Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Monothéisme unilatéral républicain = suprémacisme blanc
Monothéisme unilatéral républicain = suprémacisme blanc Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 26-03-2024 18:56

Pages vues : 187    

Favoris : 64

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Anarchie, Archange Michel, Bolchevik, Carotte, Celtes, Conformité, Dieu, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Dragon, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Histoire, Intelligence artificielle, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Logibriquet, Logiquopinion, Marxengelsisme, Miviludisation, Nation, Noël, Or, Paix, Penser, Pierre, Pont, Ptah, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Temple, Temps, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
 
frise_hiero_ch_ht.jpg
 
Monothéisme unilatéral républicain = suprémacisme blanc,
l’open société ou l’inclusivisme (et métissage)
du monothéisme, soit la conception d’un collectivité,
une quantité, une multitude contre la conception d’un
individu-objet à côté d’autres individus-objets.

 
Donc le dilemme Moi-Individuel et
Moi-Collectif n’est pas résolu avec le
isme de l’open society nouvelle forme
de communisme à la sauce mondialiste.


Dans le ‘Je’ du « Je suis ce JE-SUIS » n’existe plus la différence entre le Moi-Collectif et le Moi-Individuel. Le communisme ou sa nouvelle mouture capitaliste l’open society, en prétendant donner à ce dilemme du ‘moi’ une solution, se présente comme une sorte de catholicité, donc un véritable monothéisme : catholique, du grec katholikos ”universel”, soit ce rêve depuis le Néolithique et sa voie de l’Agriculture d’un royaume universel ou mondial.
Tous ces spécialiste en « sciences sociales », ont en commun de ne tenir compte que de ce qui informe l’âme par le bas, le monde du mental et de ses cinq sens, le monde des « forces telluriques ». Et quand ces spécialistes rencontrent quelques phénomènes dont la cause est manifestement en Haut, ils se livrent à des acrobaties logiques pour prouver que cela vient d’en bas (de l’histoire). Ils veulent ne connaître que le sens évolution et nient le sens involution, comme un électricien qui prétendrait ne tenir compte que d’un seul pôle du courant électrique.

Inclusivisme et open société sont le complément du transhumanisme anglo-saxon des deux W Washingtonisme, Westminsterisme dans la dualité en marche accélérée :

- Soit la victoire de ce monde actuel Luciférien, Prométhéen, où toute évolution vers les Mondes Libres sera interrompue et il sera procréé à la place une évolution statique, ARTIFICIELLE, dans les trois Règnes : Minéral, Végétal, Animal et Humain. Monde de « l’homme augmenté », monde du « chatGPT » et de l’I.A soumettant l’humain réduit à un claviste entrant quelques mots-clés.
- Soit la victoire du monde de l’Unité originelle, l’Âge d’Or, le Saint Chaos, les Eaux Primordiales.
Dans un cas comme dans l’autre, le ‘Bien’ disparaît, et seule demeurera : ou bien la victoire du monde du « Complexe de Prométhée » (1), ou bien la victoire RE-trouvée de l’Unité Originelle. De toutes les façons, on ne peut pas empêcher les gens de s’éclairer à l’électricité et de communiquer par téléphone, filaire, ou par ondes, ou les empêcher d’utiliser un ordinateur personnel. De toutes les façons, la technologie se retourne contre son inventeur : les lointains humanoïdes qui découvrir le feu vulgaire commencèrent à adorer le soleil (au lieu de l’honorer au sens du CHRIST), ce qui donnera la thermodynamique avec la métallurgie : flèches, lances, épées, cuirasse, canons et boulets de canons, fusil, bombes, tanks, avions, etc. Ça s’appelle la CO-PRODUCTION CONDITIONNÉE : l’humain est entrainé trop loin par sa propre technologie, et c’est ce COMPLEXE DE PROMÉTHÉE, LA DICTATURE DE L’UTILITAIRE, LA DICTATURE DU FAIRE/FER.

DICTATURE DU FAIRE/FER par la technologie de la thermodynamique : les Amérindiens avec leurs arcs et leurs flèches se sont laissé décimer par la technologie des navires des Conquistadors, de leurs chevaux et de leurs fusils et canons, et par leur protection par des armures métalliques étincelantes au soleil. Par la suite aux 18 et 19è siècles les Amérindiens ont acquis des fusils mais c’était trop tard. Ainsi les pays se font la course digne d’une cour de récréation des écoles du judéo-maçon Jules Ferry : à savoir qui a la « plus grosse » (voiture, ou la plus puissante technologie ; c’est donc aussi sexuel….). On le voit de nos jours avec les pays qui fournissent des armes à l’état sioniste et à l’Ukraine.

Le concept d’open société est celui anglo-saxon DE L’UTILITÉ : LA VOLONTÉ D’INTELLECTUALISER OU DE TOUT « NUMÉRISER ». AINSI ON PERD LE SENS VITAL DE TRANSPARENCE DES EAUX PRIMORDIALES QUAND ON LE COAGULE, comme le fait le pragmatisme juif d’un Soros et d’un Bergson (déjà croyant à ce socialisme ou ”société ouverte”), sous la dépendance unilatéral DU PRINCIPE D’UTILITÉ, D’EFFICACITÉ, et le transhumanisme c’est le principe winneriste d’efficacité, désormais facilité par la technologie galopante du capitalisme.
Comme écrit si clairement Gaston Bachelard dans : La psychanalyse du feu, chapitre : Le complexe de Prométhée : « Nous proposons donc de ranger sous le nom de COMPLEXE DE PROMÉTHÉE toutes les tendances qui nous poussent à savoir autant que nos pères, plus que nos pères, autant que nos maîtres, plus que nos maîtres. […] Le complexe de Prométhée est le complexe d’Œdipe de la vie intellectuelle ».

Transhumanisme et évolutionnisme juif = disparition de l’être humain générique, disparition des ESSENCES PAR LA TECHNOLOGIE : Un descendant d’esclaves noirs parle du danger de la technologie : « Nous les Noirs, nous avons pu sauvegarder notre identité culturelle et religieuse parce que nous n’avons rien écrit. Ce qui peut paraître un manque est justement notre force ». (Émission Thalassa du 5-4-1991). Ce descendant d’esclaves noirs est comparable au FIDÈLE D’AMOUR ET DE SON DIEU ou de son PRINCIPE, SON ESSENCE (2): « C’est que je veux bien fabriquer, ce que j’ai fais toute ma vie. Mais je ne ne veux pas être « fabriqué ». Je veux être soumis aux ESSENCES mais non aux accidents [du spatio-temporel, et de l’ego de certains qui sont malade du pouvoir]. C’EST CELA LA « LIBERTÉ ». (Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux, lettre 47 du 21-1-1978).

CET ÉCHANGISME VALORISTE HUMANO-TECHNOLOGISTE MAINTENANT ACCÉLÉRÉ EST LE SYMPTÔME DE LA RACINE DU MAL :
 
- Quelle est donc la racine du mal ?
- La « saisie » [loi de succion vulgaire à distinguer de la Vraie Loi de succion ou Eucharistie, mais ne pas tomber dans la gloutonnerie spirituelle qui existe aussi, c’est-à-dire ne pas tomber dans LA FIXATION OU COAGULATION D’UNE SPIRITUALITÉ COMME FIN EN SOI OU COMME « FIN DES TEMPS » !].
- La saisie de quoi ?
- La saisie du triple monde [de la Forme, du Désir, du Sans-Forme ; le connaisseur, la connaissance et le connu].
- Comment arrêter cette saisie ?
- En recourant à l’introuvable, car dans l’introuvable il n’y a pas de saisie.
- Qu’est-ce que l’introuvable ?
- La fin du dualisme.
- Qu’est-ce que le dualisme ?
- La vision d’un dedans et d’un dehors, lesquels sont introuvables.
(Soûtra de la Liberté inconcevable, chapitre V, 14)
Le DEHORS étant surtout maintenant l’égrégore devenu autonome.

Bref, tout se résume encore par la dualité suivante :
- Le soleil adoré par les « hommes des cavernes » qui donnera la thermodynamique et la métallurgie, puis les armes etc. Donc LA FUITE EN AVANT, LA FLÈCHE DU TEMPS, L’ENCHAÎNEMENT STÉRILE SANS FIN DES CAUSES ET EFFETS, DONC TOUJOURS DE L’UTILITARISME À LA BERGSON ET SOROS : du Pour-Voir et racine du mal.
- Le soleil HONORÉ en tant que ALAUNOS en gaulois, remonte à une racine AL ou EL (3) :
Soleil, Christ, nourrir, cf. alma (source), le vieil irlandais alim, le latin alere, le vieux norrois ala (nourrir), le grec ânaltos (insatiable).
Autre étymologie possible et se rapprochant du GATE GATE : ERRANT.
ALAUNOS : Vraie Loi de Succion.
IACCOS : sain, cf. le grec âkos (remède).


Notes.
1. Feu de Roue = Je suis ce JE-SUIS.
Par contre, du point de vue ”politique”, lorsqu’il s’agissait de tirer le Soleil (tribus d’Israël) levant de sa captivité, c’est Élohim qui parle à Moïse et non Jéhovah, ou plutôt le Vrai Jéhovah au sein du BUISSON ARDENT lorsqu’Il se définit Lui-même : « Éheiéh ashèr Eheiéh » (Je serai celui qui sera), ce que la version des Septante transforme en ”Je suis celui qui suis” ou ”Je suis ce JE SUIS”. Car fixer l’Ici et Maintenant est l’exacte même impossibilité de ”sortir” de l’Univers pour « l’améliorer », et donc « s’améliorer soi-même » (mode actuel du ”développement personnel” et donc de l’ego), c’est-à-dire jouer au complexe de Prométhée, ce que lorgne les transhumanistes et autres Google !

Complexe de Prométhée = voler le feu, se prendre pour Dieu au sens de l’efficacité, donc au sens de la vulgaire loi de succion ou PLOMB, PESANTEUR.

2. ESSENCE = CE QUE NE PEUT JAMAIS ÊTRE ILLUSOIRE, PARCE QUE LA SEULE RÉALITÉ.
« Le Soi ne peut jamais être illusoire. Il est la seule Réalité. Ce qui apparaît doit également disparaître, ce n’est pas permanent. Le Soi n’apparaît jamais et ne disparaît jamais, il est donc permanent ». (Entretien 363).
Le mot « Essence » peut se définir à travers l’entretien 363 du 20-2-1937 de Ramana Maharshi, le guide : « Par « guides spirituels », nous entendons ceux qui sont « spirituels » [entre guillemets parce que ce mot est un fourre-tout] par opposition à ceux qui sont « matériels ». L’Esprit est illimité et sans forme. Il en est de même du centre spirituel. Il n’y a qu’un seul centre de cette sorte. Que ce soit en Occident ou en Orient, il ne peut être différent ; ni être localisé d’aucune manière. Étant illimité, il inclut les guides, les hommes, le monde, les forces de destruction et de construction. Il n’y a pas de distinction. Vous parlez d’établir des contacts parce que vous pensez que les guides spirituels sont des êtres incarnés. Mais les hommes spirituels ne sont pas des corps ; ils n’ont pas conscience de leur corps. Ils ne sont qu’esprit, sans limite et sans forme. Ils sont toujours en unité entre eux et avec tous les autres ; bien plus, ils englobent tout.
L’Esprit est le Soi. Si le Soi est réalisé, ces questions ne peuvent pas s’élever ».

ESSENCE : ce qui existe de toute éternité à l’état latent, en Vraie Télépathie, et qu’on a appris à connaître au fur et à mesure de l’évolution de notre cerveau. Ce qui n’a pas l’Essence ne peut produire l’Essence. « L’essence qui voit est la seule chose qu’on ne puisse attribuer à rien » dit Le Secret de la Fleur d’Or. « Mais, lorsqu’on voit le voir, si ce voir n’est pas le voir, l’essence qui voit est alors aussi attribuable à quelque chose. Cela renvoie à l’essence qui voit, telle qu’elle s’exerce dans la continuité répétitive de la conscience habituelle - ce que les Écritures bouddhiques évoquent en ces termes : « Faire usage de la conscience habituelle et répétitive [la raison], c’est faire erreur ». L’AVERTISSEMENT TRADITIONNEL : « NE POINT ATTACHER UN INSTANT QUI PASSE À UN AUTRE INSTANT ».

3. EL ou AL-Khimia (chimie). Khimia en Arabe, du Grec Khémia : magie noire, de la racine Égyptienne Kêm (noir). Kemit : le terre noire ou réunion des 2 contrées d’Égypte. ALCHIMIA : herbe.
2 - KHIMÉRA – KHIMAIRA : CHIMÈRE ou rêve ou monstre mythologique en grec, ou folie. Chimère, c’est le gouffre des représentations imaginaires avec ses dangers. Le Gouffre sans fond.
3 - ALQUIMIE = AL le Soleil EL, principe Divin qui mit E ou tridents du E Trinité. Rassembler le Tout dans le principe/origine à partir de ce principe/origine.
EL devrait se prononcer AL. « Or, d’après Higgins, ce mot signifie le Dieu Mithra, le Soleil, le conservateur, le sauveur. Sir Williams Drummond (dans Œdipus judicus, p.350) montre que Beth-EL signifie la Maison du Soleil, en traduction littérale, et non de Dieu. « El, dans la composition de ces noms Chananéens, ne signifie pas Deus mais Sol. C’est ainsi que la Théologie a défiguré la Théosophie antique et la Science l’ancienne philosophie », écrit H.P. Blavatsky dans Isis dévoilée, vol.1, p.70.

En note de bas de page elle ajoute : « Les premiers Père de l’Église et les théologiens qui les ont suivis se sont trouvés dans l’absolue nécessité de commettre ces pieuses fraudes. C’est évidemment parce que, q’ils avaient laissé subsister le mot AL tel que le donne l’original, il devenait trop clair, sauf pour les initiés, que le Jéhovah de Moïse et le Soleil étaient identiques. Les multitudes ignorant que les anciens hiérophantes ne considéraient le soleil visible que comme un emblème du soleil central invisible et spirituel, auraient alors accusé Moïse, comme l’ont fait d’ailleurs beaucoup de commentateurs, d’adorer les corps planétaires et, en un mot, de s’être rendu coupable de Sabianisme ».
Voilà pour le mot AL, EL.

Quant au Re, déjà au Moyen-Âge, devant une voyelle il indique le recommencement d’un même procès : refonder (rebâtir), régendrer (repousser. Préfixe indiquant le retour à la position antérieure : revenir (retourner au même endroit).
Ne pouvant exister qu’un SEUL RÉ-EL, il manquera toujours à pourvoir le re-connaître, plus qu’une telle re-connaissance implique, par son RE, la dualité sujet-objet ou un extérieur, un autre, que sa propre re-connaissance EXCLUT.
C’est comme si le monde du spatio-temporel devait demeurer étranger au monde qu’il expliquerait ; il ne peut faire corps qu’avec l’expliqué : sujet et objet doivent se marier.
Le système du SALUT, mis en place par les 3 religions abrahamistes est totalement contre la Réalisation du Soi ou Instant, le ici et maintenant. En effet, le système du Salut PROJETTE : le Salut ou bonne santé NE DOIT JAMAIS SE RÉALISER ICI ET MAINTENANT : par là même ils inventent une sorte « d’autre », un espace-temps que j’appel HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule).
 
 

Dernière mise à jour : 26-03-2024 19:19

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >