Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Société de consommation = mort
Société de consommation = mort Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 27-09-2019 21:26

Pages vues : 98    

Favoris : 7

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Apocalypse, Apparence, Asservissement, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Guerre, Héros, Histoire, Humain, Idolâtrie, Information, Innocence, Inquisition, Instant, Intérêt, Intérieur, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Magie, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pèlerin, Peur, Pierre, Plume, Porte, Ptah, Race, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Silence, Simple, Social, Soi, Sophisme, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï, Zéro

 
barbele_fondbll475tr.png
 
 
Société de consommation = mort
« Celui qui conservera sa vie la perdra,
et celui qui perdra sa vie à cause de
moi la retrouvera », Matthieu 10, 39
CE DÉSIR DE VIE = SOUFFRANCE
CONSOMMATION = CONSUMER CONSUMATION ET POSSESSION

QUESTE D’IMMORTALITÉ = PEUR DE LA MORT.
Queste ? Ou NÔTRE ÉTAT NATUREL ?
Pourquoi une Queste ?
 
À la vue du monde actuel du chacun pour soi
de cette démocratie et de son libéralisme,
le désir de vivre est PROFONDEMENT ÉGOÏSTE :
voyez les drames dans les incendies, les gens
se marche les uns sur les autres pour trouver
une sortie et échapper à la mort, ils tueraient
leur voisin le plus proche pour échapper à leur mort ;
il n’y a pas plus égoïste que
CE REFUS DU GRATUIT, CE REFUS DE L’INSTANT,
DE L’ICI ET MAINTENANT.
C’EST LE PROPRE DU MONDE ANIMAL QU’EST DEVENU
L’ÊTRE HUMAIN MALGRÉ SES TÉTÉPHONES PORTABLES
ET SON « TOUT CONNECTÉ » ET SON ÉLECTRICITÉ.



Voir aussi la page : QUI PERD SA VIE LA GAGNE = GRATUITÉ

VIVRE = POSSESSION et TEMPS, le ‘je’ ego : l’animal a un besoin pratique de se nourrir et de mettre de côté des aliments pour les jours prochains, comme s’il avait conscience du « temps » : comme l’écureuil qui collecte et cache des glands de façon presque obsessionnelle chaque automne. Dans l’état de conscience mi-animal, mi-humain, cela a continué comme ce besoin d’avoir toujours plus ou d’avoir toujours « le dernier modèle » (comme si c'était LA vérité), donc l’évolutionnisme de TOUJOURS PLUS D’ATTACHEMENT, TOUJOURS PLUS D’AVIDITÉ, DE (faux) CONFORT, DONC TOUJOURS PLUS DE MOUVEMENT DIRIGÉ VERS SOI-MÊME, EN AMPLIFIANT TOUJOURS PLUS L’EGO.

Ce qui naguère commença comme un besoin physique naturel de survie EST DEVENU UNE MALADIE MENTALE : UN MOUVEMENT COMPULSIF CONSTANT DE CHOSES ENVERS SOI. CET ATTACHEMENT ET CETTE AVIDITÉ N’INCLUENT PAS SEULEMENT DES OBJETS, MAIS ÉVIDEMMENT AUSSI LES OPINIONS (voir le politisme actuel en folie, ne serais-ce qu'avec en ce temps la mort de Jacques Chirac...).

SENTIMENT DE VOULOIR AVOIR TOUJOURS PLUS = PAUVRETÉ DU MENTAL, IGNORANCE OU BÊTISE.
L’être humain étant naturellement un Homo Religiosus, il sent qu’il lui manque quelque chose, une nostalgie de quelque chose, un manque ou un vide qu’il essaye de combler d’une manière ou d’une autre. Souvent, ce sentiment de manque accompagne les gens jusqu’à leur tombe.
POURQUOI ? Par ce que la plupart des actions faites au cours de la courte vie ont eu lieu d’une manière ou d’une autre pour soi-même, pour son ‘moi’.

Souvent, les gens quittent ce monde les mains vides : leur mental dévasté par la consommation, leur mental plus pauvre que jamais.
PAUVRE = CELUI QUI NE POSSÈDE PAS MAIS CELUI QUI NE DONNE NI NE PARTAGE. (Partage ne veut pas dire « échange », qui déjà entre dans le mercantilisme, le troc qui donnera Wall Street).

Without awareness of Reality, can Reality exist ? Because this awareness-reality, itself free from thought, exists as the source of all thoughts, it is called Heart. How to know it ? To be as it is (thought-free) in the Heart, is to know it.
(Sans conscience de la réalité, la réalité peut-elle exister ? Car cette conscience-réalité, elle-même libérée de la pensée, existe comme source de toutes les pensées, cela s'appelle le Coeur. Comment le savoir ? Être tel qu'il est (sans pensée) dans le Coeur, c'est La Connaissance). (Réf. Ulladu Narpadu, de Ramana Maharshi ; traduction et commentaires de S.S. Cohen).

Sans conscience de la « réalité » par une personne, cette réalité, ou le simple temps qui coule, peut-il exister ? Comment peut-il y avoir vie, et nom-la-forme, sans Conscience ? Il ne peut pas y avoir non plus de vie sans Conscience (c'est pourquoi un simple Caillou a nécessairement une conscience) !

Il est logique que ceux qui s’identifient le plus au corps-ego sont ceux qui craignent le plus la mort et qui veulent ainsi « Tuer la mort », comme les Google-Transhumanistes, mais qui aussi de ce fait veulent se réfugier dans le Seigneur qui n’a ni naissance ni fin (évidemment, là ça ne va rien leur rapporter comme argent ou fruits….).

Il est naturel que l’inexistence du ‘je’ et du ‘mien’ est l’atteinte de l’immortalité sans la technologie du futur des Google-Transhumanistes, puisque l’inexistence de l’ego annihile évidemment la pensée de la mort et de la naissance.

VRAIE ÉVOLUTION = EAU PRIMORDIALE, PUIS MINÉRAL, PUIS EAU PRIMORDIALE (Minéral dans le sens ou ce corps ou nom-la-forme ne peut pas être considéré comme « inorganique » comme l’écrit le dictionnaire, parce que ce corps ne « bougerait » pas de lui-même ou n’aurait aucune « réaction » en dualité cause-effet, ce qui est faire comme trop souvent de l’anthropomorphisme envers ce minéral et aussi envers le règne végétal).

Au « départ » il y a le UN, puis lorsqu’il se répand il fait un petit : le Deux, mais tout en restant le UN : il est à la fois manifesté et non-manifesté, d’où LE PARADOXE DE LA RÉALISATION DU SOI OU DU UN. Et aussi le : en devenant Deux le Un fabrique deux pôles ou deux aspects : un aspect conscience et un aspect énergie. Mais on ne peut pas séparer ou opposer les deux, comme le fait en France la dictature imposant sa laïcité : d’un côté la croyance confondu avec le spirituel, et de l’autre le matériel et sa consommation. Alors et surtout en France nous avons tort de chercher le spirituel ou Divin en dehors du matériel car cela voudrait dire que le Divin n’est entièrement présent que DANS UNE MOITIÉ DE LUI-MÊME, ALORS QUE DIVIN = PAN, LE TOUT, L’UNIVERS, LE PLUS QUE LA TOTALITÉ : TOUT EST DANS TOUT, INNÉ ET IGNÉ, SURTOUT DANS LE ICI ET MAINTENANT ET PAS AILLEURS OU DANS LA PROJECTION DU MESSIANISME.

Maintenant LE PROBLÈME NUMÉRO UN de ce monde des 10.000 ans du Néolithique et de l’invention de l’État et du commerce est bien celui du « QUI SUIS-JE ? » : connaître sa Vraie Nature est connaître le Soi ou Dieu (Con-naître : naître avec).
Mais Le problème un est aussi LE Paradoxe, comme l’énonce simplement le Maharshi à l’entretien 78 du 4 février 1935 : « Le ‘Je’ rejette l’illusion du ‘je’ et cependant demeure en tant que ‘Je’. Tel est le paradoxe de la réalisation du Soi. Ceux qui sont déjà réalisés n’y voient aucune contradiction ».

Paradoxe parce que l’humain refuse le Gratuit ou Seul Réel, un mécanisme de défense parce que le Réel est perçu comme non-confort, cruel : il n’y a pas de temps ou distance, donc pas de sujet ni d’objet pour vivre le Réel ; il n’y a pas de projection ou pas de messianisme, cette carotte pour faire avancer, donc dans le temps qui passe.
Ce Réel qui est par ailleurs nommé : FLÉAU (de la Balance). Le mot Catastrophe ou Apocalypse (ce qui dévoile) est ce refus du Gratuit ou Réel : le mental devient comme n’ayant jamais existé, on ne peut plus a-viser, calculer, raisonner, il n’y a plus la confortable dualité sujet-objet, alors on agit en « Catastrophe » ou en « Apocalypse », on agit alors seulement dans l’Instant ou le Ici et Maintenant, le spontané cher au Chan/Zen et à la Taoïcité.

Ce Réel qui est UN, sans ailleurs, sans copie ; aucun miroir ni aucun œil ne peut saisir l’Univers comme aucun œil ne peut voir le corps de la Vierge, noire, et pour cause (de la Nuit obscure de Jean de la Croix par exemple). Cette Vierge ou ce Tout, PAN (qui donnera PANique). On ne peut pas saisir l’Univers pour la raison qu’Il est Nous, Nous sommes dedans, Nous sommes Lui.

En ce qui concerne le Paradoxe de la Réalisation, rechercher sa propre identité oblige à recourir à la dualité sujet-objet, donc fausser le Réel, car le Réel est précisément ce qui, pour être sans double, demeure en apparence réfractaire à toute tentative d’identification, ou d’ego !
En fait, seul est visible le faux ou l’illusion, l’ego, le ‘moi’ ; le Vrai cesse d’être vrai dès qu’il est vu ou possédé. Ce qui ne devait pas être la cas en l’état de l’Eau Primordiale ou état de l’Âge d’Or (un peu avant l’apparition du monde animal).

TOUT A UNE CONSCIENCE, contrairement à ce qu’écrit le dictionnaire sur le minéral et le végétal. Chez le minéral la conscience est comme en sommeil profond, puis dans le végétal la conscience rêve, puis dans le règne animal la conscience va rêver de façon « éveillé ».
Dans le règne animal il n’y a pas d’ego, donc pas de ‘je’ ou « d’indépendance » : les animaux tirent leur nourriture (pas celles des boyaux) des Âmes-groupes comme un enfant ou un oisillon tirerait de sa mère la nourriture nécessaire ; équivalent du MOI-COLLECTIF chez l’humain en comparaison de l’actuel MOI-INDIVIDUEL du consommateur qui se dit « autonome » car différencié du groupe et soi-disant capable d’assumer son autonomie face à lui, ce qui évidemment n’est nullement le cas en cette période de grégarisme égrégore intense par tout connecté technologique remplaçant l’Église social d’antan.

L’être humain a essayé, essayé seulement, quand on voit les désastres sur l’ensemble de sa planète, de se « libérer de l’emprise aliénante de la ”Mère-Nature” (cannibalisme et inceste », avance le psychiatre de courant C.G. Jung : Pierre Solié), « afin d’accéder au statut symbolique du « Père-Culture », écrit Solié, statut qui n’est autre que l’actuel PATRIARCAT sous forme de ce Dieu à cheveux et barbe blancs.
Là où il y a problème c’est que P. Solié écrit dans Médecines initiatiques : « Il s’agit de constituer une personnalité individuelle par rapport aux limbes de la personnalité collective tribale - promiscuité ». La « promiscuité » est très présente en notre période de grégarisme en tout connecté et déluge médiatique permanent et paradoxalement de chacun pour soi !!!
Le problème que construit Solié est un problème parce l’illusion commence lorsque la diversité est perçu en SÉPARATIVITÉ (1), en petit bouts de machins, SANS VOIR L’ENSEMBLE, c’est-à-dire lorsqu’on CROIT que les différents éléments de la diversité sont séparés ou indépendants les uns des autres. Or tout est lié et délié : INNÉ-IGNÉ. Un est le TOUT.

DUALITÉ.
Le « peuple élu » divise : eux, et les autres.

Les marxistes et socialistes et certains « savants » sont encore dans la croyance : de croire que le cerveau humain est à l’origine de la conscience ou un produit de la conscience, comme si icelle était « située sous un crâne individuel », donc dans le temps ; ce qui reviendrait à croire qu’un récepteur de télévision serait lui-même le producteur et fabricant des émissions et séries que l’on voit défiler sur l’écran, ou dans le cas d’un récepteur de radio qui produirait lui-même l’orchestre diffusant du Mozart, comme si les musiciens de l’orchestre étaient « enfermés » dans le poste de radio ! Bref, le cerveau n’est qu’un outil, un instrument.


Note.
1. Because the world is seen, we have to infer a common cause (a Lord) possessing unlimited powers to appear as the diversity. The pictures consisting of names and forms, the seer, the canvas, the light |- all these are He Himself. (Ulladu Narpadu, de Ramana Maharshi)
(Parce que le monde est vu, nous devons en déduire une cause commune (un Seigneur ou une Cause, le UN) possédant des pouvoirs illimités pour apparaître comme la diversité. Les images composées de noms et de formes, le voyant, la trame, le lumière (le monde de la manifestation est Lui-même, le monde est comme la Conscience du Soi, comme les images projetées sur l’écran-Conscience de cinéma qui reste neutre : des images d’incendie ne vont pas faire brûler l’écran).

La Création façon Ancien Testament des Hébreux et religions abrahamistes OBLIGENT À LA TRIADE : une individualité, un monde, son créateur ou cause. Ce qui inévitablement va engendrer le temps qui coule, et l’histoire-opinion qui va avec ; trois entités distinctes ou productions de la manifestation ET SÉPARATIVITÉ. Le « peuple élu » divise : eux, et les autres.


Le Soi ne se perçoit pas lui-même.
Le monde de la Manifestation issu du Soi ou Conscience infinie, soit Producteur et Produit ou Créateur et Création sont les deux aspects de l’Un ou Soi.
« Je parle de « producteur » pour ne pas dire, en fait, QUE LES CHOSES NAISSENT D’ELLE-MÊMES [parce qu’Elles Sont, et Sans Pourquoi] », dit le Soûtra de l’Entrée à Lankâ. Bref, la conscience est toujours Conscience ou Soi ; la conscience n’est que le POINT FOCAL OU INSTANT, activé et suscité par le Point Focal suivant correspond à ce type de conscience (effet domino ou des sucres basculant les uns sur les autres formant une onde ondulation). Dans l’ENSEMBLE d’une entité « psychique » ou conscience, chaque Instant du Soi est l’objet, apparent, de l’Instant suivant, ou conscience « suivante » donnant l’illusion du temps. Il n’y a pas Deux mais UN, soit LA NON-NAISSANCE DE TOUTES CHOSES ; « VOILÀ L’ESSENCE DE LA VÉRITÉ ABSOLUE », dit le Soûtra de l’Entrée à Lankâ. Comme dit le Soûtra, les sots se fixent ou font un dogme en séparant l’être et le non-être, « Pour concevoir les causes primaires et secondaires, sans comprendre que rien de ce qui existe n’a de naissance ni de créateur. Les causes de l’Esprit [ici dans le sens du Soi] n’ont pas de commencement, car il n’y a rien a percevoir dans l’Esprit-Seulement [le Soi]. D’où la conscience viendrait-elle, sans tous ces objets dépourvus de commencement ? », dit le Soûtra.



L’animal humain consommateur en action du « libéralisme » et de sa « démocratie » et de sa laïcité. Pas d’évolution hélas depuis des millénaires ! Même phénomène que dans un incendie, on se marche les uns sur les autres pour POSSÉDER, POUR FAIRE FONCTIONNER SON INSTINCT ANIMAL DE SURVIE, COMME SI ON MANQUAIT (de tout, un comble dans cette civilisation d’abondance et de confort à tous les niveaux).
BIENTÔT L’INVERSE : PÉNURIE GÉNÉRALISÉE DES BIENS VITAUX DE CONSOMMATION DEVENANT LA NORME.
Le winnérisme des soldes : tout pour faire acheter toujours plus, selon ce principe de l’évolutionnisme : achetez, achetez, achetez. L’ACHAT COMPULSIF ARTIFICIEL REMPLACE LA LIBÉRATION OU VRAIE PAIX. Tragique !
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 27-09-2019 22:04

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >