Accueil arrow News arrow Dernières news arrow REFUGE du monothéisme unilatéral républicain dans l’épisode CLIMAT
REFUGE du monothéisme unilatéral républicain dans l’épisode CLIMAT Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 25-03-2024 19:04

Pages vues : 170    

Favoris : 50

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Anarchie, Archange Michel, Bolchevik, Carotte, Celtes, Conformité, Dieu, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Dragon, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Histoire, Intelligence artificielle, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Logibriquet, Logiquopinion, Marxengelsisme, Miviludisation, Nation, Noël, Or, Paix, Penser, Pierre, Pont, Ptah, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Temple, Temps, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
 
frise_ouro1.jpg
 
 
REFUGE du monothéisme unilatéral républicain dans l’épisode CLIMAT
plutôt CLIMAX à la Hollywood : une attaque contre la Réalisation
du Soi en forme d’augmentation du Pour-Voir du monothéisme
unilatéral républicain dont des membres deviennent de plus en
plus des Grands Prêtres ! Donc Vous avez besoin d’une
gouvernance mondiale pour vous guider,
un égrégore, bien-sûr au
nom de « la sauvegarde de la planète » le politisme de
« c’est pour votre bien » (plutôt ”vos biens”).
CLIMAX : 11–9-2001, covid, guerres Gaza-Hamas et
Occident des Washingtonisme et Westminsterisme (les Blancs)
contre la Russie et les Orientaux en général.
 
ÉGALITÉ HOMME-FEMME énonce le monothéisme républicain :
les humains-objets donc réduit à l’état de CORPS et
évidemment d’OBJETS SEXUELS, puisque les corps
sont devenus ANONYMES ET INTERCHANGEABLES, SELON
LE PRINCIPE DE LA SOCIÉTÉ ”ANONYME” ET CAPITALISTE
selon laquelle hommes et femmes NE SONT QUE DES
OBJETS D’ÉCHANGE DANS LE MARCHÉ DE SA
LOI DE SUCCION.
Dans ce système du monothéisme républicain le
PLAISIR est évidemment le seul acte vital, un plaisir
qui se confond avec L’AGRESSION SANS FIN, PAR LE
CALCUL ENGENDRÉ PAR LA LOI DE SUCCION VULGAIRE,
UNE CAUSALITÉ STÉRILE EN FORME D’AUCUNE LIMITE.

Or aucune Félicité naturelle ou de Vraie Paix
n’a de place dans une civilisation construite
sur la production de marchandises et de leur
valeur : ”les intérêts qui comptent”.
Cette civilisation où seul semble compter
l’efficacité, donc la rentabilité et le
winnerisme, ses ”jeux olympiques” présent
le prouvent assez !

La mode à l’égrégore du climat-climax de cette
société du spectacle.


SE RAPPELER :
- SCIENCE : dans le sens alchimique et donc de Réalisation du Soi :
" Prends ceci et fais un monde ". Ou bien : "Prends n'importe quoi et fais-en une pilule ou un clystère" (Thomas Vaughan : Traité du Ciel terrestre).
- SCIENCE : dans le sens officiel, conventionnel et consensuel : "Expérience reproductible n’importe où par n’importe quel temps, et contrôlable par d'autres". Ainsi, il s'agit ici d'une technique et non d'une science ! Il s’agit de socialisme, de DEHORS : le consensus sur la fameuse ”objectivité” (qui n’existe pas). C’est donc le monde du thermomètre et des appareils de mesures construit par l’humain des mesures pour dire à l’autre, au Dehors, ses mesures, ainsi l’autre s’il a le même fond d’inconscient collectif ou le même sens conventionnel sera d’accord sur les mesures : il y aura consensus. Même chose : si deux humains sont du même avis pour former une opinion suffisamment solide, alors ils l’appelleront ”réalité”. C’est dire la fragilité humaine des opinions et des « mesures »…. C’est dire la fragilité des humains conditionnés dans leurs technologies donc conditionnés dans leur DEHORS……

De nos jours ceux qui contestent le réchauffisme de la planète et du capitalisme sont assimilés à des platistes (qui croient que la Terre est plate comme un camembert).

Thermomètres qui sont contraire au cosmos : dans le cosmos les concepts de manque et de reste n’existent pas. Il ne faut donc ni vouloir, ni rejeter, ainsi on est délivré de la loi de succion vulgaire. L’alarme climatique (soi-disant « créé » par l’humain) est de ce domaine du manque et du reste dans ce monde du calcul et du profit.

Urbanisation bétonnisation de la planète = non seulement réchauffisme mais aussi épidémies qui se déplacent d’autant plus facilement et par le tout connecté informatique : partie mentale, et par les déplacements physiques : automobiles, trains, avions.

Le Co2 et les influences humaines (et “gaz à effet de serre”) ne sont pas le responsable du réchauffement actuel dans nombre de régions de la Terre, dont les incendies de forêts, c’est évidemment le soleil.

- M. : De par sa nature, le mental est agité. Commencez par le libérer de son agitation ; donnez-lui la paix ; tâchez qu’il soit libre de toute distraction ; exercez-le à se tourner vers l’intérieur ; faites qu’il en prenne l’habitude. On y parvient en ignorant le monde extérieur et en supprimant les obstacles à la paix du mental.
- Q. : Comment peut-on se débarrasser de l’agitation mentale ?
- M. : Les contacts extérieurs, c’est-à-dire avec des objets autres que soi-même, rendent le mental agité. La perte d’intérêt (vairâgya) pour le non-Soi est la première étape. Puis, suivent des habitudes d’introspection et de concentration caractérisées par la maîtrise des sens extérieurs, des facultés intérieures, etc. (shama, dama, etc. comme la patience, l’impassibilité (1)) aboutissant au samâdhi (mental non distrait).
(Ramana Maharshi, fin de l’entretien 26 du 4-2-1935).

« Ce qui compte, c’est que le mental soit tourné vers l’intérieur et reste actif durant sa recherche. Quelquefois il arrive, lorsque les yeux sont fermés, que les pensées latentes s’élancent avec une grande vigueur. Mais les yeux ouverts, il peut être difficile d’introvertir le mental. Cela exige une grande force mentale. Lorsqu’il absorbe des objets, le mental est contaminé par eux. Autrement, il est pur. Le facteur principal en dhyāna [contemplation, méditation] est de garder le mental actif dans la recherche de lui-même sans enregistrer des impressions extérieures ou sans penser à autre chose ». (Ramana Maharshi, entretien 61 du 6-7-1935).

« L’investigation « Qui suis-je ? » tourne le mental vers l’intérieur et, ce faisant, l’apaise ». (Entretien 63).

« Le Soi est le Coeur. Le Coeur est lumineux par lui-même. La lumière s’élève du Coeur puis atteint le cerveau qui est le siège du mental. Le monde est perçu par le mental, c’est-à-dire grâce à la lumière réfléchie du Soi. Le monde est donc perçu à l’aide du mental.
Quand le mental est éclairé, il est conscient du monde. Quand il n’est pas éclairé, il n’est pas conscient du monde. Si le mental est tourné vers l’intérieur, vers la source de lumière, la connaissance objective cesse et seul le Soi resplendit en tant que Coeur.
La lune luit grâce à la lumière réfléchie du soleil. Lorsque le soleil se couche, la lune devient utile pour révéler l’existence des objets. Lorsque le soleil se lève, personne n’a plus besoin de la lune, bien que son disque pâle reste encore visible dans le ciel.
Il en va de même pour le mental et le Coeur. Le mental est utile en raison de la lumière qui s’y réfléchit, ce qui permet de voir les objets. Lorsqu’il est tourné vers l’intérieur, la source de son illumination resplendit par elle-même et le mental pâlit et ne sert plus à rien, comme la lune en plein jour » (Ramana Maharshi, entretien 98 du 19-11-1935).
Idem dans l’entretien 99 : « …vers l’intérieur (mental et pensées tournées vers]. Alors le mental voit sa propre source et devient Cela. Mais il n’est pas comme un sujet percevant un objet.
Quand la pièce est sombre, une lampe est nécessaire pour éclairer et permettre à l’oeil de distinguer les objets. Mais lorsque le soleil se lève, la lampe devient inutile et les objets sont vus facilement. Pour voir le soleil, aucune lampe n’est nécessaire, il suffit de tourner les yeux vers le Soleil qui brille par lui-même.
Il en va de même du mental. Pour discerner les objets, la lumière reflétée du mental est nécessaire. Pour voir le Coeur, il suffit que le mental se tourne vers Lui. C’est alors qu’il se perd et le Coeur resplendit ».

La crise climatique fabriquée pour développer le business, soit la fabrication de la peur : les gens doivent être anxieux, insatisfaits et blasés, comme pour n’importe quel produit du consommateur. Alors il faux éduquer les masses à ressentir un intérêt pour le climat et le « vert » (capitalisme vert ou écologie). Et si le climat n’est pas un problème ou une « menace existentielle », alors les industries du capitalisme vert s’écroulent.

Devenir un ou une activiste climatique écologiste c’est COMMUNIER À L’HOSTIE DU MONOTHÉISME UNILATÉRAL RÉPUBLICAIN MONDIALISÉ.

Climate The Movie
Sous-titres sur downsub

Note.
1. Le japa [en sanskrit la répétition d’un nom divin ou d’une formule) de Michel Kozlov : « Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, prends pitié de moi », répété 3000 fois dans les 24 heures d’une journée.
« Que tu sois debout ou assis, en marchant ou couché, prononce continuellement ces paroles : « Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, prends pitié de moi » - ni à voix haute ni à la hâte. Fais cela exactement trois milles fois par jour, sans de toi-même en ajouter ni en retrancher aucune. De cette façon, Dieu t’aidera à atteindre l’action incessante du Cœur [le Soi] », dit le starets page 29 de l’édition du Cerf, dans la nouvelle traduction du russe de Chantal Crespel-Houlon, le vrai texte du Pèlerin russe.
Répétition, japa, identique au « GATE GATE PÂRAGATE PÂRASAMGATE BODHI SVÂH » (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi).

SUR LE MAUNA (LE SILENCE) (entretien 60 du 5-7-1935). Shrī Bhagavân : Le silence de la solitude est forcé. La retenue de la parole en société équivaut au silence. Car c’est alors que l’homme contrôle sa parole. Il faut que celui qui parle existe avant de parler. S’il est engagé ailleurs, la parole est retenue ; le mental tourné vers l’intérieur est occupé à autre chose et ne tient pas à parler.
Le mauna, conçu comme une mesure de discipline, a pour objet de limiter les activités du mental provoquées par la parole. Si le mental est déjà contrôlé, la discipline de mauna n’est pas nécessaire, car alors, le mauna devient naturel.
Vidyâranya a dit que douze années de mauna forcé entraînent le mauna absolu, c’est-à-dire rendent incapable de parler. Cet état ressemble plus à celui d’un animal muet qu’à autre chose. Cela n’est pas le mauna.
Le mauna est éloquence incessante. L’inactivité est activité constante.
 
 

Dernière mise à jour : 25-03-2024 19:26

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >