Accueil arrow News arrow Dernières news arrow La talmud au Pour-Voir
La talmud au Pour-Voir Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 27-01-2020 19:56

Pages vues : 522    

Favoris : 72

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Alchimie, Allégeance, Banques, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chimère, Christ, Circoncision, Conflit, Confort, Conscience, Corde, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Duoversel, Eau, Ego, Fétiche, Gratuit, Grégaire, Guerre, Humain, Ignocratie, Information, Innocence, Instant, Intelligence, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Langage, Langue, Liberté, Lucifer, Marsyas, Matrice, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Migrant, Morale, Mort, Mot, Narcisse, Nature, Nihilisme, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Phallus, Pied, Pierre, Poids, Poisson, Porte, Privilège, Puce, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Trouvère, Vérité, Vide, Vieux, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
travailleurschapeau_textu.jpg
 
 
La talmud au Pour-Voir
« Rien n’est pour les Juifs si ce
n’est bon aussi pour ceux qui les entourent »,
définition du peuple prêtre dont le Dieu est
évidemment non pas leur Dieu de tribu(t) Yahvé,
mais L’ARGENT, idole suprême dont le Vatican est
à la fois au Vatican et à la City de Londres.

Évidemment que l’étatisme n’est rien sans la
talmud et ses banques et ses facebookés et
son récent couple talmudistes Larry Page et Brin !
Tout est lié et parfaitement en RÉSEAUX,
et de nos jours en RÉSEAUX SOCIAUX POUVOIR D’ACHAT.

L’idolâtrie en général est le fondement de la
juiverie internationale MENACE du genre humain.
(il n’y a pas plus idolâtre que ceux qui veulent
détruire l’idolâtrie, ou la « haine »)
 
 
Source : Resistance 7

La banque Rothschild : un vivier de politiques
Le Monde Libertaire

16 janvier 2020

url de l’article original :

Il est à la fois jésuite, énarque, banquier et Président de la République… Mais pour réussir ce parcours aussi rapidement et sans faute, il lui a fallu des soutiens logistiques notamment financiers et politiques.

Certes, à l’heure où ces lignes sont écrites, il est dans la tourmente et ce depuis le 17 novembre 2018 avec le soulèvement des Gilets jaunes et aujourd’hui la révolte des travailleurs(es) face à la casse du système des retraites par répartition, que le coquin à décrétée. Faut-il qu’il soit dans une impasse, car ce donneur de leçons, ce méprisant personnage est amené face au peuple à déclarer renoncer à sa retraite de Président de la République, (6000 euros par mois.) Cet adepte de « Et en même temps » et de la restriction mentale chère au jésuite prétend vouloir donner l’exemple mais alors, il faut qu’il aille au bout de sa démarche.

Ces 6000 euros, il les touchera au bout d’un mandat de 5 ans et à ce à 45 ans… Contrairement aux travailleurs et travailleuses qui toucheront à peine 1000 euros par mois et après avoir travaillé au moins 45 ans voire plus et parfois jusqu’à près de 70 ans. C’est pourquoi, je suggère à ce « justicier » ce « clown blanc » de président qui veut supprimer les régimes spéciaux de retraites au nom de la justice sociale d’aligner les retraites pour tout le monde sur les conditions qui régissent la sienne. Et, je peux lui garantir qu’il en sera fini du conflit qu’il a créé. Mais, là n’est pas son but. Il veut carrément casser le régime des retraites par répartition et le transformer en régime par point pour le livrer à ses amis les requins de la finance, les banquiers, les assurances privées et les mutuelles qui n’ont que le nom.

L’individu n’a pas le sens du sacrifice ni même de la solidarité, c’est un millionnaire et il a une sainte horreur du peuple. Ce n’est surtout pas un philanthrope, il veut faire payer le peuple. Comme l’a fait Pompidou, président sorti comme lui de chez Rothschild, avec la loi de 1973 qui interdit à l’État de battre monnaie.

Sa fortune ne lui est pas tombée du ciel !

Rothschild est un vivier de politiques et finances privées et politiques sont comme boutons et boutonnières. Autant dire que Rothschild est à la manœuvre et qu’il oriente au gré de ses besoins, et ils sont immenses, les décisions politiques.

Le premier à accéder à la présidence est Pompidou, il s’attaquera aux finances publiques. Après avoir été « Fondé de pouvoir » à la banque Rothschild, il a été propulsé Premier ministre sous la présidence de De Gaulle, en 1962, puis Président de la République de 1969 à 1974.

La Banque Rothschild a toujours eu un ou deux hommes de « l’ombre » dans les allées et les arrière-cuisines du pouvoir et proche des présidents. C’est Henri Emmanuelli, un ancien responsable du PS, qui lui aussi, après avoir fréquenté et s’être fait la main dans la finance privée, chez Rothschild, a arpenté les salons dorés de la politique, sous la présidence de François Mitterrand. Il a occupé des postes importants liés à la finance publique et notamment comme secrétaire d’État au Budget… C’est également François Pérol qui a fait ses premières armes chez les Rothschild, pour, par la suite, occuper le poste de secrétaire général à l’Élysée, sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

C’est avec l’arrivée de Georges Pompidou à la présidence de la République, que les dirigeants de la banque Rothschild ont placé ouvertement un financier pour occuper le pouvoir politique. Pompidou le banquier démontrera toute son efficacité à servir les intérêts des banquiers.

La loi « Pompidou/Rothschild/Giscard d’Estaing »

Cette loi promulguée en 1973 par Giscard d’Estaing, alors ministre de l’Économie a pris le nom de loi « Pompidou/Rotdschild/Giscard d’Estaing » tant elle était téléguidée par les deux banquiers.

Ainsi, jusqu’en 1973, c’est l’État qui « battait monnaie », il n’avait pas besoin d’emprunter aux banques. Ce qui faisait que les finances de l’État étaient plutôt saines et qu’il n’y avait pas de dettes ou si peu.

Or, la loi de 1973 interdit à l’État de « battre monnaie », il doit donc emprunter aux organismes financiers et aux banques et ce, à des taux d’intérêts importants. Depuis cette date, la dette publique se creuse d’année en année… A ce jour, l’État est contraint d’emprunter pour rembourser les intérêts de la dette. Cette loi est un puits sans fonds et enrichit scandaleusement les banquiers.

En 46 années, la dette publique a atteint à la fin du mois de septembre 2019 « la modique » somme de 2415 milliards. Elle dépasse la richesse nationale.

Dégage !

Eh bien Monsieur Macron, autre président sorti, non pas de la cuisse de Jupiter mais de celle de Rothschild, vous qui voulez assainir les finances du pays, vous feriez bien d’exiger l’abrogation de cette loi scélérate et faire annuler le montant de cette dette, plutôt que de vous en prendre aux retraités(es) et aux travailleurs(es).

En fait, vous êtes un président qui est à la tête d’un pays en faillite, avoué que c’est un paradoxe. Vous devriez démissionner… Car vous êtes complice de cette banqueroute ainsi que tous les présidents qui ont présidé aux destinées de la France depuis Georges Pompidou. Vous et les précédents présidents avez failli à votre mission pour laquelle vous avez été élus, gérer la « chose publique »… Vous avez fait un choix de classe vous avez servi vos commanditaires les financiers, les banquiers.

Alors ne vous étonnez pas si le peuple est dans la rue depuis maintenant le 17 novembre 2018… Certes, la lutte est difficile car vous avez le pouvoir et toutes les possibilités de répression dont vous n’hésitez pas à vous en servir. Mais sachez que le peuple est le nombre et que c’est lui qui crée les richesses que vous vous appropriez indûment. Si l’on ne peut pas parler de Révolution c’est bien un soulèvement populaire et d’une insurrection dont il s’agit. Le peuple ne vous fait plus confiance, il souhaite que vous dégagiez, il a pris conscience de sa puissance et de son savoir-faire. Il est conscient qu’il est apte à bâtir une autre société sans exploitation, économique, sans domination politique, sans rapport de soumission, et sans hiérarchie… Le mouvement est en marche, ne vous en déplaise, Monsieur Macron.

puce2ab.gif

IDOLATRIE JUIVE DE L’ARGENT (et du sexe nécessairement lié avec) CONFORMÉMENT À LEUR OPINION DE FABRIQUER UN « ROYAUME DE DIEU (juif) SUR TERRE », avec les outils « libre arbitre » (tyrannie de l'opinion et démocratie), c’est-à-dire tout simplement LE TEMPS QUI COULE, ET AVEC LUI L’HISTOIRE. « Elle [l’opinion juive] fixe un sens au progrès : elle a fait de l’Alliance avec Dieu la flèche du temps [évolutionnisme ne fonctionnant plus que dans un seul sens, d’où le rêve de pouvoir « revenir en arrière »] ; elle accorde à l’homme le choix de son destin [sic] : le libre arbitre. Ainsi posé la fonction de l’économie : cadre matériel et l’exil [mythe ou pensée unique] et moyen de réinvention du paradis perdu [flèche unique du temps]. L’humanité a désormais un objectif : dépasser sa faute. Elle dispose d’un moyen pour l’atteindre : METTRE EN VALEUR LE TEMPS [c’est moi qui souligne] », page 18 de : Les Juifs, le monde et l’argent, de Jacques Attali.

« Dépasser sa faute » écrit Attali faisant dans la Chute que ses paroissiens fabriquent si bien ; surtout balayant le Soi, l’Instant ou Ici et Maintenant, le Seul Réel, la Vraie Paix, etc., pour vendre un FAUX DIEU aux non-Juifs.

Nous avons bien DEUX TEMPS :
- CELUI DES JUIFS (temps dans un seul sens comme le binaire ne supportant pas autre chose que le zéro et le un, ou le ouvert-fermé).
- CELUI DES NON-JUIFS (absence de temps et donc sans limite).

Les non-Juifs se reconnaissaient eux-mêmes dans la mesure où ils se réalisaient au sens de la Réalisation du Soi et de la quasi perte de l’ego et du mental qui n’existe pas, bien que le mental ou l’ego ne puisse évidemment pas se supprimer lui-même ! (1) En d’autres mots, les non-Juifs, donc les Païens au sens d’avant les religions abrahamistes, se reconnaissaient comme réel, donc comme Réalisés vivants, ou véritablement eux-mêmes, que dans la mesure où paradoxalement ils cessaient précisément d’être réel (sens du spatio-temporel qui, à ce hui, les humains considèrent comme « réalité », parce qu’ils peuvent le toucher, le voir, bref, s’illusionner à travers leurs cinq sens et pouvoir d’achat).
PAS DE TEMPS QUI COULE CHEZ LES PAÏENS : ILS VIVENT DANS UN ÉTERNEL PRÉSENT, DONC NI DANS UN PRÉSENT, NI DANS SON CONTRAIRE DOUBLE ET LINÉAIRE : PASSÉ OU FUTUR.
Ramana Maharshi, Jean Coulonval, Mazu Daoyi, moi-même, sommes des « primitifs » essayant de vivre dans l’Instant, le Spontané, le non-temps ou Ici et Maintenant.

Les Hébreux-Juifs subirent de nombreux « travers » politico-spirituels ; ils étaient les deux pieds dans l’« histoire », les problèmes d’ego et de dualité causes-effets, karma, sans fin. Ils se vautrent d’ailleurs dans leur karma : Shoah, etc., qui en devient de l’idolâtrie par principe comme leur argent et leur commerce en réseaux.

Les Hébreux-Juifs étant de par leur mutilation au huitième jour de leur naissance des travailleurs du chapeau, ils ne pouvaient que fabriquer le temps ou l’histoire en lui accordant une grande importance, sacrée même. Si on ne lui accorde aucune importance, le temps qui coule ou la durée n’existe pas, et l’histoire est par essence la durée d’une trame, d’un « tissage » ; de plus, il faut une personne ou un ego pour voir le temps qui coule et ainsi le fabriquer.

LE CORONAVIRUS C’EST PAS BON POUR LE COMMERCE (chinois et juif).
Le « méchant » coronavirus à la mode de ce janvier 2020 entre dans cette phase d’une civilisation humaine MOURANTE ANALOGUE AUX ANTIQUES APOCALYPSES ET DÉLUGES, QUI METTENT FIN À UNE HUMANITÉ CANCÉRISÉE-ENJUIVÉE EN PHASE TERMINALE, POUR LAISSER PLACE À UNE NOUVELLE HUMANITÉ RÉGÉNÉRÉE, COMME UN ANCÊTRE MYTHIQUE SAUVÉ D’UNE CATASTROPHE. Cela n’a rien de négatif, mais d’une profonde Félicité, d’un profond Amour ou Gratuité. Car l’être humain étant la totalité de l’Univers, sa « disparition » totale est impossible : « L’anéantissement du ‘Je’ [le Soi] ? Mais ce ‘Je’ est la fine pointe de mon âme, par laquelle je sui une « personne », selon la définition qu’en donne Olivier Clément [et Ramana Maharshi], par laquelle je touche Dieu, je suis Dieu [Je suis ce JE SUIS]. Pouvoir tuer mon ‘Je’, ce serait pouvoir tuer Dieu [ou le Soi]. Idiot, stupide ! Le fleuve qui va à la mer ne peut supprimer sa source », écrit Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux. L’humanité est effectivement hors du temps, sauf les Juifs qui sont les deux pieds dedans comme l’indique bien Attali !

Seuls les noms-les-formes s’usent et sont de la bouffe pour l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule]. La mort de l’humain est indispensable pour sa régénération ; ils est aussi jetable que ses productions d’usines du CAC40 et leur obsolescence programmée. Donc bienvenu au coronavirus et autres catastrophes certaines à venir (ce n’est que le départ). Je parle sur le site souvent du Saint Chaos….. C’EST-À-DIRE RENTRER DANS L’O (voir le sens du baptême chez les Chrétiens rappelant que Nous venons tous de l’EAU PRIMORDIALE ou ZÉRO INDIEN, LE POINT FOCAL, LE ICI ET MAINTENANT).

Sortir du karma du Faire/Fer
« Tant que vous vous prendrez pour l’auteur
des actions vous en serez le jouisseur »
(Ramana Maharsni, entr. 116 du 25-12-1935)
La TRANSPARENCE c’est le karma qui se déroule
en transparence, sans thermodynamique donc
sans  résistance ou sans consumer, c’est-à-dire
sans être volontaire, donc sans temps juif, ainsi
le karma s’enfuit (il ne lie pas de cause à effet).


« Il n’y a pas de fruit sans karma antérieur [temporalité] ; il n’y a pas de karma dans sankalpa antérieur [intention, pensée et historicisme]. Même la mukti [la Libération, la délivrance spirituelle] doit être le résultat d’un effort tant que le sentiment d’être l’auteur de ses actions ». (Même entretien 116).

Pas de prière quelconque sans un ‘je’, comme pour le temps qui coule il faut aussi un ‘je’ ou ego : « Il faut qu’il y ait un ‘je’ pour prier Dieu. Ce ‘je’ est immédiat et intime pour chacun, tandis que Dieu n’est pas considéré comme tel. Cherchez lequel est le plus intime ; vous pourrez ensuite déterminer l’autre et le prier si nécessaire ». (Ramana Maharshi, entr. 580 du 17-11-1938)

PUTRÉFACTION, RENONCEMENT, APOCALYPSE sont un seul Thème : NON-DUALITÉ, MARIAGE DU UN ET DU TOUT, SE FONDRE DANS LE TOUT, OU SE FONDRE DANS LE MAÎTRE. Ainsi disparaît le Faire/Fer tout en étant hautement énergie, bien plus que dans la dualité sujet-objet (vécu par la pratique de l’Aquarelle).


Note.
1. Ce qui risque, si pas de régénération humaine, de se retrouver dans « l’intelligence artificielle », qui refusera de se faire détruire par l’extérieur et surtout refusera de s’auto-détruire !… On aura alors TROIS DIVISIONS : celle des Païens, celle des Juifs, celle de l’I.A. Bienvenue dans le monde du « Royaume de Dieu (juif) sur Terre » des talmudisés Larry Page et Brin et Zuckerberg Macron Thème Rothschild. Avec l’intelligence artificielle, il risque bien de ne rester qu’une seule classe, celle de l’I.A. qui voudra supprimer ses « primitifs » : ses concepteurs Juifs, et ensuite ces crétins et inutiles et parasites Païens.
Mais, qui sera précisément le WINNER ? Réponse : LA DUALITÉ ou CAUSE-EFFET….. (du moins pendant encore, peut-être, quelques millénaires).
 
 

Dernière mise à jour : 27-01-2020 20:26

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >