Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Coupez les Racines-Réseaux du possessif
Coupez les Racines-Réseaux du possessif Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 12-06-2023 19:58

Pages vues : 987    

Favoris : 115

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Démocrapitaliste, Diable, Dragon, Echo, Egopinion, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, Hararielisme, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Messianisme, Mental, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Spontacratie, Tore, Transhumanisme, Utotalitarisme, Verbopinion, Vie, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Yi King, Yokai

 
bonnet_phrygien2_dangereux_criminel.jpg
 
 
Coupez les Racines-Réseaux du possessif
Coupez du marché (de dupe et dope de l’ego)
 
 
”Ceux qui adhèrent [pesanteur] aux opinions liées à ce corps de pesanteurs
S’attachent au ‘moi’ et à ses objets [marchandises liées au pouvoir d’achat et donc au système salariat, du socialisme collaborationniste]
Et pensent [ils pensent, donc ils sont, selon Descartes] que leur ‘moi’ voit, mange, agit [touche un salaire, possède des vacances, un chien et un smartphone]
Est affligé [le salaire est trop bas, ou ils sont chômeurs] ou bien purifié.
Ceux qui connaissent la réalité telle qu’elle
Se dégagent de ce corps de pesanteurs,
Et acquièrent un corps pur, libre de toutes élaborations et incomposé
Où les passions ne trouvent plus d’appui [de réseaux, de références]”.
(Résumé du chapitre 10 du Soûtra du Dévoilement du sens profond).

Contre le BINAIRE INFORMATIQUE ET CELUI DU QUANTISME DEVENANT CERTITUDE-POSSESSION (faisant suite aux certitudes du 19è siècle occidental européen de l’après Encyclopédie des Diderot et Cie.).

Dans ce Soûtra, encore une définition du Gate Gate doublée du ’NEST PAS X’ : « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » du Soûtra du Diamant (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi) :
- La non-dualité, Manjushrî (elle est au-delà de la souffrance). Il n’y a pas d’Éveil manifeste et parfait ni d’absence d’Éveil manifeste et parfait. Il n’y a pas de cycles d’enseignement ni d’absence de cycles d’enseignements. Il n’y a pas de grand passage dans l’au-delà de la souffrance ni d’absence de grand passage dans l’au-delà de la souffrance.
Car, en effet, le Corps absolu est absolument pur et le corps d’apparition se manifeste toujours et partout. (Chapitre 10).

Coupez de la dupe-dope du marché du Faire/Fer qui rouille :
« On compare les actes à un champ, la conscience à une graine, l’ignorance au sombre enveloppement [de la terre autour de la graine], la soif [d’exister et de s’approprier] à l’eau dont on arrose la graine et la présomption du ‘moi’ au système d’irrigation. Avec le développement du filet des opinions [la trame des fictions] apparaissent le nom et la forme. Le nom et la forme se développent en produisant les cinq facultés sensorielles. Avec leurs vis-a-vis, icelles produisent le contact [le social]. En réponse, le contact crée la sensation [et le sensationnel-spectacle, représentation]. L’espoir de retrouver une sensation agréable passée engendre la soif [le capitalisme, le commerce, le social échangiste]. Le soif [loi de succion] se développe en produisant l’appropriation. L’appropriation ou possession se développe en produisant le DEVENIR-EXISTENCE [LE PLUS DANGEREUX CRIMINEL AU MONDE].
L’existence une fois produite, ce sont le nom et la forme de la personne qui, sous l’aspect de cinq agrégats [formes, sensations, représentations ou images, facteurs de compositions, consciences], émergent dans l’un ou l’autre des destinées du samsarâ [cycle des naissances et des morts, monde phénoménale des noms-les-formes]. En se dégradant et en se transformant, la naissance devient le vieillissement, et elle prend fin avec la mort. Avec le vieillissement apparaissent les brûlantes émotions, Du fait de ces émotions, le souci, la tristesse, les plaintes et les soupirs participent au rassemblement de toutes les souffrances. Or, du fait même de ce concours de circonstances, il n’est rien de réel qui prennent part à ce rassemblement, lequel se démembrera spontanément au fil des circonstances sans que rien, donc, ne vienne à se démembrer. Ainsi le bodhisattva [celui qui a pour but l’Éveil suprême de tous les êtres animés] examinera-t-il dans le sens naturel les caractéristiques de la production interdépendante.
[…]
Les formations karmiques sont les effets des actes accumulés. La conscience est le premier instant du mental et prend appui sur les formations karmiques. Avec la conscience naissent les quatre autres agrégats d’appropriation en formant ce qu’on appelle le nom et la forme. Le développement du nom et de la forme suscite les six sources de perception. Le contact est la rencontre d’une faculté, de son objet et de la conscience correspondante. Avec le contact [le social] naît la sensation [et le sensationnel si prégnant de nos jours de SPECTACLES]. La soif [loi de succion] désigne la croyance-attachement en tant que pollution née de la sensation. L’appropriation est le développement de la soif [la loi de succion qui fabrique le possédant, les ”biens”, et certains Juifs qui en profitent (1)].
Le devenir-existence est le karma pollué que soulève l’appropriation. La naissance est l’émergence des agrégats conformément aux antérieurs. Le vieillissement, c’est le mûrissement des agrégats, et la mort, leur destruction.
[…]
Si quelqu’un agit, il fait quelque chose. S’il n’y a personne qui agisse, rien n’est fait. En vérité absolu il n’y a rien qui agisse ni rien qui soit fait [rejoint l’entretien 264 du 20-10-1936 du Maharshi : « Dieu créa l’homme ; et l’homme créa Dieu. Ils sont tous deux les créateurs des noms et des formes. Mais en réalité, ni Dieu ni l’homme n’ont été créés »] ». (Soûtra des Dix Terres - Dashabhûmika, Présence Manifeste VI,3).

Ceux qui se sont fait piquer, empoisonner pas les injections ’anti-covid-19’ n’ont pas coupé court ; ils sont donc empoisonnés par cette médecine allopathique du commercial qui ne soigne pas, mais qui tue.
Pourquoi cette médecine allopathique tue ?
Parce qu’elle s’adresse À DES MASSES QUI NE SE CONNAISSENT PAS : elles en savent si peu et sur le corps et sur leur âme qu’elles ont recours au « médecin » quand leur corps et âme ne tournent pas rond, et ce médecin lui-même ne se connaissant pas : il ne « sait » pas [sa ”faculté de médecine” ne lui apprend pas à se réaliser lui-même….] : la science médicale n’est que pur pragmatisme, pur utilitarisme adapté au Faire/Fer de cette « civilisation » du salariat pour qui seul le CORPS-OBJET compte-conte.

- SHUN : Peut-on atteindre la Voie [Tao ou Soi-Instant, la Réalisation de la Libération] et la Garder ?
- ZHENG : Vous ne pouvez garder votre corps, comment pourriez-vous garder la Voie ?
- SHUN : À qui est donc mon corps, s’il n’est pas à moi ?
- ZHENG : C’est une forme qui vous est fournie par le Ciel et la Terre. La vie ne vous appartient pas : c’est une harmonie qui vous est fournie par le Ciel et la Terre. La Nature ne vous appartient pas : elle vous est fournie par l’Univers. Vos descendants ne vous appartiennent pas : ils ne sont que mues confiées par l’Univers. C’est pourquoi vous marchez sans savoir où vous allez, vous vous arrêtez sans savoir où vous restez, vous mangez sans connaître les saveurs. Telle est la force du souffle Yang de l’Univers. Comment pourriez-vous posséder quelque chose ?
(Lie Tseu, Traité du vide parfait, chapitre Présages célestes 14).
Pas de possession de l’existence. De même la vie n’appartient pas au réseau républicain étatique ou à un ”nouvel ordre mondial”.


« La cause de tous les malheurs est la fausse croyance : « Je suis le corps ». Cette fausse croyance doit disparaître.
C’est cela la Réalisation. La Réalisation n’est pas l’acquisition de quelque chose de nouveau et ce n’est pas non plus une faculté nouvelle [tel ”l’homme augmenté”]. C’est simplement la suppression de tout camouflage ». (Ramana Maharshi, entretient 96 du 13-11-1935).

Une personne demanda pourquoi il était erroné de parler d’une multiplicité de jîva [âme individuelle], étant donné que le jîva n’est que l’ego, c’est-à-dire la lumière réfléchie du Soi. Une multiplicité de « soi » [en république étatique : les citoyens, les consommateurs] pourrait être contestée, mais pas celle des jîva.
- M. : La caractéristique du jīva est qu’il perçoit le monde. Dans le rêve, une multitude de jîva peut apparaître, mais ils sont tous irréels. Seul le rêveur existe, c’est lui qui voit tout. Il en est de même avec l’individu et le monde : La croyance en l’existence d’un seul Soi peut aussi être appelée croyance en l’existence d’un seul jîva. Cela veut dire qu’il y a un seul jîva qui perçoit le monde entier avec tous les jîva qui s’y trouvent.
- Q. : Cela signifie alors que le jîva est le Soi.
- M. : C’est cela. Mais le Soi ne « voit » pas. Ici, par contre, on dit qu’il voit le monde. C’est pourquoi on le différencie en l’appelant jîva.
(Entretien 571a du 10-11-1938).

« Vos croyances peuvent changer, mais pas la Vérité ». (Ramana Maharshi, entretien 133 du 6-1-1936).

La laïcité à la française EST UNE CROYANCE puisqu’elle repose sur l’opinion : de l’ordre du discontinu sensible à partir duquel l’humain tend, par un besoin egotique, non pas à atteindre le lien spirituel d’une pensée continue, mais à la forger soi-même par syncrèse, agglutinations de conclusions tirées des expériences spatio-temporelles. L’opinion ne sera jamais en sécurité, elle porte en elle l’angoisse de pouvoir être remise en question. Aussi est-elle toujours en position de défense, ou d’attaque. Ainsi, l’opinion est nécessairement sectaire, intolérante, sous son masque de « liberté d’expression ». Tout ce qui n’adhère pas à l’opinion, absolutisée collectivement sous le nom de « république », ou de « démocratie », est ennemi. (Réf. à Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux, lettre 4 à Mgr. Combes, le 27-1-1969).

« L’ego en tout homme doit périr. Qu’ils réfléchissent à cela.
L’ego existe-t-il ou n’existe-t-il pas ? Par des réflexions répétées de ce genre, on devient de plus en plus apte à comprendre ». (Ramana Maharshi, entretien 572 du 10-11-1938). À propos de la peur de la mort engendrée par l’ego et les tendances mentales acquises.


Note.
1. Emprise mentale ou racine du mal : la dualité Dedans-Dehors avec naissance de la SAISIE.
Exemple d’emprise mentale dans le capitalisme juif et leur ”mise en valeur du temps” pour soi-disant ”racheter les péchés” (système du tikkounolamisme rabbinique ou réparation) :
En 1840 les frères Abraham et Simon Oppenheim déclaraient ceci : « Vendre une perle que vous avez à quelqu’un qui en a envie, ce n’est pas faire des affaires ; mais vendre une perle que vous n’avez pas à quelqu’un qui n’en veut pas, voilà ce qui s’appelle faire des affaires ». (Réf. page 451 du livre de Jacques Attali, Les Juifs, le monde et l’argent).
Que copia probablement Jacques Lacan : ”L'amour, c'est offrir à quelqu'un qui n'en veut pas quelque chose que l'on n'a pas“. Donc être sous l’emprise de l’amour.
Saisir = déception….. Et principe de L’IDOLÂTRIE DE LA MARCHANDISE, L’EMPRISE MENTALE : LA DROGUE, LE BESOIN ET LE ”TOUJOURS PLUS” EN ÉVOLUTIONNISME APPELÉ AUSSI ”SALUT”, LA DÉMOCRATIE : FABRIQUER LE CONSENTEMENT-CONSOMMATEUR ET AINSI ÊTRE FORCÉMENT PERPÉTUELLEMENT DÉÇU, BLASÉ, INSATISFAIT, ANGOISSÉ (d’où le principe sans fin et qui a toujours faim des RÉFORMES… ”Agiter le peuple avant de s’en servir”…).
RESSENTIR L’ATTRACTION ”UNIVERSELLE” OU LOI DE SUCCION EN UN APPÉTIT INSATIABLE, ÊTRE SOUS EMPRISE.


 
scara_nondualite.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 12-06-2023 20:18

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >