Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le meilleur SERF du monde : le mental
Le meilleur SERF du monde : le mental Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 16-12-2018 23:25

Pages vues : 891    

Favoris : 159

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Banques, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Confort, Corps, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Gratuit, Humain, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Phallus, Pierre, Porte, Puce, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Serf, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Violet, washingtonisme, Yokaï

 
fernando-pessoa_gilet-jaune.jpg
 
 
Le meilleur SERF du monde : le mental
Le Serf parce qu’il est l’Humain qui
va engendrer LA NATURE.
IL EN FERA UNE COAGULATION, UNE HABITUDE PÉTRIFIÉE.
LE SERF OU GUEUX (le fripon, le pauvre, le dévergondé).

SERF : SER-VIR : manifestation de la force :
vir (de homme : triumvir).
Le SERF est celui qui SERT (utilitarisme,
machine, esclave).
CERTAINS ONT LA MAIN-MISE DESSUS : celui qui
signe en imprimant la paume de sa main sur
la pierre de la caverne, sa prise de
possession ou PROPRIÉTÉ :
il pisse, il marque son territoire.
Cette main-mise ou SOL-I-TERRE : ce ‘je’ ego
qui ne peut que contenir sa Liberté, le ‘Je’.
Le ‘je’ a tout détruit, au Moyen-Âge et
jusqu’au 18è siècle on écrivait IE.


Page dédiée à Fernando Pessoa, le moderne Premier Gilet Jaune.
 
 
I : pronom, substitut non personnel : ”Ce fist Brengain, qu’i dut garder” (Tristan). Ce I, ce TOUT : « mettre les points sur les I », soit passer par la Stargate, VIVRE LE TOUT, L’INSTANT OU ICI ET MAINTENANT : UN POINT C’EST TOUT (c’est PAN (1)). Ce I du « points sur les I ».

(I)magination et Désir sont du même Thème. En désirant ou imaginant ON PROJETTE, donc on engendre un espace-temps dans lequel vont se trouver les nombreuses images que le vent de nos désirs latents [vasana : tendances] fait se lever, et qui oscillent sur la balance-théâtre-spectacle de nos activités. La balance figurant l’opinion (le pour et le contre…).
 
L’être humain fonctionnant principalement par analogie, s’il mange un certain fruit comme un certain citron jaune, il va voir tout comme l’OR JAUNE, « ainsi le désir qui est dans le cœur d’un homme lui donne-t-il à voir ce qui est irréel (comme réel) », dit le Yoga Vasistha à YV IV, 54, 8.
L’imagination étant liée à la Chimère, comme elle est indéterminée, non identifiable, sont attraction sera d’autant plus puissante, d’où ce gouffre sans fond ou forme de Stargate. La fascination opère à travers l’imaginaire, car le désir, en tant que matrice de l’illusion, a précisément pour forme l’imagination, laquelle, EN TANT QUE REPRÉSENTATION DE L’ABSENCE DANS LE PRÉSENT, TÈTE ET SÉDUIT PAR L’ABSENCE QU’ELLE FIGURE ET DÉPEINT, dès lors que la silhouette de l’absence (ou virtuel) y opère désormais comme le piège d’une fausse présence QU’ELLE SINGE. Depuis le freudisme et la théorie analytique, la recherche porte sur la nature du fantasme, faisant de la psychanalyse LE KILLER DU MERVEILLEUX (du moins un bon bout). Car QUI DÉCIDE QUE TEL OU TEL FANTASME EST « MAUVAIS », même celui qui en est atteint peut se croire « malade » par rapport aux gens supposés « normaux » et qui forment ce qu’ils appellent « la société ».

L’imaginaire EST UNE VARIATION DU THÈME DE LA RÉALISATION DU SOI, puisque la Chimère ne peut qu’être surprise ou « visionnée » QUE DANS L’INSTANT. Sinon : LA CHIMÈRE FEINT (elle modèle, façonne, engendre du packaging comme dans le commerce actuel). Et c’est ce « feint », ce VIRTUEL qui engendre à son tour de cela même qu’il devrait engendrer : l se forme en un cercle ou auto-affection (confort) sans fin, une CAJOLERIE PAR LA CHIMÈRE DEVENUE « ANIMAL DE COMPAGNIE », ACTUELLEMENT IL EST CETTE SOCIÉTÉ DE CONSOMMATION ET SON RÉGIME CAPITALO-RÉPUBLICAIN ET SES TECHNOLOGIES PROPRES (liées à l’argent). Cela boucle sans fin dès lors que la symbolique du désir est la condition pour que le désir devienne motivation pour l’ego, et réciproquement, que le sentiment doublé du Faire/Fer s’amplifie à l’aide de l’imagination qui lui créé les apparences de ce qui l’entretient. Pareil cercle sans fin se renforce par la consistance de la RÉPÉTITION (et nôtre époque est particulièrement répétitive, RITUALISTE : voir les messes du sports des fins de semaines… ou les cours de la Bourse… ou les « informations »… les rituels de la république et de la judéo-maçonnerie spéculum...) : « De même qu’à force d’entretenir les visions du rêve, on finit par les éprouver comme se prolongeant, ainsi en va-t-il de même pour les désirs latents subtils que l’on finit par percevoir comme tout à fait réels. À force d’avoir l’impression d’une chose dans son corps subtil, le mental finit par le percevoir sous une forme grossière, de même qu’à force de penser à l’eau, l’antilope finit par apercevoir un mirage », dit le Yoga Vasistha à YV VIb, 189, 6-7.

« De même qu’une conception longtemps entretenue intérieurement finit par devenir visible et par s’offrir à la vue comme réelle, ainsi la forme de ce monde surgit-elle à partir des conceptions (entretenues intérieurement par) le mental, telle une peinture exécutée par ce peintre qu’est le mental et consistant en le pouvoir merveilleux de la Conscience [énergie libre] », dit le Yoga Vasistha à YV VIb 8, 18-19.

« D’où vient ce que l’on nomme samsara [cycle des naissances et des morts, phénomène des noms-les-formes], si ce n’est du mental, à force de s’y attacher, finit à la longue par le considérer comme réel, tel un rêve prolongé que le rêveur finit par croire réel ? L’absence de vue correcte fait percevoir à tort une silhouette d’homme dans un tronc d’arbre » (YV III 65, 7). Ténébreuse coagulation du désir, par quoi il se prend pour un corps, se donne un corps et finit par « précipiter » sous les espèces du monde. Tout se passe comme si la pellicule des représentations venait à se coaguler (une image arrêtée), pour former une ONTOLOGIE (un dogme), issue de la production cumulative dans le samsara. Comme cela l’humain devient un SERF de ses habitudes pétrifiées, lesquelles ne sont autres que l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule) ; « habitudes pétrifiées ou coagulées » prises pour la « réalité ». Et ces habitudes pétrifiées ne sont autres que cet ensemble d’ego narcissiques qui déambulent robotiquement dans leur « social » totalement isolés les uns des autres, MAIS EN FAUSSE IDIOTÈS OU FAUSSE LIBÉRATION, comme des tiges de fer, ou des aiguilles, mais que leurs relations mutuelles (leur social) résultent uniquement de l’opération par imagination mentale. (Réf. YV I, 12, 9).

Alors les gouttes d’eau vont finir par former à la longue des cours d’eau, la mer, qu’une multitude de brins de paille finissent par former des cordes, « ainsi le monde de la transmigration [passage d’une âme dans une autre âme] tire-t-il sa solidité de l’accrétion des constructions psychiques [samskara : tendance, impression] si délicates qu’elles soient », dit le YV III, 113, 38.

Le meilleur serf du monde étant le mental, MIEUX VAUT NE PAS S’Y INTÉRESSER, DONC FAIRE COMME S’IL N’EXISTAIT PAS, en application du principe du Yoga Vasistha : « L’apparence de ce monde est une confusion ; de même que le bleu du ciel est une illusion d’optique. Mieux vaut ne ps s’y intéresser ».
Cela veut dire que le mot RÉSISTANCE est dangereux : une résistance ÇA CHAUFFE ! C’EST L’APPLICATION DE LA VIOLENTE THERMODYNAMIQUE (dynamite et explosion comme le moteur du même nom). La seule résistance valable et qui chauffe de façon libératoire, C’EST LE RIRE.
En n’utilisant ni l’État, ni ses institutions comme les impôts, et en n’utilisant pas son autre institution le système capitaliste en réduisant drastiquement sa consommation, ON ENTRE DANS LA NON-RÉSISTANCE QUI NE CHAUFFE PAS (toute résistance et révolution CHAUFFENT : la mort et le sang répandus sont cette thermodynamique, cette résistance).

Une forme de résistance qui ne chauffe pas à déjà été décrite sur le site, système de L’IMPLOSION : plus aucun travail « sérieux » dans les usines du CAC 40, que du rêve, du délire, de l’orgie ; il ne s’agit donc pas d’une classique grève, mais SUR PLACE DE TRAVAIL D’UNE MONDIALE FÊTE DIONYSIAQUE (1) QUI SURGIRAIT DANS L’INSTANT DU GOUFFRE SANS FOND DE L’HUMAIN-MACHINE ET QUI SE PROPAGERAIT DE PROCHE EN PROCHE entraînant jusqu’aux syndicats représentants du système et même jusqu’aux grands patrons, ceux qui se font payer des vacances aux Bilderberg, UNE DANSE MONDIALE en une monstrueuse saturnale qui transformerait dans un premier temps cet Occident industriel en un gigantesque asile d’aliénés dont les « primitifs » deviendraient LES PREMIERS DE CORDÉE ET DONC LES PSYCHIATRES ET INFIRMIER(E)S.

C’EST CELA QUI S’APPELLE UNE VRAIE DISSIDENCE MONDIALE : UNE SORTE DE GRÈVE DU ZÈLE, QUI BLOQUE TOUT DE MANIÈRE QUE LA MACHINE ÉTATICO-ÉCONOMIQUE N’A JAMAIS CONNU. LA SEULE DISSIDENCE QUI PUISSE L’EFFONDRER PAR LA PEUR ÉCONOMIQUE. Donc réduire drastiquement sa consommation de tous les jours.
La Vraie et seule dissidence NE PEUT QUE SE PASSER SUR LE LIEU DE TRAVAIL (pas à la maison ou derrière le clavier d’un ordinateur, pas derrière une institution comme un syndicat lié nécessairement à la capitalo-république).

Le mot COLONIE (qui donnera colonialisme) vient de COLON : l’INTESTIN (colon ou kôlon en grec, et colon en latin), soit la portion du gros intestin entre le rectum et le cæcum, etc. La médecine Taoïste parle souvent de LA LIBERTÉ DE L’INTESTIN, LIEU DE L’EMPOISONNEMENT, qui peut être régénéré au moyen de techniques à peu près totalement ignorées en Occident. Mais l’Occident sait tout de même que nombre de cellules du cerveau se trouvent dans les intestins, alors pour la médecine Taoïste et chinoise les intestins sont un dynamisme cosmique et qu’il existe des viscères transcendants impossible à purifier à coups de lavements ! Il est évidement qu’on parle de « guerres intestines » non sans raison ! Mental-matière grise sont étroitement liés au Mental-viscères.
LE COLONIALISME N’A PAS LIEU D’ÊTRE : IL EST UN PARASITE, ET L’ÉTAT EST UN PUR COLONIALISME, UN PUR PARASITE QUI SOUMET LES SERFS.

L’ÉTAT OU LA RÉPUBLIQUE DIVISE : PER-SÉCUTE = POURSUIVRE (en justice) ET COUPER (comme sa Guillotine, devenue virtuelle actuellement).


Note.
1. Dionysos, aussi Dieu des fleurs et des animaux qui expriment tous les noms-les-formes, tous les « animus » possibles (inconscient collectif à la C.G. Jung, soit la conscience conceptualisante qui y puise).
Dionysos-Hadès, le Soufre, ouvre à ses Adeptes la Stargate (rien d’impossible) incluant dans le monde des noms-les-formes celui du SANS POURQUOI, donc le PUR (mélange ‘je’ et ‘Je’). L’Évangile selon Thomas parle précisément de la Réalisation du Soi : « Celui qui ne ressuscite pas de son vivant, comment ressusciterait-il étant mort ? », Thomas veut dire qu’alors cet individu est condamné au samsara, le supplice : couches-culottes, éducation-programmation, salariat-esclavage, vieillesse-pénibilité, mort-délivrance et rebelote… Comme le bourreau qui torture un individu mais qui en même tant le « soigne » afin qu’il ne meurt pas tout de suite, ce qui serait dommage de perdre ainsi un « client » ou de perdre de la marchandise....

DIONYSOS EST CE DIEU QUI DIT MERDE AU MONOTHÉISME.
Il marie les contraires : Dieu et Dieux : il n’existe plus de terribles violences entre eux, car Il est PAN : absorbant la Création et absorbé par Elle (voir le début de Maharshi 264) : Le PATER NOSTER est un hommage caché par ses deux premiers mots : hommage à PAN le TOUT : PAN-ACEA (PANACÉE : médecine universelle), de PAN-GONUS (pierre précieuse à facettes, voir les pierres chamaniques…), de PAIN PANUS le fils du tisserand :

L’Alchimie dit du travail de ce tisserand qu’il est « Un Travail de Femme », soit qui donne Le Modèle à la vie (le Patron en langage de couturière, soit le modèle sur lequel travaillent ces artisan(e)s). Les facettes de la pierre précieuse étant des POINTS. Broder en HOTC signifie : « en remettre » (une couche (de polémique). L’humain en tant que couturier « tire son épingle du jeu » (voir plus haut ce culte du narcissisme) : IL GUILLOTINE ou per-sécute par son Pour-Voir ou A-t-trait, Re-gard… Il se différencie du I du Ie (je) ou AXE, ARBRE. Il engendre le Moi-Individuel en oubliant totalement le Moi-Collectif de l’EAU PRIMORDIALE. Ça va donner une coagulation comme par exemple l’ORDINATEUR BINAIRE, LE NON PAR RAPPORT À OUI, LE PUR PAR RAPPORT À L’IMPURE, etc.
Une GUILLOTINE OU PER-SÉCUTION à cause de la mise à mort du I (met-mort-I-sation), qui engendre le ‘je’ par rapport au ‘Je’, soit qui installe  l’objet qu’il prend pour le sujet en oubliant le Ie.

ALORS ON ENTRE DANS LA THERMODYNAMIQUE, LA RÉSISTANCE, ÇA VA CHAUFFER, AVEC APPARITION DU POIDS OU LOURDEUR (la gravité ou pesanteur). CELA VA INTERFÉRER, ENTRAVER LE TISSAGE DU TISSERAND DE LA TRAME VEILLE-RÊVE-SOMMEIL PROFOND : « Les choses sont faites du même tissu que les rêves », écrivait Shakespeare (voir la page Éprouvette et scolaire Macron (partie veille-rêve))

DIONYSOS = MYTHE DE L’ÉTERNEL RETOUR À L’ORIGINE, À L’EAU PRIMORDIALE.



Oui, Oui, GILETS JAUNES OU SANS COULEUR, DÉSORMAIS, il n’y a plus rien à négocier avec le Pour-Voir capitalo-républicain.

Très intéressante vidéo qui, selon moi, est la même mise en garde de ce qu’indique Fernando Pessoa dans son sublime Banquier anarchiste. En fait ça se résume toujours À L’EGO… QUI CASSE TOUT……. LA POSSESSION, TOUJOURS LA POSSESSION OU LE « DROIT D’AUTEUR ». Les « droits de l’homme » sont la possession de cette capitalo-république sous domination de la City de Londres et de ses banques, et mentalement SOUS DOMINATION DE LA JUDÉO-MAÇONNERIE SPÉCULUM GENRE GRAND ORIENT DE FRANCE.
Comme l’indique aussi bien Pessoa que Jean Coulonval (Synthèse et Temps Nouveaux), la « dissidence » actuellement c’est faire du business en vendant des bouquins, ou des objets, ou des spectacles comme Dieudonné ou le business d’un Alain Soral, pour ne parler que des plus connus sur l’Internet occidental…..
Étienne Chouard fait la partie de ces intellectuels chauffé et nourrit à l’Université que dénonce en long et en large le bon sens d’un Jean Coulonval qui ne fut qu’un  PAUVRE GUEUX, QUI CONNU LA PRISON ET QUI FUT MÊME CONDAMNÉ À MORT (gracié), ET QUI CONNU NOMBRE D’ASILES DE NUITS POUR CLOCHARDS. Donc UN VRAI DISSIDENT, CAR CE COULONVAL EST L’ESSENCE MÊME DU DISSIDENT. Je doute qu’Étienne Chouard ait connu les asiles de nuit pour puces et clochards, ni même qu’il ait fait de la prison (pour « kollaboration »).

Voir aussi la vidéo : Serge Abad Gallardo, ex-franc-maçon converti, « La FM est luciférienne ». Le mot Pour-Voir renvoie à Armand Bédarride déjà de nombreuses fois mentionné sur le site : les judéo-maçons spéculatifs sont des VOYEURS, DONC DES HÉDONISTES, DONC DES TRANSHUMANISTES (même s’ils ne travaillent pas pour les talmudistes de Google et Cie) QUI VEULENT S’ENVOYER EN L’R « ÉTERNELLEMENT » (la souffrance ou le non-confort leur fait peur).
 
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 17-12-2018 00:09

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >