Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Il n’existe pas d’égalité
Il n’existe pas d’égalité Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 08-11-2015 22:26

Pages vues : 2536    

Favoris : 433

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Cacapitalistes, Communisme, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dualité, Esprit, État, Europe, Famille, Humain, Illusion, Image, Inquisition, Instant, Islam, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Médecine, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Spirale, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Vide, Volonté, Yokaï

 
frise_poliak14.jpg
 
 
Il n’existe pas d’égalité
ici-bas
car le Point de Vue varie
selon chaque personne
 
 
Non, il n’existe pas d’égalité, le meilleur exemple est la tentative des républicains de 1789 qui se prenaient pour Dieu et massacrèrent, torturèrent des prêtres catholiques, les exilèrent, interdirent tout office, et détruisirent nombre d’Églises. Tout cela au nom de « l’égalité » des républicains, laquelle maladie sera reprise plus tard en URSS par les Juifs bolcheviques des Lénine-Trotsky-Staline.


Vous ne pouvez pas adhérer à un système philosophique, à un parti politique, à une église, à une secte, sans être automatiquement obligé de condamner les autres, ceux qui ne sont pas dans votre paroisse, votre camp. On ne peut pas s’attendre à une égalité qui serait que tout le monde se livre à un même genre d’activité, sous la « bénédiction » d’un État qui prétendrait que c’est sa « valeur » qui compte et qui est la seule vérité. Chacun agit selon son tempérament et ses vies antérieures. C’est-à-dire que si on dit une chose à un individu qui aura un faible niveau d’éveil, il risque de ne pas le supporter, donc de la nier, de le railler, de le rejeter ; ce ne sera que des décennies plus tard, suite à ses transformations, qu’il sera apte à l’accepter. Pour faire accepter une chose qui risque de heurter celui qui est encore « endormi », il faut lui fabriquer un univers À SA MESURE. C’est le CHACUN VOIT MIDI À SA FENÊTRE.
 
Ramana Maharshi à l’entretien 107 précise bien : « Les instructions spirituelles diffèrent selon le tempérament des individus et leur maturité spirituelle. Il n’est pas possible d’instruire EN MASSE ».
Il est délirant de croire qu’on peut « élever le niveau spirituel des gens, et quelles instructions doit-on leur offrir ».

Chaque conscience humaine est différente. Chaque espace-temps est différent puisque tout est dans le mental. Dès qu’on naît : on est agit, soumis à quelque chose, ne serais-ce que bébé on ne peut qu’être soumis à ses parents, et ensuite soumis à « l’éducation nationale », cet autre Super Grégarisme !
Donc le monde SERA ACCORDÉ À CHAQUE PERSONNE, SUIVANT SON ÂGE TERRESTRE, SON SEXE, SUIVANT SES CONNAISSANCES, etc. Il ne peut pas y voir égalité. LE REFLET SERA DIFFÉRENT POUR CHACUN. Étant dans le mental, le monde sera accordé selon chacun, d’où le symbole des longues oreilles pendantes sur des statues du Bouddha.
À ce propos, Jean Coulonval, dans Synthèse et temps Nouveaux, parle d’un voisin à Arras, un mineur, qui avait vu dans un journal les premières photos de la Terre vue de satellite, et faisant apparaitre sa rotondité. En buvant la goutte au café Jean lui pose la question classique du bateau qui fait le tour de la Terre : combien de chemin la pointe du mât a parcouru depuis la ligne de flottaison ? Mais le mineur n’a jamais voulu admettre que la Terre fut une boule ; il voyait la Terre comme un énorme Camembert. Jean lui demandai s’il connaissait quelqu’un qui se serait penché sur le bord du Camembert. Il a dû avoir un drôle de vertige ! Le mineur ne s’était jamais posé la question. Il admettait la boule de billard qu’il avait sous les yeux au café, mais était incapable de conceptualiser la sphère hors de ses perceptions des cinq sens. Bref, LES LIMITES DU MONDE COSMIQUE SONT PARTOUT ET NULLE PART.

La physique actuelle, et atomique, et la métaphysique, commencent à faire une timide jonction. Là où se trouve le Point Focal, la Stargate : deux « réalités », comme l’objet et sa photo. « Le Ciel créé et la Terre créé » écrit Coulonval. Il ajoute cette mise en garde : « Cette conjonction du réel métaphysique et du réel physique est tout à la fois une promesse de salut total et de mal total. Avec cette restriction que le mal n’est pas le contraire du bien. Le mal, c’est la Trinité disloquée par les ambitions et l’orgueil de l’homme ; il est de l’ordre des accidents. La Trinité est de l’ordre des essences éternelles. Elle est l’essence.
Cette conjonction fait s’évanouir le dilemme Spiritualisme-Matérialisme, Religion-Science, et en conséquences les fausses synthèses que sont l’Islam et le Marxisme. Mais le monde chrétien est-il prêt à prendre au sérieux la Trinité ? C’est le mystère des mystères, mais c’est aussi ce qu’il y a de moins mystérieux.
La Paix passe par la Trinité ».
Je suis bien d’accord avec lui.

IL N’EXISTE QUE DES « INÉGALITÉS » PERMETTANT LA FRATERNITÉ, CE QUI IMPLIQUE LA TRINITÉ DE CASTES : LABOREORES (économique), BELLATORES (politique), ORATORES (spirituel), PERMETTANT LA CIRCUMINCESSION (évolution-involution accomplissant l’Unité en sa double spiration). Ce qui m’amène à Étienne Chouard qui rêve une société idéale et commence à s’orienter vers l’anarchie, qui quelle qu’elle ait pu apporter par ses spécialistes fort connus comme un Pierre Kropotkine, ne mènera à rien de solide ; du moins tant qu’un grand nombre de personnes ne seront pas des Réalisés, des gens qui se questionnent : QUI SUIS-JE ?

Labours de clerc est Dieu prier
Et justice de chevalier.
Pain lor trueven li laborier.
Chil paist, chil prie, et chil défent.
Au camp, a le vile, au moustier
S’entreaident de lor mestier
Chil troi par bel ordonnement.

(Exemple trinitaire du 13è siècle de Circulus ou Circumincession exprimant la société idéale).

Comme l’écrit dans Diagnostics Gustave Thibon : « La fraternité n’a pas ici-bas de pire ennemi que l’égalité ». Thibon ajoute que l’égalitarisme le plus malsain devient fatal dès que la hiérarchie sociale n’est plus fondée que sur des différences de fortune. Et de nos jours cette hiérarchie est totale, avec la division oligarchie aux mains des banques, et en bas les peuples. Le mondialisme du Nouvel Ordre Mondial c’est cette ploutocratie inorganique, qui n’a pas de milieu spécifique (par exemple la république se dit 'universelle') : un riche est riche partout dans le monde ; étrangère à l’ordre vivant de la cité, de la campagne, elle ne peut être qu’un facteur de désordre, de division de parasitisme pur.
Un riche est riche partout : John Law disait que plus il y a de l’argent et plus il y a de circulation de l’argent (monnaie de papier et donc artifice), et porte ouverte au commerce (d’échanges)… Il tel artifice que les gens de l’époque de Law se bousculaient pour vendre leur Or métal et acheter à la place de l’artificiel : du vulgaire papier !!! C’était le début du « monde moderne » qui se développa tout au long du 19è siècle et jusqu’à nous, où l’artificiel et la marche sur la tête est devenue la norme ; c’était le départ de la religion de l’argent, le départ de LA CROYANCE, avec le départ de la criminalité galopante et la naissance des bagnes pour adultes et enfants.

La maladie de l’égalité commence avec 1789. Cette maladie perturbe tous les domaines et l’équilibre de l’humanité. Elle donne naissance à la compétition et à la rentabilité sans issue, et fait se heurter dans la haine et la violence, les classes sociales et les nations. C’est la guerre de tous contre tous, ou « exploitez-vous les uns les autres ».
Le socialisme soviétique est tombé dans l’égalitarisme le plus rigide, qui a donné en fait des inégalités les plus révoltantes et les plus horribles que l’histoire humaine ait jamais connues.
La communion ne va pas sans la DIFFÉRENCE : les grains de sable du désert sont tous identiques et étrangers les uns les autres. Les feuilles de l’arbre sont toutes de la même famille que l’arbre, et pourtant elles sont aussi toutes étrangères les unes des autres. Les notes d’une mélodies sont liées les unes aux autres dans l’unité de l’ensemble, et si prises séparément, elles n’ont pas de fonction et semble figées.

Les Païens ou Paysans habitants des campagnes sont beaucoup plus imaginatifs que les Citoyens ou habitants des villes dont l’originalité disparaît dans le grégarisme des clichés et conventions mécanisés.
L’arrivée au pouvoir des Citoyens n’est vraiment effective qu’après la guerre de 1914-18 qui bouleversa tant de choses, bien plus que 1789. Jusqu’à 1914, les Paysans utilisaient des mots venus du fond des siècles, alors que les Citoyens les avait déjà oubliés. Avant 1914-18 l’égalitarisme n’était pas effectif, les villages conservaient un profond respect des hiérarchies sociales. Par exemple, les paysans admiraient les grandes chasses à courre auxquelles se livraient l’ancienne aristocratie. Ils admiraient tout cet apparat, ces beaux costumes, et tout cette vie qui leur était si lointaine (pas de Hollywood ni de télé à l’époque…).
Mme de La Tour du Pin dans ses Mémoires : Journal d’une femme de trente ans, décrit son mariage, et raconte que tous les serviteurs du château étaient assis à de longues tables installées dans la cour, et qu’au cours du repas qui leur était servi, les jeunes mariés, dans leur plus beaux habits, se promenaient entre les tables pour que chacun puisse les voir.
Bref, chacun respectait l’autre, malgré les fameuses « classes » honnies par les républicains et socialistes modernes. En référence à Hyacinthe Dubreuil : J’ai fini ma journée.

Pour poursuivre sur le problème de l’égalité ou vieux dilemme individualisme-collectivisme, et ci-dessus l’entretien 107 de Ramana Maharshi, l’initiation de groupe ne peut se faire que quand chaque individu s’approche de la Réalisation du Soi-Instant, quand le groupe est devenu par le travail de chacun sur son ego se transforme en Multiple Unitif, c’est-à-dire que le groupe n’est plus un ensemble d’ego séparés, d’unités allant cahin-caha avec leur dualité, en une parfaite hétéronomie (1) imposée par grégarisme lié aux cancéreux du pouvoir et de leur « vivre ensemble » ; mais que, au contraire, ce Multiple Unitif, comme l’arbre cité plus haut, marche sur la même Voie où il n’existe plus de dualité (le bien et le mal n’existe plus).
Évidemment le Multiple Unitif à ne pas confondre avec le rêve atemporel de domination universelle genre Nouvel Ordre Mondial : caricature de l’appel divin à l’unité (un seul troupeau, un seul pasteur), soit la faim de nivellement par le bas, la société fourmilière ou laïcité ; le mythe de la Cité Future ou « Jérusalem céleste », avec au bout de sa « fin des temps » le DORG (Demain On Rase Gratis) ; ramener la béatitude et le Paradis, l’Âge d’Or sur Terre. Toutes ces utopies ne sont que de l’évolutionnisme, de l’historicisme ou Chronologie tueuse ; le rêve de l’éternel dans le temporel, comme le rêvent les transhumanistes et les Google.



Note.
1. HÉTÉRONOMIE : du grec hétéros (autre) ; l’ego tourné uniquement vers l’extérieur, puisant dans des impulsions ou dans des règles sociales, des conventions, donc puisant dans le grégarisme, dans l’OPINION. L’hétéronomie est bien l’absence d’autonomie, et le républicanisme EST de la pure hétéronomie, comme le Petit-Père-des-Peuples gérant ses serfs (démocratie). Le « réchauffement climatique » est une hétéronomie ; on met la charrue avant les bœufs, on ne sait pas QUI EST L’ÊTRE HUMAIN (QUI SUIS-JE ?).
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 08-11-2015 22:43

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >