Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Monde du mes-prix ou calculs
Monde du mes-prix ou calculs Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 09-09-2019 00:03

Pages vues : 90    

Favoris : 7

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Apocalypse, Apparence, Asservissement, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Étoile, Gnostiques, Gratuit, Héros, Histoire, Humain, Idolâtrie, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Intérieur, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Magie, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pèlerin, Peur, Pierre, Plume, Porte, Ptah, Race, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Silence, Simple, Social, Soi, Sophisme, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Tore, Ulysse, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï

 
serpent_transpa1_paradoxerealisat_janus460.png
 
 
Monde du mes-prix ou calculs
surtout calcul mental ou raison,
monde de la tyrannie de l’opinion.
Guerre du mes-prix et de la contradiction,
guerre des conflits engendrée par
le mes-prix inhérent à la démocratie.
Ce monde croule sous
un déluge d’oppositions.
C’est le dualisme du
« Opposez-vous les uns les autres » ;
Tout le monde tourne le dos à tout le monde,
ne serais-ce qu’en lui demandant en le
rencontrant une première fois dans une
journée : « Comment ça va ? », histoire
de faire la dualité avec son
contraire (ça ne va pas) et parce
qu’il n’en a rien à foutre que
ça aille ou que ça n’aille pas.
Il fait du « social ».

Mes-prix : mon député, ma santé, ma maison,
ma voiture, mon chien, ma femme, mon métier, etc.
 
 
On ne peut pas fonctionner dans le mes-prix, ce n’est pas naturel. Parce que d’une part, les terres de ce monde sont pareils à l’espace, et parce que les Libérés vivants ne vont pas le crier sur le « tout connecté » ; d’autre part l’intégrale pureté de leurs terres de ce monde rayonne vers les êtres sensibles.

Hors du mes-prix donc hors dualité, le Libéré vivant examine ses propres défauts et jamais ne dénonce les défauts des autres (ce qui est très très très rare en politisme démocratique).

Dans le mes-prix se trouve le con-fort de la Caverne de Platon : le prisonnier de cette caverne qui habitué à une faible luminosité ne gagne rien à en sortir pour en prendre plein la gueule de la pleine lumière. Alors il préfère son confort qu’il appelle « réel » : ces choses qu’il croirait et aurait en bonnes raisons de croire « réellement plus distinctes que celle qu’on lui montre ». Exactement comme la Super Carotte du messianismequi consiste dans son absence, ou plutôt dans le calcul assurée certain que sa présence reste et restera à venir. Ainsi la Carotte « fin du monde » c’est tout confort car ça demeure sans effet sur le cours du monde actuel, une extinction inéluctable de toutes choses qui ne compromet dans l’Instant aucune chose en particulier. Paradoxe de la Réalisation du Soi, qui est caché, alors qu’Il ne le devrait pas, comme l’explique souvent Ramana Maharshi, le Soi étant NOTRE ÉTAT NATUREL. Un difficile paradoxe attaché à l’identité si à la mode, pour désigner à la fois deux qualités dont l’une contredit l’autre.

L’identité est la dualité : deux façons différentes et contradictoire d’être identique : l’identique désigne le is dem, selon l’origine latine, soit icelui même. Mais alors l’identique en vient du même coup à désigner, et apparemment dans toutes les langues de cette planète, ce qui incite à présumer la complicité des deus sens : l’équivalence d’un terme à un autre, la reconnaissance d’icelui en tant qu’icelui (idem en latin), soit le même qu’icelui : sens exactement contraire à celui dont il prend la suite, puisque substituant l’idée d’égalité à celle de spécificité inégalable (l’individu), l’idée de reproduction à celle de la Singularité ou Vierge Noire, ou Soi.
On peut aussi imaginer que le second sens est non pas un contraire mais une généralisation du premier (cas de la fabrication du temps ne permettant pas l’identification du moindre objet ou individu que si l’on peut affirmer que celui d’hier est le même que celui de ce jour, que le ‘je’ présent est le même que le ‘je’ d’hier, ou que Moïse restera toujours Moïse).

En démocratie actuelle, si je suis le même que celui que je serais demain, dans le vivre ensemble c’est la même sens où je suis le même que mon voisin : un humain parmi d’autres humains. Ce qui rejoint le problème du juriste et psychiatre Pierre Legendre qui écrit page 51 dans : Le crime du caporal Lortie : « Selon la logique structurale, une sentence de culpabilité est en principe une répétition rituelle, notifiant l’accomplissement de l’inexorable. Cela, c’est la construction des fondements politiques (et en note : Dans cette perspective, il s’agit de notifier qu’aucun humain, en tant que sujet de la parole, n’a la pouvoir de se soustraire à son propre statut dans l’espèce) », alors Pierre Legendre voit l’être humain uniquement comme un corps ou mental…

IDENTITÉ : la reconnaissance de ceci À L’INSTANT, et pas « ailleurs » dans le temps. Donc ce qui fait l’identité d’un ceci demeure étranger à la somme de ses égalités possibles, étranger même à une égalité avec son propre soi considéré à un autre Instant de temps ayant coulé ailleurs.
Bref, l’identité d’un Ceci est d’être Ceci : « Je suis ce JE SUIS », et non d’être identique ou assimilable au tout connecté ou à quelque Cela que ce soit dans ce monde de la démocratie mercantile et qui veut tout bouffer par égalitarisme !

SINGULARITÉ ou IDIOTÈS, VIERGE NOIRE = SANS ÉGAL-ité à quelque chose ou autre individu. Par le mental, impossible de penser le même sans penser du même coup à son contraire : si vous fabriquer une « grande école » vous fabriquer de ce fait une « petite école », laquelle ne sera pas identique à la « grande », en quoi aboutit la fameuse « carte d’identité » en cette période de Gilets Jaunes en république : une carte qui n’assure de la personne quand elle la présente comme différente de toute autre personne, non identique à qui que ce soit, garantissant son « identité » particulière par la manifestation d’une carte de « Personne » (Je m’appelle « Personne », comme le personnage du Ulysse d’Homère, mais Personne désigne LE MASQUE : PERSONA, donc la non-identité, le social et sa couverture, le tout connecté artifice, le vivre ensemble, le superficiel cachant la profondeur de celui qu’on appelle improprement « individu », parce qu’il est le masque ou persona, il n’est qu’un ‘je’ ou ego tout confort).

LE MASQUE DU MES-PRIX : considérer comme indigne d'attention, rejeter par choix ; sentiment qui pousse à ne faire aucun cas (d'une chose), donc DIVISER, même et surtout par indifférence (« poussant le mépris des scrupules presque aussi loin que le respect de l'étiquette » (Marcel Proust).
Avec le mes-prix et le pouvoir d’achat on s’élève façon messianisme au-dessus de (ce qui est généralement tout confort). Il est vrai que souvent les jeunes hommes ont le mépris de la vie (speed, drogues, faire et fer qui rouille vite).

L’individu en régime mondialisé du capitalo-république faisant dans le winnerisme, essaye de se faire sa PLACE dans la sotte siété du confort (satiété, repu du tout tout de suite), celle des « civilisés » et des consommateurs (paroxysme des consommateurs en 1967 quand Brigitte Bardot chante qu’elle n’a besoin de personne en Harley Davidson, d’un coût tout de même au-dessus des 20.000 euros… et une Harley électrique c’est au minimum plus de 37.200 dollars ; à ce prix là on a effectivement besoin de personne… si on sait se faire de l’argent… aux mes-prix des autres). Être le winner par rapport, surtout aux mes-prix des autres, LA STAR, et évidemment être le winner économiquement du faire/fer et faire comme tout le monde, sinon on devient un loser, voir un délinquant, un Gilet Jaune. Mais avec une Harley à 37.000 dollars, on se distingue… certainement dans son entreprise…. paradoxe de l’égalitarisme qui voudrait que tout le monde puisse se payer une Harley électrique, donc au minimum 6 milliards de motos électriques, en faisant abstraction des enfants et personnes âgées et les malades qui ne conduisent pas.

En correspondance avec la Caverne de Platon, nous avons Saint Jean de la Croix, la Nuit mystique : « Plus les choses divines sont en soi claires et manifestes, plus elles sont naturellement obscures et cachées à l’âme [voir PAN d’Or et la Caverne] car, plus on veut fixer le soleil en face [plus on veut Pour-Voir ou pouvoir ou posséder] et plus on éblouit la puissance visuelle et on la prive de lumière. De même, quand cette divine lumière de la contemplation [con avec et temple] investit l’âme [le mental] qui n’est pas encore complètement éclairée, elle produit en elle des ténèbres spirituelles, parce qu’elle la prive de son intelligence naturelle et obscurcit l’acte ».
Saint Jean de la Croix dit exactement la même chose que Ramana Maharshi…

L’individu, un IMPÉRIALISTE SANS LIMITE COMME LE POUR-VOIR, COMME JANUS ; Pour-Voir dans deux directions opposées : l’identité additionne et confond les deux opinions contraires du même et de l’autre : désignation à la fois et en contradiction de ce qui est « sans égal » [individu] et ce qui est « égal » à quelque chose d’autre [système de la démocratie, ou « égalité homme-femme »]. De là ça revoie à la dualité évoqué plus haut de grand et de petit, de supérieur et inférieur, etc., la liste est longue.
RIEN N’ÉTANT PAREIL D’UN INSTANT À L’AUTRE, IDENTIQUE À QUELQUE CHOSE N’EXISTE PAS (sauf dans le productivisme des usines du capitalisme, mais même là les machines produites à l’identique et vendues sont numérotées, et l’assemblage de molécules d’une partie de la machine sera légèrement différent de la même partie d’une autre même machine, PARCE QUE LE COURS ORDINAIRE DES CHOSES NE PEUT JAMAIS ÊTRE ORDINAIRE PUISQUE SINGULARITÉ PAR ESSENCE, DU PLUS GRAND AU PLUS MINUSCULE).

RAPPEL : l’idée d’individu vient surtout en Occident de la Renaissance, avec l’idée de « création personnelle », genre Galilée, la Réforme et l’imprimerie : l’idée du ‘je’ opinion : les gens commencent à « avoir des idées » et ils vont les vendre comme on vend des motos Harley sur le « marché ».
LE MASQUE, LA PERSONA VA SE BLINDER À PARTIR DE LA RENAISSANCE, L’HUMAIN VA SE CROIRE SUPÉRIEUR À BEAUCOUP DE CHOSE ET IL VA ÉCRASER LES « SAUVAGES », LA PERSONA DEVENAIT LE WINNER PARFAIT. IL Y A INVERSION :
L’humain se croit supérieur au « sauvage » et à l’animal puisqu’il se dit « civilisé » SEULEMENT DANS SA PERSONA, DANS SA SUPERFICIALITÉ ; EN REVANCHE, L’ANIMAL PARAÎT TRÈS SUPÉRIEUR À L’HUMAIN DANS LA LECTURE DES SIGNAUX ORIGINELS (exemples connus de la reconnaissance des signes latents d’une tempête ou d’un tremblement de terre, ils s’orientent naturellement bien dans l’espace, ou sont capables de deviner les ingrédients naturels qui les soignent).
 
 

Dernière mise à jour : 09-09-2019 00:41

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >