Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Monde sous ordinateur
Monde sous ordinateur Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 19-11-2011 01:01

Pages vues : 3242    

Favoris : 402

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Église, Esprit, Europe, Goulag, Homéopathie, Inquisition, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur

 
Free Image Hosting at www.ImageShack.us
 
 
Monde sous ordinateur
Monde halluciné par l’ordinateur
Bientôt monde SANS ordinateur
Sainte Résistance de Transfert et Sainte Anode priez pour nous !


CONFORT = INFORMATIQUE = QUANTITÉ

INFORMATION = INFÂME BOUILLON DE CULTURE   


CONVENTION = CE QUI N’EST PAS NATUREL
 
 
AUCUN SYSTÈME AU MONDE ne pourra connaître LA SPONTANÉITÉ
 
 
 
ORDINATEUR : du latin Ordinatio : bon arrangement, mise en ordre, organisation ordonné disposition régulière, etc.
ORDINABILIS (latin) : qui peut être rangé, qui peut être classé, etc.
ORDINARE ordino (latin, verbe) : ordonner mettre en ordre, régler enchaîner commander, etc.

TO ORDINE (anglais)
ORDINARE (italien)
ORDINIEREN (allemand)
ORDINER (français)
ORDENAR (espagnol, portugais)
 
J’arrête là l’énumération des termes se rapportant à l’ordinateur qui peut prendre des proportions invraisemblables et gigantesques, comme on peut le lire dans le formidable et remarquable livre en deux volumes : Histoire universelle des chiffres, de Georges Ifrah. Livre très encyclopédique, et comme il concerne les chiffres, on y trouvera rarement une once d’irrationalité !!! sauf dans la partie dictionnaire des symboles numériques de la civilisation indienne.

Oui, nous somme enchaîné dans un RÉSEAU et l’engouement pour les « réseaux sociaux » est hallucinant et le piège parfait... Plus on communique... et moins on communique... D’ailleurs c’est un pléonasme de parler de « réseaux sociaux » à propos de la mode de ces systèmes, car la définition de RÉSEAU : tissus à mailles, très large filet, est très explicite !!! Et TOUTE l’informatique est comme cela, TOUTE, en l’état actuel des choses, donc du BINAIRE.

RÉSEAU = TOILE D’ARAIGNÉE = INDIVIDUALISME (moins on communique)

La base de tout cela, comme crié ici un grand nombre de fois est le dogme de l’OPINION, de la CONVENTION, et l’enfer de l’HUMANISME : vouloir péter plus haut que son cul, ou tragique « meilleur des mondes », ou DORG (Demain On Rase Gratis). Et comme déjà crié ici de nombreuses fois, je répète inlassablement que les COMMUNISTES GAGNENT, le monde devient communiste : le règne de l’OPINION, totalement devenu mature, prend le masque de l’Universel en renversant les rôles : Ce sont les accidents qui engendrent les Essences, ce qui est la marque parfaite du satanisme absolu. Nous sommes entré dans un monde satanique absolu grâce aux philosophistes du siècle des loupiottes, à Karl Marx et compagnie. Ainsi dans la suite de la République façon 1789, qui finira par donner le système communisme, peut importe de quel pays, il se trouve une catholicité (sens d’universalité comme le mot l’indique) en creux, comme l’envers d’un cuivre repoussé.
À cela s’ajoute un sentimentalisme social : le DORG, fabriqué notamment pas l’Église de Rome. Le Vatican et un endroit démoniaque qui participe activement au nouveau communisme ou NOM (Nouvel Ordre Mondial).

Comme Jean Coulonval (Livre : Synthèse et Temps Nouveaux), je ne veux pas « être fabriqué ». Je veux être soumis aux ESSENCES mais non aux accidents. C’EST CELA LA LIBERTÉ. Les accidents sont le dogme tyrannique de l’OPINION et des CONVENTIONS.
ACCIDENT : ce qui vient par les cinq sens. Aussi : rien ne vient à l’intellect que par les sens ;  sauf ce qui vient directement de l’Esprit.
Et Coulonval cite l’exemple de « mai 1968 », (que j’ai aussi vécu), où on pouvait entendre des jeunes étudiants lancer de monstrueuses conneries, « comme des gosses qui ont la colique mais qui ne savent pas ce qui va les guérir ». Ces « gosses » prétendaient dire aux ouvriers ce qu’est la condition ouvrière, eux qui étaient bien décidés à ne jamais tenir un outil de leur vie, qu’ils passeront dans les bureaux d’une cité administrative, genre le quartier de la Défense près de Paris ; où dans les services du management des Temples du Saint Binaire comme les magasins FNAC et autres grandes surfaces marchandes.

Réseau est bien-sûr à double sens : rapidité de circulation et prison (la toile... d’araignée). La FINANCE est désormais tributaire de l’informatique. Elle aussi est prise dans la toile.

ATTENTION : nos ordinateurs actuels ne savent que résoudre des problèmes de nature algorithmique, ceux dont la solution n’est exprimable que sous la forme d’un algorithme.

ALGORITHME : de algèbre. Système de numération décimale emprunté des Arabes. Suite finie, séquentielle de règles que l’on applique à un nombre fini de données, permettant de résoudre des classes de problèmes semblables. Ensemble des règles opératoires propres à un calcul ou à un traitement informatique. Calcul, enchaînement des actions nécessaires à l’accomplissement d’une tâche (automate).
(Définitions du dictionnaire Le Robert).
L’ALGORITHME est une succession de règles de base, simples, régie par une prescription précise et uniforme, permettant d’effectuer pas à pas : en séquence dans un enchaînement rigoureux, certaines opérations de type exécutable, en vue de la résolution des problèmes appartenant à une même classe. (Définition donnée par G. Ifrah).

Donc les ordinateurs n’exécutent que des opérations EN AVEUGLE, sans aucun discernement, que ce soit dans un sens semblant correcte, ou dans un sens totalement idiot. L’ordinateur était il y a quelques temps « Calculateur ».

Plein pot nous sommes dans le règne du MENTAL, de la RAISON chère aux philosophistes des loupiottes. En un sens le règne de l’ordinateur est une victoire pour tous ces philosophes de la raison résonnante.
En Chine, le mot pour dire ordinateur : dian-nao, veut dire : « cerveau électrique ». On voit tout de suite la tentative de transformation de l’être humain en une machine. Tout cela est encore lié au DORG, au communisme (voir le début d’article).


LA MACHINE DEVIENT LE MESSIE

Messie en forme de « cerveau électronique », Big Brother, qui abolira cette saloperie de démocratie, et exterminera toute l’espèce humaine !

Qui dit ordinateur dit ROBOT. Dans l’antiquité il y a le mythe du GOLEM tiré de la croyance sur la Magie des Anciens Égyptiens.
Le ROBOT a de tout temps frappé l’imagination des foules. Ainsi la machine SSEC de la compagnie IBM fut exposé dans les vitrines d’une importante avenue de New York en fin 1947. Comme devant les vitrines des grands magasins à Noël, des milliers de curieux se pressaient chaque jour devant les vitrines de l’exposition pour regarder clignoter les multiples lampes du calculateur, sorte de très gros sapin de Noël ! Bien-sûr dans la presse il s’en suivit plein d’articles à sensation, tout aussi tape à l’œil que les guirlandes lumineuses de Noël.
La symbolique « cerveau électronique » était réactivé dans l’esprit des instincts sociaux.
Bien-sûr IBM n’est pas la seule entreprise responsable de la robotisation de la civilisation, nombre de pionnier de l’informatique ont leur place dans cette responsabilité, en tentant d’établir, selon un anthropomorphisme orgueilleux, un parallèle entre les circuits électroniques et le système nerveux et synaptique humain.

Deux thèmes de la nature humaine :
- Instincts sexuels et donc de conservation, et, ou de plaisir (plaît Sir) pour d’autres.
- Instincts sociaux : éprouver une même aspiration (aimant) en commun avec d’autres. On appelle ça aussi le social, ou la sociabilité. (Sociable : associer). Et cela constitue la base du sentimentalisme religieux et politique. Avoir un idéal commun : par exemple le Demain On Rase Gratis, que nombre de pouvoirs veulent nous faire avaler. C’est donc un bien commun, une même soupe pour tous tel que veux nous la faire avaler le dogme communiste actuel du NOM (Nouvel Ordre Mondial).
Or le seule bien commun, la seule fraternité, la seule égalité, c’est la LIBERTÉ ; mais celle soumise aux essences, et pas celle soumise aux opinions franc-maçonniques ou de n’importe quelles églises ou chapelles politiques.

Le danger et en même temps le CONFORT d’utilisation de l’outil ordinateur, c’est qu’il effectue des tâches automatiquement jusqu’à l’usure de ses structures électroniques, mais seulement à partir des données qu’on lui a fournies. Il se substitue donc à l’être humain dans l’accomplissement de certaines tâches intellectuelles ; il permet aussi de faire face à des problèmes très complexes, qui sont au)delà des capacités de l’outil cerveau humain.

Le CONFORT c’est donc de décharger l’être humain du pesant fardeau du calcul et des tâches répétitives et fastidieuses. L’ordinateur permet à l’être humain de se consacrer plus efficacement à des tâches plus en rapport lui, et lui laissant tout pouvoir de VOLONTÉ.
Bref, l’ordinateur, même « quantique », restera longtemps, si ce n’est toujours qu’une machine.

Et c’est cette machine si puissante qui sert désormais à fabriquer de la propagande innommable comme depuis le 11 septembre 2001, et surtout depuis le début 2011 avec le Libye et la Syrie et l’Iran.
L’ordinateur évoque immanquablement les ergoteries des grecs et les règlements des Romains : classement, groupement, arrangement, organisation, hiérarchie, ordre, enchaînement ; donc un truc diabolique !

Deux grandes divisions concernant l’INFORMATION.
- Dans l’antiquité et jusqu’à la fin du 19è siècle, l’information circulait LENTEMENT.
- Depuis le milieu du 19è siècle, notamment grâce au chemin de fer, du télégraphe, l’information circule RAPIDEMENT.

Bizarrement les gens d’avant le 19è siècle communiquant plus ! peu importe la vitesse de l’information.

INFORMER : rendre informe : la même soupe pour tous. Telle est de nos jours la nature de l’information. Et la encore, comme dans l’informatique, on retrouve nos CONVENTIONS. Informer est bien donner une forme, mais comme c’est un système, un automatisme en informatique, il y a robotisation ou « même soupe pour tous » : in-forme : non formé !

INFORMATION :
conventions transformées en connaissance et mises en conventions pour être conservées, traitées, utilisées, diffusées.
INFORMATION = problème du CONTENU (une expression) et du CONTENANT (expression qui devient une forme). C’est le drame du SUJET-OBJET : récepteur-émetteur.
L’information donne la même forme à tous ! Dans le côté positif du mot INFORMATION, le mot IN (formation) correspond au IN anglais : dans ; donc l’information est : former dedans, organiser dedans ; mais ça peut rapidement se transformer en négatif et en même soupe pour tous... Car l’information c’est le FORMATAGE, STRUCTURER.
INFORMATIQUE : transformations de combinaisons de CONVENTIONS représentant divers informations en de nouvelles CONVENTIONS elles-mêmes porteuses de CONVENTIONS ! Bref, c’est l’Ouroboros !!! ou la prison par excellence, la robotisation de l’humain.

INTERNET = BALKANISATION du SAVOIR, soit morcellement par paquets ; ou morcellement politique d’un pays, d’un empire, soit une « atomisation ». Sur Internet on parle bien de DOMAINE DE RECHERCHE ! ce qui fait des Couilles en Or aux moteurs de recherche et leur donne une immense pouvoir.

INTELLIGENCE :
ce n’est pas la faculté de s’adapter rapidement et en manière de bon sens à des circonstances, c’est être DANS L’INSTANT.
Balzac écrivait : « Le génie a cela de bon qu’il ressemble à tout le monde et que personne ne lui ressemble ». Ou encore :
« Tous les hommes ont du génie s’ils sont capables de découvrir leur génie propre [réalisation du Soi]. Mais là est le difficile : car nous ne faisons guère que jalouser autrui, l’imiter et chercher à le dépasser, au lieu d’explorer notre propre fonds ». Une citation banale de L. Lavelle qui somme toute, ressemble à l’élève jaloux de la réussite de son camarade.

RAISON résonnante = INFORMATIQUE - LOGIQUE

Et logique actuelle = Kurt Gödel. Il a permit l’avénement de l’informatique avec l’un des inventeurs de l’ordinateur, Alan Turing.


INFORMATIQUE = FAUX - VIRTUEL


Effectivement, les machines non douées d’autonomie, au départ, sont obligé d’attendre que quelqu’un les assemble, qu’on les construise selon le bon vouloir de l’être humain ; alors que lui, il « fonctionne » dès LE DÉBUT, et même AVANT, au delà d’un Alpha et Oméga. Le jour où les machines seront capables de se réparer toutes seules, la civilisation humaine sera peut-être en danger. Cependant il ne faut jamais oublier que le CERVEAU humain n’est qu’un outil, un organe comme les poumons, l’estomac, etc.

La logique et donc l’informatique, peuvent tomber dans les idioties. En voici une assez connue, et bien sûr prenant référence sur les Grecs...

D’après un Grec de l’île de Crète ou logique et manière de raisonner *Vent* ou de lier les idées, ou « Art » de découvrir la « Vérité » ou bien « Art de FIGER la Vérité ».
C’est le rationnel tueur.
Le Grec affirme “ je suis un menteur ”. S’il l’affirme, il dit la Vérité, par conséquent il ne ment pas. Si ce qu’il dit (semble à 1ère vue vraie, à savoir qu’il n’est pas menteur), n’est pas vrai ou est faux à 2ème vue ; puisqu’il dit “ je suis un menteur ”, à 2ème vue, il ment ! ou bien “ il ment vraiment ” !
 
grec_menteur.jpg
 
Un autre protagoniste de l’informatique fut von Neumann, dont les ordinateurs actuels utilisent l’architecture logique de Neumann qu’on retrouvait dans les premiers « ordinateurs domestiques », les PET Commodore, VIC 20 et Apple à la fin de 1981 ; les « disques durs » de l’époque étaient les cassettes audio !
 
 

Dernière mise à jour : 19-11-2011 01:31

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >