Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le mental humain détruit absolument tout
Le mental humain détruit absolument tout Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 14-04-2024 21:53

Pages vues : 125    

Favoris : 23

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Bolchevik, Carotte, Celtes, Conformité, Dragon, Banques, Conditionnement, Consommateur, Dehorscratie, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Intelligence artificielle, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Marxengelsisme, Nation, Or, Penser, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Sionisme, Soleil, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
mentalinterdicerveau_crane.png
 
 
Le mental humain détruit absolument tout
Parce qu’il ne sait pas s’en servir,
l’être humain est une création du Désir
au sens de Vraie Loi de Succion, comme
CON-TEMPLER (de con : avec, et temple :
faire un avec le Temple), il n’est pas
une création du besoin ou de l’utilitaire,

ce sont actuellement les Juifs tels les
frères Oppenheim qui propagèrent la création
de besoins, la création de méthodes et de
concepts, des opinions, DES REPRÉSENTATIONS
À LA HOLLYWOOD à n’en plus finir.


Ce monde des besoins et de faire ses besoins : CHIER. monde de MERDE, monde de la BOURSE et du MARCHÉ où l’on fait ses besoins.
 
 
En 1840 les frères Abraham et Simon Oppenheim déclaraient ceci : « Vendre une perle que vous avez à quelqu’un qui en a envie, ce n’est pas faire des affaires ; mais vendre une perle que vous n’avez pas à quelqu’un qui n’en veut pas, voilà ce qui s’appelle faire des affaires ». (Réf. page 451 du livre de Jacques Attali, Les Juifs, le monde et l’argent).
Que copia probablement Jacques Lacan : ”L'amour, c'est offrir à quelqu'un qui n'en veut pas quelque chose que l'on n'a pas“.
Saisir = déception….. Et principe de L’IDOLÂTRIE DE LA MARCHANDISE : LA DROGUE, LE BESOIN, LA DÉMOCRATIE : FABRIQUER LE CONSENTEMENT-CONSOMMATEUR ET AINSI ÊTRE FORCÉMENT PERPÉTUELLEMENT DÉÇU, BLASÉ, INSATISFAIT, ANGOISSÉ (d’où le principe sans fin et qui a toujours faim des RÉFORMES… ”Agiter le peuple avant de s’en servir”…).
RESSENTIR L’ATTRACTION ”UNIVERSELLE” OU LOI DE SUCCION EN UN APPÉTIT INSATIABLE.
Emprise mentale ou racine du mal : la dualité Dedans-Dehors avec naissance de la SAISIE.
Exemple parfait d’emprise mentale des Oppenheim dans le capitalisme juif et leur ”mise en valeur du temps” pour soi-disant ”racheter les péchés” (système du tikkounolamisme rabbinique ou réparation), LA CRÉATION DU BESOIN, LA CRÉATION DU SUPERFLU OU DE L’ARTIFICE, LA CRÉATION DE LA TROMPERIE (le eyes candy, le bruit, le speed nécessairement mercantile).
La création du superflu l’est évidemment toujours au « bien de tout », du genre toujours le même, LE SOCIALISME : « La poussière connectée » va redéfinir l’interaction entre les hommes et leur environnement et va créer de nouvelles méthodes pour travailler et délivrer des services tout en réduisant les coûts de process ». TOUJOURS LES BESOINS. À quand des POUSSIÈRES CONNECTÉES PIRATÉES ?

DEPUIS LA DÉCOUVERTE DU FEU VULGAIRE ON FAIT CUIRE LES ALIMENTS POUR LES RENDRE PLUS DIGESTES : SYMPTÔME DU REFUS DU SEUL RÉEL, qui va créer la résignation de sa propre Liberté au profit de l’ordre imposé par les créateurs du besoin et de la valeur, qui est un aspect fondamental DU REFUS DU SEUL RÉEL, UN DES NOMBREUX MÉCANISMES DE DÉFENSE QUI ENTRENT EN JEU QUAND LE RÉEL EST PERÇU COMME CRU-EL, PAS CUIT, INDIGESTE : ON PRÉFÈRE L’ARTIFICE-ARTIFICIEL : LA VIANDE GRILLÉE POUR S’ENVOYER EN L’R.

On ne peut pas toujours nier le Seul Réel et se réfugier dans l’artificiel comme la fuite en avant du monde actuel vers cet artificiel, et ainsi décider que perçoit n’existe pas : voie de la maladie mentale, qui n’est pas ouverte à tous (« N’est pas fou qui veut », devise du psychiatre Henri Ey).
Ceux qui travaillent à l’amélioration de la condition humaine on généralement cessé depuis longtemps de vouloir du bien à quiconque ; un bon exemple et actuel est donné par l’« entité sioniste » et ses « alliés » qui foutent le chaos partout !
L’actuelle manière d’accepter le Seul Réel ou manière de le FAIRE CUIRE, est bien-sûr le ”COMME SI” : l’accepter sous condition, sous réserve messianique qu’il n’arrive jamais, ou mieux, qu’il soit porteur de signification donc d’utilité à saisir. Il n’y a pas ici de rejet du Réel mais DÉGUISEMENT, ARTIFICE, MASQUE, RIDEAU du sens déterminant un ESPACE PROTECTEUR entre l’humain et le Seul Réel. Le ”COMME SI” permettra alors de présenter UNE VERSION DU RÉEL BIEN CUITE OU ÉDULCORÉE, RASSURANTE, DÉLESTÉE DE CHOSES INDÉSIRABLES, TELLE PAR EXEMPLE LA GRATUITÉ-AMOUR ! ET ICI-BAS LA GRATUITÉ DE LA SOUFFRANCE (1) ET REVERS DU PLAISIR.

Et surtout, le ”COMME SI” ou l’artifice offre une prothèse de protection à l’usage de ceux qui, privés de destination naturelle, ne sauraient pas où aller. La PEUR D’EXISTER SANS NÉCESSITÉ, AGIR SANS CAUSE OU CAUTION, ALLER DANS LE MONDE OÙ RIEN N’EST PRÉVU, RIEN N’EST JOUÉ, OÙ RIEN N’EST NÉCESSAIRE MAIS OÙ TOUT EST ENCORE POSSIBLE. MAINTENANT, AVEC LA TECHNOLOGIE DES INDUSTRIES DU CAPITALISME, C’EST IMPOSSIBLE.
Car cette Réalité ne semble par cuite, elle est trop crue et donc indigeste pour l’humain surtout conforté par un DEHORS TUEUR-PREMIER. C’EST POURQUOI CERTAINS ONT INVENTÉS LE MESSIANISME, LA PROJECTION, LA FLÈCHE DU TEMPS : LE RÉEL N’EST PAS ICI ET MAINTENANT MAIS UN PEU PLUS LOIN, DANS CETTE MISE EN VALEUR DU TEMPS ; et LA SIMPLICITÉ, LE GRATUIT-AMOUR, LA SINGULARITÉ, ne sera pas perçue mais remise à plus loin dans une mise en valeur du temps : un messianisme, un « a-venir » (du a privatif et venir : qui ne doit pas venir).

L’humain refuse le GRATUI-AMOUR, IL REFUSE DONC LA RÊVERIE :
ce qui relie le petit au grand, la vie d’une braise et la vie du monde. L’être fasciné entend l’APPEL DE LA BRAISE. Pour lui, le SURFEU de la Braise, ou de la flamme de la bougie, est plus qu’un changement, C’EST UNE TRANSMUTATION au sens Alchimique.

Près d’un feu de camp la nuit, où se trouve de nombreuses braises, il faut s’asseoir, il faut se reposer sans dormir et accepter la RÊVERIE. Évidemment c’est contraire à l’utilitarisme mercantile de ce monde capitaliste, où seuls les intérêts comptent. Non seulement le feu chauffe, mais il cuit les viandes, et certains y faisaient brûler leurs frères et sœurs humains.

La création d’un besoin chez les paroissiens des frères Oppenheim est la conséquence biologique de leur mutilations, circoncision, au huitième jour de leur naissance : ILS DEVIENNENT DES TRAVAILLEURS DU CHAPEAU (le mental), et seront de grands analystes (psychiatres, banquiers, traders, commerçants, artistes, prix du dynamiteur). Cependant, savoir et fabriquer des besoins, ne signifie pas nécessairement une volonté de puissance ; c’est plutôt un ”COMME SI”, un artifice appelé « INTELLECTUALITÉ » (mental, travail du chapeau…) ; un principe absolu d’UTILITÉ, un PRAGMATISME et POLITISME particulièrement développé chez les mutilés au huitième jour de leur naissance (le régime républicain, c’est pour eux).
L’ÉVOLUTIONNISME, C’EST POUR EUX : L’ALLIANCE AVEC « DIEU » LES BOOSTENT (les augmentent) en une spécificité typiquement humaine et qui conduit maintenant à la destruction. C’est le COMPLEXE DE PROMÉTHÉE, complexe d’Œdipe de la vie intellectuelle, pour suivre Gaston Bachelard dans, La psychanalyse du feu.

La Braise ou la Flamme de la bougie est universelle. Tel un SOLEIL : il brûle dans l’enfer et dans la cuisine, et réconforte par un jour de pluie et fait pousser les récoltes. IL EST SHIVA : le Transformateur des êtres dans sa fonction de dissolution et de destruction.
ATTENTION : la découverte du feu vulgaire et sa domestication est à la base du SOCIALISME, DE LA RÉPUBLIQUE : LE FEU VULGAIRE, COMME LE FEU DE CAMP, EST SOCIALISTE : on parle bien de « foyer » (asile, abri, habitation, domicile, ménage) ; LE FEU VULGAIRE SERA ALORS UN ARTIFICE, IL N’EST DONC PAS NATUREL, parce que le « respect du feu » (contrat social) est un respect enseigné, il n’est pas un respect naturel, et analogie avec le « feu nucléaire » jalousement conservé par les « grandes puissances », pour que les « petites puissances » ne puissent pas s’en emparer ou ne puissent pas en réaliser un pour eux-mêmes, guerre actuelle et imbécilité infantile du « camp du bien » contre le « camp du mal ».
Quand commence chez l’humain le concept d’INTERDICTION ?
Il commence dès l’installation du social.
L’expérience naturelle ne vient qu’en second lieu pour apporter pour apporter une preuve matérielle… L’Église de Rome faisait brûler les anti-sociales, ceux qui n’adhéraient pas au « contrat social ». Le feu vulgaire est donc LE PREMIER GARDIEN DE L’ORDRE. L’interdiction sociale sera nostre première connaissance générale sur le feu vulgaire. Ainsi le phénomène naturel est rapidement noyé dans le DEHORS du social, complexe, qui ne laisse aucune place pour la Connaissance naturelle, surtout à notre époque de smartphonisme aliénant des industries du capitalisme.
Dès lors, les INHIBITIONS qui conduisent souvent chez le psychiatre sont en premier des INTERDICTION SOCIALES (le respect du fameux « contrat social »)

LE FEU NATUREL OU VRAI SOLEIL EST LE CHRIST, LE ICI ET MAINTENANT OU BLANC DE L’INSTANT, LE FOYER DU POINT FOCAL, LA COÏNCIDENTIA OPPOSITORUM (fusion des contraires). LE POINT C’EST LE TOUT, OU POINT SUR LE I (Axe). Ainsi on peut s’interroger sur le POURQUOI ON RESPECT LE SOCIAL-FEU, ET ON IGNORE LE PRINCIPAL : LA POINTE ? La Point ou FLÉAU, le X du ”N’EST PAS X(2).

N’EST PAS INSIGNIFIANT QUI VEUT, surtout à nostre époque de complexité sans fond, évolutionniste, et de winnerisme de l’après 1789 français où tout le monde est devenu le roi.
(Être Insignifiant ou insaisissable).

« Ceux qui désirent intensément le Soi, le simple état d’Être qui transcende tous les concepts [et opinions], ne désirent rien d’autre ».

Notes.
1. - Q. : Pourquoi le samsāra – la création et la manifestation sur le plan du « fini » – est-il plein de souffrance et de mal ?
- M. : C’est la volonté de Dieu.
- Q. : Pourquoi Dieu veut-il qu’il en soit ainsi ?
- M. : C’est impénétrable. Aucun mobile ne peut être attribué à ce Pouvoir – ni désir ni finalité ne peuvent être conférés à ce seul Infini, cet Être omniscient et omnipotent. Dieu n’est pas affecté par les activités qui se déroulent en Sa présence ; tout comme le Soleil face aux activités du monde. Il n’y a aucun sens à vouloir attribuer à l’Unique une responsabilité ou une motivation, avant qu’il ne devienne le multiple. Mais la volonté de Dieu, régissant le cours prescrit des choses, fournit une bonne solution au problème du libre arbitre (vexata quaestio). Si notre mental est agité par le sentiment d’imperfection et d’insatisfaction de ce qui nous arrive ou de ce que nous avons commis ou omis, alors il est sage d’abandonner le sens de la responsabilité et du libre arbitre et de nous considérer comme l’instrument prédestiné de l’Omniscient et Omnipotent afin d’agir et de souffrir selon Son bon plaisir. C’est Lui qui se charge de tous les fardeaux et qui nous donne la paix.
(Ramana Maharshi, entretien 28 du 4-2-1935).

2. Un exemple du « N’EST PAS X », dans le Soûtra du Diamant, V, à propos du Libéré vivant, le Tathagata :
« Dis-moi, Subhûti, peut-on voir le Tathagâta dans les marques d’excellence qui le parent ?
- Certes non, Bienheureux, on ne verra pas le Tathagâta dans les marques d’excellences qui le parent. Pourquoi ? Parce que, comme l’enseigne le Tathagâta, ce qu’on appelle ”marques d’excellence” ne constitue nullement des marques d’excellences ».
À ces mots, le Bienheureux répondit au vénérable Subhûti : « Subhûti, tout ce qui comporte des marques est trompeur. Tout ce qui est dépourvu de marques ne recèle aucune tromperie. Ce n’est donc pas à ces marques que l’on reconnaîtra le Tathagâta, car dans ce qu’on appelle ”marques” on ne trouvera rien de tel que des ”marques” ». (Soûtra du Diamant, V).

”Dans la question ”Qui suis-je ?”, le ‘je’ désigne
l’ego. En essayant de suivre sa trace et de trouver
ainsi sa source, on s’aperçoit qu’il n’a pas
d’existence séparée mais qu’il se fond dans le
Vrai ‘Je’”.
”Quelque soit la voie que vous suivez, vous devez
vous perdre en l’UN. L’abandon [Putréfaction,
Renoncement] n’est complet que si vous arrivez au
stade où vous pouvez dire : ”Tu es Tout” et
”Que ta Volonté soit faite”.

”Dans la Réalité il n’y a ni dvaita [dualité]
ni advaita [non-dualité], mais CELA qui est, EST.
L’abandon de soi paraît facile parce que les
gens s’imaginent que, s’ils prononcent simplement
les mots ”Je m’abandonne” et remettent leur
fardeau au Seigneur, ils sont libres et peuvent
faire ce qu’ils veulent [façon ”libéralisme” du
protestantisme anglo-américain : le self].
Mais en réalité, une fois que vous vous êtes
abandonné, vous ne pouvez avoir ni préférences
ni aversions [donc délivré de l’opinion]. Votre
volonté doit disparaître, laissant la place à
celle du Seigneur.
Cette mort de l’ego n’est pas différente du jnâna
[celui qui a réalisé le Soi].
Ainsi, quelque soit la voie que vous empruntez,
vous devez arriver au jnâna, à l’Unité”.
(2-1-1946).
 
C’est-à-dire que le ”arriver au jnâna” ne veut pas
dire être en possession de quoi que ce soit ou en
possession de quelque réalité de Libéré vivant dans
l’Éveil insurpassable, authentique et parfait.
Le ”vous devez arriver au jnâna” signifie que dans
cet état on ne peut concevoir la moindre réalité.
En conséquence, on ne fait, éventuellement, que de
parler d’Éveil insurpassable, authentique et parfait.
Cela correspond au Thème de la Carotte, ici la
SUPER CAROTTE, qui n’est évidemment pas une SUPER
CAROTTE, c’est pourquoi elle peut être ici l’objet
de sa mention.

SEUIL, PASSAGE : QUADRATURE ou TRANSPARENCE du Circulus et aussi définition de l’ÉVEIL INSURPASSABLE, AUTHENTIQUE ET PARFAIT.
Si bien que le Fruit de la Simplicité unique qu’on appelle ”Fruit de la Simplicité unique” (I), le Réalisé vivant dit que le Fruit de la Simplicité unique (II) N’EST PAS le Fruit de la Simplicité unique (III) ; et c’est bien pourquoi on l’appelle ”Fruit de la Simplicité unique” (IV).

Le Libéré Vivant ou Réalisé Vivant est comparé au reflet dans un miroir sans tâche [miroir clair ou sans tain] dans un autre miroir semblable. « Que peut-on trouver dans un tel reflet ? Le pur akasha [éther, ou Lumière de la Conscience]. De même, la Félicité reflétée du jnâni [Sage, Bienheureux] représente la véritable Félicité (ânanda).
Ce ne sont là que des mots. Il suffit que la personne devienne antamukti (tournée vers l’intérieur). Les shâstra [écritures sacrées] ne présentent pas d’intérêt pour ceux dont le mental est tournée vers l’intérieur. Ils sont destinés aux autres ». (Ramana Maharshi, entretien 513 du 16-9-1938).
MIROIR SANS TAIN = le SOIS TRANQUILLE ET SACHE QUE JE SUIS DIEU : « La seule chose permanente est la Réalité ; et cela est le Soi. Vous dites : « Je suis », « Je suis en train de marcher », « Je suis en train de parler, de travailler, etc. ». Ajoutez un trait d’union à « Je suis » chaque fois, et cela devient « JE-SUIS ». Cela est la Réalité permanente et fondamentale. Cette vérité fut enseignée par Dieu à Moïse quand Il lui dit « Je suis ce JE-SUIS ». « Sois tranquille et sache que JE-SUIS Dieu ». Donc « JE-SUIS » est Dieu ». (Ramana Maharshi, entretien 503 du 17-8-1938). Oeil du cyclone ou FLÉAU…. Le Centre est nulle part.
 
 

Dernière mise à jour : 14-04-2024 22:33

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >