Accueil arrow News arrow Dernières news arrow La république mortifère et satanique
La république mortifère et satanique Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 15-03-2014 17:28

Pages vues : 3743    

Favoris : 470

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Merde, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
logo_repub_franc_oligar.jpg
 
 
La république mortifère et satanique
Imbécilité républicaine depuis 1789
Cette république anti-sociale
et toujours guerrière
 
 
Il est temps de passer à l'arrêt-public : le Centrum Centri ou Réalisation du Soi-Instant. Personne ne viendra nous sauver de nous-même, aucun messie extérieur, aucun Christ ; nous sommes les seuls à pouvoir nous sauver chacun de nous en en faisant bénéficier naturellement les autres. La libération EST NOTRE ÉTAT NATUREL, donc aucun guru ou messie à attendre ; de même il n'existe aucun "péché originel", ce n'est qu'une opinion qui entraîna la ruine et la mort sur cette planète pendant de trop nombreux millénaires.

Il est temps de passer à l'arrêt-public : aujourd'hui nous n'avons que des usines et des bâtiments "flambants neufs", du toc où l'on enferme les esclavages salariés pour une vie de grincheux, de sans joie. Et l'on peut essayer de les enjoliver pour faire plus "démocratie", c'est-à-dire en faire des cages dorées, ainsi ce seront toujours des cages.
 
Il est temps de passer à l'arrêt-public : cette course démentielle à la "croissance", comme un drogué auquel il en faut toujours plus parce que sa drogue ne fait plus d'effet : "gagner de l'argent", soif de l'Or, soif de la possession ou acquisition, qui a cette propriété particulière de s'accroître au fur et à mesure qu'on a cru la satisfaire ; comme si elle portait en elle-même sa propre punition. On appelle ça aussi le PROGRÈS.

Si seul un Roi peut être plus humain qu'un président d'une république de l'après 1789, le roi figure encore l'étatisme. Aussi ayant passé l'ère des Poissons qui était celui de "l'animal humain" et de l'individualité-dualité (les winners-losers) ; nous avançons vers l'ère du Verseau qui est celui de "l'Homme glorieux" (élévation de Conscience), l'Humain glorifié, le Corps glorifié ; en attendant l'ère du Capricorne qui est celui du "GLORIFICATUS DEI" ou Dieu glorifié : la Réalisation du Soi-Instant au niveau planétaire, marquant ainsi l'ÂGE D'OR qui n'avait jamais disparu.
Le mondialisme qui ne prendra jamais corps est la conséquence au passage à l'ère du Verseau. Le mondialisme ou Nouvel Ordre Mondial est le tragique symptôme douloureux du passage initiatique à l'ère du Verseau.

Ce n'est pas la révolution de 1789 qui provoqua une cassure : Ancien Régime, République, mais bien la première guerre mondiale des droits de l'hommistes.
Avant 1914 régnait une certaine qualité de vie et de bien-être, oh certes pas pour tout le monde, « il y avait néanmoins une certaine gaieté de la vie, sur laquelle la guerre de 1914 s’est abattue pour la détruire, en même temps qu’une qualité caractéristique du passé qui avaient subsisté jusque-là » écrit justement Hyacinthe Dubreuil, dans : J’ai fini ma journée. Il ajoute :
« l’année 1914 a marqué la destruction brusque de vestiges de survivances d’un lointain passé pour entrer, après tant de ruines matérielles et morales [comme en 1789], dans une difficile période de reconstruction, qui ne pourra certainement être achevée qu’après de nombreuses générations. Car si les ruines matérielles peuvent être réparées dans un temps relativement court, celles qui sont d’ordre intellectuel et moral seront beaucoup plus longues à reconstituer... [Quatre années de guerre provoquant un million et demi de morts] du fait des conditions de recrutement militaire, qui écartent les déficients, ces morts constituaient la plus grande partie de ce qu’on peut appeler la richesse humaine d’une nation. Avec eux ont été ensevelies des qualités séculaires, des traditions précieuses et ce qu’on peut définir comme une grande partie du génie de notre nation. Sur le simple plan de travail, qui au fond intéresse tout le monde, car tout le monde a besoin d'objets bien faits, et répondant exactement à ce qu'on leur demande, n'entendons pas constamment des plaintes sur la disparition de la "conscience professionnelle" ? Or cette valeur sociale précieuse existait au plus haut degré avant la grande catastrophe [guerre de 1914], sans que d'ailleurs on y prêtes attention, tant cela paraissait naturel. Comme la personne en bonne santé qui ne pense pas qu'elle pourrait être malade...
Ces valeurs humaines étaient comme l'héritage des siècles. Les ruines matérielles, les cinq cent mille maisons détruites, n'étaient rien en comparaison de ce capitale irremplaçable, ou tout au moins irremplaçable pour longtemps, car il faudra des générations pour en retrouver l'équivalence.... Le véritable changement résulte de ces pertes humaines, qui ont entraîné une transformation considérable dans l'esprit de la population. L'ancienne gaieté a disparu, pour faire place à un mécontentement permanent [cette maladie de l'égalité franc-maçonnique], même si, en fait, la situation des gens ne le justifie pas absolument. Il en est qui n'ont réellement pas à se plaindre des conditions de leur existence, mais sont quand même mécontents et grincheux ».

100 ans correspondent, selon Louis d’Alencourt, aux cent ans nécessaire à Noé pour construire son Arche. Effectivement et à ce qu’en écrit Hyacinthe Dubreuil, 1914 est une vraie révolution supérieure à celle de 1789 (qui était avant tout idéologique) ; et de 1914 à 2014 il y eut autant de « problèmes » qu’en 10.000 ans ! Donc 100 ans correspondent à 100 ans d’AVERTISSEMENTS à la vue de notre civilisation qui en est rendue à une désolation maximale. Avec les cycles de 100 ans on peut encore observer : 1789 révolution française, 1889 naissance d’Adolphe Hitler, 1989 chute du mur de Berlin. 100 ans avant 1914, en 1814 Napoléon est dans la tourmente de la Campagne de France, sorte de prémisse de « guerre mondiale » entre la France, la Russie, la Prusse, l’Angleterre, la Suède et l’Autriche.

"Depuis la Révolution, et malgré les troubles divers du 19è siècle, la valeur de notre monnaie était restée à peu près stable. Or, chacun sait que c'est à partir de 1914 que nous avons connu le phénomène, devenu permanent, de l'inflation et de la dévaluation. Une fait rare, sinon inconnu auparavant. [La guerre de 1914-18 a amené la permanence de l'instabilité monétaire. L'Union "soviétique" européenne et son "euro" n'a fait qu'empirer les choses].
Il est alors important de constater que ce phénomène ne s'est pas produit seulement dans la valeur de la monnaie. Il s'est incontestablement étendu sur les plans intellectuel et moral par un abaissement général des valeurs humaines, qu'il est facile de constater dans les domaines les plus divers. Par exemple, où sont aujourd'hui les artistes dignes d'une gloire équivalente à celle de nos peintres qui avaient exercé une si forte influence sur leurs confrères du monde entier ? La même observation n'est-elle pas valable pour le théâtre ? Où sont les hommes politiques susceptibles d'être mis en parallèle avec ceux qui prirent en main la destiné de la France pendant la Grande Guerre ?", écrit justement Hyacinthe Dubreuil.

Sortir le plus vite possible de cette république dans laquelle c'est la guerre de tous contre tous, le "exploitez-vous les uns les autres", le délire de la sécurité et du confort selon la méthode éprouvée de l'assurance incendie, de sorte que, continuant à vivre dans le mental ou ego, dans le mondialisme nous serons "libres", libérés de la préoccupation d'aimer nos frères et sœurs. Aujourd'hui nous ne sommes même pas libérés de nous-mêmes, puisque nous sommes non seulement sous la coupe de l'ego, mais surtout sous la coupe des banquiers. Donc sortir le plus vite possible de cette république mortifère anti Amour, anti Fraternité, anti Liberté. Sortir du capitalo-socialisme ou socialisme matérialiste.
Sortir de ce socialisme matérialiste dont fait la partie cette société industrielle qui a pris la femme après avoir pris l'homme, et qui tend maintenant à détruire la famille...
Cette société industrielle de "lettrés", de diplômés et de travailleurs du chapeau (les manieurs d'opinions en costume-cravate ou tablier de loge maçonnique) qui sont tous cancérisés par le pouvoir, et qui craignent comme la mort d'être remplacés par les hommes du travail (les manieurs d'outils). Comme l'écrit Hyacinthe Dubreuil : "Ne devient pas ouvrier qui veut. Il existe une culture ouvrière qui ne se juge pas avec les barèmes de la culture tout court..."
L'étudiant de mai 1968 de la gôche bobo qui se déguisait en ouvrier pour "instruire l'ouvrier", contribue à l'abaissement de ceux qu'il prétend instruire !

Avant 1789 il y avait LA SOLIDARITÉ - Après 1789 il y a LA SÉCURITÉ et LA LOI DU MOINDRE EFFORT ou CONFORT. Avant 1789 on avait des devoirs, après on a des droits !
Ne jamais oublier que l'on a jamais vu de publicité des compagnies d'assurance contre l'incendie ou le vol prétendre a créer entre les assurés un lien moral et social quelconque !!! Aujourd'hui de cette religion du Fric ce ne sont plus que "Droit" et "Avoir" bien dans la mode du tout numérique et de la folie technologie et du culte de "l'homme nouveau", le possédant.

Dans le métier comme dans la famille, on vit ensemble, on partage les journées et la destinée du travail, où peuvent alterner les bons et les mauvais jours, en liant les esprits dans les même souvenirs. "C'est pourquoi ce partage quotidien forme des liens d'une nature analogue à ceux de la famille, où l'on conserve la mémoire des joies et des épreuves qu'on a traversées dans les jours passés, en y formant un mystérieux ciment", écrit Hyacinthe Dubreuil.
 
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 15-03-2014 17:45

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >