Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Américanisme sionisme républicanisme même
Américanisme sionisme républicanisme même Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 04-11-2023 12:59

Pages vues : 737    

Favoris : 150

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Carotte, Celtes, Conformité, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Marxengelsisme, Nation, Or, Penser, Racine du mal, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
etats_unis_matricesjuives.jpg
 
 
Américanisme sionisme républicanisme même
« valeurs » avec la psychanalyse, le tout
regroupé sous ce MONOTHÉISME UNILATÉRAL
RÉPUBLICAIN (les ”matrices de la modernité”
du socialisme inventée par les Juifs exposées
page 481, dans Les Juifs, le monde et l’argent,
de Jacques Attali).


Page dédiée au nombre infini des VENTS.
 
« Rédemption d’Israël en soumettant le monde y compris l’église catholique », ce qui est logique puis la Talmud se prend pour le « peuple-prêtres ». Cette « soumission du monde » à la Talmud est déjà mentionné dans le Sabbataï Tsevi, un autre faux messie, dans le livre qui lui est consacré par Gershom Scholem : « L’aubergiste juif l’informa qu’ils [les Juifs] préparaient le chemin que le messie [Sabbataï Tsevi] allait prendre, comme il était le devoir des sujets de le faire pour le sultan. Tandis que De Dreux (1) risquait une remarque ironique, le fils aîné de l’aubergiste lui dit qu’il « n’avait que faire de rire, car dans peu de temps, il allait devenir leur esclave par la vertu du Messie ».
Les Talmudistes avec leur antienne (2) croient que les étrangers, donc les non-élus, ne sont fait que pour être dépouillés : « soumettre le monde » à leur Dieu dont l’une des faces est l’argent, comme l’écrit Jacques Attali page 692 de son livre cité : « Comme Dieu, l’argent permet de voyager léger ; il est source de découverte. Il est un moyen de servir Dieu, de faire le bien [sic]. Il n’est pas différent de ce qu’est le pinceau pour le peintre, dira au XXè siècle le banquier Sigmund Warburg, retrouvant ainsi l’obsession juive de ne considérer la fortune que comme un moyen de réaliser d’autres exigences [système messianique de projection ou de la Carotte, QUI CONDUIT À CETTE VIRTUALISATION ACTUELLE]. Mais, différence radicale avec Dieu, qui est éternel [ici il est évidement qu’Attali voit son Dieu COMME UN DIEU EXTÉRIEUR], l’argent est précaire, volatil, réversible. Il est l’autre face de Dieu ». Ce Dieu Argent synonyme de « paix », parce que pendant la paix le commerce prospère… Car toute transaction ou échange engendre une « manœuvre de stratégie et de diplomatie sociale », voyez les « repas d’affaires » ou les « repas judéo-maçonniques »… ces affaires de sociabilité qui s’expriment dans les procédures mentales de calculs d’échanges, lesquels paraissent chargés d’un bon vouloir à « vivre et laisser vivre » et lorsqu’il s’agit de payer commercialement en retour, de « combler de mesure ».
PIRATIQUE COMMERCIALE = PRATIQUE OU DIPLOMATIE ÉCONOMIQUE COMME LE REPAS D’AFFAIRES : obligation de s’acquitter de « quelque chose en sus » (comme de dire « merci » et ainsi ÊTRE À LA MERCI (2) DE L’AUTRE). Rien que se souhaiter « Bonne route », l’hôte renchérit sur le présent initial apporté par le visiteur, en lui offrant une « carotte » d’adieu, en gage d’une amitié commerciale, comme un sauf-conduit, et, comme une carotte de réciprocité… On dit souvent sans se rendre compte que l’on cautionne le capitalise : « Par dessus le marché », bien dans la tradition de l’évolutionnisme et de son toujours plus d’obèses. Avec la Talmud républicaine nous n’en sommes plus aux transactions « au plus serrées »

Dans les ”matrices de la modernité juive”, ajoutez le concept FONDAMENTAL DE L’ARGENT-SACRIFICE : le Dieu des Hébreux-Juifs interdit le sacrifice ! Ils ont donc un Dieu qui sombre dans la dualité bien-mal !
Page 22 du livre de J. Attali déjà cité : « Ensuite, Dieu lui interdit le sacrifice humain en écartant le couteau de la gorge d’Isaac, fils d’Abraham et de Sarah, préféré, selon le texte, à Ismaël, l’aîné, fils d’une autre de ses femmes, Agar, et en qui la tradition voit l’ancêtre des Arabes du désert. Dieu met ainsi fin, pour le seul peuple hébreu, à des millénaires de meurtres rituels. Dieu n’a pas besoin de sacrifice humain [il a maintenant besoin de guerres sans fin qui REMPLACENT CES SACRIFICES], mais il ne renonce pas au sacrifice animal [COMME C’EST PRATIQUE : ON FAIRE DIRE N’IMPORTE QUOI À TRAVERS CE « DIEU CRÉÉ DANS LE CONVENTIONNEL », CRÉÉ DANS LE RÉPUBLICANISME] ; Il place ainsi l’homme à part de la Création et détourne la violence vers la seules destruction de ses richesses matérielles.
Ces deux premiers ordres de Dieu à Son peuple [sic] ne sont pas indépendants l’un de l’autre : la richesse sous forme de troupeaux, d’or et d’argent est le meilleur substitut à la violence [remplacée par les guerres permanentes dans cette ”modernité” juive appelée « CIVILISATION »]. On retrouvera à mille et une reprise ce lien entre l’argent et le sang (3), lancinant avertissement lancé par Dieu au Hébreux et, à travers eux [puisque ils se nomment ”peuple élu” et donc PEUPLE-PRÊTRES] à tous les hommes : l’argent est d’abord un moyen d’éviter la violence [d’où le principe de la maffia : ”Je te casse ta baraque, et si tu ne veux pas que ça recommence, je te protège si tu me paye telle somme tous les mois”]. En s’imposant à lui-même le remplacement du sacrifice par l’offrande [et dualité vendeur-client ou offre-demande, ou Ici-Ailleurs], le peuple juif annonce tout son destin : il utilisera l’argent comme un moyen de réparer les dommages et d’arrêter l’engrenage des représailles. L’argent va devenir pour lui un moyen de négocier au lieu de combattre ».

Cette dernière phrase est essentielle car ELLE DONNE NAISSANCE AU VIRTUEL DE L’INFORMATIQUE, QUI À CE HUI REMPLACE LE CONCRET EN LE TRANSFORMANT EN ABSTRAIT, EN VIRTUEL, ET ÇA SE CONFORME PAR LA TYRANNIE DE L’OPINION, LA « LIBERTÉ DE PENSÉE », ”liberté” qui évidemment signait son ARRÊT DE MORT DEPUIS SON TRIOMPHE À L’ÉPOQUE DE LA RENAISSANCE EN EUROPE, car il est évidemment impossible à un gouvernement d’un État de gouverner en reconnaissant à chacun le droit de ne pas être d’accord !
VOILÀ POURQUOI IL Y A TANT DE BANQUIERS JUIFS ET DE « PEUPLE ÉLU » DANS TOUS LES WALL STREET DES « ÉTATS DE DROIT » DU RÉPUBLICANISME.

MONOTHÉISME UNILATÉRAL RÉPUBLICAIN IMPOSSIBLE.
Seul un Total peut connaître un Total/ Or, le ‘moi’, le consommateur, ne peut pas être un total, une globalité, un IN-FINI, puisqu’il se définit par rapport au social, au DEHORS : par rapport à un ‘toi’, qu’il est donc limité par ce qui le différencie de ce ‘toi’. Rejoint la Réalité que LE VRAI CESSE D’ÊTRE VRAI DÈS QU’IL EST VU OU IDENTIFIÉ, SAISI. Il en est ainsi du ‘moi’ de chaque citoyenisé qui ne peut pas être un TOUT, le TAO, le Soi.
Seul la Réalisation du ‘Je’ avec le J majuscule : le POINT SUR LE I OU LE ”UN POINT C’EST TOUT” (3), c’est le IL (le isle puisque le circonflexe remplace la lettre S de isle, le I ou AXE DÉPLOYÉ AU CENTRUM DES EAUX PRIMORDIALES).
Le I du rire IIIIIII ! conventionnel rappelle l’ÉTERNEL RETOUR DANS LA NON-DUALITÉ VIE-MORT (3) SOIT NATURELLEMENT LE RETOUR À LA SOURCE PREMIÈRE.
Le I ou le ‘J’ du ‘Je’ est le SENTIMENT OCÉANIQUE (4)


Notes.
1. Robert de Dreux, Voyage en Turquie, Paris 1925. De Dreux explique que quand il était à Andrinople de grand matin il y avait beaucoup de bruit et d’agitation de personnes qui portaient des bêches, des pelles et autres instruments pour remuer la terre, afin d’aplanir le chemin par lequel passerait le faux Messie. « Et parce que je me raillais d’eux, le fils aîné du Juif où nous étions logés me dit que je n’avais que faire de rire, parce que dans peu de temps nous allions tous devenir leurs esclaves par la vertu de leur Messie », page 652 en note de bas de page du livre de Gershom Scholem sur Tsevi.

2. l’antienne talmudique sous forme « d’altruisme talmudique » : « RIEN N’EST BON POUR LES JUIFS SI CE N’EST BON AUSSI POUR CEUX QUI LES ENTOURENT » (pages 166, 340, 359, 365 du livre de Jacques Attali : Les Juifs, le monde et l’argent). Donc vendre des services : acheter, vendre, acheter, vendre. Un Menasseh Ben Israël en 1650 écrira dans son Apologie des Juifs, que « les quatre cent familles juives des Pays-Bas rapportent beaucoup d’argent à l’État et que, partout où ils sont admis, les Juifs sont de bons citoyens qui ne veulent rien d’autre qu’apporter la prospérité autour d’eux. ‘Ce sont de fidèles vassaux’ », rapporte J. Attali.

3. Souffrance n’a pas pour étymologie le commercial « offrir » dans la logique du judaïsme du sacrifice Abraham-Isaac et de sa croyance au SANG véhicule de l’Âme en singerie des Eaux Primordiales ! SOUFFRANCE = STARGATE OU GATE GATE : le passage ou RÉDUCTION EN POINT FOCAL ; LE TROU….. Qui s’exprime dans les quatre Variations de la Dimension Absolue ou Eaux Primordiales. Et comme dans un Trou il n’y a rien d’autre que le Trou, il n’y a rien à SAISIR… DONC PAS DE NIRVANA À ATTEINDRE….. Donc RIEN À RÉPARER, PAS DE CHUTE…
Le Sang du sacrifice aux Dieux et aux guerres sert à ACHETER LA PAIX !
SANG : symbole solaire, rouge, chaleur, vie. Sang et Terre = vie dans les trois règnes : minéral, végétal, animal. Voir le Sang du Christ et le Graal. le Sang correspond aussi au souffle de l’Esprit : en forme de véhicule des passions ; alors l’argent en deviendra une religion ! Un véhicule de l’âme, ce qui peut exprimer le sens des rites des sacrifices, dans lesquels un grand soin est pris pour ne pas laisser le sang de la victime se répandre sur le sol (ref. dic. des Symboles, de J. Chevalier et A. Gheerbrant).
CIRCULATION DU SANG OU DE L’ARGENT = COMMUNION PAR LE SANG, ALLIANCE, SERMENT PAR LE SANG. L’ARGENT DEVIENT ARCHE D’ALLIANCE, SUPRÊME IDOLE. Il n’est point étonnant que le socialisme soit si présent dans les Hébreux-Juifs. SANG = MOTEUR DANS LE SPATIO-TEMPOREL.

VRAIE ET NOBLE SACRIFICE = ABSENCE DE DUALITÉ VIE-MORT = AMOUR = GRATUITÉ.
Cette nostalgie, quand autrefois, avant l’arrivée du machin hébreux appelé ”Dieu”, les humains pratiquaient des sacrifices rituels sur leurs frères humains, NE PEUT PROVENIR QUE DE LA DESTRUCTION DE LA DUALITÉ VIE-MORT EN LA CROYANCE AU CORPS-OBJET.
C’EST LA NOSTALGIE DE MOURIR PAR AMOUR QUI EFFACE TOUT RAISONNEMENT OU CALCUL PAR LE MENTAL, elle ne peut que provenir de ce temps originel des sacrifices humains, dans la tentative de détruire PAR L’AMOUR-MORT : du A privatif et mort : PRIVATION DE MORT OU ABSENCE DE DUALITÉ VIE-MORT.
AVEC L’ARRIVÉE DU MACHIN JUIF, TOUT CELA SERA TRANSFORMÉ EN ARGENT : « L’ARGENT VA DEVENIR POUR LUI [le peuple élu] UN MOYEN DE NÉGOCIER AU LIEU DE COMBATTRE, DE FAIRE LA PAIX [SIC]. PAR L’ARGENT, LE PEUPLE JUIF VA DIRE SA HAINE DE LA VIOLENCE. JUSQU’À CE QUE LA VIOLENCE DE L’ARGENT SE RETOURNE CONTRE LUI… » écrit si clairement Jacques Attali page 22 de son livre cité.
L’ARGENT-MARCHANDISE-SOCIAL-COMMERCE DEVENU LE MOTEUR DU MONOTHÉISME UNILATÉRAL RÉPUBLICAIN : SA VIOLENCE (appelée : ”valeurs de la république”).


MORS ULTIMA LINEA RERUM EST. Savoir, Pouvoir, Oser, SE TAIRE.
« Je l’aimais trop, je l’ai tuée »…..


Avec LE DIEU DE TRIBU(T)S DES HÉBREUX-JUIFS, C’EST LE BRUIT, LE CHAOS ORGANISÉ (1).
Voir les pages :
- La Vierge Noire et son Enfant.
- NOIR-BLANC MÊME COULEUR.

4. SENTIMENT OCÉANIQUE : « Si les yeux sont fermés, c’est nirvikalpa ; si les yeux sont ouverts, c’est savikalpa (état de différenciation, mais de repos absolu). Cet état, éternellement présent, est l’état naturel, sahaja ». (Ramana Maharshi, entretien 17, 24-1-1935).
« On devrait être naturellement en état de samâdhi [absorption totale dans la contemplation], en son état originel, au sein de n’importe quel environnement ». (Ramana Maharshi, entretien 54, 16-6-1935).

– Se maintenir dans la Réalité est le samâdhi.
– Se maintenir dans la Réalité avec effort est le savikalpa-samâdhi.
– Se fondre dans la Réalité et demeurer inconscient du monde est le nirvikalpa-samâdhi.
– Se fondre dans l’ignorance et demeurer inconscient du monde est le sommeil (dans celui-ci la tête tombe, mais non en samâdhi).
– Demeurer dans l’état originel, pur et naturel, sans effort, est le sahaja-nirvikalpa-samâdhi. (Ramana Maharshi, entretien 391, 6-4-1937).

- SAVIKALPA-SAMÂDHI.
Externe (bâhya).
Dépendance de la vu.
Le mental saute d’un objet à l’autre. Il doit être gardé stable et fixé sur la Réalité sous-jacente.

Dépendant de la parole.
Les phénomènes extérieurs ont leur origine dans la Réalité unique. Cherchez-là et maintenez-vous en Elle.

Interne (antar).
Le mental est troublé par le kâma (désir), le krodha (colère), etc. Cherchez d’où iceux s’élèvent et comment ils trouvent leur existence. Maintenez-vous à leur source.

Une quantité de pensées s’élèvent de la Réalité intérieure et se manifestent. Maintenez-vous dans cette Réalité.

> Ces quatre formes de savikalpa-samâdhi sont atteint avec effort.

- NIRVIKALPA-SAMÂDHI.
Externe (bâhya).
Immergé dans l’unique Réalité, fondement de tous les phénomène, en restant inconscient des manifestations transitoires.

Cet état est comparable à l’océan sans vagues dont les eaux sont calmes et paisibles.

Interne (antar).
Immergé dans l’être le plus intime qui est l’unique Réalité et qui donne naissance à toutes les pensées, en restant inconscient de tout le reste.

Cet état est comparable à une flamme non agitée par des courants d’air et qui brille tranquillement.

> Quand ces divers nirvikalpa-samâdhi ne sont pas atteints avec effort et qu’on réalise que l’océan sans vagues du samâdhi extérieur est identique à la flamme immobile du samâdhi intérieur, cet état est appelé sahaja-nirvikalpa-samâdhi.

« Le sahaja est l’état originel. La sâdhanâ [méthode, moyen, pratique spirituelle] consiste à éliminer les obstacles sur la voie de la réalisation de cette vérité éternelle ». (Ramana Maharshi 398, 14-4-1937).
- M. : La concentration, c’est ne pas penser à quoi que ce soit. D’autre part, c’est chasser toutes les pensées qui nous cachent la vision de notre véritable nature. Tous nos efforts ne visent qu’à soulever le voile de l’ignorance. Dans l’état actuel, il semble difficile de dompter les pensées. Mais dans l’état de renaissance spirituelle, on trouvera, au contraire, qu’il est plus difficile de les susciter.
Car y a-t-il des choses à penser ? Il n’y a que le Soi. Les pensées ne peuvent fonctionner que s’il y a des objets. Mais comme il n’y a pas d’objets, comment les pensées peuvent-elles s’élever ?
(Même entretien 398).

« Les pensées ne peuvent fonctionner que s’il y a des objets ». C’est le COMMERCE, le CAPITALISME, le POUR-VOIR ou POUVOIR, la RAISON et le CALCUL (objectivisme) ; voilà pourquoi la ”raison” a autant de succès depuis le français « siècle des Lumières » et des riches perruques poudrées ; voilà pourquoi l’ordinateur religion (commerce) du tout connecté a autant de succès chez les Anglo-américains. Voilà pourquoi L’OBJET PÉTROLE, L’OR NOIR a autant de « va(o)leur » chez les Barilleux (prix du baril).

LES PENSÉES NE PEUVENT FONCTIONNER QUE S’IL Y A UN AILLEURS PAR RAPPORT À UN ICI, QUAND IL Y A UN ESPACE-TEMPS FORMANT L’IDÉATION.
 
 

Dernière mise à jour : 04-11-2023 13:35

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >