Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Flèche du Temps et Nouvel Ordre Mondial
Flèche du Temps et Nouvel Ordre Mondial Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 03-07-2009 23:02

Pages vues : 6543    

Favoris : 645

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Esprit, Irrationnel, Nouvel Ordre Mondial, rationnel, Sacré, Temps


courbe_2000_2012_3pla.jpg
 
Flèche du Temps et Nouvel Ordre Mondial

Sacré vers non sacré
Non sacré vers Sacré
Nature regagne Nature
Ainsi nous échapperons à l’état de viande
pour le travail et les banquiers et pour le casse-pipe.
 
 
On marche sur la tête !

Nous suivons et subissons la fluidité de la Flèche du temps (voir la courbe) : basculement progressif de l’irrationnel et d’une ENSEMBLE, et du paganisme antique et de la royauté naturelle ; vers le rationnel, l’analyse et son découpage criminel, la doctrine et le soi-disant siècle des lumières et le matérialisme républicain (début de l’Europe), et l’INDIVIDUALISME, y compris le fait de penser par soi-même, et l’abandon de la sacralité. Le mot lumière étant dans la même famille que le mot feu, lumière peut vouloir dire une multitude de choses ! Par exemple une lumière peut éblouir au point d’aveugler, ou masquer quelque chose... Tout est donc une question de choix et d’équilibre... et on ne peut parler de lumière sans parler d’ombre ! la lumière et les ténèbres ne sont que les aspects successifs d’une seule et même réalité. Donc au début du 18è siècle on passe de « l’obscurantisme » vers « la lumière ». C’est encore une coupure de l’ensemble, car traiter d’obscurantisme les siècles passés c’est manquer du plus élémentaire respect pour ses ancêtres. Le siècle des lumières est peut-être le commencement de quelque chose d’autre, mais seulement sous forme d’un étroit et long passage, et nous sommes encore dans le passage ; la sortie semble maintenant pour bientôt.
 
Dans le mot rationnel il y a : raison, fonctionnel et pratique, judicieux, disponible pour tous (demain, on rase gratis) ; comme si c’était la « réalité » par opposition au rêve qui serait l’irrationnel. Le mot rationnel ferait même croire à une LIBERTÉ et à une souveraineté du peuple ; hors c’est plutôt une prison, une censure, une inquisition de la pensée que ce mot dégage.
Selon le dictionnaire Furetière, le « Livre de Raison » est un livre dans lequel un bon ménager (bon économe de son bien) ou un marchand écrit tout ce qu’il reçoit et dépense, pour se rendre compte et raison à lui-même de toutes ses affaires. (C’est bien matérialiste !).

Ainsi autrefois on s’en remettait à l’inconnu et aux mystères et à la magie, l’inconnu étant dirigé vers les nombreuses divinités ; et nous avons glissé vers une soi-disant connaissance, plus technologique que scientifique, dans le vrai sens de ce mot, et qui ne respecte pas un ensemble.
Le rationalisme et matérialisme en toute logique ne tolère plus l’irrationnel, ou si peu ; et par conséquent notre époque se vente de connaître beaucoup de choses, mais veut en connaître encore plus à coup d’appareils de mesures et d’expériences dites scientifique, sous la raison qu’une expérience dite scientifique doit-être reproductible en tout lieu et conditions normales et par n’importe qui. C’est justement là que vient l’erreur, un peu comme la médecine allopathique qui prétend soigner des millions d’individus avec un unique médicament (mondialisme), alors que chaque être est UNIQUE (là encore il y a rythme : on peut répéter des milliards de fois la même chose... à chaque fois cela sera différent ! Chaque feuille d’un arbre est unique et pourtant l’arbre forme un ENSEMBLE). Avec la médecine allopathique il n’y a pas ACCORD. Toujours dans la même logique on veut donc pouvoir CONNAÎTRE chaque individu, savoir ce qu’il fait et à chaque moment de sa vie ! d’où le glissement vers le mondialisme avec une pensée globale ou « la même soupe pour tout le monde ». On mesure, on fabrique, on veut des preuves, de la sécurité pour n’importe quoi : la santé, le travail et les finances, la justice et les lois, etc. Tout cela est dans la même logique du glissement de l’irrationnel vers le rationnel.
On veut des preuves sur le dieu monothéiste, les soucoupes volantes, les miracles, l’inexpliqué et le surnaturel, etc.

Mondialisme : Pensée unique, en opposition à « penser par soi-même » et souveraineté du peuple, hors le glissement rationnel voudrait qu’il y ait une liberté de penser par individu, et le pouvoir voudrait nous faire admettre « la même soupe pour tous » ! Il y a quelque chose qui ne va pas du tout !
La pensée des anciens étaient globale, oui, mais je ne vois pas ce qui pouvait empêcher chacun d’avoir ses propres idées ; il fallait simplement à certaines époques, sous l’emprise d’un dogme religieux inquisitoriale, ne pas les crier sur les toits, sinon effectivement on risquait de se retrouver quelques mètres sous terre ; c’est pourquoi les Alchimistes par exemple cachaient leurs idées dans des paraboles et des textes obscurs, pour éviter de se retrouver sur un bûcher.
 
 
Tableau de Francesco Guardi
 
 
I-rationnel, tout comme l’I-réel : sont seuls véritablement réel et Sacré puisque déployant de l’Énergie en répétition du Divin. (Tout ce qui est en haut [les rêves par exemples] est comme tout ce qui est en bas... et l’inverse). Seule la Sacralité est réelle ; plus l’homme est religieux et plus il est réel, plus il s’arrache à l’irréalité d’un devenir privé de signification comme nos modes de vie actuelle. Tout acte est apte à devenir un acte religieux, de la même façon que tout objet cosmique peut devenir sacré.
Je répète, les Anciens voyaient L’ENSEMBLE, par opposition à notre époque. Par exemple dans l’Égypte ancienne, le mot RÊVE s’écrivait resout (rswt) ; éveillé : res (rs) ; vent du Sud : resou (rsw) ; joie : rechout (rswt). Savoir, connaître : rech (rh) ; et l’inverse : conscience cher (hr).
Le Hiéroglyphe N, traduit par une ondulation, est on ne peut plus parlant : une vibration, un souffle de l’Esprit dans le cerveau ou l’arrivée d’une idée lumineuse. Bref un début de raison, ou de rationnel.
Le N véhicule donc une vague d’Énergie première (IN = dans) : IN-nervé (fournir du nerf ou ENervé ENergie), INcarner (devenir charnel).


Perte du Sacré.
L’irrationnel et le Sacré font peur ! Le surnaturel aussi. La perfection n’appartient pas à ce monde merdique ! Le Sacré est toujours dangereux pour qui entre en contact avec lui, sans être préparé, sans approches délicates ;  de là les innombrables rites et prescriptions pour entrer dans un temple par exemple.

On a perdu le « Culte des Pierres » : un objet devient Sacré quand il incorpore et révèle autres choses que lui-même. On a là la notion de « self » de la Pierre Philosophale, mais c’est même plus terrible car le Pierre agit sur la Matière ! La Pierre est dure, elle frappe, elle EST ET DÉFIE LE TEMPS.
Mais on a aussi perdu la compagnie de notre unique Lune : elle incarne le cycle, elle est le Métronome, elle influence tout le vivant sur Terre. On a perdu, sauf certains jardiniers et paysans, la force qui est dans la Lune. Par exemple des paysans de notre pays sèment encore à la nouvelle Lune ; mais ils taillent les arbres et ramassent les légumes quand la Lune est décroissante. Ainsi le rythme cosmique est respecté. Tout est vivant et la Vie est la même partout, cela forme un ENSEMBLE.

A l‘attention des hommes de pouvoirs et bousilleurs de la planète :
Lorsque l’un des quelconques modes de vie est souillé ou rendu stérile par un crime contre la vie, tous les autres modes sont atteints, en accord vibratoire de leur solidarité organique. Le sang versé empoisonne la terre.

L’EAU DE VIE ou Passivité agissante, le mental.
L’Eau de Vie ou Eau Vive : épreuve et consécration et quête, baptême et rajeunissement et donc transmutation. Mais comme tout est double, l’Eau de Vie ne vas pas sans l’Eau de Mort ou involution, ou dégradation.

L’EAU DE MORT ou Passivité négative, l’émotion.
L’Eau de Mort tue, mais colle les « morceaux » que l’Eau de Vie a dynamisé. L’Eau de Mort « tue la mort », elle corrompt pour donner la vie. On peut se consumer de soif !
La régénération du mort passe par une « dissolution » totale dans l’eau pour acquérir une nouvelle naissance. Il y a Passivité négative ou enterrement, avec un travail invisible comme la Putréfaction. On enterre les graines comme on enterre les morts ; il y a fertilité de la vie ; les morts aspirent à une renaissance, à une palingénésie dynamique.
 
M. R.
 

Dernière mise à jour : 04-07-2009 14:35

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >