Accueil arrow News arrow Dernières news arrow État de TURIYA
État de TURIYA Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 03-11-2022 07:48

Pages vues : 414    

Favoris : 39

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Echo, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Messianisme, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Tore, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Yi King, Yokai

 
ci1-3_400.jpg
 
 
État de TURIYA
Quatrième état au-delà des états de
veille, de rêve et de sommeil profond.
Cet état transcende le mental et ne
peut donc être salopé par la « raison »
à la mode possessive de l’ego du siècle
des loupiotes françaises au 18è siècle.
Seul le SILENCE, tel celui des
EAUX PRIMORDIALES peut décrire
leurs « caractéristiques ».
Le SILENCE le Vrai Langage duquel provient
la pensée, de la pensée provient l’ego et
de l’ego provient la parole, ensuite le
langage écrit (puis celui de l’informatique).
Si la parole facilite les choses du point de
vue de l’utilitaire et du possessif par
l’opinion, combien plus efficace encore est
son CENTRUM CENTRI OU SA SOURCE ORIGINELLE.
 
Seul ce qui EST existe toujours, sans
”big bang”. Si l’ego meurt, CELA, la
Réalité, continue à exister comme Elle a
toujours existé. Vous pouvez la concevoir
comme la pensé ‘je’ ou simplement l’ego.
Ce qui existe est ”JE SUIS” (1), aham [ego
et au-delà]. (Réf. Ramana Maharshi).


« Dans le sommeil, notre ego est immergé et les organes des sens sont inactifs. L’ego du jnani [le Réalisé, le Libéré] est mort et il ne fait rien de son plein gré ou avec le concept qu’il est celui qui agit (2). En ce sens, il est dans un état de sommeil. En même temps, il n’est pas inconscient comme dans le sommeil profond, mais pleinement éveillé dans le Soi ; il est donc dans un état sans sommeil [le scribe de cette page souligne]. Cet état de sommeil sans sommeil, ou de sommeil éveillé, appelez-le comme vous voulez, est l’état de turiya, le quatrième état du Soi. Sur Lui se déroulent comme sur un écran, les trois états de veille, rêve et sommeil profond, laissant l’écran non affecté ».
Le Maharshi [sage] fait remarquer que Nous cherchons ce qui n’existe pas au lieu de Nous en tenir à ce qui existe. Nous nous préoccupons du futur [surtout les Juifs et réparateurs de la ”Chute”] et du passé et ne sommes pas conscients de la Vérité du Présent [l’Instant, Ici et Maintenant]. Nous ne connaissons ni le début ni la fin, mais Nous connaissons le milieu. Si Nous trouvons la vérité de Cela, Nous saurons ce qu’est le début et la fin [« Je suis le Soi qui siège dans le Cœur de tous les Êtres ; je suis leur début, leur milieu et leur fin », Bhagavad-Gîtâ X,20].

AVERTISSEMENT CONCERNANT LE « PÉCHÉ », LE PACHA (chefferie), LA CHUTE : L’ÉVOLUTIONNISME OU LA « MISE EN VALEUR DU TEMPS ».

« Ce qui n’est pas au début et ne sera pas à la fin, mais qui est uniquement au milieu, ne peut être réel. Ne peut être réel que ce qui est non seULEMENT AU MILIEU, mais aussi aussi au début et à la fin ».
Avertissement surtout pour la « mise en valeur du temps » (juif et des Marxengelsistes et autres Schwab-Harari et autres « possédants » ces ”gens de bien(s)” : « NE POINT ATTACHER UN INSTANT QUI PASSE À UN AUTRE INSTANT ». Seul le NON-LOCAL peut fonctionner en une sorte « d’interaction virtuelle » mais qui n’a rien à voir avec l’actuelle connexion modèle informatique avec ses « réseaux sociaux », lesquels ne fonctionnent que par le ‘je’ de l’ego… et ainsi fonctionnent en « thermodynamique ».
Bien-sûr l’ego est celui qui ne peut que pratiquer le « Qui suis-je ? ». Mais le Soi NE SAISIT PLUS. Seul ce qui interroge, donc possède, c’est l’ego, le ‘je’ sur lequel on s’interroge. CETTE RECHERCHE A COMME RÉSULTAT QUE L’EGO CESSE D’EXISTER ET QUE SEUL LE SOI OU CONSCIENCE INFINIE DEMEURE.

Il n’est excessif d’écrire ici que ce qui est à la mode, la raison, court après tout ce que se présente à lui mais surtout court après tout ce qu’il lui plaît ; c’est la définition de la VULGAIRE LOI DE SUCCION COMMENÇANT DU BERCEAU AU TOMBEAU, DONC FACTICE !!!
Dans des écrits, l’ego est comparé à UNE CHENILLE. C’est la vulgaire loi de succion. Symboliquement la chenille est à la fois larve et animal rampant. Mais dans la Bhradarahya Upanishad la chenille devint symbole de transmigration, en fonction de la manière dont elle passe d’une feuille à une autre, comme dans l’avertissement ci-dessus : attacher un Instant qui passe à un autre Instant, comme de passer d’un état de larve à ceux de chrysalide et de papillon, comme si la vie passait d’une manifestation corporelle à une autre. Évidemment dans cette vie passant d’état en état, le Soi est toujours Lui-même, avec tout ce qu’un tel avertissement constitue le PARADOXE de la RÉALISATION amenant à cette MISE EN VA(O)LEUR DU TEMPS EN UN PROLONGEMENT FACTICE DU DEVENIR. Bref, la symbolique de la chenille tord le cou à toute doctrine de transmigration et sans argument possible qui tienne le coup !

Les Schwab-Harari avec leur « insaisissable » rêvent de SUPPRIMER TOUTE SERVITUDE DONT LE ”BIG BANG” EST DE SE CROIRE LE POSSÉDANT DE TOUTES SES ACTIVITÉS, si à la mode actuelle du « Votre député, votre voyante, votre santé, votre confort, votre ceci, votre cela », qui encouragent et amplifient la fausse loi de succion et donc qui augmente le mental DANS LE SENS FUNESTE À TOUTE VIE.
« Il n’y a pas de mal de se livrer à des activités [et la non-activité est elle-même une activité !] qui viennent naturellement. L’OBSTACLE OU LA SERVITUDE, C’EST DE S’IMAGINER ÊTRE CELUI QUI AGIT ET D’ÊTRE ATTACHÉ AUX FRUITS DE SES ACTIONS ». (Autre définition de la vulgaire loi de succion faisant ses ravages humains du berceau au tombeau).

« Un homme dit : ”Je viens de Madras”. Mais en fait ‘il’ n’est pas venu. Un véhicule l’a amené de chez lui à la gare, il est monté dans un train qui l’a conduit à Tiruvannâmalai, et de là une charrette l’a amené ici. Mais il dit : « Je suis venu ». Voilà comment Nous nous identifions aux actions du corps et des sens ». Et de là provient la SERVITUDE, que les Schwab-Harari et autres Bill Gates veulent « soulager ».
« Qu’y a-t-il à voir pour moi ? Je ne vois rien. À quoi le sert-il alors d’aller quelque part ? » C’est une de ces déclarations révélatrices sur Lui-même qui parfois s’échappe des lèvres de Bhagavân.
Le Maharshi, Bhagavân, fit aussi la remarque suivante : « Le jnani [le Réalisé] voit qu’il est le Soi, et c’est sur cet écran du Soi que défilent les diverses images que l’on appelle le monde. Il n’est pas affecté par les jeux d’ombres à la surface de cet écran » (il ne tombe pas dans la vulgaire loi de succion).
« Voyez avec l’œil physique et vous voyez le monde. Voyez avec l’œil de la Réalisation et tout apparaît comme le Soi ».

Pour voir un objet dans l’obscurité, il faut à la fois l’œil et la lumière d’une lampe. Pour ne voir que la lumière, l’œil suffit. Mais pour voir le soleil, nulle autre lumière est nécessaire. Même si vous avez une lampe avec vous, sa lumière disparaître dans la lumière du soleil. Notre intellect, le buddhi [la raison], le sert à rien pour réaliser le Soi. Afin de voir le monde et les objets [les noms-les-formes], il faut le mental et la lumière réfléchie (chidabhasa) qui s’élève toujours avec lui. Pour voir le Soi, le mental doit simplement être tourné vers l’intérieur, la lumière réfléchie n’est pas nécessaire ». Rejoint le TROU : dans un Trou il
n’y a rien d’autre que le Trou : pas de Trou à voir, rien à saisir….

Nagarjuna nous met en garde par la stance 16,9 définissant ainsi une FIXATION, une POSSESSION : « ”Un jour je m’éteindrai libre de toute appropriation, le nirvana [libération] l’adviendra”. Prendre les choses ainsi, c’est le comble de l’appropriation », comme la Bhagavad-Gîtâ, chapitre IV,18 : « Celui qui dans l’action peut voir l’inaction [le non-agir], et qui peut voir l’action continuant encore dans la cessation des œuvres, celui-là est parmi les hommes l’homme de raison vraie et de discernement ; il est en yoga et il est l’ouvrier universel aux capacités nombreuses [pour le bien du monde] ».
Voir la page NOIR-BLANC MÊME COULEUR pour le complément sur l’état de turiya.
Se libérer individuellement comme le fit croire le concept républicain et capitaliste de 1789 est la pire prison mental qui se fit concevoir par des possédés aux loupiotes du si funeste 18è siècle occidentale, avec aussi l’apparition de cette judéo-maçonnerie à Londres en 1717…..
Le 1789 français est cette juiverie de mise en valeur du temps : « Un jour je m’éteindrai (ou je me libérerai) », dans la même logique du conte ; « Un jour mon prince viendra… Un jour il me baisera….. » Cela c’est la rêve d’une jeune fille, ou d’un jeune garçon dans le cas du gay.
LA NATURE HUMAINE EST TERRIFIANTE AVEC SA NOSTALGIE D’ÊTRE, SI PRÉSENTE ACTUELLEMENT AVEC LE TRANSHUMANISME ET SES INJECTIONS-INJONCTIONS À RÉPÉTITIONS À ARN messagers, dans la tradition de la loi de succion du ”votre ceci, votre cela, votre dose de rappel” !!! À croire que le covidisme a été inventé pour booster le capitalisme en perte de son « taux de profit ». Non seulement pour le booster mais par cause-effet POUR SUPPRIMER UNE BONNE PALANQUÉE D’HUMAINS SUR LA PLANÈTE TERRE, À CAUSE DE CETTE SAISIE DE L’ÊTRE, À CAUSE DE CETTE SAISIE FICTIVE D’ÉTERNITÉ (alors que Nous sommes cette éternité (3)) !!!

AINSITÉ : ni s’enfuir, ni s’approcher. Le Centre est nulle part et la Circonférence est partout.
Ni apparaître, ni disparaître, seulement « Je suis ce JE SUIS » ou immortalité, éternité du ‘Je’. Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux : « Il m’arrive encore de désirer le retour au Néant, l’anéantissement du ‘Je’. Mais, écrivant cela, je m’aperçois que c’est impossible. Retour au Néant ? Mais on ne peut retourner « à quelque chose » qui, par définition, ne peut être le Néant, le Rien. L’anéantissement du ‘Je’ ? Mais ce ‘Je’ est la fine pointe de mon âme, par laquelle je suis une « personne », selon la définition qu’en donne Olivier Clément, par laquelle je touche Dieu, je suis Dieu. Pouvoir tuer mon ‘Je’, ce serait pouvoir tuer Dieu. Idiot, stupide ! Le fleuve qui va à la mer ne peut supprimer sa source ». Même Paradoxe, comme si « tuer l’ego », comme mentionné plus haut, tuait en même temps le Soi, Dieu…….

L’œil ne peut fonctionner qu’en utilisant la lumière émanée du soleil, sans cela l’œil est inutile. De même, le jiva ou individu ne peut fonctionner qu’en utilisant la Conscience [le Sel…] qui émane du Soi. Également, de même que l’œil ne peut fonctionner que dans la lumière réfléchie du monde des  Essences. S’il l’œil se tourne pour regarder le Soi, il sera entièrement effacé et se fondra dans le Soi avec lequel il ne fera plus qu’un, comme le fleuve qui va à la mer ne peut supprimer sa source. C’est le EST, le « Je suis ce JE SUIS ».

L’OBSTACLE OU LA SERVITUDE, C’EST DE S’IMAGINER ÊTRE CELUI QUI AGIT ET D’ÊTRE ATTACHÉ AUX FRUITS DE SES ACTIONS. CELA CONDUIT À LA RACINE DU MAL :

- Quelle est donc la racine du mal ?
- La « saisie » [loi de succion ou
Eucharistie (dans son sens en la
croyance au corps ou attraction
”universelle”].
- La saisie de quoi ?
- La saisie du triple monde [de la Forme,
du Désir, du Sans-Forme, jusqu’à la
gloutonnerie spirituelle].
- Comment arrêter cette saisie ?
- En recourant à l’introuvable, car dans
l’introuvable il n’y a pas de saisie.
- Qu’est-ce que l’introuvable ?
- La fin du dualisme.
- Qu’est-ce que le dualisme ?
- La vision d’un dedans et d’un dehors,
lesquels sont introuvables.
(Soûtra de la Liberté inconcevable,
chapitre V, 14)
Ils sont introuvables pour la raison naturelle
que Nous sommes l’Univers et que la racine du
mal fait SORTIR de l’Univers comme pour l’examiner
et POUR-VOIR comment il fonctionne : ON SORT DU TROU
POUR EXAMINER LE TROU, et comme dans un Trou il
n’y a rien d’autre que le Trou : pas de Trou à voir.
POUR-VOIR OU POUVOIR SIGNIFIERA ALORS :
D’É-couvrir : augmentation de l’ego par l’opinion
ou le recouvrement de toutes choses par le MASQUE
LE RIDEAU DE SON EGO, CE SERA LA CHUTE :
SORTIR, DEHORS, SAISIR… ET TENTER D’AMÉLIORER
LA CONDITION HUMAINE…

TOUT EST FAIT POUR QUE LES MASSES S’ATTACHENT UNIQUEMENT À LA LETTRE OU À L’UTILITAIRE, À LA RAISON, CONFORMÉMENT À CE MONDE EN TRAIN DE SE DIGITALISER, DE SE NUMÉRISER.
C’EST CE MONDE DU SÉCURITAIRE TOTALITAIRE QUE VEULENT FABRIQUER LES CANCÉREUX DU POUVOIR, DONC INSTITUER CE MONDE D’ESCLAVES COMME BIEN ANNONCÉ DÉJÀ PAR LE MATHNAWÎ (4).

Tout ce qui se produit et qui est connu à l’état de veille par les cinq sens est la production de l’ego, le ‘je’. Mais si cet état de l’individu en conclu une quelconque « paix » ou une quelconque « libération », alors cette soi-disant « paix » ne mènera qu’à un remplacement par un oubli total, comme dans le sommeil profond, selon l’avertissement traditionnel ci-dessus. L’état d’UNITÉ ne se produira que par la GRÂCE dans laquelle l’illusion (des facultés) et l’oubli (les limitations) ne voit le jour. Donc toute tentative de la part de la conscience, la raison, de maîtriser l’ego et d’en faire son Vaisseau est vouée à l’échec, car le Vaisseau est toujours happé par l’attachement d’un Instant à un autre Instant ou happé plus avant dans la mise en valeur du temps par le mental et ses cinq sens. Mais, si cette conscience ou raison, la logique, s’abandonne (Putréfaction) à la Grâce Divine et le prend pour Vaisseau, POUR ATHANOR (fourneau), l’ego en prendra un grand coup et l’On vivra la Félicité du Soi, LA VRAIE PAIX (et pas l’actuelle fausse paix rêvée par les cancéreux du Pour-Voir et de leur fric/flic en complexe militaro-industriel doublé d’opinions possessives).

« On lit au Livre de l’empereur Jaune : ”Une personne accomplie vit comme un mort, se meut comme une machine”. De plus, elle ignore pourquoi elle vit, pourquoi elle ne vivrait pas, pourquoi elle se meut, pourquoi elle ne se mouvrait pas. De plus, elle ne change son comportement ni lorsque les vulgaires [le social, le Dehors, le monde] la regardent ni lorsque les vulgaires ne la regardent pas. Solitaire [Singularité, Idiotès, Vrai], elle va et vient, sort et rentre. Qui pourrait s’y opposer ? » (Lie Tseu, Traité du Vide parfait, chapitre : Nature et Destin, Verset 9).
C’EST LE NON-AGIR DANS L’AGISSEMENT. De nos jours, ce n’est plus possible dans le productivisme utilitaire démentiel lié au capitalisme mais surtout lié au mental de l’ego qui résonne et raisonne et détruit toute vie.

Le « Vide Parfait » : le SANS POURQUOI (on ne sort pas de l’Univers pour le Pour-Voir…).
« Celui qui voit et ce qui est vu ne seront alors rien d’autre que l’écran. Appliquez cela à vous-même. Vous êtes l’écran, le Soi a créé l’ego et l’ego a ses formations de pensées qui se manifestent comme le monde, les arbres, les plantes, etc., dont vous parliez. En réalité tout cela n’est pas autre chose que le Soi. Si vous voyez le Soi, vous trouverez le Soi en tout, partout et toujours. Rien d’autre que le Soi n’existe ». (Bhagavân, Entretien 13a).


[En référence principale à : Ramana Maharshi au jour le jour (Day by day with Bhagavân)]
[En haut de page : aquarelle de Michel Roudakoff d’une phase de levé de soleil à Montmartre Paris à Noël 1967. Des flocons de neige se sont invité avec l’aquarelle]

Notes.
1. La Tautologie : « Je suis ce JE SUIS », ou « La Royaume des Cieux est en Vous ».

2. Sans erreur, c’est cela actuellement que veulent singer à la manière capitaliste qui est le Principe même de la POSSESSION, les Schwab-Harari avec leur « Vous ne posséderez rien et vous serez heureux ». Comme le Satam ou Grand Administrateur, le capitalisme et son régime de l’État ne libère pas MAIS POSSÈDE. la « vérité » n’existera alors que pour celui qui décide de ce qui devra être vécu et senti uniformément par les masses humaines, c’est donc la liberté du Satam qui ne cherche pas à libérer mais à posséder les masses et c’est dans ce sens la signification de la singerie des Schwab-Harari avec leur « non-possession », avec leur « insaisissable », surgissant dans un Occident prétendu de « civilisation chrétienne » aux droits de l’homme juif depuis 1789, puisque copie des Commandements modèle Moïse !…..

3. « L’Œuvre au Noir » de Pierre Soulages illustre sans erreur cette nostalgie d’éternité mise dans toute sa peinture.
On peut retrouver cette même nostalgie d’éternité mais dans une autre lumière du Noir-Silence chez Giorgio Morandi en un art du contemplatif.
 
4. LOI DE SUCCION DANS LE MATHNAWÎ, LIVRE CINQUIÈME 719-752 : « Un petit oiseau chassait un ver : un chat saisit cette occasion et s’en empara. L’oiseau était dévorant et chose dévorée, et, absorbé dans sa chasse, ne savait pas qu’il y avait un autre chasseur.
Bien que le voleur chasse des objets, cependant le chef de la police avec les ennemis du voleur sont sur ses traces.
Son mental est occupé avec les biens, les verrous, la porte : il est inconscient du préfet et du tumulte qui s’élève à l’aube. Il est absorbé par sa passion pour le gain qu’il ne prend pas garde à ceux qui le recherchent et le poursuivent.
Si l’herbage boit l’eau pure, ensuite l’estomac d’un animal s’en nourrira.
Cette herbe est dévorante et décorée : il en va ainsi pour toute chose qui existe, excepté Dieu. Étant donné qu’Il est Celui (dont il est dit) : Il vous nourrit et n’est pas nourri, Dieu n’est pas dévorant et dévoré, comme la chair et la peau.
Comment ce qui est dévorant et dévoré serait-il en sûreté contre ce qui dévore et qui réside dans une cachette ?
La sécurité de ceux qui sont susceptibles d’être dévorés traîne le deuil à sa suite ; va vers le Portail [le « Gate gate pâragate… »] de Celui qui n’est pas nourri.

Chaque imagination dévore une autre imagination [surtout dans cette tyrannie de l’opinion] : une pensée se nourrit d’une autre pensée. Tu ne peux être libéré de toute imagination ni t’endormir de façon à t’évader complètement. Tes pensées sont comme les frelons, et ton sommeil comme l’eau (dans laquelle tu es plongé) : quand tu t’éveilles, les frelons reviennent.
Et maintes imaginations pareilles à des frelons volent et t’emportent tantôt ici, tantôt là.
Cette imagination est la moindre de ceux qui dévorent : le Tout-Puissant connaît les autres [Zéro indien…]
Écoute, enfuis-toi loin de la troupe de tous ceux qui dévorent, vers Celui qui a dit : « Je suis ton protecteur » [équivalent de la Parole du Christ : « Qui perd sa vie la gagne »].
Ou vers celui qui a acquis ce pouvoir de protection, si tu ne peux te hâter vers le Protecteur Lui-même. […] Tu as pris pour guide ta raison qui est devenue infantile, étant voilée par le voisinage de l’âme charnelle [la tyrannie de l’opinion, l’égrégore du moment, surtout celui de la folie du sanitaire en 2020-X].
[…]
L’avidité pour la chasse fait oublier qu’on est soi-même une proie [le citoyen la proie des élections et des virus, du politisme et des banques et de la SAISIE OU LOI DE SUCCION] : le chasseur s’efforce de gagner des cœurs [du consensus], alors qu’il a perdu le sien ». 
 
 

Dernière mise à jour : 03-11-2022 08:38

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2023 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >