Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Omnipotence républicaine
Omnipotence républicaine Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 27-10-2023 11:32

Pages vues : 394    

Favoris : 36

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Carotte, Celtes, Conformité, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Marxengelsisme, Nation, Or, Penser, Racine du mal, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
logo_repub_franc_chausse_trape.jpg
 
 
Omnipotence républicaine
de la croyance au corps-mental.
La CROYANCE À L’EXISTENCE RÉELLE DES
CHOSES C’EST SE COMPORTER PIRE QUE
DES ANIMAUX, MAIS CROIRE À LEUR INEXISTENCE,
C’EST ÊTRE PIRE QUE DES ANIMAUX : LA
SAISIE-OPINION OU LOI DE SUCCION VULGAIRE.
Il n’y a pas pire CROYANCE que la république,
pire que la croyance en un Dieu !


Le mental, la ”raison” (ordinateur et dualité informatique) des
loupiotes françaises du 18è siècle,
GRAND DESTRUCTEUR, GRAND ARCHITECTE.
 
”Les perceptions participent de l’état dans lequel on se trouve, quel que soit cet état.
L’explication en est que dans l’état de veille (jâgrat), le corps grossier perçoit les noms et les formes eux aussi grossiers ; dans le svapna (état de rêve), le corps mental perçoit les créations mentales sous leurs multiples noms et formes ; dans la sushupti (état de sommeil profond), il n’y a plus d’identification avec le corps et donc pas de perceptions ; de même, dans l’état transcendantal, l’identité avec le brahman met l’homme en harmonie avec toutes choses, et il n’y a rien qui soit séparé du Soi ».
(Ramana Maharshi, entretien 2 du 15-5-1935).

« Vous ne voyez les objets que lorsque vous oubliez votre propre Soi. Maintenez-vous dans le Soi et vous ne verrez pas le monde objectif ». (Ramana Maharshi, entretien 6 du 15-5-1935).

N’étant plus à même de recourir à leur Soi, la plupart des humains de ce hui se trouvent livrés à cette même Omnipotence républicaine INDIFFÉRENCIÉE, ÉGALITARISTE, tous équidistants et noyés dans cette COLLECTIVITÉ RELIGIEUSE INCLUSIVISTE OU « VIVRE ENSEMBLE » DE SON SOCIALISME À LA URSS. Ainsi il leur est facile de confondre ‘leur’ Soi qu’ils ne connaissent pas tel qu’Il EST, L’ASPECT DIVIN, et de prétendre l’imposer à tous comme cela devient flagrant en France avec le macron-rothschild. C’est la définition du monothéisme unilatéral républicain PAR LEQUEL PASSE LE DIEU CRÉÉ DANS LA CROYANCE, DANS LE CONVENTIONNEL DE LA RACINE DU MAL : LA DUALITÉ DEDANS-DEHORS (1).

Ayant perdu sa racine avec son Soi, chaque ego ou consommateur d’objets-opinions est soumis à une hypertrophie dégénérant complètement en IMPÉRIALISME SPIRITUEL TELLE CETTE « RÉPUBLIQUE UNIVERSELLE ET INDIVISIBLE » QUI SE PREND POUR UN DIEU : LA TÂCHE N’EST PLUS QUE CHACUN RÉALISE SON Soi, IL NE S’AGIT PLUS QUE D’IMPOSER À TOUS LE « MÊME SOI ». C’EST L’IMPÉRIALISME, LE TOTALITARISME RÉPUBLICAIN.

Le VRAI = LE CORPS-ABSOLU ÉTERNELLEMENT PRÉSENT = LA RÉALISATION DU Soi ou de la vacuité de la Vacuité : le CORPS ou DIMENSION ABSOLUE, qui n’a ni commencement ni fin (disparition de la mortelle dualité cause-effet) et, INSUBSTANTIELLE, et n’est pas sujet à l’infernal éc(v)olutionnisme.

Le point focal ou foyer, le ”Point sur le I” ou ”Un Point c’est TOUT” : pas de réalité concrète, conception d’un point contenant la totalité de l’image. Il ne peut exister un plus petit grain de Matière (sens Euclidien) Infiniment/non défini/petit, et Infiniment/non défini/grand = mêmes problèmes. (Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux)
(Le point focal, l’Instant ne subit plus la loi de cause et d’effet).
Le point focal ou foyer, le « N’EST PAS X » ou l’Éveil n’est pas l’Éveil puisque le Vrai cesse d’être vrai dès qu’Il est vu ou possédé par l’opinion. Ainsi CE QUI EST N’EST PAS LE VRAI, LEQUEL EST IMPOSSIBLE À SAISIR, À POSSÉDER : on ne ”sort” pas de l’Univers pour le voir ! Quelqu’un qui pense à sa vacuité n’est pas libre, et fait de sa vacuité le plein en une opinion !


« Vous ne voyez les objets que lorsque vous oubliez votre propre Soi », exprime le Maharshi ou Sage cité plus haut.
À l’entretien 9, le Sage ou Maharshi exprime ceci : « Dans un sens, le Sage (jnanin) et l’enfant se ressemblent. Les incidents n’intéressent l’enfant que tant qu’ils durent. Quand ils ont pris fin, l’enfant n’y pense plus. On voit donc qu’ils ne laissent sur l’enfant aucune impression et ne l’affectent pas mentalement. Il en va de même chez le Sage ».

« Même la structure de l’atome a été découverte par le mental. Donc le mental est plus subtil que l’atome. Et ce qui est derrière le mental, c’est-à-dire l’âme individuelle, est plus subtil que le mental. Le saint tamoul Mânikkavâchakar a dit que si chacun des grains de poussière qui dansent dans un rayon de soleil représentait un Univers, la lumière du soleil tout entière représenterait l’Être suprême », Ramana Maharshi, entretien 15 du 8-1-1935, et définition d’HONORER LE VRAI SOLEIL, et non A-DORER celui de la thermodynamique suite à la découverte du feu vulgaire qui va engendrer la métallurgie est les guerres.
 
Il y a une différence entre le Soi, lequel est le ZÉRO INDIEN ou l’espace infini de la Conscience Lumière de l’Essence, et l’évolutionnisme du spatio-temporel forcément matérialiste, utilitaire du corps-mental (le chittavyoman en sanskrit : l’espace constitué par l’idéation vagabonde). En référence à l’entretien 16 du 19-1-1935.

- Q. : Si tout est illusion, rien n’empêche alors de supprimer des vies ?
- M. : Pour qui est cette illusion ? Trouvez-le. En fait, chacun de nous est un « assassin du Soi » (âtmahan) à chaque moment de sa vie.
(Entretien 17 du 24-1-1935). C’est alors que va s’installer l’Omnipotence républicaine : le pouvoir temporel : les institutions de gouvernement de l’État. Et les bandes organisées se prétendant l’État depuis le Néolithique n’ont cessé d’aspirer à l’INSTITUTION D’UN EMPIRE « UNIVERSEL » TELLE CETTE « RÉPUBLIQUE UNIVERSELLE », réunissant sous la direction d’un chef (ou d’un petit groupe fortuné au gros ego) tous les peuples de la Terre…… Jusqu’à ce hui ce rêve d’une Omnipotence républicaine ne fut jamais réalisé, comme le prouve la succession discontinue dans le spatio-temporel des royaumes et empires les plus divers. Même les plus puissants n’ont eu qu’une très courte durée ; dès que ces constructions d’ego humain atteignaient le point culminant de leur puissance et de leur winnerisme, le ferment de dissolution qu’elles portaient en elle : LA CROYANCE AU CORPS-MENTAL-OBJET, les démolissait. Mais avec la technologie actuelle du capitalisme des industries de l’informatique, ce rêve est en phase de se réaliser…. EN FORME DE CAUCHEMAR, DE FANTÔME, D’ARTIFICE, DE FAUSSE OMNIPOTENCE, DE FAUX PADAM (le pied en sanskrit et signification du Soi ou l’Être véritable : LA CHAUSSE-TRAPE RÉPUBLICAINE.

POUVOIR ou POUR-VOIR = DUALITÉ DEDANS-DEHORS (1) : le sujet qui voit l’objet, ou le Pour-Voir sur le Dehors, et comme la télépathie ou le temps : il faut une personne pour le fabriquer, et la télépathie n’existe que s’il y a un émetteur et un récepteur, celui qui ”entend” ou qui ”reçoit” le message : « Les pouvoirs sont connus soit par ouï-dire, soit par démonstration. C’est la preuve qu’ils n’existent que dans le domaine du mental », dit Ramana Maharshi à l’entretien 18 du 26-1-1935. TOUS LES POUVOIRS NE SONT QU’OPINIONS. « Le sujet et l’objet n’apparaissent que lorsque le mental est mis en mouvement. Le mental les inclut tous deux ainsi que les pouvoirs occultes » (même entretien 18).

Pour-Voir ou Pouvoir : « Le facteur fondamental, c’est l’auditeur, le sujet. En l’absence d’auditeur ou de voyant [de récepteur], il ne peut pas y avoir d’audition ou de vision ». (Ramana Maharshi, entretien 20 du 30-1-1935).


FONDAMENTAL : « La solitude se situe dans le mental. Un homme peut fort bien se trouver au milieu de la foule et conserver sa sérénité. En ce cas, il se trouve en état de solitude. Un autre homme peut rester seul, au fond d’une forêt et pourtant être incapable de contrôler son mental ; il ne se trouve pas en état de solitude. La solitude est une fonction mentale. Un homme attaché à ses désirs [loi de succion, pesanteur ou PLOMB] ne trouvera jamais la solitude, où qu’il aille ; un homme sans attachement est toujours dans la solitude […] Le travail accompli avec attachement est une entrave, alors que le travail exécuté avec détachement n’affecte pas son auteur. Ce dernier, même lorsqu’il exerce une activité, demeure en état de solitude ». (Ramana Maharshi, entretien 20 du 30-1-1935).

Gaza, l’Europe, le Washingtonisme, la Russie, et tout ce qui se prétend ”république”, etc. NE SONT QUE DANS LE MENTAL, DES FABRICATIONS DU MENTAL : « Réalisez votre Soi et alors tout est réalisé ». (En réf. à l’entretien 20).

La mauvaise nourriture de l’industrie du capitalisme entretien le corps-mental en le renforçant À L’ENVERS : EN LE POLLUANT, ET AINSI EN AUGMENTANT LA DÉPENDANCE À L’OMNIPOTENCE RÉPUBLICAINE : LA DÉPENDANCE À L’OBJET OU DU « MONDE OBJECTIF » (drishya-vilaya).
« L’élimination de drishya signifie l’élimination des identités séparées du sujet et de l’objet. L’objet est irréel. Tout drishya, y compris l’ego, constitue l’objet. Lorsqu’on élimine l’irréel, la Réalité subsiste. Quand une corde est prise par erreur pour un serpent, il suffit de détruire la fausse perception du serpent pour que se révèle la vérité. Sans l’élimination des fausses perceptions, la vérité n’apparaît pas ».
Dans ce même entretien la ”disparition du monde” peut être « accomplie lorsque le sujet relatif, c’est-à-dire le mental, est éliminé. Le mental est le créateur du sujet et de l’objet et la cause de la conception dualiste. C’est donc lui qui provoque la fausse notion d’un soi limité et de toute la souffrance qui en découle ». (Ramana Maharshi, entretien 25 du 4-2-1935).

« Le monde est appréhendé par les sens dans les états de veille et de rêve ; il est l’objet de perceptions et de pensées, les deux étant des activités mentales. Si l’activité mentale du rêve et de l’état de veille n’existait pas, il n’y aurait pas de perception du monde ni la conclusion qu’il existe.
Dans le sommeil profond, cette activité est absente ; donc les objets et le monde n’existent pas pour nous dans cet état. En conséquence, la « réalité du monde » ne peut être créée que par l’ego, par son émergence du sommeil [le scribe de la page souligne] ; et cette réalité est engloutie ou disparaît lorsque l’âme reprend sa propre nature dans le sommeil profond. L’apparition et la disparition du monde sont comparables à l’araignée qui tisse sa toile et puis la résorbe. Dans cet exemple, l’araignée est sous-jacente aux trois états, ceux de veille, de rêve et de sommeil profond. Une telle araignée en l’homme est appelée âtman (le Soi), tandis que la même en rapport avec le monde (considéré comme issu du Soleil) est appelée brahman (l’Esprit suprême). « Celui qui est dans l’homme est le même que Celui qui est dans le Soleil (Sa yash câyam purushe / yash câsâr āditye / sa ekah) ».
Tant que le Soi ou l’Esprit suprême est non manifesté et sans activité, il n’y a pas de couples d’opposés, comme par exemple sujet et objet ou drik et drishya. Si l’on pousse la recherche jusqu’à la cause ultime de la manifestation du mental, l’on s’apercevra que le mental n’est pas autre chose que la manifestation de la Réalité qui est aussi appelée ātman ou brahman.
Le mental est nommé sûkshma-sharîra ou « corps des pensées », et le jîva, c’est l’âme individuelle. Le jîva est l’essence qui permet la croissance de l’individualité. On l’appelle encore personnalité. La pensée, ou le mental, est considérée comme une phase ou une des formes dans lesquelles le jîva se manifeste, la phase antérieure de cette manifestation étant la vie végétative. Le mental se manifeste toujours en rapport avec – ou agissant sur – quelque chose qui est non mental ou matière ; il ne se manifeste jamais seul. Par conséquent, mental et matière coexistent. (Même entretien 25).

Note.
1. - Quelle est donc la racine du mal ?
- La « saisie » [loi de succion ou
Eucharistie (dans son sens en la
croyance au corps ou attraction
”universelle”, la ”valeur d’échange”,
la ”baisse du taux de profit”].
- La saisie de quoi ?
- La saisie du triple monde [de la Forme,
du Désir, du Sans-Forme, jusqu’à la
gloutonnerie spirituelle].
- Comment arrêter cette saisie ?
- En recourant à l’introuvable, car dans
l’introuvable il n’y a pas de saisie.
- Qu’est-ce que l’introuvable ?
- La fin du dualisme.
- Qu’est-ce que le dualisme ?
- La vision d’un dedans et d’un dehors,
lesquels sont introuvables.
(Soûtra de la Liberté inconcevable,
chapitre V, 14)
Ils sont introuvables pour la raison naturelle
que Nous sommes l’Univers et que la racine du
mal fait SORTIR de l’Univers comme pour l’examiner
et POUR-VOIR comment il fonctionne : ON SORT DU TROU
POUR EXAMINER LE TROU, et comme dans un Trou il
n’y a rien d’autre que le Trou : pas de Trou à voir.
POUR-VOIR OU POUVOIR SIGNIFIERA ALORS :
D’É-couvrir : augmentation de l’ego par l’opinion
ou le recouvrement de toutes choses par le MASQUE
LE RIDEAU DE SON EGO, CE SERA LA CHUTE :
SORTIR, DEHORS, SAISIR… ET TENTER D’AMÉLIORER
LA CONDITION HUMAINE…
 
 

Dernière mise à jour : 27-10-2023 11:49

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >