Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Ce monde du on fait semblant d’y croire
Ce monde du on fait semblant d’y croire Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 18-06-2023 23:04

Pages vues : 624    

Favoris : 25

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Addiction, Aiguille, Amour, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Collectifictif, Commerce, Convention, Croyance, Démocrapitaliste, Diable, Dragon, Echo, Egopinion, Egorgueil, Égrégore, Empire, Enfer, Essence, État, Feu, Guerre, Hararielisme, HOTC, Images, Jardin, Loi, Marchandise, Marxengelsisme, Masque, Messianisme, Mental, Métal, Mieux, Nostalgie, Paradis, Peur, Pierre, Pinceau, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Russie, Scalaire, Serpent, Silence, Social, Spirale, Spontacratie, Tore, Transhumanisme, Utotalitarisme, Verbopinion, Verrouillage, Vie, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Yi King, Yokai

 
barnum_money1.jpg
 
 
Ce monde du ”on fait semblant d’y croire”.
Avec ces Terriens qui en fonction de la
vulgaire loi de succion qui leur fait
désirer l’espoir de trouver l’image
qu’ils espèrent et non les 2 images
apparemment antagonistes de l’AMBIGUÏTÉ
inhérente à toute manifestation, c’est
pourquoi la délivrance passe par le
”Qui suis-je ?”
 
 
« Aucune sâdhanâ (discipline) n’est nécessaire pour s’engager dans cette quête.
Il n’y a pas de plus grand mystère que celui-ci : nous cherchons à atteindre la Réalité alors que nous sommes la Réalité [Nous cherchons à ”sortir” de l’Univers]. Nous pensons que quelque chose nous cache notre Réalité et qu’il faut le détruire avant d’obtenir cette même Réalité. C’est ridicule. Un jour viendra où vous rirez vous-même de tous les efforts passés. Et ce qui sera le jour où vous rirez est déjà ici et maintenant.
- Q. : Alors, c’est un grand jeu du « faire semblant » ? [le ”COMME SI”]
- M. : Oui.

Dans le Yoga-vasistha il est écrit : « Ce qui est réel nous est caché, mais ce qui est faux se révèle à nous comme vrai [la Vrai devient faux dès qu’il est vu, ou possédé] ». En fait, la seule chose dont nous faisons l’expérience, c’est la Réalité ; pourtant nous ne le savons pas. N’est-ce pas la merveille des merveilles ? [Mais le capitalisme transhumaniste messianique veut SA propre merveille…]
La recherche « Qui suis-je ? » est le glaive qui sert à trancher l’ego.
(Ramana Maharshi, entretien 146 du 26-1-1936).

L’Essence du Yoga Vasistha est résumé dans le Verset YV I,3 : « L’apparence de ce monde est une confusion ; de même que le bleu du ciel est une illusion d’optique. Mieux vaut ne pas s’y intéresser et l’ignorer ».
L’ignorer par la recherche du ”Qui suis-je ?”. Parce que comme le précise le Sage et Saint Vasistha : « Il n’est possible ni de se dégager de la souffrance [et du ”Comme si” et de sa magie, ET DE SON AMBIGUÏTÉ] ni de réaliser sa Vraie Nature tant que l’on n’est pas convaincu de l’irréalité de l’apparence du monde [c’est-à-dire de sa magie, de son ”FAIRE SEMBLANT”] ».
Ce Verset I,3 du Yoga Vasistha revient à plusieurs reprises comme un refrain et semble être l’Essence même de l’enseignement du tout le Yoga Vasistha.
En étudiant à partir du Yoga Vasistha, on acquiert la ferme conviction que le monde objectif [appelé ”réalité”] est le résultat de la confusion entre ce qui est réel et ce qui ne l’est pas.

Il est désormais CLAIR qu’actuellement le transhumanisme cherche à se mettre à la place de Dieu, du Seigneur, tant le FAIRE/FER transhumaniste pue l’esclavage de l’humain et certainement sa béquille, sa soumission AU MENTAL, AUX CINQ SENS AUGMENTÉS :

« Un brin d’herbe est l’acteur et le bénéficiaire ; un pot est à la fois l’acteur et le bénéficiaire ; un morceau de tissu est l’acteur et le bénéficiaire ; la vue est à la fois actrice et bénéficiaire ; la montagne est à la fois l’actrice et la bénéficiaire : l’homme est celui qui fait et celui qui récolte les fruits - chacun d’entre eux est le SEIGNEUR suprême en personne [le Soi]. ”Dans chacune de ces choses, sans exception, le Seigneur Lui-même est l’acteur et le bénéficiaire, ou celui qui vit l’expérience. Car toute chose est Brahman [l’Absolu], sans commencement ni fin, qui est l’ordonnance de toute chose” (YV VI,2:213). Il en découle que même la création et la destruction sont des aspects de l’Unique Seigneur ou infinie Conscience. Seule la Conscience est à la fois celui qui accomplit et celui qui vit l’expérience de toute chose. Par conséquent, ici nul n’accomplit i ne connaît rien, ou le Seigneur est Celui qui fait tout et qui vit l’expérience de toute chose. Il est ainsi possible que tout (injonctions et prohibitions) existe dans le Seigneur sans exister dans la Vérité [ce sera alors le ”Comme si”, le ”Faire semblant”]. Tout cela dépend de l’expérience de chacun. Tel est l’enseignement que je t’ai donné, ô Rama. Et c’est ainsi que je t’ai communiqué tout ce qui mérite d’être connu. Demeure établi dans la Réalité, dans l’état de l’Éveil ». (Yoga Vasistha, partie : La Libération, chapitre : L’histoire de Kundadanla).

Si on ne suit pas le précepte YV I,3 du Yoga Vasistha, ON TOMBE dans le ON FAIT SEMBLANT, ON JOUE, ON FAIT ”COMME SI” = le monde, le ‘moi’, ne sont ni réels ni irréels, ILS SONT DE L’ORDRE DE ILLUSION, MIRAGE, VIBRATIONS ; c’est comme au cinéma : on comprend l’histoire, ON Y CROIT À UNE SUCCESSION, TOUT SE TIENT EN UNE SÉQUENCE D’ILLUSIONS EN CASCADE, SOLIDAIRES, ACCORDÉES ENTRE ELLES : TOUT SE TIENT. ET QUAND UNE MAGIE PARLE TOUTES LES MAGIES PARLENT, QUAND UNE SE TAIT TOUTES SE TAISENT. LE MONDE EST UN SYMBOLE ET TOUT CE QUI EST ”DEDANS” EST SYMBOLE, SYSTÈME DE SIGNES ET D’INFORMATIONS, SANS PLUS, SANS RÉFÉRENT À UN DEHORS À DES SIGNIFIANTS.

Il y a deux LOIS DE SUCCION OU ATTRACTION : une seule est comparable au Soi, l’ANTI-GRAVITATION OU L’INSAISISSABLE : LE NON-POUR-VOIR QUI SEUL ”OUVRE” LE TOUT, PAN ; C’EST LA PERTE OU PUTRÉFACTION AU SENS DU SACRÉ ET VRAIE DEMEURE DE JEAN DE LA CROIX, D’OÙ L’AMBIGUÏTÉ DU SACRÉ-VALEUR, VRAIE VALEUR : le ”goût” multiple des structures, puisque tout symbole ré-vèle en voilant de nouveau encore plus solidement qu’auparavant, surement pour attirer l’attention sur : C’EST LE D’ANGER, L’ISSU DE L’ANGE. Et l’informatique est censé SUPPRIMER L’AMBIGUÏTÉ, puisque tout sera numérisé... interdisant de ce fait toute ambiguïté.
La Vraie Demeure masquée par le ”Comme Si” qui participe au concept du temps et donc de la fiction ne se re-trouvera et se stabilisera à nouveau qu’en EAUX PRIMORDIALES….
En attendant, dans cette mise en valeur du temps en ”COMME SI”, tout reste bien suivant la loi du ”N’EST PAS X”.
D’ANGER : car Nous sommes à nostre époque en plein dans le SEXE DES ANGES : avec les ”trans”, ”Bi”, ”cisgenre” ou ”seranox” ; bref, EN PLEIN ANDROGYNISME INVERSÉ : LE NAÎTRE À TOUS LES PRIX DU MARCHÉ….

D’ANGER, D’ANGER DE L’AMBIGUÏTÉ, PERTINENT DANS LE PHÉNOMÈNE D’AMÉLIORATION OU DU TIQOUNISME DANS LE RABBINISME.
D’ANGER DE LA SUPPRESSION DE L’AMBIGUÏTÉ PAR LA NUMÉRISATION DU MONDE :
l’humain actuel est réduit à un OBJET, un numéro sur une carte d’identité, un numéro sur un fichier électoral, un numéro de sécurité sociale, un numéro de poste à l’usine, mon voisin est le 2, etc. Tout le contexte de la structure sociale actuelle tend à limiter la vie À LA SEULE DIMENSION DES BESOINS DANS LE CROYANCE AU CORPS-MENTAL-TEMPS ; tout invite à CROIRE que ce qu’on appelle « la vie » se limite au sensible, entre l’Instant de la naissance et l’Instant de la mort, bref : une vie de consommateur, d’usager… Et le genrisme de l’actuel ANDROGYNISME INVERSÉ s’inscrit parfaitement dans le principe de L’INDISTINCTION, DE L’AMBIGUÏTÉ INVERSÉE OÙ TOUT LE MONDE SERA LIBÉRÉ PAR LA GRÂCE DU CAPITALISME ET DE LA CONSOMMATION : puisque tout le monde est devenu LE SPÉCIALISTE, LE ROI, alors l’UNIFORMITÉ SERA LA RÈGLE : AUCUNE LIMITE, ON PEUT DIVISER SANS FIN UN CORPS INDIFFÉRENCIÉ, ANDROGYNÉ, aucune limite dans le genrisme et la jonglerie chromosomique et les couleurs LGBTiste…
C’est l’héritage du monde des Grecs, qui déjà en jetaient plein la gueule par leurs ébats et leur statuaire et leur géométrie attirants le monde dans le contraire du Verset I,3 du Yoga Vasistha !
C’est le socialisme : vous vous découvrez un consommateur parmi d’autres consommateurs ou d’autre usagers, comme des patates dans un sac, ou des vacanciers agglutinés sur une plage devant leur hôtel, ou des électeurs devant l’urne.

Les républicains français de 1789 célébrèrent le culte de l’Être suprême : LA raison, qui depuis 1945 (après la guerre) a pondu l’ordinateur, lequel va surement prochainement tuer l’humain, son créateur, en le rendant INUTILE, donc en le rendant LOSER dans la conduite des affaires de tous les jours, ainsi en supprimant ce qu’il croyait être sa raison d’être (les Faire/Fer).
Le mental occidental de la Renaissance et de Galilée engendre actuellement sa propre négation et va s’éteindre en accouchant de l’ordinateur et de l’intelligence artificielle, de la ”start-up siliconée” et maladie des brevets. Car ce monde devenant tout numérique et toutes équations et algorithmes et sciences sociales, n’a plus besoin de ce genre de ”raison” pour trouver sa solution : il s’est fait robot, I.A., les nano-trucs et l’androgynisme ou l’hermaphrodisme inversé actuel ne peuvent qu’y participer.

Le ”COMME SI”, le ”FAIRE SEMBLANT” DU MONDIALISME DE L’ARGENT ET DU ”VRAI” EN EYES CANDY est en train D’AVALER tous les Terriens dans SA MAGIE. ET ÇA MARCHE, puisque quand une magie parle, toutes parlent (comment voulez-vous que la ”démocratie” existe autrement ?)…. Et pour qu’une seule magie se taise afin que NATURELLEMENT TOUTES LES AUTRES se taisent, ce ne sera que dans les EAUX PRIMORDIALES……..

« Quand l’opinion du ‘je’ voit le jour dans la conscience, le concept ou opinion d’espace infini apparaît, d’icelui naît le continuum espace-temps et de ce dernier proviennent la division et la diversité. Il en découle l’apparition d’opinions telles « Je suis ici » (qui par là même signifie son contraire : « Je ne suis pas là », ou selon l’expression populaire : ”Aller à la foire et au moulin” [ne pas pouvoir être à la fois à l’un et à l’autre]).
Quand toutes ces opinions ont ainsi vu le jour, le ‘je’ devient conscient des subtils éléments-racines qui donnent naissance à l’apparence du monde, ainsi qu’à l’expérience du monde. C’est ainsi que de Brahman ou Soi, la Conscience infinie ”qui-n’est-pas-Brahman” voit en apparence le jour [le Vrai cesse d’être vrai dès qu’il est vu]. Toutefois, cela n’est qu’apparent et pas réel [puisque c’est en ”COMME SI”] ; en Réalité Seul l’infini Brahman existe », explique Vasistha au Prince Rama, dans le Yoga Vasistha, chapitre : L’histoire de Kundadanla.

Notre « civilisation » béton-tôle-verre-acier et binaire déjà irréelle tend vers le virtuel pour devenir UN IRRÉEL AUGMENTÉ, donc absolument pas une prétendue et orgueilleuse « Réalité augmentée » ! Toutefois, le seul Réel et son inverse l’irréalité de ce monde sont une chose unique : le Soi ou Être suprême (pas celui de 1793 !)
”Accepte que tout soit ainsi ou que la Vérité soit différente de tout ça. À quoi bon être dans la confusion et la perplexité [comme de nos jours] ? Abandonne la quête des fruits des actions (1). Tu es éveillé. Épargne-toi des efforts inutiles” (YV VI, 2, 211).

Vasistha dit que l’image de la création existe. MAIS CE N’EST QU’UNE IMAGE, UNE HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule) : « Bien qu’il soit exacte que création et incréation existent en Brahman partout de tout temps, ELLES N’EXISTENT PAS INDÉPENDAMMENT DE LUI [donc, PAS DE LAÏCITÉ, SAUF POUR LES ZOMBIFIÉS], et par conséquent, d’un autre point de vue (ou opinion], elles n’existent pas (puisqu’elle est en ”COMME SI”, en ”FAIRE SEMBLANT”]. Puisque cette création (comme le mouvement et le vent) ne diffèrent en rien de Brahman, Icelui ne la connaît pas en tant qu’objet. EN CONSÉQUENCE, LA CRÉATION EST DÉNUÉE DE COMMENCEMENT ET DE FIN ; ET CELA EST BRAHMAN OU CONSCIENCE INFINIE.

MAIS DÈS QUE L’HUMAIN EST RÉVEILLÉ (en fait endormi) : IL FABRIQUE : ”Quand tu n’es pas éveillé et que tu fais une expérience d’éveille simplement en écoutant ces paroles, tu vis une apparente dualité ou diversité dans ce qui en fait est Brahman non duel” (YV VI, 2, 212). Comme rien n’existe ici, il n’y a pas de concepts d’objets ; il n’y a rien d’autre que le Soi, et Icelui ne conçoit pas d’objets. Ce qui paraît être les trois mondes [éveille, rêve, sommeil profond] semble être de tout temps, mais c’est le Brahman suprêmement tranquille au sein duquel ne se trouve aucune diversité. Tu ne perçois une apparente diversité que tant que tu n’es pas pleinement éveillé ».

L’Eau cristalline qu’il n’y a pas d’eau, dans la Caverne, il faut un léger frémissement en passant à côté de la cavité en contrebas pour comprendre qu’elle est remplit d’eau et en plus avoir avec soi une lampe quelconque pour éclairer l’endroit : éclairer, c’est-à-dire avoir conscience de ce moment !
« S’il y a un but à atteindre, ce but ne peut pas être permanent. Il doit déjà être présent. Nous cherchons à atteindre le but avec l’ego, mais le but existe avant l’ego [dans la caverne l’eau tellement transparente qu’elle semble inexistante]. Ce qui est dans le but est antérieur même à notre naissance, c’est-à-dire à la naissance de l’ego. C’est parce que nous existons que l’ego semble exister aussi.
Si nous considérons le Soi comme étant l’ego, nous devenons l’ego ; si nous le considérons comme étant le mental, nous devenons le mental et si nous le considérons comme étant le corps, nous devenons le corps. C’est la pensée qui construit des enveloppes de tant de façons différentes.
L’ombre sur l’eau tremble. Quelqu’un peut-il arrêter le tremblement de l’ombre ? Si elle s’arrêtait de trembler, on ne discernerait plus l’eau mais seulement la lumière. De même, ne tenez pas compte de l’ego et de ses activités et voyez uniquement la lumière derrière lui. L’ego est la pensée ‘je’. Le vrai ‘Je’ est le Soi ».

- M. : La Réalisation est déjà là. L’état libre de toute pensée est le seul état réel. Il n’y a aucune action correspondant à une réalisation. Y a t-il quelqu’un qui ne réalise pas le Soi ? Y a-t-il quelqu’un qui nie sa propre existence ?
Lorsqu’on parle de Réalisation, cela implique l’existence de deux soi : l’un qui réalise, et l’autre qui doit être réalisé. On cherche à réaliser ce qui n’est pas encore réalisé. Une fois que nous admettons notre existence, comment se fait-il que nous ne connaissions pas notre Soi ?
- Q. : À cause de nos pensées, de notre mental.
- M. : Tout à fait. C’est le mental qui empêche et voile notre bonheur. Comment savons-nous que nous existons ? Si vous dites que c’est à cause du monde environnant, alors comment pouvez-vous savoir que vous existiez pendant votre sommeil profond ?
- Q. : Comment pouvons-nous nous débarrasser du mental ?
- M. : Est-ce le mental qui désire se tuer ? Le mental ne peut pas se tuer lui-même. Par conséquent, ce que vous avez à faire, c’est rechercher la nature réelle du mental. Vous découvrirez alors qu’il n’y a pas de mental [ce que certains appellent par un mot-valise : ”esprit”, ne voulant absolument rien dire !]. Quand on est à la recherche du Soi, le mental n’est plus nulle part.
Quand on demeure dans le Soi, on n’a plus besoin de s’inquiéter du mental.

- M. : Toutes les mauvaises qualités gravitent autour de l’ego. Quand l’ego a disparu, la Réalisation se produit d’elle-même. Il n’y a ni bonnes ni mauvaises qualités dans le Soi. Le Soi est libre de toutes qualités. Les qualités ne relèvent que du mental. Le Soi est au-delà de toute qualité.
S’il y a unité, il y a aussi dualité. Le nombre un donne naissance aux autres nombres [comme le dominant, l’État, domine les dominés…]. La Vérité n’est ni un ni deux. Elle est comme elle est.
- Q. : La difficulté est d’être dans un état libre de pensées.
- M. : Abandonnez l’état libre de pensées à son propre sort. Ne pensez pas qu’il vous appartient.
Tout comme lorsque vous marchez, et qu’involontairement vous faites des pas, procédez ainsi dans vos actions. L’état sans pensées n’est pas affecté par vos actions.
- Q. : Qu’est-ce qui permet la discrimination dans l’action ?
- M. : La discrimination deviendra automatique, intuitive.
- Q. : Donc seule l’intuition compte ; l’intuition se développe-t-elle aussi ?
- M. : Ceux qui ont découvert de grandes vérités les ont trouvées dans les profondeurs tranquilles du Soi.
L’ego est comme notre ombre sur le sol. Tenter de l’enterrer serait une sottise. Le Soi n’est qu’un. S’il est limité, c’est l’ego. S’il est illimité, c’est l’Infini, la Réalité.
Les bulles sont différentes les unes des autres et innombrables, mais l’océan n’est qu’un. De même, les ego sont nombreux, tandis que le Soi est UN, et seulement UN [à ne pas confondre avec la ”république une et indivisible” qui se prend pour une religion en France laïcarde].
Quand on vous dit que vous n’êtes pas l’ego, réalisez la Réalité. Pourquoi vous identifiez-vous à l’ego ? C’est comme si on vous disait : « Ne pensez pas à un singe en avalant votre médicament ».
C’est impossible de ne pas y penser. Le fonctionnement des gens ordinaires est pareil. Quand on parle de la Réalité, pourquoi continuez-vous à méditer sur « shivo’ham » [Je suis Shiva] ou « aham brahmâsmi » [Je suis le brahman] ? Il vaudrait mieux en trouver le sens et le comprendre. Il n’est pas suffisant de répéter simplement les mots ou d’y penser.
La Réalité, c’est simplement la perte de l’ego. Détruisez l’ego en cherchant son identité. Parce que l’ego n’est pas une entité, il disparaîtra automatiquement et la Réalité resplendira spontanément d’elle-même. C’est la méthode directe. Tandis que dans toutes les autres méthodes l’ego subsiste.
Celles-ci soulèvent quantités de doutes et à la fin la vraie question reste en suspens. Dans cette méthode-ci, par contre, la question finale est la seule qui existe, et elle est posée dès le début.
Aucune sādhanā (discipline) n’est nécessaire pour s’engager dans cette quête.
Il n’y a pas de plus grand mystère que celui-ci : nous cherchons à atteindre la Réalité alors que nous sommes la Réalité. Nous pensons que quelque chose nous cache notre Réalité et qu’il faut le détruire avant d’obtenir cette même Réalité. C’est ridicule. Un jour viendra où vous rirez vous-même de tous les efforts passés. Et ce qui sera le jour où vous rirez est déjà ici et maintenant.
- Q. : Alors, c’est un grand jeu du « faire semblant » ?
- M. : Oui.

(Important et même fondamental entretient 146, 1+4+6= 11, le Nombre du TAO.

« La recherche « Qui suis-je ? » est le glaive qui sert à trancher l’ego ».
Vous croyez que le monde de la ”république une et indivisible” et ses industries vous permet de forger ce glaive ? Un monde où tout est fait de POUR-VOIR (pouvoir) de bleu du ciel (le eyes candy, les illusions, la fiction, le transhumanisme, etc.).

Sans le glaive, l’être humain existe sous le noms-la-forme de n’être pas : il est seulement un AVOIR, qui signifie UN MANQUE (évolutionnisme) :
Nagarjuna, Stance 17,30 : « S’il n’y a ni acte ni agent, comment y aurait-il un fruit né de l’acte ? Dès lors, en l’absence d’un fruit, comment y aurait-il quelqu’un pour en jouir ? ».
Acte ou Agent = la même chose.

Et la plus importante Stance 17, 31-33 : « De même que le Maître [le Buddha], par son pouvoir miraculeux, crée un être magique et que cet être magique, magiquement créé, en crée un autre à son tour [et avec l’I.A. Nous entrons plein pieds dans la concrétisation de la MAGIE, avec toutes les causes-effets augmentés], de même l’agent se présente comme un être magique, et l’acte accompli par lui est comme un deuxième être magique créé par le premier [cas illustré par exemple dans les Réplicateurs (des androïdes) dans la série télé Stargate SG1]. Passions, actes, agents, fruits ressemblent à une ville de génies célestes [et de pouvoirs siddhi (2), ou transhumanistes], sont pareils à un mirage [eyes candy hollywoodien], à un songe ».

Évidemment en niant le fruit de l’acte certains vont opinioner de nihilisme. Cependant, il ne s’agit pas ici de la négation de l’acte, de l’agent ou du fruit, ILS SONT SEULEMENT SANS NATURE PROPRE, SANS LEUR Soi. Bref, le fait que l’acte, les passions, les désirs, etc., n’existent pas absolument ne signifie pas qu’ils n’existent absolument pas ; là encore ce serait tomber dans l’opinion de la dualité pur-impur ou bien-mal ; acte, passions, positif négatif, etc., EXISTENT SUR LE MODE DU « N’EST PAS X » (les choses ne sont que des désignations, comme si elles étaient ”numérisées”, de simples imputations nominales (tibétain : tha-snyad), elles sont dépourvues d’être en et par soi, alors qu’une ROSE est SANS POURQUOI.
Exemple de ”N’est pas X” : « Subhûti, tout ce qui comporte des marques est trompeur [c’est le Pour-Voir]. Tout ce qui est dépourvu de marque ne recèle aucune tromperie. Ce n’est donc pas à ces marques que l’on reconnaîtra le Tathâgata [le Réalisé vivant], car dans ce qu’on appelle ”marques” on ne trouvera rien de tel que des marques ». Parfait exemple dans le Soûtra du Diamant pour SE LIBÉRER DE LA TYRANNIE DE L’OPINION, typique de la loi de succion vulgaire ou attraction.
Si bien qu’il n’y a aucune incompatibilité entre le fait d’avoir des marques ou d’en être dépourvu, ou le fait d’être dépourvu de nature propre et le fait d’être actif, efficient.
Car un Être en soi est par définition INACTIF : IL EST INNÉ-IGNÉ, ce qui lui permet l’usage d’outil et leur efficacité, c’est l’absence d’être en soi, le manque de VRAIE NATURE. C’est pourquoi souvent dans ses entretiens Ramana Maharshi pose la question à son questionneur : ÊTES-VOUS NÉ ? (par exemple aux entretiens 17 et 20 en janvier 1935).

TOUT EST DANS TOUT : On ne sort pas de l’Univers pour le voir, les trans et transhumanistes et Macron-Rothschild sont autant responsables du scribe de cette page que le scribe est responsable d’eux, évidemment dans le ‘Je’ vécu dans la plénitude du sentiment océanique qui n’est pas un consommateur à côté d’autres ”usagers”, qui n’est pas non plus perception d’une collectivité, d’une multitude comme le voient les Pour-voir de leur religieuse totalitaire république ”une et indivisible” et de leur ”fraternité”. Le ‘Je’ est au-delà des quantités, chiffres ou totalitarisme et accidents du concept spatio-temporel. En ce ‘Je’ est l’infini de la non-différenciation du sujet et de l’objet où s’efface l’opposition du Moi-Individuel et du Moi-Collectif, qui est la toile de fond de tous les conflits politiques dans le système de l’étatisme, de l’argent-salariat et de la marchandise.

Notes.
1. Fruits des actions : la fameuse zone de « récompense » du cerveau, cette carotte développée par le calcul du cerveau humain, qui va donner le salaire et son conjoint le « pouvoir d’achat ». La revendication ou jacquerie à l’après 1789 des paletots yellow est sur le principe de la récompense ou carotte, elle-même développé par l’opinion abrahamiste et son Paradis, avec son inverse l’Enfer (pour les méchants).

2. Concernant les facultés surnaturelles, en Inde elles se nomment pouvoirs Siddhis, et elles sont « huit siddhis » attribués au Seigneur Shiva que l’ascète est censé pouvoir acquérir par ses austérités :
- Anima : se rapetisser soi-même ou toute autre chose, jusqu’à la taille d’un atome.
- Makima : pouvoir augmenter indéfiniment son volume corporel.
- Ilakima : pouvoir se rendre léger ou pouvoir alléger n’importe quoi, donc vaincre la gravité ou poids.
- Karima : pouvoir augmenter le poids de son corps et sa solidité.
- Piratti (en sanskrit prapti) : le pouvoir d’obtenir tout ce que l’on désire.
- Pirakamiyam : pouvoir vaincre les obstacles naturels et aller n’importe où.
- Icattuvam (en sanskrit ishatva) ou icitai : domination suprême sur la nature animée ou inanimée.
- Vacittuvam (en sanskrit vashitva) ou vicitai : le pouvoir d’enchanter, de changer le cours de la nature ou de prendre n’importe quelle forme (fait très « Merlin l’enchanteur » ou sorcière de contes de fées… fait très SPECTACLE, très ”COMME SI”…).
En fait, les pouvoirs siddhis même s’ils font très Hollywood et Superman, ou eyes candy, ils sont comparable à la gourde qui flotte sur l’océan : le mental du jnani [sage] égaré peut être assimilé à une gourde qui, plutôt que de s’enfoncer, de se MÉLANGER dans l’Océan du Soi ou EAU PRIMORDIALE, flotte à la surface des illusions renforcées par ces pouvoirs, continuellement ballotés de-ci de-là au gré des mouvements du mental et donc des OPINIONS. Mouvements du mental : cosmopolitisme ou nomadisme à la Jacques Attali… Mouvements du mental : mirage du monde, évolutionnisme.

RAPPEL : « Pour manifester des siddhi, il faut qu’il y ait d’autres personnes pour les reconnaître. Ce qui veut dire que celui qui manifeste de tels pouvoirs est dénué de jnana [Connaissance, sagesse] ; [de plus manifester des siddhi c’est tomber dans la racine du mal la dualité Dedans-Dehors qui engendre la SAISIE].
C’est pourquoi les siddhi ne valent pas la moindre pensée. Seul le jnana [le ”Qui suis-je ?”] mérite d’être recherché et obtenu ». (Ramana Maharshi, entretien 57a du 24-6-1935).
 
 

Dernière mise à jour : 18-06-2023 23:56

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >