Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Catastrophe = la Raison ou Lumière
Catastrophe = la Raison ou Lumière Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 03-04-2017 23:02

Pages vues : 2199    

Favoris : 291

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : ADN, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Christ, Communisme, Conte, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Eau, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Génocide, Histoire, Humain, Illusion, Image, Information, Inquisition, Instant, Islam, Israël, Jardin, Jeu, Judaïsme, Kronstadt, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Merde, Métal, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Moteur, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Ptah, Pays, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Scarabée, Science, Sécurité, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Univers, Vide, Volonté, Yokaï

 
chefferie_embleme.jpg
 
 
Catastrophe = la Raison ou Lumière
ÇA LIMITE BEAUCOUP, alors que :
« Il ne peut exister un plus petit
grain de Matière (sens Euclidien)
Infiniment/non défini/petit, et
Infiniment/non défini/grand =
mêmes problèmes ».

(Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux)
 
 
Idem :
Codage-décodage = source de problèmes.

« Si une catastrophe venait à modifier subitement le devenir des humains sur Terre, le stockage des données de manière analogique pourrait être plus pérenne que le format numérique. En effet, aucun codec [bout de logiciel convertisseur], aucune mise à jour ou aucun système d’exploitation ne seraient nécessaires pour déchiffrer les informations contenues dans ce coffre-fort ».
(Source : numerama).
 
Oui, vive l’analogique !
En électricité :
- Analogique : une image blanche donnera 250 volts : gros nombre ou fort courant. Une image noire donnera 2 volts : petit chiffre ou faible courant.
- Numérique : le point ou pixel blanc composant un caractère donnera 250 ou l’équivalent en chiffre binaire. Le « circuit » est OUVERT. Si le point ou pixel devient noir, il donnera 0. Le « circuit » sera FERMÉ.
Dans le spatio-temporel un robinet n’est pas digital ou numérique : dans l’Absolu il laisse couler un débit d’eau entre l’infiniment petit et l’infiniment grand.

D’après Jean Coulonval (Synthèse et Temps Nouveaux).
LONGUEUR : surface sphérique réalisée par la rotation du r Espace/Temps/Mouvement.
LARGEUR : sphère intérieurement “ plénifiée ” par l’énergie.
HAUTEUR : projection d’énergie extérieurement à la sphère, d’ou génération de sphères (corpuscules).
Dans la « réalité », il ne peut exister de plus petits grains de Matière insécables, de corpuscule isolé qui serait un volume Euclidien. Ni à l’opposé un plus grand volume Euclidien qui serait la plus grande sphère possible contenant la totalité cosmique nageant dans un espace à l’infini.

Ainsi l’infiniment grand est identique à l’infiniment petit, ce qui correspond au « Rien dans le Tout et tout dans le Rien ». Précepte que n’ont pas comprit les Couilles en Or Rockefeller-Rothschild : leur principe étant l’infiniment grand : LE TRUST (cartel, réseaux selon le principe judéo-maçonnique et nécessairement judaïque) : abandonner l’individuel (la propriété ou possession) pour aller vers le collectif TOUT EN CONSERVANT LE PRINCIPE DE « PEUPLE ÉLU », c’est-à-dire conserver la chefferie qui contrôle les réseaux (les Goyim), comme peut l’illustrer le dessin d’une pyramide (1). Ainsi pour ces criminels il est préférable d’avoir leurs « biens » au sein de leurs réseaux, ça fait mieux « vivre ensemble » que de les avoir en propre (en égoïste). En fait, ça s’appelle tout simplement un EMPIRE : le Pour-Voir façon Armand Bédarride : l’orgueil Luciférien du Voyeur qui voudrait reconstituer et voir simultanément toutes les faces d’un polyèdre et que selon lui ce serait la « vraie religion ». Or le Christ-Jésus qui est un Réalisé vivant énonce bien : « Lorsque viendra l’Esprit de Vérité [ou le Soi], il vous faudra accéder à la Vérité toute entière ». Effectivement, pas de binaire, pas d’analogie, pas de mental et de petits bouts de savoir ! Seul celui qui ne cherche plus à prendre ou à Pour-Voir comme un Bédarride peut découvrir et con-naître, car, comme le nom l’indique, dans la non-dualité connaissant-connaissance SE FAIT DANS L’INSTANT (con : avec), par le TORE (et couleurs de l’Arc-en-Ciel) : émission de la « partie » du Tout dans l’Instant hors du 3 (tréfonds) de l’individu, et non par géométrie de la ligne droite ou « bagage » intellectuel ou de culture de masse à diplômes et médailles.

Donc les Couilles en Or Rockefeller-Rothschild procèdent comme Bédarride et possèdent : gouvernement, affaires, énergie, banques, finance et sociétés d’assurances et de crédit, distribution et vente au détail, médias et entertainment, médical, religion, éducation et technologies, moyens de transport. Le même Pour-Voir est logiquement de bouffer ses concurrents quand il y en a ! Et là, il n’existe plus de « morale » judéo-maçonnique !!!
POUR-VOIR : familles Couilles en Or Rothschild-Rockefeller, qui, pour exercer leur Pour-Voir à l’échelle d’une nation et établir un monopole mondial, ils doivent contrôler le gouvernement non seulement local, mais mondialisé façon peuple élu, façon PEUPLE-PRÊTRES. Voir aussi la page « Hommage aux Couilles en Or ».

En ce monde de dualité, il est connu que la richesse appelle la richesse, et en inverse la pauvreté appelle la pauvreté. Ceux qui font des « dons » ne le font que PAR ÉGOÏSME, comme tous « sauveurs de l’humanité » afin de s’enrichir toujours plus indéfiniment.
Voir aussi la page : Oligarchie, état profond et nouvel ordre mondial… L’héritage de David Rockefeller.
Cependant, cracher sur ces Couilles en Or c’est diviser et entrer dans le jeu de ceux qui construisent la même division avec winners-losers ou bons consommateurs-méchants terroristes ; ou infiniment grand-infiniment petit ! Le temps ou espace n’existe que dans le mental, qui limite de ce fait la « matière » et l’action. La mode de la raison limitée avec une « fin des temps » très solide, à tel point qu’elle apparaît même dans une pub : « La vie devant soi », alors que la vie n’est ni devant ni derrière soi mais ICI ET MAINTENANT ! Pour s’échapper de ces divisions du capitalo-socialisme, seul l’Instant ou Spontané notre état naturel est la Vraie Liberté : les actions de notre vie quotidienne comme le réveil, la toilette, allumer le gaz peuvent paraître de l’automatisme, cependant elles sont dans le Cosmos, dans le mental, DANS L’INSTANT.

U-MU (Hu-Main) : U (existence ou spatio-temporel, monde des accidents) et MU (Rien), en japonais, soit : Nothing in the Whole and all in Nothing (Rien dans le Tout et tout dans le Rien).
MAIN : tous les possibles puisqu’il n’y a RIEN dans la main ouverte.
U : singularité en monde spatio-temporel. MU : non-identité ou Vide = Réalisation du Soi ou existence-non existence : il n’existe pas de dualité comme la lumière a besoin de l’ombre sinon elle n’existe pas, et l’inverse (Ce qui est en Haut est comme ce qui est en bas, et l’inverse).

Quand pourrons-nous comprendre qu’il n’y a pas de frontière entre le monde du Soi-Instant et le monde spatio-temporel ? Parce que la « laïcité » ça n’existe pas ! Celle qui se trimbale actuellement ne fait que diviser, notamment chez le rejet des Mahométans qui ne distinguent pas le temporel du spirituel.

 
L’INSTANT CHEZ MAZU (709-788)

« Un autre jour, il demanda [le laïc Pangyun] : « Comment l’eau qui n’a ni os ni muscles peut-elle porter un vaisseau d’un capacité de dix mille boisseaux ?
- Mazu : ici il n’y a ni eau ni vaisseau. Pourquoi parlez-vous de muscles et d’os ? »
Être dans l’Instant ou le Spontané libère de la dualité :
« Un jour, le maître chan Weijian de Zhudan [préfecture Hong] était assis en méditation à l’arrière de la salle de prédication. Lorsque Mazu le vit, il lui souffla deux fois dans les oreilles. Weijian sorti de concentration [samadhi] et, voyant que c’était Mazu, y rentra à nouveau. Mazu retourna dans les habitations et ordonna à un serviteur d’aller porter un bol de thé à Weijian. Ce dernier ne se préoccupa pas du serviteur et retourna lui-même dans la salle ».
« Souffler dans les oreilles et apporter du thé » sont des méthodes d’enseignement pour éprouver le disciple, qui ici répond spontanément selon les circonstances et sans entrer dans la dualité maître-disciple. (Référence : Les entretiens de Mazu, trad. Catherine Despeux).



Note.
1. PYRAMIDE (sens négatif) : symbole de spectacle, de représentation, comme sur une estrade ou un podium ou sur un trône sur lequel le « roi » ou le grand acteur (la star) surplombe les acteurs secondaires, les masses, les spectateurs inactifs. De même, l’estrade dans les classes des écoles du judéo-maçon Jules Ferry où le maître qui en connaît un « rayon » « enseigne » à ses élèves-spectateurs. On dit aussi : « Monter en chaire »… Le ring pour une exécution capital(iste). Du haut de l’estrade, ou de la tribune, on harangue la foule comme le font les politicards du régime républicain dans les médias des Couilles en Or. On monte à l’échafaud, comme on monte l’estrade, comme on monte les degrés de la pyramide judéo-maçonnique et ses 33 degrés d’orgueil comme on monte en chaire.
Tel est l’état de notre civilisation depuis les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture. Symboliquement la pyramide se voudrait une synthèse, parce que la première figure fermée est le TRIANGLE (même sur une pyramide à quatre côtés, de profil c’est toujours un Triangle vu de loin). Si on la compare à un Arbre, il est à l’envers : la base du tronc est la pointe du sommet !
Dans un sens négatif, comme depuis longtemps la pyramide est une ESTRADE, un TRÔNE sur lequel le plus ignorant des humains peut régner ou jouer en star la pièce de théâtre, et les spectateurs à la base de la pyramide seront les acteurs secondaires et suiveurs. Normalement, une fois la pièce de théâtre terminée, le plus ignorant des humains n’est plus la star ou le chef et descend rejoindre les acteurs secondaires et tous se mélangent dans leur position courante comme s’il n’existait plus ni pyramide ni estrade. On peut appeler ça « changement », ou illusion, rêve. Mais dans le cas du Nouvel Ordre Mondial, L’IGNORANT OU LA COUILLE EN OR ROTHSCHILD-ROCKEFELLER RESTE SUR L’ESTRADE OU POINTE DE LA PYRAMIDE ET ENTRETIENT LE RÊVE ; il feint seulement de se mêler aux spectateurs en se coulant dans ses réseaux comme s’il voulait abolir la hiérarchie parfaitement représentée par la pyramide.
Dans le symbole positif : pyramide = croissance, dynamique (voir les tombeaux de rois en Égypte ancienne, mais voir aussi la symbolique actuelle de la chefferie au sommet de sa pyramide…).

Symbole pyramidal représenté par la gravure en haut de page : flambeau de feu ardent, qui se portait par les Romains de l’Empire devant le Prince, l’Empereur ou le chef des armées, comme on le voit sur plusieurs monnaies et médailles antiques, et qui est symbole de la chefferie éclairant les masses, donc apportant la division…
Lux publica principis ignes (Allumer des feux officiels du gouvernement). Flambeau de feu ardent carrément porté par la « statue de la liberté » du judéo-maçon Auguste Bartholdi et plantée au bord de New-York. Cette statue symbolise donc la chefferie ou l’oligarchie qui se gonfle de « démocratie ». Cette statue brandit le feu dévorant de la société de consommation-consumer ; elle brandit le tison de l’envie, la flamme de la luxure qui se voudrait « illumination » mais n’engendre que le culte du narcissisme et le culte du désir, du Pour-Voir façon judéo-maçonnerie spéculative d’Armand Bédarride de ces gens qui VEULENT POSSÉDER « LA CONNAISSANCE » DE FAÇON ÉGOÏSTE. Rien de plus ambigüe dans ce qui se veut sacré comme « le feu sacré », soit fécondant, soit destructeur (feu de guerre, feu du mental). Ambigüité du sacré, on dit parfois que l’on ne sait plus à quels saints se vouer !

La Vraie Lumière est bien-sûr le Soi : « La lune luit grâce à la lumière réfléchie du soleil. Lorsque le soleil se couche, la lune devient utile pour révéler l’existence des objets. Lorsque le soleil se lève, personne n’a plus besoin de la lune, bien que son disque pâle reste encore visible dans le ciel. Il en va de même pour le mental et le Cœur. Le mental est utile en raison de la lumière qui s’y réfléchit, ce qui permet de voir les objets. Lorsque il est tourné vers l’intérieur, la source de son illumination resplendit par elle-même et le mental pâlit et ne sert plus à rien, comme la lune en plein jour » (R. Maharshi, entr. 98).
« Le Soi n’est ni lumière ni obscurité. Il est ce qu’il est. Il ne peut être défini [sinon on tombe dans la dualité sujet-objet] » (R. Maharshi, entr. 122).
Bartholdi comme Bédarride renforcent l’illusion pour mieux forcer les gens à consommer-consumer. Lucifer est nommé LE PORTEUR DE LUMIÈRE… Le Feu est aussi associé à l’acte sexuel : découverte du feu par frottement, en va et vient (sorte de Tic-Tac…)

PYRAMIDE = DUALITÉ MAÎTRE-DISCIPLE ou INITIÉ-PROFANE.
PYRAMIDE = DUALITÉ HAUT-BAS
(sauf si on la double avec une pyramide la pointe en bas, ce qui est copié par le drapeau israélien, ce qui n’est guère étonnant car ce pays artificiel se veut le « peuple-prêtres ». Deux triangles en inverse, tête-bêche [masculin-féminin] symbolisent l’hermétisme occidental et le travail du chapeau en correspondances phénoménales à n’en plus finir).
 
 

Dernière mise à jour : 03-04-2017 23:35

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >