Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le Grand Dragon
Le Grand Dragon Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 28-06-2017 00:55

Pages vues : 2323    

Favoris : 279

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Âne, Argent, Artifice, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Chimère, Christ, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Fusible, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Information, Inquisition, Instant, Islam, Israël, Jardin, Jeu, Judaïsme, Kronstadt, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Merde, Métal, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Moteur, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Prostitution, Ptah, Pays, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Scarabée, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Univers, Vaccin, Vase, Vide, Volonté, Yokaï, Zombie

 
dragon_chine.jpg
 
 
Le Grand Dragon

Page sur la Prothèse républicaine, et la dualité winners-losers (ana-macronisme en marche).
 
 
Le brave Fulcanelli aux éprouvettes plus que centenaires se fait écrire dans Les Demeures Philosophales, vol.2, page 191 : « En dehors du Dragon qui veille, les Choses ne sont pas gardées ». Le Dragon c’est le soi ou ‘je’, l’ego, celui qui « pointe » (garde le Trésor caché) ; il est bien-sûr indispensable, car sans lui, pas de Soi. Pour cela on ne doit pas tuer le Dragon, le ‘je’, mais seulement le dompter, le monter et voler dessus dans les airs comme le font les Réalisés vivants ou Immortels en Chine : Houang-ti avait utilisé le Dragon (ego) pour vaincre ses tendances mauvaises : il monta au Ciel sur le dos du Dragon. Il était alors lui-même Dragon (disparition de la dualité) ; idem pour Fou-hi, souverain primordial.
 
DRAGON = VERT/ROUGE (celui des eaux et celui des profondeurs de la Terre)
R.M. Rilke dit aussi dans Lettres à un jeune poète, que le Dragon, c’est l’ego : « Tous les dragons de notre vie sont peut-être des princesses qui attendent de nous voir beaux et courageux. Toutes les choses terrifiantes ne sont peut-être que des choses sans secours, qui attendent que nous les secourions ».
Le Dragon garde les trésors (donc le ‘Je’ ou Soi). « Il veille sur les Pommes d’Or des Hespérides et sur la toison suspendue de Colchide ».

Dans la continuité Fulcanelli se fait aussi écrire :
« Avez vous réfléchi aux conséquences fatales qui résulteront d’un progrès illimité [et d’un ego illimité… ] ? ». Déjà, à cause de la multiplicité des acquisitions scientifiques, l’homme ne parvient à vivre qu’à force d’énergie et d’endurance, dans une ambiance d’activité trépidante, enfiévrée et malsaine. Il a créé la machine qui a centuplé ses moyens et sa puissance d’action, mais il en est devenu l’esclave et la victime : esclave dans la paix, victime dans la guerre. La distance n’est plus un obstacle pour lui…
C’est la course éperdue vers l’abîme, l’usure constante, l’activité impatiente, forcenée, appliquée sans trêve ni repos. « Dans notre siècle, a dit fort justement Jules Simon, ”il faut marcher ou courir : celui qui s’arrête est perdu”. A cette cadence, à ce régime, la santé physique périclite ».

GRAND DRAGON = TRANSHUMANISME ET COURSE FOLLE AU PROGRÈS TÔLES ET BOULONS (ou tout informatisé).


Cela veut dire que depuis le dogme du Christianisme et des deux autres religions du Salut, religions de « l’Homme déchu »,  l’être humain actuel est irrémé-diablement prisonnier de l’Histoire-Opinion-Temps qui coule, vers la Chute façon biblique impliquant la terrifiante prison de l’espace-temps et l’oubli dramatique de la possibilité d’annihiler cette Histoire-Opinion-Temps qui coule.
L’humain moderne est conduit au désespoir, alors IL ACHÈTE, PAR SON EGO IL EST EN PERMANENCE TOURNÉ VERS L’EXTÉRIEUR. Il est au désespoir par sa présence dans le spatio-temporel, ce monde des ACCIDENTS (1) : [ACCIDENS] [INCONVENIENT]/survenir (PAN-INSTANT). Succession de changements.
Quand l’être humain se fait de l’absolu une conception qui convient à ses appétits, à son ego, dans le monde du temps profane (ou spatio-temporel). Fabriquer ou imaginer un extérieur, en oubliant son intérieur. D’où le danger d’une imagination mal contrôlée. C’est aussi ce qui arrive quand on naît : on entre, comme toute Matière, dans le temps profane ou temps des accidents en dehors de l’Âge d’Or. Il y usure et fatigue : « l’injure du Temps ». Le temps profane ou temps visible, le temps mental, celui qu’il y a entre une naissance et une mort. Dés la première seconde après la naissance, le chrono est enclenché.
Dans le temps des Accidents, les gens aiment la nouveauté. Faire vendre un paquet avec imprimé dessus « Nouveau », ça marche pour le business !

Le transhumanisme est un gros symptôme de ce désespoir issu des religions de la déchéance, puisque il rêve « d’augmentation humaine », traficoter la machine. Si c’est en partie louable de mettre une caméra dans l’orbite d’une tête humaine qui n’a plus le sens de la vue, c’est tout de même déjà robotiser la tête qui va devenir un modèle « Tôles-Boulons ».
Les transhumanistes veulent modifier ce que j’appelle ci-dessus « monde des accidents », afin qu’il soit sécurisé : qu’il n’y ait plus d’accident, ou de ”terroristes” ! Le progrès c’est évidemment la course au sécuritaire, donc au CONFORT ; à la limite IL NE FAUT PAS NAÎTRE (naissance=mort).
Le transhumanisme REND L’HUMAIN DÉPENDANT, déjà qu’il devient de plus en plus dépendant de l’État, cette Super Prothèse républicaine !

Le Transhumanisme c’est vouloir passer d’une forme « antique » d’humanité à une forme « moderne » d’humanité, comme le voulait déjà les sans culottes ou sans culte avec pour seul culte le régime républicain, DONC TOTALEMENT ARTIFICIELLE. NOUS ALLONS VOIR BIENTÔT « SUR LE MARCHÉ » DEUX ILLUSIONS D’HUMANITÉS : L’ANCIENNE ET LA MODERNE.
Que veut dire l’expression « Tôles et Boulons » ? Cela veut dire qu’un être humain, le chef, veut être le conducteur de l’évolutionnisme, donc de l’Histoire-Opinion-Temps qui coule (HOTC). Bref, il se prend pour Frankenstein, Prométhée moderne, héros de Mary Godwin Shelley. Peut-être qu’un transhumaniste veut même créer du vivant à partir de la mort, tel Frankenstein ?

Depuis le « commencement » (principe adamique évolutionniste) nous faisons tout pour nous faciliter la vie : construire une habitation, se chauffer, se vêtir, cultiver, manger, chier, échanger, chanter, inventer, démolir, réparer,, etc. C’est l’évolutionnisme.
Tout homme possède en lui la face invisible des choses (Universelles), il ne perçoit que L’ENVERS DES CHOSES (la partie Euclidienne et jalonnée, sécurisée). Mais dès qu’il vit son identité ontologique (être soi) en tout son « vital » avec l’intérieur des choses, il vit et voit (en Conscience) L’ENDROIT DES CHOSES. Sujet et objet s’identifient, se fondent dans la perception de l’être (Involution) (réf. Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux)
L’endroit des choses/intuition/induction, ne peut se mesurer avec des instruments tôles-boulons, donc construit par l’humain.

Le transhumanisme veut « gonfler » l’être humain dans tous les sens du terme : physique et mental, donc le rendre EXTÉRIEUR comme « Dieu », DONC ICI SUR TERRE COMME LE RÊVENT LES YAHVISTES TALMUDIQUES ET AUTRES. En fait le mouvement transhumaniste c’est de la fausse alchimie moderne médiatisé par la technique et le mental actuel dans cette tyrannie de l’opinion où tout le monde a « droit » à sa petite vérité, ce que certains déjà robotisés nomment : « dialogue d’ouverture aux autres », soit la variante du N.O.M. et son « Unité dans la diversités », le « United Colors of Bennichon ».
Démocratie où « chacun sa petite vérité » : « choisir », comme : « votre député, votre voyante, votre assureur, votre boucher, votre ceci ou votre cela… », bien dans l’antienne commerciale de « l’altruisme » talmudique rabbinique qui veut que : « Rien n’est bon pour les Juifs si ce n’est bon aussi pour ceux qui les entourent », cité par J. Attali dans son livre sur les Juifs et l’argent, qui ajoute, page 340 : « et les communautés vont chercher partout à mettre en avant les services qu’elles peuvent rendre ». Évidemment si c’est payant !

Déjà que l’Alchimiste authentique veuille aider, « accélérer la Nature », que dire des transhumanistes à l’ère de l’informatique et des nano-trucs et du speed partout !?
Le transhumanisme ne peut nécessairement qu’être DANS LE NOUVEL ORDRE MONDIAL. La géométrie mentale est la même que cette oligarchie financière qui dirige le monde, certainement pas pour le bienfait et au service de l’humanité, comme le prétend l'antienne talmudique !

TÔLES-BOULONS veut dire UTILITARISME, l’être humain est devenu une patate dans un sac à code-barres : « Les machines surgissent parce que l’être humain coûte trop cher », alors on transforme l’être humain en machine, et « roule ma poule » pour le business…
Le transhumanisme s’inscrit dans la tradition judéo-bolchévique et sociétiste de l’URSS : dans le Principe était la Matière et non le Verbe. Je cite Jean Coulonval :
 
« La perception intellectuelle immédiate du métaphysique est continue, contemplation indifférenciée. Mais, pour s'exprimer, elle doit se couler dans les mots, dans une géométrie syntaxique, c'est-à-dire dans du discontinu. La vision métaphysique continue n'est pas didactiquement communicable. Elle descend de l'indifférencié intellectuel dans le différencié verbal et grammatical. Inversement, la méthode didactique part du différencié verbal pour invoquer le sens au sein de l'indifférencié métaphysique. La Pensée est de l'ordre de l'indifférencié continu, l'Opinion de l'ordre du discontinu sensible à partir duquel on tend, par un besoin naturel mais par une voie aberrante, non plus à atteindre le lieu spirituel d'une pensée continue, mais à la forger soi-même par syncrèse, agglutination de conclusions tirées des  expériences spatio-temporelles.

Cette distinction de l'intellect métaphysique continu et de l'intellect didactique discontinu est analogue à la distinction de l'anté-matière continue, non euclidienne, et de la matière euclidienne discontinue. Ce doit être cette distinction qu'avait perçue de Broglie en écrivant Continu et discontinu en physique quantique ».

SÉCURITAIRE : RÉDUIRE, LIMITER. Quand on va voir son psychiatre, c’est parce qu’on a peur de ne pas avoir de limite, donc ON A PEUR DE L’ÂGE D’OR, ÂGE DE TOUS LES POSSIBLES.
SÉCURITAIRE = HOMME AUGMENTÉ : paradoxalement on limite et on a plus de limites !!! Le CHEVAL est déjà un augmentation de l’humain qui, avec seulement ses deux pieds, est un bien piètre moyen de locomotion. Avant la révolution industrielle celui qui n’avait pas d’argent pour se payer ou se louer un cheval voyageait à pieds.
SÉCURITAIRE = NÉCESSAIREMENT LA VIOLENCE : voyez les « forces du désordre » du complexe militaro-industriel, dont Israël est l’un des « fers de lances » (les industries du sécuritaires de ce pays artificiel sont les premières au monde).

SÉCURITAIRE : SÉPARER LA SEXUALITÉ DE LA PROCRÉATION NATURELLE, ce qui rejoint la société de consommation et son « s’en fourrer, fourrer fourrer jusque-là » comme dans la chanson d’Offenbach. Cela veut dire aussi que le transhumanisme N’EST QUE MATÉRIEL : ils s’imaginent seulement en corps, et voient l’autre aussi en corps, d’où naissance de la sexualité avec différence de sexe, ou du sexe-miroir pour les gays. « Soyez le vrai Soi. Alors il n’y a pas de sexe », dit Ramana Maharshi à l’entretien 169.
À l’entretien 335 il dit aussi : « L’autre sexe et la relation à lui ne sont que des concepts mentaux. Dans les Upanishad, il est dit que tous les êtres sont chers parce que le Soi est aimé de tous [BAU II, 4,5). Le bonheur est intérieur ; l’amour ne vient que du Soi. Il est à l’intérieur de chacun ; ne pensez pas qu’il est à l’extérieur : alors toute différenciation cessera ». Je puis confirmer par expérience vécue.

Théorie du genre, remise en cause de la famille, PMA-GPA, etc., « mariage pour tous », Gay Pride, ne sont que des symptômes de cette tyrannie de l’opinion et culte du narcissisme dont le transhumanisme fait la partie. C’est le même courant, la même politique. L’opinion EST l’artifice par excellence, ce qu’exprime à longueur de page Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux. On arrive donc à l’humain artificiel, produit de l’ingénierie aussi sociale, « hors sol », sans racine. La femme ne portera plus l’enfant dans son corps, mais, comme de tout : À L’EXTÉRIEUR, ce sera tout bénéfice pour que cette femme continue à être salarié d’une entreprise des Couilles en Or ; et ce sera autant de « plaisir » pour cette femme du futur qui ne connaîtra plus les « douleurs de l’enfantement » et « l’esclavage » de la grossesse. Tout confort donc, notamment pour les lesbiennes !

SÉCURITAIRE = SUICIDE ASSISTÉ TOUT CONFORT !
TRANSHUMANISME = droit de vie et de mort d’une chefferie sur l’ensemble des Terriens, ce qui résoudra le trop grand nombre d’humains à nourrir et les pénurie d’eau potable à venir ! Sauf si le futur « homme augmenté » n’a plus besoin de boire ! Les enfants qui ne naîtront pas selon le critère imposé par les têtes d’œuf au Pour-Voir, seront jetés comme on jette les pièces loupées en usine. L’euthanasie sera active et imposée, y compris pour les vieux qui perdent la mémoire et ne sont plus productifs. Euthanasie ou « sédation profonde » (et selon la flèche du temps des accidents… Flèche ou irréversibilité façon évolutionnisme).

Le transhumanisme, je le répète, est, comme la juiverie bolchevique de l’URSS, le même règne ou tyrannie de l’opinion prenant le masque de l’universel (laïcité ou protestantisme religion utilitaire) en renversant les rôles : Ce sont les accidents qui engendrent les Essences, le Divin. Le socialisme est une catholicité en creux, comme l’envers d’un cuivre repoussé.

TRANSHUMANISME ET CAPITALISME = « LIBERTÉ » DE CHOISIR (de consommer en démocratie).

ÉVOLUTIONNISME = CROISSANCE PERMANENTE DE LA TRANSGRESSION PAR L’ÊTRE HUMAIN PIÉGÉ PAR SON GRAND DRAGON (qui n’est plus le gardien de quoi que ce soit, ce qui renvoi à la citation en début de page où Fulcanelli montrait qu’effectivement sans le Dragon, les choses ne sont pas gardées, et c’est la porte ouverte à toutes les transgressions possibles et imaginables. L’ego au lieu d’être dompté comme on dompte son Dragon, cet ego n'est pas dompté mais tué, alors c’est la porte ouverte au chaos et à toutes les dérives possibles).           

Transhumanistes, vous voulez le Pour-Voir ?
Vous ne recevrez que des coups !
Vous jouez avec le feu !

CAPITALISME = TRANSHUMANISME : rêvent d’immortalité tous deux. « Il est fréquemment malade, mais il ne meurt jamais », disait l’important homme d’affaires d’Amsterdam, Henry Hope, en 1784, à propos du commerce. Le capitalisme comme le transhumanisme est immortel : puisque par son ego il peut choisir, donc plein pot dans la dualité sujet-objet ou cause-effet, il a ainsi à tout Instant la capacité de virer de bord, de tout récupérer, synonyme de sa vitalité.

Transhumanistes : avant de vouloir être des surhommes, commencez par le questionnement multi-millénaires : « QUI SUIS-JE ? ». Et avec votre procréation extérieure, vous voulez aussi éliminer la femme, selon cette mode du patriarcat apportée par les religions abrahamistes ? On va pouvoir maintenant choisir le sexe de son enfant comme on choisi la couleur de ses chaussettes ou de sa voiture. Quel progrès ! Et par principe ce sont les petites filles qui seront éliminées.

TRANSHUMANISME = TOTALITARISME :  de fabriqué physique ils deviennent des fabricants, et à la fois de spiritualité et d’ego, comme Staline qui se posait en démiurge, comme tous dictateurs dont les sujets ne sont que des objets à pétrir, à façonner, à fabriquer, d’où d’ailleurs la technique du lavage de cerveaux et de la propagande du régime républicain et de ses médias.

Emmanuel Macron est un transhumaniste : homme-robot augmenté manipulé antérieurement par Jacques Attali, puis par la finance juive internationale. Les symboles ne trompent pas, comme Macron devant la pyramide judéo-maçonnique du Louvre.

« Or vous sçavez, Messieurs, que de tous les animaux il n’y a que l’homme seul dont l’âme soit assez noire pour s’adonner à la Magie, et par conséquent celuy-cy est homme » (L’autre Monde. Le Soleil : Le Parlement des oyseaux, de Savinien de Cyrano de Bergerac).
« La Nature qui nous a mis au jour sans notre consentement ne nous permet pas de quitter le jour sans le sien » (Le Pédant joué, début, scène 3, acte 5, de Savinien de Cyrano de Bergerac).
« L’homme qui soutient qu’on ne raisonne que par le rapport des sens, et qui cependant a les sens les plus faibles, les plus tardifs, et les plus faux d’entre toutes les créatures : l’homme enfin que la Nature, pour faire de tout, a crée comme les monstres, mais en qui pourtant elle a infus l’ambition de commander à tous les animaux à exterminer » (L’autre Monde le Soleil, de Savinien de Cyrano de Bergerac).
Ça, c’était avant les transhumanistes….
Le Vrai « Homme augmenté » est celui qui est un Réalisé vivant et relié à la seule Réalité.
 
 

Dernière mise à jour : 28-06-2017 18:02

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >