Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Les GAULOIS étaient dans le Soi++++++
Les GAULOIS étaient dans le Soi++++++ Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 11-08-2023 03:31

Pages vues : 783    

Favoris : 94

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Celtes, Conformité, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Horticulture, Humain, Libération, Limite, Marxengelsisme, Or, Racine du mal, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Winner

 
viernoir_xun_croise_felicitel.jpg
 
 
Les GAULOIS étaient dans le Soi++++++
Ce que ne supporta pas César Jules.
Les GAULOIS ou CELTES étaient dans l’INSTANT :
fougueux, batailleurs, tous du premier
mouvement et spontané, peu calculateur ou
réfléchis ; capables d’enthousiasme juvénile
ils n’avaient rien à foutre de la fixette
ou ”constance”. Les Gilets Jaunes sont l’exacte
caractéristique des Celtes ou Gaulois :
Celtes
étant l’appellation la plus ancienne, Celtes
identifiés aux Hyperboréens mythiques (1).
Dans l’Instant : ils ne voyaient guère au-delà
de leur PAGAN (qui donnera par les Chrétiens de
Rome péjorativement : ”paganisme”).
PAGAN : le mode de vie ne coupant pas entre
spirituel et temporel, soit le mode de vie
AVANT le ravage de César suivi du ravage de
l’Église de Rome et du papisme hiérarchique
qui ne supportait absolument pas le CULTE
DES PIERRES, DES FONTAINES ET DES ARBRES.
En moins d’un siècle, toutes les circonstances
vont se tourner contre la Gaule.
CELTES OU GAULES = LE SPIRITUEL
DES TEMPS LITHIQUES :
 
 
LITHIQUE.
Temps lithique = Temps sacralisé, Temps de la Pierre.
La Pierre est une Source. Temps qui coule, Fluidité de la Pierre.
Pierre symbole de dureté : temps très très très long (MÉMOIRE…).
Mailles/Cellules (figures fermées) de la Pierre, sa mémoire.
Les Minéraux poussent dans le ventre de la Terre ; les Anciens les aidaient à naître.
La peur pour un être humain d’être changé en Pierre le privant de son cher Faire/Fer.
- Notre Terre est une grosse Pierre
- Sculpture sur Pierre (Moyen Âge, cathédrales)
- Île de Pâques
- Menhirs, Dolmens
- Pierres sacrées
- Pierres du Petit Poucet de Charles Perrault
C’EST LA DIRECTION DE L’ORIGINE.
Rendre la Pierre non dure (légère, douce et éphémère par l’Art) pour qu’elle “dure” (temps long).
DIODE LITHIQUE :
 
diode_lithique.jpg
 
Électricité : Circuits imprimés antiques.
Ce sont les PIERRES ou TEMPS LITHIQUE.
Certains parlent de POINTS D’ACUPUNCTURE DE LA TERRE. TOUT EST LIÉ (et délié).
DIODE LITHIQUE ou VALVE LITHIQUE (passage du fluide dans un seul sens ou ‘clapet’ anti-retour).
Une ressemblance avec la coudée Égyptienne : la lettre M, comme la Matrice.
Il devait y avoir DEUX circuits :
- La Lumière Astrale composée de :
1- Polarité + ou mâle OD car vivifié par un Adepte pur qui sait diriger les forces aveugles, et pour produire des bonnes causes !
2- Polarité – OB ou Python, partie femelle, état passif, livré à son propre mouvement, entraîné involontairement. Danger/Mort !
3- Les propriétés cachées de la Lumière Astrale sont appelées AOR ou AOÛR symbolisé par le Caducée des deux Courants cosmiques. Le Serpent AOR est une combinaison de 1 et 2.
La Lumière Astrale est une sorte de Creuset qui cuisine ce qu’on a mis dans ce Creuset ; c’est dans elle que réside la latence de Vie (elle sert aussi à l’Alchimie, partie physique).

- Le Fluide ou électricité statique.
Dans l’électricité statique l’humain ne torture plus le Métal (Cuivre, Zinc, etc.), il n’y a donc pas de résistivité ou « résistance », chose que l’on retrouve systématiquement dans l’électricité dynamique (notre 220 Volts et 50 Hz).
L’électricité statique n’est pas une tueuse comme l’électricité dynamique : faible énergie dans l’électricité statique : avant tout notion d’esprit : courant fluidique/Ether ou « courant élastique » (transmission à distance).
Il y a interaction entre tous les corps grâce à la Terre ou Masse. Il y a une masse terrestre et une Masse céleste.
L’électricité statique se retrouve dans le corps : nourriture-calories / Digestion - sel et selle ; énergie musculaire = réchauffement.
L’électricité statique en tant que fluide non géométrique entre dans le domaine de pénétrer dans une quantité indéfinie de dimensions.

elec_3.jpg

Dans l’électricité dynamique, celle que nous utilisons, l’Esprit est bien-sûr ignorée puisque le fluide est trop violent et perturbe, affole le Métal comme le Cuivre ; alors il chauffe.
L’électromagnétisme se rattache à la voie électricité dynamique. Nous sommes bien encore dans l’enfer du thermodynamisme pondu par Sadi Carnot dans la mouvance matérialiste et commerciale de l’après 1789.

Chaque chose fuit son contraire
- Et se réjouit de son semblable : Nature jouit/contient
Nature, ou principe d’identité.


Les GAULOIS étaient dans le Soi++++++
DRUIDE = équivalent de BRAHMAN : Être suprême, Absolu : Brahman Swâmi était le premier surnom de Ramana Maharshi dans sa jeunesse de jeune Sage. Puis Il devint pour le monde entier « Bhagavân Shrî Râmana Maharshi ». Bhagavān signifiant « divin », Maharshi « grand sage ».
« L’identité avec le Brahma, met l’homme en harmonie avec toutes choses, et il n’y a rien qui soit séparé du Soi ». (Ramana Maharshi, entretien 2 du 15-5-1935).
« Brahmacharya veut dire « vivre en brahman ». Cela n’a aucun rapport avec le célibat tel qu’on le comprend ordinairement. Un vrai brahmachârī est celui qui vit en brahman et découvre en brahman la Félicité. Le brahman est identique au Soi. Pourquoi alors partir à la recherche d’autres sources de bonheur ? En réalité, le fait de sortir du Soi est la cause de toutes les souffrances ». (Ramana Maharshi, entretien 17 du 24-1-1935).
DRUIDE ou BRAHMAN : TOUT EST DANS TOUT, on ne ”sort” pas de l’Univers : IL est Nous.
« Tant que le Soi ou l’Esprit suprême est non manifesté et sans activité, il n’y a pas de couples d’opposés, comme par exemple sujet et objet ou drik et drishya. Si l’on pousse la recherche jusqu’à la cause ultime de la manifestation du mental, l’on s’apercevra que le mental n’est pas autre chose que la manifestation de la Réalité qui est aussi appelée âtman ou brahman.
Le mental est nommé sûkshma-sharîra ou « corps des pensées », et le jîva, c’est l’âme individuelle. Le jîva est l’essence qui permet la croissance de l’individualité. On l’appelle encore personnalité. La pensée, ou le mental, est considérée comme une phase ou une des formes dans lesquelles le jîva se manifeste, la phase antérieure de cette manifestation étant la vie végétative. Le mental se manifeste toujours en rapport avec – ou agissant sur – quelque chose qui est non mental ou matière ; il ne se manifeste jamais seul. Par conséquent, mental et matière coexistent ». (Ramana Maharshi, entretien 25 du 4-2-1935).

« La félicité parfaite, c’est le brahman. La paix parfaite, c’est la paix du Soi. Cet état seul existe et il est consciemment ressenti. On arrive à la même conclusion par le raisonnement métaphysique et par les convictions acquises en suivant le bhakti-mârga (la voie de la dévotion).
Nous prions Dieu de nous donner la félicité et nous la recevons par Sa grâce. Le dispensateur de la félicité doit être la Félicité elle-même et aussi l’Infini. Ishvara est donc le Dieu personnel d’un pouvoir et d’une félicité infinis. Le brahman est Félicité, impersonnelle et absolue. Dans leur nature spirituelle, les ego limités, prenant leur source dans le brahman et ensuite en îshvara, ne sont que félicité. Biologiquement, un organisme ne fonctionne que parce que toutes ses fonctions s’accompagnent de bonheur. Le sentiment du plaisir favorise notre développement : nourriture, exercice, repos et tendances grégaires. La psychologie (et la métaphysique) du plaisir, c’est peut-être que notre nature est fondamentalement une, entière et emplie de félicité [faisant penser au caractère Gaulois]. Prenez cela pour une hypothèse probable. La Création est le fait d’une seule divinité qui se divise en Dieu et Nature (mâyâ ou prakritî). Cette mâyâ est constituée de deux éléments : le para, qui est l’Essence-support, et l’apara, qui comprend les cinq éléments, le mental, l’intellect et l’ego (l’octuple manifestation).
La perfection de l’ego est tout à coup brisée, suscitant un besoin qui donne naissance au désir d’obtenir quelque chose ou de faire quelque chose [telle la LOI DE SUCCION ou ATTRACTION, PLOMB, PESANTEUR : sens du POUR-VOIR ou POUVOIR]. Quand ce besoin est satisfait par l’accomplissement de ce désir, l’ego est heureux et la perfection originelle est rétablie. C’est pourquoi on peut dire que le bonheur est notre condition naturelle ou notre nature. Le plaisir et la douleur sont relatifs ; ils tiennent de notre état limité et se développent en fonction des satisfactions des désirs (2). Si ce développement relatif est stoppé et que l’âme s’immerge dans le brahman – dont la nature est la paix parfaite – cette âme cesse d’éprouver un plaisir relatif temporaire et jouit d’une paix parfaite : la Félicité. Ainsi on peut dire que la réalisation du Soi est Félicité ; c’est le Soi réalisé en tant que l’oeil spirituel sans limites (jnanadrishti) et non pas la clairvoyance ; c’est l’abandon de soi à son plus haut niveau. Tandis que le samsâra (le cycle du monde et phénomène des noms-les-formes) est souffrance ». (Ramana Maharshi, entretien 28 du 4-2-1935).

En Gaules les Druides forment une classe sociale : les ”spécialistes” de la spiritualité.

Les GAULOIS étaient dans le Soi++++++

« Ce qui a le plus frappé les Grecs et les Romains c’est que, à la différence de leurs religions, celle des Gaulois comportait une morale. Ils en reconnaissent l’élévation et la résument en ce triple précepte : ”Honore les Dieux - Soit brave   Ne fais rien de mal” », écrit Albert Grenier page 313, dans : Les Gaulois.
Bref, comme le précise A. Grenier, les Druides ne pouvaient que croire au Soi ou « Immortalité de l’Âme ». « Leur usages funéraires l’indiquent assez ; cette croyance leur était commune avec beaucoup d’autres peuples », écrit A. Grenier, et les constructions parasismiques l’indiquent assez !…..

« On se rappelle que les Gaulois n’hésitaient pas à se prêter entre eux des sommes remboursables dans l’autre monde, qu’ils brûlaient ou enterraient avec les morts non seulement les choses qui leur avaient servi pendant le vie, ornements, bijoux, instruments, armes, mais aussi les êtres qui leur avaient été chers ; ils imaginaient donc, au-delà de la tombe, une existence assez semblable à celle de ce monde », écrit Albert Grenier page 314.
APRÈS-VIE : LES EAUX PRIMORDIALES, LES ÎLES MAGIQUES DES FÉES…

ÊTRE EN BRAHMAN = ÊTRE EN PTAH-OSIRIS-CHRIST, ÊTRE EN DRUIDE.
« Ils disent que je vais mourir. Mais je ne pars pas.
Où pourrais-je aller ? Je suis là » (Ramana Maharshi).
Le film E.T. à ma connaissance dans la jeune histoire du cinéma depuis les Frères Lumière et Louis A.A. Le Prince, le film de Spielberg illustre la Super Tautologie de la Tradition universelle : « Je suis ce JE SUIS » que l’on trouve dans toutes les cultures mondiales aussi bien en Orient qu’en Occident. Le « Je suis » est l’équivalent de Dieu, ou de la Vérité, ou de la Conscience infinie, ou du Centrum Centri, selon le point de vue de chacun. Le mot Jehovah est le seul mot résumant cette Tautologie équivalant du mot Liberté, la Vraie, pas celle imposée par une science, une philosophie, une politique ou maintenant une économie ou une loi de succion.
Monsieur Spielberg étant d’une famille juive, je pense qu’il était à même de s’engager dans la réalisation de ce film symbole à beaucoup d’égard, très parlant à un grand nombre de gens de par les nombreux symboles employés, et par son E.T. symbolisant cette Libération, ce « Jéhovah » que Nous humains tentons tous de réaliser au cours de notre courte vie ici-bas.

Le personnage de E.T. le montre dans la séquence finale correspondante point par point à ce que rapporte le photographe Henri Cartier-Bresson qui vérifia à partir de l’heure de 8h 47 du 14 avril 1950 de la coïncidence d’une comète (symbole de vaisseau spatiale comparable à celui de E.T. : « Maison » (3)) lors de la mort terrestre de Ramana Maharshi (1879-1950) un des plus grands maîtres de l’Inde contemporaine, qui quelques instants avant de disparaître dit : « Ils disent que je vais mourir. Mais je ne pars pas. Où pourrais-je aller ? Je suis Là ». La même magnifique signification signifiant aussi que le temps n’existe pas se retrouve donc dans la séquence finale de E.T. Nous sommes tous le « JE SUIS » de la Tautologie « Jehovah » (le Vrai) telle que rapportée par Moïse. Autrement traduit, le « JE SUIS » signifie la non-dualité, l’absence de dualité sujet et objet, soit l’absence de saisie ou de possession de quelque chose (pas de commerce donc pas de concept d’échange de ”valeur”)…


Ainsi, à 8h 47 de ce 14 avril 1950 une comète d’une lumière éclatante, telle la « Maison » LA VRAIE DEMEURE de E.T. dans le film laissant un Arc-en Ciel en « quittant » la Terre, traversa le ciel, se dirigea vers Arunâchala (4) et disparût derrière le sommet. La forme visible du Maharshi (Bhagavân) s’était absorbée dans la Réalité suprême d’Arunâchala. La comète a été vue dans toute l’Inde du Sud. C’est donc Henri Cartier-Bresson, qui avait pris les fameuses photos des derniers jours du Maharshi, accourut pour vérifier si l’heure de la comète coïncidait bien avec le mahânirvana de Shri Ramana :

« Ils disent que je vais mourir. Mais je ne pars pas. Où pourrais-je aller ? Je suis Là ».
Le E.T. du film de Spielberg dans la séquence finale dit la même chose à quelques décennies d’intervalle (et de quincaillerie technologique…).
« On se rappelle que les Gaulois n’hésitaient pas à se prêter entre eux des sommes remboursables dans l’autre monde….. »


Notes.
1. 400 ans avant nostre ère, les Celtes occupaient largement l’Europe, de l’Est jusqu’à l’Ouest : leur domaine n’a pour limite que celui des Scythes. Ensuite, avec l’invasion de la Grèce et du pillage de Delphes par une bande celtique, dans la littérature grecque va naître le mot ”Galates”, donc des Celtes de Grèce et d’Orient.
« Dans le temps, l’histoire des Gaulois ne répond qu’à une seule phase et à une phase tardive de l’histoire des Celtes. Elle ne commence en effet que vers le 5è siècle avant nostre ère, alors que les tribus celtiques qui vont constituer les peuples gaulois ont déjà derrière elles un long passé, un passé qu’on peut évaluer à plus d’un millénaire », écrit superbement page 17 Albert Grenier dans : Les Gaulois, Éditions Payot et Rivages de 1994.

2. À la base du capitalisme. Emprise mentale ou racine du mal : la dualité Dedans-Dehors avec naissance de la SAISIE.
Exemple d’emprise mentale dans le capitalisme juif et leur ”mise en valeur du temps” pour soi-disant ”racheter les péchés” (système du tikkounolamisme rabbinique ou réparation) :
En 1840 les frères Abraham et Simon Oppenheim déclaraient ceci : « Vendre une perle que vous avez à quelqu’un qui en a envie, ce n’est pas faire des affaires ; mais vendre une perle que vous n’avez pas à quelqu’un qui n’en veut pas, voilà ce qui s’appelle faire des affaires ». (Réf. page 451 du livre de Jacques Attali, Les Juifs, le monde et l’argent).
Que copia probablement Jacques Lacan : ”L'amour, c'est offrir à quelqu'un qui n'en veut pas quelque chose que l'on n'a pas“. Donc être sous l’emprise de l’amour.
Saisir = déception….. Et principe de L’IDOLÂTRIE DE LA MARCHANDISE, L’EMPRISE MENTALE : LA DROGUE, LE BESOIN ET LE ”TOUJOURS PLUS” EN ÉVOLUTIONNISME APPELÉ AUSSI ”SALUT”, LA DÉMOCRATIE : FABRIQUER LE CONSENTEMENT-CONSOMMATEUR ET AINSI ÊTRE FORCÉMENT PERPÉTUELLEMENT DÉÇU, BLASÉ, INSATISFAIT, ANGOISSÉ (d’où le principe sans fin et qui a toujours faim des RÉFORMES… ”Agiter le peuple avant de s’en servir”…).
RESSENTIR L’ATTRACTION ”UNIVERSELLE” OU LOI DE SUCCION EN UN APPÉTIT INSATIABLE, ÊTRE SOUS EMPRISE.

3. Dans nombre de traditions les Dieux ont leur Maison.

4. Pour Ramana Maharshi (entr. 492 du 08-05-1938), la Colline d’Arunâchala  est le linga de Shiva (a), avec l’Absolu, et l’Être parfait. « Originellement, Shiva apparut sous la forme d’une Colonne de lumière. Lorsqu’Il fut prié de se manifester concrètement, la Colonne de lumière disparut dans la Colline et se manifesta sous la forme d’un lingam. Les deux, lumière et lingam, sont Shiva ».

(a) Linga ou lingam (mot sanskrit) : symbole Axial de Shiva. À l’entretien 216 du 22-06-1936, le Maharshi explique le sens du nom Arunâchala : Aruna : rouge, brillant comme le feu [l’Axis mundi ou Colonne de Feu, voir ci-dessous]. Ce feu n’est pas le feu ordinaire, qui n’est que chaud. Il s’agit du jnanagni (le feu de la sagesse) qui n’est ni chaud ni froid. Achala : colline. Arunachâla signifie donc Colline de la Sagesse.
Colonne de Feu : Le Feu, Agni, Van ou Souffle, ce qui est insaisissable (ni par les mains ni par le mental). Purificateur Il est Renaissance, comme l’Eau l’est également. L’idolâtrie du feu a donné la thermodynamique.
Ce qui va avec le Feu : LE FUSIBLE (ce qui fond, ce qui est réduit en « Eau », ce qui peut prendre, par le Feu, n’importe quelle forme grâce au FORGERON). En l’humain, seul existe par rapport au Feu et à l’animal autre, cet extraordinaire FUSIBLE : L’HUMOUR, lequel par auto-critique permet le voyage tout-confort dans le « Qui suis-je ? ».
Ce Feu vraiment universel, symbolisé dans la radiation de la Colline d’Arunâchala…
À l’entretien 218 du 30 juin 1936 = « Shiva a les aspects transcendant et immanent représentés respectivement par Son Être invisible et transcendantal et par le linga. Le linga est manifesté, depuis les origines jusqu’à nos jours, sous la forme d’Arunâchala. Cette manifestation eut lieu un mois de décembre alors que la lune se trouvait dans la constellation d’Orion [ârdrâ]. Toutefois, Arunâchala fut adoré pour la première fois un jour de Shivarâtri [nuit de la nouvelle lune de chaque mois (amavasya) pendant laquelle adorer Shiva procure des mérites instantanées], jour considéré comme sacré.
Dans la sphère de la parole; le pranava (le son mystique OM) représente l’aspect transcendantal (nirguna), et le panchâksharî (mantra en cinq syllabes : Namashivaya) représente l’immanent (saguna) ».

Le mot sanskrit linga peut se rapprocher du mot NETER, de l’Ancienne Égypte : Neter, principe et fonctions de la puissance divine se manifestant dans la Nature. Cela correspond aux racines situées dans les mondes spirituels. À chaque force et à chaque événement dans ce monde correspond son analogue dans les mondes spirituels qui est sa racine. Ces éléments correspondent exactement de telle sorte que chaque force spirituelle contrôle une seule force qui est sa branche dans ce monde. (Neter ne prend pas de s au pluriel). Il existe 32 Neter (selon Isha Schwaller de Lubicz).
 
 
ptah_26d_lecaire120.jpg
 
 

Dernière mise à jour : 11-08-2023 04:29

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >