQUEL ?

Plus les communautés sont inquiètes et divisées, et plus l’État, arbitre par principe, bon ou mauvais gendarme, FRAPPE FORT (voyez ce qu’il arrive aux « dissidents » Alain Soral et Dieudonné et autres…
ÉTATISME = DUALITÉ POUR-CONTRE
POUR : soutenir les winners ou peuple en haut de la pyramide hiérarchique, voyez les chefferies qui réclamaient de la Macronite avant mai 2017 ! C’EST-À-DIRE QU’IL NE PEUT PAS Y AVOIR D’ÉTAT SANS CLASSE DOMINANTE, SANS CHEFFERIE QUI NE SOIENT PAS COMPLICES (là encore voyez qui soutint Macron avant son érection).

DONC L’ÉTAT EST LE GRAND FRAPPEUR PAR EXCELLENCE : IL FRAPPE COMME SON MÉTIER LE LUI INDIQUE, IL MENACE POUR ÊTRE OBÉI. « Légitimement » il a le « droit » de supprimer les individus au nom du « bien public » : de nos jours voyez les terroristes qui sont systématiquement abattu par les forces du désordre. Comme tout ce que fait l’État c’est « légitime », il est le bourreau de service, et totalement innocent puisque « légitime ». Et s’il frappe de façon encore plus Hollywood, ce sera encore plus légitime, et les zombifiés de peuple en redemanderont : voir il n’y a pas si longtemps les gens qui se pressaient pour assister au spectacle des exécutions capitales à coups de Guillotine républicaine, et plus anciennement la curiosité sadique et morbide, voir sexuelle, autour des échafauds et gibets, car les peuples zombifiés ne sont JAMAIS du côté des losers mais réclament toujours plus des winners.
Au temps des perruques poudrées et de leur « Lumières », sur la place de Grève se succèdent sans arrêt les messes suppliciantes et leurs lugubres préparatifs. Par exemple les zombifiés de 1766 se pressent pour voir exécuter Lally-Tollendal ; veut-il parler sur l’échafaud ? On le bâillonne. En 1780, c’est spectacle place Dauphine. À ce hui on a Hollywood et les médias de l’Empire et de la City.
En Sicile en 1586 vous n’aviez pas intérêt à voler le joli manteau d’une dame, même à la veille de votre mariage, parce que vous vous retrouveriez pendu par le cou à une potence !

POURQUOI CETTE VIOLENCE ÉTATIQUE POUR « MAINTENIR UNE PAIX INTÉRIEURE » ?
Parce qu’en l’état actuel des consciences, les gens encore prisonniers de leur dualité sujet-objet tournent en rond en leur geôle-loge, et que tous dépendent des puissances ou pouvoir financier dirigeant ce monde. Ainsi il n’est point étonnant qu’à partir de la Fronde et des guerres de religions l’étatisme français se déclara « absolu » qui va devenir après 1789 « la république Unité et indivisible » telle une nouvelle religion universelle éjectant près de 2000 ans de catholicisme.

Dans toutes ses tâches l’État a besoin d’argent, et en progression constante puisque aussi en progression son autorité et sa diversité et complexité. Il ne peut plus vivre comme autrefois du domaine du Prince. Il doit mettre la main sur la richesse qui circule (les impôts, l’économie du marché, etc.). Alors entre en piste la dualité modernité-capitalisme. Ainsi la chefferie ne va que se renforcer : hiérarchie discrète et sournoise ou occulte, et hollywoodienne dans son autre aspect, notamment à ce hui le macronisme. D’autre part, comme pour le capitalisme, pour s’enrichir l’État recourt aux monopoles : voyer celui des alcools et du tabac en France ; les Portugais et leur poivre ; les Espagnols et leur argent métal ; les Français d’avant 1789 et leur sel ; les Suédois et leur cuivre, etc.

Vers 1557 commence le règne des Couilles en Or génois : les Grimaldi, les Pinelli, les Lomellini, les Spilona, les Doria, tous « nobili vecchi » de la république de saint Georges ! Ils organisent des foires, des changes de plus en plus important. Ils sont les maîtres de la fortune mobilisable de l’Europe entière. Ces Couilles en Or transforment le flux de la circulation de l’argent entre Séville et le métal blanc d’Amérique. Le capitalisme commence à devenir le maître du monde. Il faudra aussi compter sur l’Angleterre de 1688-1756 qui se débarrassera des intermédiaires qui « parasitaient » l’État. Il y aura comme une « nationalisation des finances », notamment par le contrôle de la Banque d’Angleterre (au milieu du 18è siècle, bien que cette banque fut fondée en 1694), puis, dès 1660, intervention décisive du Parlement dans le vote des crédits et des impôts nouveaux. L’organisation anglaise devenait purement bureaucratique (voyez les lambris et les intérieures anglais dans les décors des séries télé narrant des situations aux 17è-18è siècles, notamment la série Taboo, bien que située au début du 19è siècle, mais qui reflète adroitement le capitalisme montant).


ÉTATISME = GRAND ADMINISTRATEUR OU ARCHITECTE DE L’UNIVERS, LA RÉGIE ET SON RÉGISSEUR, PRINCE DE CE MONDE.

On parle de « régicide » à propos de l’assassina d’un roi, indiquant par là que le mot régie a pour étymologie « roi ». RÉGIE : mode de gestion ou d’administration d’une entreprise publique, par les fonctionnaires d'une collectivité publique. Régie d'État, régie communale. Régie simple ou directe, entièrement dirigée et organisée par les fonctionnaires. Régie intéressée, dirigée par une personne physique ou morale (régisseur) intéressée au recettes et aux bénéfices (réf. d’après le dic. Le Robert). On parle aussi de « régisseur de théâtre », ou de film, et de régie d’un studio de télévision, là où officie le réalisateur presse-boutons.
« Tout est en régie », disait en 1713 au contrôleur général des Finances Desmarets, le député de Lyon Anisson, envoyé par deux fois en Angleterre par Louis XIV pour traiter d’un accord commercial qui n’aboutira pas.

NOTA : le parti de la Macronite « En Marche » comporte les mêmes initiales E et M. et se situe dans la continuité de cette administration technocratique étatique, amorcée suite à 1789 et en sa progression de la mécanisation industrielle parallèle à la progression de la mécanisation sociale : mode du socialisme, viol des masses.
L’opération « en marche » a consisté a fabriquer la « méchante » Marine Le Pen, en la comparant à son père… ce qui correspond parfaitement à cette société du spectacle, du spectre ou illusion. Ce qui caractérise le fascisme c’est LE MASQUE OU COUVERTURE SOCIAL, LE TOTAL SUPERFICIEL ET SON QUANTITATIF À ÉTIQUETTE « CORPORATION » OU PARTI UNIQUE (suppression de la Gauche et de la Droite comme en rêvait Adolph Hitler). C’est 1789 qui inventa la dualité Gauche-Droite, créant une fracture dans toute l’Europe, surtout en Allemagne. Hitler et son socialisme voulait marier la Gauche et la Droite de 1789 pour en faire une unité nationale : UN CENTRISME COMME MACRON. À la grande différence de Macron qui n’est pas un homme de la rue, un « Monsieur tout le monde », puisqu’issu des winners Rothschild-Bilderberg et autres chefferie de Couilles en Or, Adolph Hitler était le parfait « Monsieur tout le monde » dans lequel chacun pouvait, éventuellement, se projeter ; ainsi « démocratie = Hitler ». NAZISME = HUMANISME, c’est pourquoi il a encore du succès, malgré toute l’oligarchie l’ayant vaincu en 1945 ! La Gauche est ce principe égalitariste et avant tout républicain à la 1789 : le peuple-roi, le mondialisme aristocratique ou réalisé vivant, en singerie évidemment, et aussi selon l’opinion d’Hitler ; soit simplement aboutir enfin après des millénaires d’égarement à la création de ce Nouvel Ordre Mondial : une humanité ENFIN réconciliée, comme le rêvait Adolph Hitler, comme le rêvent ceux qui sont dans la dualité, comme le rêvent tous les totalitarismes et technocrates politique de cette planète.
Poncif Droite-Gauche.
- Droite : nationalisme plus ou moins brutal.
- Gauche : excitation au mondialisme, ou à une singerie rêvant d’universalisme, ce qui donnera le judéo-bolchevisme et ses 74 ans de socialisme étatique et capitaliste en URSS.
(Partie Adolph Hitler, en référence à l’intéressant et dense livre de Fabrice Bouthillon : Nazisme et Révolution - Histoire théologique du national-socialisme 1789-1989).

Poncif psychanalytique à trois sous dans cette société du spectre-spectacle :
- L’un épouse sa mère incestueuse. Emmanuel Macron En Marche de sa sexualité à 15 ans avec son professeur de théâtre, de 23 ans son aînée, puis il finit par l’épouser 15 ans plus tard.
- L’autre tue son père. Marine le Pen a hérité à l’aise du politisme de son père, et donc de son parti, qu’elle a évidemment, comme pour contrer classiquement son père, d’abord nettoyé, puis finalement elle en éjecte son père.
 
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 15-05-2017 01:21

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >