Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Nous en sommes rendus là
Nous en sommes rendus là Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 02-11-2017 23:23

Pages vues : 3122    

Favoris : 384

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Banques, Capitalisme, Chrétien, Christ, Civilisation, Dualité, Eau, Ego, Empire, Évolution, Fractale, Gentil, Goulag, Gratuit, Guerres, Histoire, Huile, Instant, Juif, Laïcité, Langage, Liberté, Loi, Loser, Lucifer, Lumières, Maçon, Mahométan, Médecine, Mental, Microbes, Multiculturalisme, Opinion, Orgie, Ouvrier, Païens, Paix, Pierre, Peste, Radicalisme, Raison, Réalité, Religions, République, Réseaux, Sacrifice, Simple, Socialisme, Sommeil, Spiritualité, Technique, Templiers, Terrorisme, Transhumanisme, Universel, Valeur, Vérité, Vin, Winner

 
etienne-marcel-assassinat475.jpg
 
 
Nous en sommes rendus là
Bien possible qu’il ne nous reste
que 100 ans pour évacuer la Terre

Henri Gougaud écrit :
Le premier centre de l’Homme
c’est la Terre sacrée.
Non pas la Terre promise,
la Terre sacrée,
celle que l’on a sous les pieds.
 
 
Un monde de me(s)ure.
Un monde de me (moi) sur (sûr ou tout confort), de ce monde de ceux qui CROIENT savoir (sûr de soi ou exacerbation de l’ego).

Surtout notre monde de la DÉMESURE : uniformisation ou normalisation, complexité, Infini infinissable, général confondu avec universel, même soupe pour tous, pollutions multiples et grave (notamment nucléaire), ignorance des petiotes chouses (comme dirait Piccolpassi).
Dans le monde « moderne », avec la référence à l’Espace ou la zone qui est plus loin que le Ciel bleu azur, il y a coupure. Le monde est dé-mesuré, les planètes se découvrent à des distances de plus en plus lointaines. Les instruments de mesure se font de plus en plus complexes et puissants ; et le monde devient de plus en plus compliqué et tyrannique.
 
Les conséquences du désastre a venir sur Terre sont le fait de l’être humain PRINCIPALEMENT PAR SES MESURES : Qui a commencé à vouloir mesurer quoi que ce soit ?
Les Anciens disaient que « l’Homme est la mesure de toutes choses », ils définissaient ainsi le Soi, comme la citation d’Henri Gougaud ci-dessus.
De nos jours de dictature et totalitarisme technologique, c’est l’Homme qui est mesuré par les choses ! Et prochainement il sera dégommé par l’Intelligence Artificielle.

En Occident, la civilisation s’est principalement appliquée au développement de la technologie, confondue avec le sens du mot Science regroupant aussi le divin, technologie QUI DÉPEND DE LA MESURE, DONC DE L’OPINION ; alors qu’en Orient l’intérêt principal est centré sur la spiritualité et la philosophie, dirigées finalement vers LA NON-MESURE (voir l’ensemble, ne pas diviser, ne pas analyser, ne pas juger, ne pas opiner du chapeau ou mental).

La mesure n’est qu’une pauvre opinion, et renforcée, amplifiée, parce ce que l’humain a fabriqué : « un appareil de mesure »… La Seule Réalité possible et antérieure à l’apparition de l’humain sur cette planète ne peut dépendre d’aucune opinion, par conséquence d’aucun appareil de mesure.

DUALITÉ = MESURER ce qui sépare 2 points ; la CAUSE-EFFET. Mesurer = idéation, poser des étiquettes, caractériser ; ainsi on fixe, on fige, on CROIT, on SÉCURISE…
MESURER = ORGANISER, principe du Diable : amener « ordre et harmonie » (de force) dans la vie des Terriens. Ainsi nous vivions le résultat et ce n’est « bandant » que pour la communauté organisée de la City de Londres et ses gros comptes en banques !!!
MESURER = DEMANDER, MENDIER pour obtenir quelque chose, DÉSIRER.

En fait, pas besoin de robots, les humains sont largement déjà mécanisés par leur « raison » depuis le siècle des « lumières ».
La subtilité s’est perdue et les humains ont commencé a dire : « La mesure est l’illusion ». Alors aussi bien en Occident qu’en Orient TOUT EST DEVENU FAUX : apprentissage mécanique à travers le dogme des enseignements existants, plutôt qu’à travers une approche SPONTANÉE, originale ou Vraie Création.

Le PLEIN ne se mesure pas ! D’ailleurs en anglais le mot « health » est basé sur le mot anglo-saxon « hale » qui rend le sens de « plein », donc être en bonne santé (health), qui fera se sentir en félicité : « whole » (plein). De la même façon le mot anglais « holy » (saint) est basé sur la même racine que « whole ». Le Saint ne peut qu’être PLEIN (le Tout, le Soi). Cela indique que le Soi, le Plein est notre état naturel. Hélas, surtout depuis l’invention par les Hébreux-Juifs de l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule), tout est partie EN EXPLOSIONS, EN FRAGMENTATIONS, à commencer par le fameux chiffre 7 (sept planètes, sept couleurs de l’Arn-en-Ciel, 7 jours de la semaine, 7 notes de musique de la gamme diatonique, 7 péchés capitaux, etc.). Avant il y eut le sénaire :
6 jours de la Création + le jour de repos.
6 désirs (en Chine) : vivre, éviter la mort, et les sens : vue, ouie, goût, odorat.
6 Métaux ou chose pouvant se changer en liquide par fusion.
6 traits du Yi-King.

Au départ des civilisations, il n’existait pas de fragmentation, de division : di-vision, pour-voir. En Orient, surtout en Inde, il y a encore cette non-division, malgré la contamination par l’Occident de la City de Londres. L’Inde met encore l’accent sur le PLEIN grâce à ses millénaires de spiritualité ; l’Inde rejettera la futilité d’analyse et de mesure du monde en petits bouts de machins.

Les ergoteurs Grecs mesuraient beaucoup : garder tout dans la mesure était considéré comme le bien vivre : les tragédies grecques faisaient généralement le portrait des souffrances d’un humains en conséquence du fait qu’il était au-delà de la mesure (en dehors de la norme fabriquée).

Pour le « scientifique » il faudra un appareil de mesure pour appuyer une théorie et l’exposer aux autres, sinon on ne le croira pas. On a fabriqué des conventions : mètre étalon en Platine, de peur que chacun fabrique la longueur du mètre qui lui plait !
Il y a aussi le départ du temps de l’ère Chrétienne. (L’an zéro, après l’invention du zéro).

La mesure à l’Occidental va se retrouver dans le langage parlé : dans la mesure où on réussit à s’exprimer, le sens pur semble s’éteindre, se solidifier (se rendre prisonnier, se cristalliser) et s’appauvrir.
Mots = Danger de ceux-ci quand on ne les contrôle pas !
Mots/maux, cause de souffrance, mauvais souvenirs : névroses.
Risque de blesser quelqu’un en parlant, ou alors on cherche volontairement à blesser. Tout étant langage en dualité sujet-objet, chaque mot devient un gouffre d’enseignement et de souffrance.

MESURER : fait vécu par l’accident vasculaire cérébrale d’une personne : je vais la voir à l’hôpital, j’attends longtemps que le caïd de service daigne me rejoindre dans le couloir. Apparaît un « jeune homme de bonne famille » portait un écriteau à la main sur lequel est écrit : « Pouvez-vous clignez des yeux ». C’était son « appareil de mesure » en version originelle !!! J’étais soufflé, tant j’avais l’impression de revenir à la médecine il y a 300 ans !!! Ce qui me rappelle l’entretien 487 de Ramana Maharshi, où il y a ce passage très important :
- Maharshi : Le monde existe-t-il dans votre sommeil profond ?
- Question : Il existe.
- Maharshi : Le voyez-vous dans votre sommeil ?
- Question : Non, pas moi. Mais les autres qui restent éveillés le voient.
- Maharshi : Dans votre sommeil, en étiez-vous consciente ? Ou ne serait-ce pas plutôt maintenant que vous savez que les autres voient le monde ?
- Question : Oui, dans mon état de veille.
- Maharshi : Vous parlez donc de votre perception du monde à l’état de veille et non pas de votre expérience dans le sommeil. Vous admettez l’existence du monde dans les états de veille et de rêve parce qu’ils sont le produit du mental. Le mental se retire durant le sommeil profond et le monde se trouve dans la condition d’une graine. Au réveil, le monde se manifeste à nouveau. L’égo s’élance, s’identifie avec le corps et voit le monde. Ainsi, le monde est bien une création du mental.
Voir la presque totalité de l’entretien à la page Sommeil Profond.

Le : « ne serait-ce pas plutôt maintenant que vous savez que les autres voient le monde ? » représente le parfait Super Égrégore : on fait comme tout le monde selon la norme, la MESURE en vigueur ! On fait surtout comme la mesure imposée à tous : LE TEMPS DE L’HORLOGE, DONC LE TEMPS DEVENU CAPITALISTE, RATIONNEL :
Le Roi Charles V, en 1370 ordonne que toutes les cloches se règlent sur l’horloge du Palais Royal, qui sonne les heures et les quarts d’heures. (D’après Jacques Le Goff, dans : Pour un autre Moyen Âge, chapitre : Temps et Travail, page 76). Certains venaient d’inventer le temps de l’horloge, d’où découle l’ère productif, l’ego et l’argent des bénéfices !

Préparez-vous, les Robots-Dieux vont arriver.

[En haut de page : le commerçant et homme d’affaires Étienne Marcel en costume du 15è siècle en train de se faire assassiner, en une imagerie des Chroniques de Froissart. Le capitalisme est largement en place]


Le capitalisme en musique par le musiqueux Camille Saint-Saëns, période de la zizique parasitée par une indigestion de notes de musique dans tous les sens, avec sonorité ronflante : nous sommes désormais dans le quantitatif PROPRE AU CAPITALISME ET À L’ÉVOLUTIONNISME.
 
 
 

Dernière mise à jour : 02-11-2017 23:44

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >