Accueil arrow News arrow Dernières news arrow L’arrivée des ego au Pour-Voir et
L’arrivée des ego au Pour-Voir et Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 10-01-2024 22:14

Pages vues : 320    

Favoris : 84

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Bolchevik, Carotte, Celtes, Conformité, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Dragon, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Intelligence artificielle, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Marxengelsisme, Nation, Or, Paix, Penser, Pierre, Pont, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Temple, Temps, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
arc-en-ciel21a_corps_objets.jpg
 
 
L’arrivée des ego au Pour-Voir et
de se faire voir et faire-valoir de l’Empire est
maintenant flagrante en France avec un macron
autant qu’un attal qui voulait devenir comédien
et comme macron qui semble être un parfait
opportuniste, opportunité pouvant facilement
être appelé OLIGARCHIE typique du gouvernement
représentatif appelée « république »,
typique de la REPRÉSENTATION-SPECTACLE la
plus consternante.
 
Macron-Attal les marionnettes des Schwab-Harari
et par conséquence de l’Empire le « camps du bien »
mais surtout « des biens » si rémunérateur et
si EGO-OBJET.


Bienvenu dans le culte du NARCISSISME des macron-attal dans la continuité de la catastrophe mondialisée en marche.
Bienvenu dans l’État ayant à sa tête (son gouvernement”) un homosexuel ! QUI VA JOUER AU « PREMIER MINISTRE » ET AUX « VALEURS DE LA RÉPUBLIQUE » (après sa propulsion ses deux premières visites par des paroles le prouvent quand il lance : ”valeurs de la République” et ”ordre”… en une parfaite leçon apprise dans le conventionnel)


Il y a d’ailleurs une TOTALE contradiction chez les macron-attal, car pour être comédien il faut une grande sensibilité, or la politique est le CONTRAIRE : il faut être « blindé », INSENSIBLE pour « faire de la politique » tant l’agressivité y est inhérente, TANT L’OPINION Y EST LE PRINCIPE FORCÉMENT AGRESSIF, VIOLENT SURTOUT PAR LA PAROLE : l’opinion construite dans le spatio-temporel, l’opinion N’EST JAMAIS EN SÉCURITÉ, elle porte en son principe l’angoisse de pouvoir être remise en question à tout moment. Aussi, l’opinion est nécessairement sectaire, intolérante. Tout ce qui n’adhère pas à « l’opinion publique » ou du conventionnel, sous le nom de « parti », ou de « valeur », est l’ennemi.

Les macron-attal sont le produit typique de l’HÉTÉRONOMIE (1) qui prend la place du dividu (divisé forcément) autonome du 19è siècle européen jusqu’à la guerre de 1914-X. Les macron-attal prenant DU DEHORS les lois qui les gouvernent. À cela s’ajoute la très visible RELIGION DU « VIVRE ENSEMBLE » conformément à la VALEUR D’ÉCHANGE : bien s’entendre avec autrui (mode du ”Vivre ensemble”! Le Pour-Voir du ”camps du bien” appelle ça : « la paix », donc la façon de vivre du consommateur en fonction des exigences des industries, surtout informatiques du capitalisme : IL FAUT SE VENDRE ET ACHETER, telle se résume la vie de L’USAGER DE CETTE RÉPUBLIQUE en forme de monothéisme unilatéral !
ÊTRE AIMÉ, RASSURÉ, CONFORTÉ, DORLOTÉ, HYPNOTISÉ, DROGUÉ, PASTEURISÉ COMME DES MARCHANDISES.

LE BUT DE L’ÉDUCATION DES JEUNES EST D’EN FAIRE DES ROBOTS CONSOMMATEURS, DONC LE BUT DE L’ÉDUCATION ÉTANT L’ÉGALITARISME, IL LUI FAUT ÉLIMINER LES ANTAGONISMES POUR FORMER LES USAGERS, LES CITOYENS, À UNE AMABILITÉ COMMERCIALE, APPELÉE « PAIX ». Et les macron-attal, sont typiquement ce packaging de « personnalité plaisante », ils concordent parfaitement avec le jeunisme rêvé par le transhumanisme qui rêve d’abolir la maladie naturelle de la Vieillesse ; ils correspondent parfaitement avec le gouffre de l’IGNORANCE qui s’agrandit de décennie en décennie (suffit de comparer le plus petit discours d’un Charles de Gaulle et du macron…).

Ne pas oublier que chez les homosexuels, et attal est en est un, LE CORPS EST ESSENTIEL et donc LA RE-PRÉSENTATION TOUT AUSSI ESSENTIELLE : SE FAIRE VOIR, qui correspond bien à ce désir d’être comédien, dans l’homosexualité, POUR SE « VENDRE » IL FAUT PLAIRE, AMPLIFIER SON EGO, être en phase avec l’AMABILITÉ POLITICO-COMMERCIALE.
Culte du corps chez l’homosexuel = culte de l’objet et du conformisme, culture du DEHORS : exister aux yeux du Dehors ou du social : comme s’il fallait devenir « adulte » en « fondant une famille », ou devenir « adulte » en annonçant au Dehors son homosexualité, soit en « sortant de la clandestinité » ! Et pire : aux yeux des parents ou de la famille, le fils unique homosexuel n’atteint jamais la « majorité ». Si l’homosexuel est très attaché à sa famille, il ne trouvera probablement jamais l’approbation qu’il recherchera toute sa vie.
Si le attal peut semble-t-il naviguer à l’aise dans le réseautage politico-économique tout en étant homosexuel, c’est parce que SA SENSIBILITÉ N’EST ABSOLUMENT PAS LIÉE À UNE INTIMITÉ PERSONNELLE, puisqu’il voulait être sur « les planches », être comédien, paradoxe dans ce métier demandant une sensibilité pour se glisser dans la peau de n’importe quel personnage. Sexe-corps er affectif sont très opposés surtout de nos jours de toute consommation d’objet et donc de corps ou de cul !
Il est clair que dans un couple gay, il est a réinventer TOUS LES JOURS, or le attal devenu « premier ministre » sera automatique COCU, sans mâle… Est-ce que ça gênera le ”gouvernement de la France” ?

RAPPEL : dans cet actuel culture du narcissisme, du jeunisme avec le mouvement anglo-américain transhumanisme, le culte du corps-objet-marchandise est plus que jamais à l’honneur avec les macron-attali, à y ajouter harari…. La Mode à l’homosexualité est ce culte du corps-jeune et beau, qui nécessairement fait que les hommes sont des vieillards dès qu’ils cessent d’être des objets érotiques, vendables, donc des objets à amabilité commerciale… (Après 45 ans ça devient très difficile pour un homme d’être un objet érotique, à moins d’être tourné comme un Alain Delon, un Keanu Reeves, un Brad Pitt, etc.)
Il ne s’agit pas d’être dans l’actuelle dualité tueuse par l’opinion en pour-contre (l’homosexualité par exemple), mais de SORTIR DE LA DUALITÉ RACINE DU MAL LE DEDANS-DEHORS, lesquels n’existent pas puisqu’on ne « sort » pas de l’Univers pour le voir, IL EST NOUS.



CULTE DE L’AMABILITÉ COMMERCIAL = LE « CAMP DU BIEN » ET DES BIENS et donc le culte de l’égalité pour obtenir la « paix » commerciale favorable à la valeur d’échange.

L’ÉTERNEL RETOUR : LE ”QUI SUIS-JE ?”
« Toujours et à tout moment, cherchez la source de l’ego, l’acteur apparent, et lorsque ce but sera atteint, l’ego s’évanouira de lui-même, et rien ne subsistera à part le Soi qui est toute Félicité », disait Ramana Maharshi, chose impossible avant tout pour n’importe quel politicien en RE-présentation, donc au DEHORS.

« L’ego s’identifie avec le corps et perd de vue le Soi. Le résultat de cette inadvertance est l’obscure ignorance et la souffrance de la vie présente. La naissance consiste dans le fait que l’ego oublie son origine, le Soi.
On peut alors dire que la naissance de l’individu a tué la mère. Le désir de retrouver sa mère est en fait le désir de retrouver le Soi, c’est-à-dire de se réaliser soi-même, ce qui équivaut à la mort de l’ego ; cela signifie l’abandon à la mère, afin qu’elle vive éternellement.
[…]
De plus, plaisirs et souffrances, naissances et morts sont comme des vagues à la surface de l’eau illusoire dans le mirage de l’ego. Le Soi est l’unique réalité d’où l’ego apparaît et court à travers des pensées qui se manifestent comme l’Univers dans lequel des mères et des pères, des amis et des parents apparaissent et disparaissent. Ils ne sont rien d’autre que des manifestations du Soi, si bien que les parents ne se trouvent pas à l’extérieur du Soi. Il n’y a donc aucune raison de pleurer.
Apprends cela, réalise cela et sois heureux ». (Ramana Maharshi, entretien 16 du 19-1-1935, lisant un passage de la version tamoule du Yoga-vasishtha, L’histoire de Deerga Tapasi et de ses deux fils Punya et Papa).

« En la recherche constante du ‘je’, la source de l’ego. Cherchez « Qui suis-je ? ». Le ‘je’, à l’état pur, est la Réalité, l’absolu Être-Conscience-Félicité. Lorsqu’on oublie Cela, toutes les misères surgissent ; lorsqu’on fixe son attention sur Cela, les misères passent ». (Ramana Maharshi, entretien 17 du 24-1-1935).

« Pour un homme réalisé, celui qui demeure toujours dans le Soi, la perte d’une seule vie, de plusieurs vies ou de toutes les vies dans ce monde ou dans les trois mondes ne présente aucune différence. Même s’il est amené à les détruire toutes, aucun péché ne pourra atteindre cette âme pure ».
Le Maharshi cita alors la Bhagavad-gītā, chapitre 18, vers 17 : « Celui qui est délivré de la notion de l’ego, dont l’intellect n’est pas conditionné, celui-là, même s’il détruit tous les mondes, ne tue pas, pas plus qu’il n’est enchaîné par les conséquences de ses actions ». (Entretien 17).

« La prochaine étape (après avoir conclu que le mental et ses fonctions ne se pas le ‘Je’] conduit à la question : « D’où ces pensées s’élèvent-elles ? » Les pensées sont spontanées, superficielles ou analytiques. Elles opèrent dans l’intellect. Qui donc prend conscience d’elles ? C’est l’individu. L’existence des pensées, leurs claires perceptions et leurs opérations lui deviennent évidentes. L’analyse mène à la conclusion que l’individualité de la personne fonctionne en tant que connaisseur de l’existence des pensées et de leur succession. Cette individualité, c’est l’ego ou ce que les gens appellent ‘je’. Le vijnânamayakosha (l’intellect) n’est pas le vrai ‘Je’, il n’est que son enveloppe.
Si l’on pousse plus loin l’analyse on se demande : « Qui est ce ‘je’ ? D’où vient-il ? » Le ‘Je’ n’était pas conscient durant le sommeil profond. Mais dès que le ‘je’ apparaît, le sommeil profond se transforme en rêve ou en état de veille. Pour le moment, ne nous occupons pas du rêve. Qui suis-je actuellement, dans cet état de veille ? Si je tire mon origine de l’état de sommeil, le ‘je’ était alors recouvert par l’ignorance. Et un tel ‘je’ ignorant ne peut pas être ce que les Ecritures prétendent qu’il est, et ce que les sages affirment. ‘Je’ suis au-delà même du sommeil. ‘Je’ dois exister maintenant et ici et être le même que celui que j’étais durant le sommeil et au cours des rêves, sans avoir été affecté par les qualités de ces états. ‘Je’ dois donc être le substrat non qualifié, sous-jacent à ces trois états (au-delà de l’ânandamaya-kosha).
En bref, le ‘Je’ se situe au-delà de ces cinq enveloppes (kosha). Ce qui reste lorsque l’on a abandonné tout ce qui est « non-Soi » est le Soi, sat-chit-ânanda (Être-Conscience-Félicité) ». (Ramana Maharshi, entretien 24 du 4-2-1935).

« Si nous classons les pensées par ordre de valeur, la pensée la plus importante de toutes, c’est la pensée ‘je’. Cette pensée ou idée de personnalité est aussi la racine ou le tronc de toutes les autres pensées, car toute idée ou pensée n’existe que par rapport à celui qui la pense et ne peut pas exister indépendamment de l’ego. Par conséquent, l’ego manifeste une activité de pensée. La deuxième et la troisième personne n’apparaissent que pour la première personne. Elles n’existent qu’après qu’est apparue la première personne. Si bien que les trois personnes semblent apparaître et
disparaître ensemble.
Remontons donc jusqu’à la cause fondamentale du ‘je’, ou personnalité. L’idée de ‘je’ se manifeste dans un ego incarné et doit donc être en rapport avec un corps ou organisme. Cette idée du ‘je’ est-elle située dans un endroit spécial du corps avec lequel elle entretiendrait des rapports particuliers, comme la parole et l’émotivité qui ont leur centre dans le cerveau ? Pareillement, le ‘je’ a-t-il son centre dans le cerveau, le sang ou les viscères ? On considère que la vie de la pensée se déroule dans le cerveau et la moelle épinière, lesquels sont à leur tour alimentés par le sang qui leur apporte nourriture et oxygène sous forme d’un savant mélange se transformant en tissus nerveux. C’est pourquoi l’on dit que la vie végétative – comprenant la circulation, la respiration, l’alimentation, etc. –, appelée aussi force vitale, est la partie centrale ou l’essence de l’organisme. Ainsi, le mental peut être considéré comme la manifestation de la force vitale et celle-ci comme étant située dans le Coeur ». (Ramana Maharshi, entretien 26 du 4-2-1935).

Note.
1. État de la volonté qui puise hors d'elle-même, dans les impulsions ou dans les règles sociales, le principe de son action. L'hétéronomie de la volonté, obstacle, selon Kant, à l'action morale authentique. (Dic. Le Robert). C’est donc une absence d’autonomie, une ABSENCE DE SA VRAIE NATURE.
 
 

Dernière mise à jour : 10-01-2024 22:36

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >