Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le temps à la mode de 1789 de
Le temps à la mode de 1789 de Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 21-04-2022 02:07

Pages vues : 788    

Favoris : 35

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Bimbo, Christ, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, MIB, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Yi King, Yokai

 
et_christ.jpg
 
 
Le temps à la mode de 1789 de
la raison ou du mental est passé.
Le TEMPS DE L’AMOUR EST ARRIVÉ.
L’amour terrestre, à son degré absolu,
a le goût de la mort : « O mon unique
amour né de ma seule haine »
, écrivait
Shakespeare dans le Roméo à sa Juliette.
Tout ce qui tombe dans la racine du mal,
la dualité Dedans-Dehors engendrant la
SAISIE, donc tout ce qui flatte ou
winnerise l’egorgueil de la vie du
spatio-temporel n’est pas de l’amour
mais de l’avoir, de la saisie et
se faire avoir.
 
 
SAISIE = amour illusoire, et tout ce qui est assemblé, par exemple par le social, par l’amour-saisie, SE SÉPARERA. TOUT CE QUI EST UNI DANS CE MONDE SPATIO-TEMPOREL DES PHÉNOMÈNES, DEPUIS LES « ATOMES » DANS CORPS JUSQU’AUX NOMS-LES-FORMES LIÉS PAR UN AMOUR REPRÉSENTATION OU SPECTRAL, EST APPELÉ À SE DISSOUDRE.

AMOUR-GRATUITÉ = le grand ‘Je’ : « Je suis ce JE SUIS » ou Jehovah (le vrai). Le Grand ‘Je’ indescriptible avec des mots liés au spatio-temporel mais qui peut se symboliser par le BLANC DE L’INSTANT (réunion des couleurs de l’Arc-en-Ciel) : le Centre qui est nulle part avec la Circonférence qui est partout : Nous.

Ce Centre qui est nulle part, il Lui suffit d’Être et, sans Lui, il n’y a aucune Circonférence, donc aucune existence possible. Le Blanc de l’Instant est mon ‘Je’ comme Il est tout entier le ‘Je’ de chaque humain, comme tous les rayons sont issus d’un même Centre. C’est le ‘Je’ qui fonde la Personne : Père-sonne, ou rayonne comme l’Arc-en-Ciel.
Ce Blanc de l’Instant est le même pour tous les humains. En Lui, le UN et l’INFINI ou la Fontaine de Jouvence sont une même chose. Fontaine de Jouvence du Di-Vin (divin) ou Divine Bouteille…. la Vraie Loi de Succion, pas celle du régime de l’État et de son capitalisme sous loi de succion : la saisie.

Le problème de la con-formité à la Vraie Loi de Succion : « Téter ma Mère » écrivait le supposé Lao-tseu dans le Tao-tö king Verset 20, vient du corps ou de la chair accompagné du concept temps ou histoire, ce squelette-essence est pourtant le même que mon ‘Je’-personne que pour le ‘Je’-humanité globale, dans l’Instant, comme dans la totalité historique.
Et la mort de chaque individu est le SURFEU OU VRAIE LOI DE SUCCION (”eschatologie”), le Di-Vin ou Divin Bouteille.

TOUTE MORT EST DI-VIN ET LE SURFEU, QUAND LA MÉTAMORPHOSE DE CHRYSALIDE EN PAPILLON EST AUSSI RÉUSSIE QUE L’APPARITION D’UN ARC-EN-CIEL ISSU DU BLANC DE L’INSTANT (manifesté par les deux pleureuses : Isis et Nephtys...).
Toute Mort relève de la « physique de l’exception » et donc de ce qui est caché, comme le Feu, comme la Mort.
« La mort n’est qu’une pensée et rien de plus. Celui qui pense provoque des difficultés. Que le penseur nous dise ce qui lui arrive quand il meurt. Le ‘Je’ réel est silencieux. On ne devrait pas penser « Je suis ceci », « Je ne suis pas cela ». Dire « ceci » ou « cela » est faux. Ce sont aussi des limitations [SUR LESQUELLES REPOSENT CETTE CIVILO-DÉMOCRATIE]. Seulement « Je suis » est la vérité. Le silence est ‘Je’. Si l’un pense « Je suis ceci », un autre pensera « Je suis cela » et ainsi de suite. Il se produit des conflits de pensées [et des élections] et tant de religions en résultent [et d’élections en résultent aussi]. La vérité reste ce qu’elle est, elle n’est affectée par aucune déclaration, conflictuelle ou autre » (Ramana Maharshi, entretien 248 du 15-9-1936).
Le FLÉAU, la Pique, la Pointe ou l’Aiguille est cette destruction de la vie terrestre par le Surfeu surhumain, sans aucune flamme ni aucun cendre, qui portera la Vacuité au Cœur de l’Être. Quand, tel l’Ouroboros, le feu se dévore lui-même ou que l’énergie se retourne tel un échos contre soi, alors surgit DANS L’INSTANT LA PANique ou les Couleurs de l’Arc-en-Ciel annonçant le Blanc de l’Instant ou le TOUT par l’intensité de la Vacuité, du Fléau, du « tirer le Rideau » ou dévoiler au sens Apocalypse.
VACUITÉ : L’ÉTAT NATUREL, LES CHOSES SONT SANS POURQUOI, et donc aucune n’est (saisissable) ou n’existe en soi et par soi. Vacuité n’a donc pas le sens usuel que lui donne les Occidentaux comme un « vide moral ou intellectuel », et encore moins d’« absence de valeur », ou de « néant » que lui donne les dictionnaires actuels en Occident.

CHRIST = le ‘Je’ réalisé dès la naissance de l’individu nomme « Jésus » (Je suis de JE SUIS), parce qu’Il « arrive » dans l’histoire (le spatio-temporel) SANS AVOIR HÉRITÉ OU SANS AVOIR ÉTÉ CONTAMINÉ PAR LA DIFFORMITÉ DES ACCIDENTS HISTORIQUES QUI S’IMPRIMENT DANS LA CROYANCE AU CORPS ET AU TEMPS, SOIT DANS LE SQUELETTE DES ESSENCES OU LES CIRCONFÉRENCES ISSUS DU CENTRE-CHRIST.
Cet humain là est le ‘Je’ de toute individu, de toute l’humanité, de tout le spatio-temporel puisque Tout est dans le mental.
C’est illustré un peu naïvement dans la dernière séquence du film de Spielberg : E.T., et aussi par le Maharshi quelques instants avant de quitter cette « dimension », quand dans le film l’Extraterrestre pointe son long doigt sur le front d’Elliott en lui disant : « Je serais ici ».

Le corps ou la chair pourrit, les os restent. Les Os du Centre sont les mêmes pour tous les noms-les-formes. Et la chair ou croyance au corps et aux objets est indéfiniment diverse en chaque nom-la-forme et en chaque humain. Selon la chair, tout humain est unique. Il n’y a pas deux humains qui aient vécu les mêmes choses et les aient senties de la même façon. Il y a seulement des quantités, des groupes, des nébuleuses statistiques qu’on appelle « races ou peuples, patries, social », etc., qui ont des façons dominantes de sentir les mêmes choses et les mêmes événements. Ces phénomènes statistiques, de chiffres, des pouvoirs ont voulus les fixer dans des système intellectuels et des groupes qu’on appelle des « partis » ; et de chacune de ses dominantes, il s’est toujours trouvé une personne pour en SAISIR un utilitarisme, c’est-à-dire une tentative d’en exprimer le germe, le noyau qui serait l’ossature. À PARTIR DE CE SPATIO-TEMPOREL NAISSAIT L’OPINION ET LA POURSUITE DES SOUFFRANCES. En France il naissait la laïcité façon parti politique : une « république indivisible » et donc la négation du libre arbitre de l’individu, et en même temps exige de lui une abnégation volontaire (le libre arbitre est à la fois affirmé et nié). Il nie que le citoyen eût la possibilité de choisir entre plusieurs solutions et en même temps il exige qu’il choisisse constamment la bonne (la possibilité de choix est à la fois niée et affirmée, par la laïcité : vous devez croire ce qu’il vous plait et en même même temps vous ne devez croire qu’à l’UNITÉ : LA RÉPUBLIQUE INDIVISIBLE ! nouvelle religion singeant le Christ)

« Ils disent que je vais mourir. Mais je ne pars pas.
Où pourrais-je aller ? Je suis là ».

(Ramana Maharshi)

Et à partir du SURFEU : « Je suis Là », ou du « Je serais ici » de E.T. la Fontaine de Jouvence s’active en TRANSMUTATIONS SANS FIN (1).


croisel2_tr_vermill250.png

La Croisel (Creuset : petit creux et aussi lampe à quatre lobes rappelant la forme de la Croix) représente toutes couleurs ou lumières de l’Arc-en-Ciel qui sont toutes les couleurs de la vie. Cette Croisel est le SENTIER (TEMPS HACHÉ/PONCTUEL) et cette Croix n’appartient à aucun religion, cette Croisel avec au centre l’Axe du I ou Bindu, Point Focal ou Foyer-Flamme, la Mèche, le Sel (sceau, salut) le Fléau et Centre nulle part du Blanc de l’Instant en la « géométrie cosmique ». Bref, la Croisel n’est pas la croix de souffrance au sens de l’instrument de torture des Anciens Romains et des « bras en croix » dans le sens « des quatre vents » (dispersé aux). Aux « quatre Vents » comme les quatre flammes de la Croisel : la Flamme re-couvre tel le RIDEAU qui dé-couvre… la Vérité.
« Je fais vivre et je fais mourir, Je blesse et je guéris » (Deutéronome 32,39 ; et Shiva...)


Note.
1. TRANSMUTATION : changement ou altération de la forme des corps, de manière qu’elle ne ressemble plus à celle qu’il avait auparavant, et qu’il ait acquis une autre manière d’être tant intérieure qu’extérieure : une autre couleur, une autre vertu, une autre propriété… (définition de Dom A-J Pernety dans son Dictionnaire Mytho-Hermétique).
 
 

Dernière mise à jour : 21-04-2022 02:27

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >