Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Miou et Miam-miam
Miou et Miam-miam Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 14-08-2017 01:09

Pages vues : 2556    

Favoris : 292

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Âne, Argent, Artifice, Babel, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Chimère, Christ, Communisme, Conte, Corée, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Fréquence, Fusible, Génocide, Gnostiques, Histoire, Humain, Illusion, Image, Information, Inquisition, Instant, Islam, Israël, Jardin, Jeu, Judaïsme, Kaléidonome, Kronstadt, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Merde, Métal, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Moteur, Narcisse, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Prostitution, Ptah, Pays, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Psychiatre, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Scarabée, Science, Sécurité, Self, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Toufta, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Univers, Utile, Vaccin, Vase, Vide, Volonté, Yokaï, Zombie

 
annual_report_475.jpg
 
 
Miou et Miam-miam
au Pays du Rien du Tout
 
 
JARDIN DÉFINITION : Lieu en partie clos où l’on apprivoise les plantes. Lieu de sérénité et de recherche.

MJW : miou (chat en égyptien hiéroglyphique), et Miam-miam : le Jardin et ses plantes qui mangent l’R du Cosmos et son contraire l’immonde (étymologie de monde, latin immundus, de mundus ”propre”). Saleté comme les « mauvaises herbes » invention du mental.
 
MJW était beaucoup célébré en Égypte de la Grand Maison, notamment à l’époque récente (2è millénaire avant J.-C.) qui a légué des milliers d’ex-votos de bronze figurant des chats domestiques. Félins parés de bijoux d’Or, boucles d’oreilles, pendentifs en forme d’œil oudjat (l’œil qui voit tout, symbole de la nature innée-igné ou son feu).
Comme en Asie actuel, le Miou est le protecteur du foyer.

« ...entre temps, et quand la Lune se lève et que la nuit vient, il est le Chat qui s’en va tout seul et tous les lieux se valent pour lui. Alors il s’en va par les Chemins Mouillés du Bois Sauvage, sous les Arbres ou sur les Toits, remuant la queue et tout seul », écrit subtilement Rudyard Kipling dans un de ses chefs-d’œuvre : Histoires Comme ça (1902). Kipling résume le Soi ou Instant, le ici et maintenant symbolisé par le Miou. C’est-à-dire Réaliser l’Instant : aimer l’endroit où je me trouve, même dans une infecte prison ; aimer la personne avec laquelle je suis à cet Instant, même si elle est laide, pauvre et malade ; aimer la chose que je suis en train de faire tout en m’en détachant intérieurement, sinon je vais tomber dans le matérialisme.

Un couple d’Anglais appliqua la pratique du Miou qui s’en va tout seul : Peter Caddy, qui en novembre 1962 rompit avec le monde « civilisée » et matérialiste mercantile pour s’installer sur la baie de Findhorn dans un coin abandonné d’un camping pour caravanes (Findhorn Caravan Park) laissé à l’abandon, jonché de vieilles boîtes de conserves et de bouteilles brisées, couvert de ronces et de buissons. Un terrain de moins de 0,2 hectare situé proche du groupe principal des caravanes. Un sol de gravier et de sable, protégé du vent par une ceinture de sapins et retenu par des touffes de genêts et d’oyats.
Caddy se pencha pendant de longues nuits sur des ouvrages de jardinage dont il estima les recommandations contradictoires. Bref, c’était surtout le terrain de Findhorn qui était contradictoire pour faire pousser quoi que ce soit : sol de gravier et de poussière où ne poussaient que quelques herbes pointues et dures.

Pourtant Caddy se met à creuser une tranchée de 1 mètre de large sur 3 de long. La bande de chiendent récupérée est mise de côté. Ensuite il creuse en profondeur sur 45 centimètres extrayant sable et gravier. Dans cette tranchée il place le chiendent sans dessus dessous, en l’effritant à la pelle, afin qu’il ne reprenne pas vie mais serve de miam-miam en pourrissant. Une fois les plus grosses pierres éliminées du sol, la terre était prête à être ensemencée. Pour les « spécialistes » du coin il était impossible qu’il pousse quoi que ce soit sur ce sol de Findhorn. Pourtant Caddy y sema ses graines. Mystérieusement, mais il n’y a pas de hasard, les faits divers allaient arriver positivement afin de protéger les semences de Caddy.

Vers mai 1963 la famille Caddy mangeait de délicieux radis et de bonnes laitues. Il leur fallait absolument du compost s’ils voulaient cultiver au-delà de ces deux légumes, et exclure les engrais chimiques. Une fois de plus la Providence, un voisin leur donne un tas d’herbes en putréfaction, et un fermier des environs dont ils avaient sauvé un mouton leur donna un gros chargement de fumier, ainsi de suite comme miraculeusement en « tout connecté naturel » (en fractal).
Les Caddy connaissaient la nourriture Prânique : plus leur corps ou mental s’épurait, et moins ils avaient besoin de nourritures terrestres, toujours les fractales....
 
Ils plantèrent des concombres, des asperges, du cresson, des tomates, des épinards, du persil, des courgettes. Ils installèrent des haies de mûriers et de framboisiers autour de leur potager qui couvrait 0,8 hectare, dont chaque parcelle avait dû être fabriquée à partir de vieux gazon et de compost, chaque pouce travaillé à plusieurs reprises par la main de l’homme. Les fermiers des environs n’en croyaient pas leurs yeux, car en plus les Caddy avaient des choux qui avaient été les seuls à avoir été épargnés par une invasion de vers blancs.

Le plus important, c’est de considérer que la VIE EST UNE, il n’y a pas de division. TOUT EST VIVANT, par conséquence les légumes aussi ; et comme souvent écrit, AUSSI LES PIERRES.
Ce qui guida les Caddy fut bien-sûr les ÉLÉMENTALS de la Nature, esprits de la Nature qui s’occupent du Règne minéral et végétal, car tout n’est que VIBRATIONS. Certaines plantes conviennent aux blessures de certains types, d’autres améliorent la vue, d’autres ont un pouvoir d’équilibre des émotions. Il est évident que TOUT réagit au mental de l’humain : TOUT EST LIÉ, et bien plus que l’artifice du « tout connecté » de ce monde aliéné par sa technologie de la dualité zéro-un. Si je suis déprimé, l’ortie que j’ai chez moi le sera aussi. Si je cultive du cresson et que j’ai des humeurs mauvaises, puis que je donne mon cresson à une personne, cela va se répercuter et infecter cette personne. Tout est lié.

Évidemment les plantes sont affectées par les rayonnements autres que ceux provenant des humains. Les rayonnements émanant de la Terre elle-même et du cosmos contribuent à la fertilité du sol, qui sans ce rayonnement serait stérile.

Le Jardin de Findhorn commençait à devenir un TÉLÉPHONE COSMIQUE, la Vraie télépathie commençait à renaître. Il était alors naturel que le Jardin de Findhorn devint une communauté de plus de 100 membres, une aspect du commencement de l’ère du Verseau. On commença à visiter annuellement Findhorn de tous les cinq continents.
Une forme d’ÉNERGIE LIBRE se pointait à Findhorn, grâce simplement à l’être humain puisque tout l’Univers est contenu dans son cerveau, y compris les Élémentals qui sont plus que jamais légions dans les moindres bois et forêts de France et du monde, et qui participent activement à la croissance des plantes.
Hélas, depuis l’industrialisation de ce monde, nous sommes prisonnier du mental (la raison) et donc d’opinions ou dogmes matérialistes et nous refusons d’admettre qu’il y ait autre chose que le monde spatio-temporel inventé par nos cinq sens.

Les plantes ou un simple caillou n’ont ni « bras » ni sons pour communiquer avec nous. Il faut être un peu éveillé pour les « entendre » et les apprivoiser, de plus nous sommes fort limités par nos pauvres cinq sens !!!
Comme pour les « mauvaises herbes », le mot « végétatif » aussi péjoratif ne devrait pas exister. Les plantes comme les cailloux ONT DES ÉMOTIONS.

Ce monde a commencé à dérailler quand les Chasseurs-Cueilleurs se firent berner à accepter l’illusion de TRAVAILLER l’Agriculture. Devenir cultivateur = Chute biblique et « travailler à la sueur de son front ». Évidemment c’est un peu contradictoire par rapport au travail énorme qu’ont effectués les Caddy pour leur Jardin de Findhorn.

L’homme blanc achète tout et pille tout, et ça dure depuis les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture. Le prophète indien Smohalla étaient contre les propositions de transformer son peuple en cultivateurs : « Mes jeunes hommes ne travaillent jamais. Les hommes qui travaillent ne peuvent rêver, et la sagesse vient à nous dans les songes. Vous me demandez de labourer le sol. Prendrai-je un couteau et déchirerai-je le sein de ma mère ?… ».
C’est l’opinion de l’Ancien Testament qui dit qu’être heureux c’est « travailler », et pire : à la sueur de son front !
TRAVAILLER = TORTURE (pieu, instrument de torture tripallum : torturer, qui donnera « tripatouiller », remuer les tripes, tourmenter (exacerber le mental) charcuter, etc.)

Idem chez Geronimo (1) qui s’indignait du comportement de l’homme blanc qui traite sa mère la Terre, et son père le Ciel, comme des choses à acheter, à piller. Il disait : « Il n’y a pas d’endroit pour l’homme blanc pour entendre les feuilles se dérouler au printemps ».
Cette Terre chez les Grecs Anciens s’appelaient GAÏA.
L’HOMME BLANC, L’OCCIDENTAL, EST UN VIRUS MORTEL. UN VIRUS DONT LA TERRE, LE COSMOS, FINIRA PAR SE DÉBARRASSER, S’IL CONTINUE COMME MAINTENANT. OU NOUS NOUS RÉVEILLONS, OU NOUS MOURRONS, les transhumanistes et leur technologie ne comprennent même pas cela.


Les Français depuis Clovis ont perdus leur sens celtique de la communauté et sont devenus individualistes, c’est pourquoi 1789 a pu si facilement prendre. Par exemple les actuelles communautés australiennes ont honte des Français qui y viennent et se comportent comme des égoïstes les plus vulgaires, allant jusqu’à voler dans les magasins sans évidemment demander aucune permission, peut-être sous le coup de l’infestation par la « liberté » (républicaine) et sous la tyrannie de l’opinion (le Français est très critique de tout et fait la gueule) !
IL FAUT EN CONCLURE QUE LE BLANC, L'OCCIDENTAL, NE VEUT PAS VIVRE HEUREUX ET VEUT PROVOQUER SANS ARRÊT LE CHAOS. Le blanc français a perdu la capacité d’être heureux, il lui faut des « fêtes » codées, par exemple le carnaval de Nice, ou « la fête de la musique ».

Il ne fallait pas attendre les deux derniers siècles pour comprendre que les plantes avaient une intelligence. Pendant des millions d’années les êtres humains savaient cela. À notre époque imbécile, il faut des preuves (opinions), et pour ce on construit des appareils de mesure (encore opinions).
C’est chez les plantes et les cailloux que subsistent encore la Vraie Télépathie : tous sont reliés télépathiquement à tous les vivants, végétaux, animaux, humains : du grain de sable aux plus gros.

Tout le monde est encore télépathe au niveau inconscient.

VRAIE TÉLÉPATHIE DÉFINITION : liée à la survie du NOM-LA-FORME. C’est-à-dire que quand il y a danger de mort, l’éveille daigne enfin à se manifester ! Ce qui correspond aussi à PANique...
Mais, en temps normal, pour prendre conscience des signaux les plus faibles, nous devons être totalement à l’intérieur de nous-mêmes : FAIRE TAIRE SON MENTAL OU DOMPTER SON DRAGON (son ego).

À L’ADRESSE DES HÉBREUX-JUIFS : LES PEUPLES HEUREUX N’ONT PAS D’HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule). C’est vous, Hébreux-Juifs, qui l’avez fabriqué et vous vous masturbez la-dedans.

[En référence à : La vie secrète des plantes, chapitre : Findhorn ou le Jardin d’Éden, de Peter Tompkins et Christopher Bird]

(En haut de page : intérieur de l’église de Smohalla. Cliché Internet Archive Book Images).


Note.
1. Sur le Wiki, sous toute réserve tant la fiabilité de cet « encyclopédie » est à prendre avec des pincettes, il est dit que la tombe de Geronimo a été profanée en 1918 par la secte Skull and Bones de l’université de Yales, donc secte de chefferie étatique ayant eu pour adepte les Bush, John Kerry, etc. Un des profanateurs fut Prescott Bush… Si cette histoire est controversé, l’attaque de l’étatisme contre la Vraie Liberté en partie symbolisée par Geronimo s’est confirmé par le washingtonisme qui récemment donne la nom de code « Geronimo » pour désigner ben Laden, ce qui indigna fortement les communautés amérindiennes, et confirme le racisme de ces blancs au gros ego qui se veulent winners partout sur la planète.
Définitivement, LES BLANCS NE RESPECTENT RIEN, MÊME PAS LEURS FRÈRES (voyez en leur temps les Hébreux salopant et massacrant leurs frères Païens et repris par les Chrétiens, notamment par les Conquistadors contre les Peuples du Soleil, et jusqu’à nous en laïcité déguisée avec la mode « migrants »). LES BLANCS SONT LES PREMIERS RACISTES QUI ONT LA PRÉTENTION DE « LUTTER CONTRE LE RACISME » ! MY GOD, ces blancs qui ne vivent même pas sainement, qui ne savent pas qui ils sont et pourquoi ils vivent.

LES PREMIERS RACISTES FURENT LES HÉBREUX ET LEURS PROPHÈTES SUIVIE DES CHRÉTIENS, À Y AJOUTER LA JUDÉO-MAÇONNERIE DE 1717, TOUS DES ASSASSINS DES PAÏENS, CEUX QUI NE PENSAIENT PAS COMME EUX (2). Tous ces gens qui ne jurent que par le mot « liberté » à la gueule, et qui en plus le font graver sur le fronton de leurs écoles ! Démence, démence, démence : on enferme des enfants pour leur faire avaler du républicanisme, des opinions. Si les républicains étaient vraiment « libres », QU’ILS LÉVITENT À QUELQUE MÈTRES DU SOL ! Dans leurs écoles républicaines c’est la compétition, le winner, donc aucune égalité ni fraternité.

Le big problème des blancs c’est leur argent. Et ils veulent imposer aux autres leurs opinions et mode de vie. Ces blancs vont même jusqu’à modifier la sexualité : plus de genre masculin et féminin : désormais ont doit dire LE table et non la table ! On va dire LE bouteille et évidemment LA LIVRE (City de Londres).


2. Dans une communauté digne de ce nom, aucune croyance, doctrine ou opinion, par quelque personne qu’elle puisse être enseignée ou soutenue, ne s’impose à l’acceptation des membres de la communauté, et qu’il n’en est aucune qu’ils puissent à leur gré, accepter ou rejeter. Tous les membres de la communauté ont le droit égal de s’attacher à telle structure ou telle école de pensée, qu’ils peuvent choisir, mais qu’il n’ont pas le droit d’imposer leur choix à d’autres.
Les opinions ou les croyances ne confèrent aucun privilège et ne sont cause d’aucune infériorité ou supériorité, de même que l’ancienneté d’appartenance à la communauté ne confère aucun privilège. Seule l’Harmonie due à autrui est essentielle : on donne le LA 432 à l’orchestre pour que l’ensemble des instruments résonne UN. IL Y A DONC UNE SEULE REGLE POUR VIVRE ENSEMBLE COMME LE CONCRÉTISE LE DIAPASON DANS UNE COMMUNAUTÉ D’INSTRUMENTS DE MUSIQUE, sinon ce sera la cacophonie.
DIAPASON LA 432 = INSTANT, IDÉAL COMMUN, LÀ OÙ N’EXISTE PLUS AUCUN DILEMME, ET QUI CONSTITUE LA VRAIE CRÉATION.
JOUER, SELON LA NOTE LA 432, C’EST JOUER, DU CONCRET, ON N’ÉTALE PLUS SON OPINION, ON EST LIBÉRÉ DE CETTE TYRANNIE DE L’OPINION. ON EST

Comme écrit ci-dessus : LA LIBERTÉ S’EXPRIME DANS LES LIMITES DE L’HARMONIE DUE À AUTRUI. Sinon, vous pouvez faire tout ce que voulez, mais assumez les conséquences du monde de la cause-effet que cela produira.
Question règle, tout être humain doit d’abord faire société avec lui-même, au plus intime de son être, avant de se lancer à faire société avec les autres. Des relations sociales authentiques ne peuvent avoir lieu qu’entre personnes authentiques (ce qui n’est nullement le cas dans ce monde du « tout connecté »). Si vous avez au minimum un ou une amie authentique, et bien bravo à vous…
Évidemment de nos jours faire société avec soi-même ça ne suffit plus, parce que ceux qui sont tournés uniquement vers l’extérieur, vers leur ego, sont en train de foutre le chaos partout sur la planète ! Tout devient à l’envers, tordu, ce qui rend évidemment aussi les gens tordus et instables !!!

Question communauté, j’ai connu peu de temps celle de Maurice Duton, homme très attachant vivant sous la tente et plein d’humour en compagnie de sa Monique, l’air d’un bucheron de petite taille au milieu de sa forêt, et qui se déplaçait dans sa vieille Jeep et fondateur du « Club du Vieux Manoir », qui rêvait de restaurer le fort de Guise. Puis ça s’est étendue à d’autres lieux à restaurer par les jeunes. Premier été, ou nous recevions nos carte rose de membre du Club, le numéro Zéro pour Maurice, le numéro Un pour Monique, et le numéro Deux pour moi : formidable, période presque le Paradis, l’ouverture sur le monde !
Deuxième été : catastrophe, à cause d’un caïd, gosse de riches qu’on appelait à cette époque « blouson doré » (un délinquant ayant beaucoup d’argent de poche sans se casser le cul…), un qui se prenait pour un winner, un chef, d’ailleurs hélas promotionné, ou propulsé par Maurice Duton qui s’éloignait déjà un peu de son œuvre ; je garde un mauvais souvenir de cette deuxième expérience où une équipe de télévision est d’ailleurs venu faire un reportage, ce qui n’arrangea rien…
Maurice Duton ressemblait à Mouna, que je rencontrais du regard à un salon du livre en 1991 sous le Grand Palais à Paris quand il haranguait le public devant lui, sa bicyclette à ses côtés. Pour moi Mouna était l’exemple proche d’un Réalisé vivant.
L’aspect très positif du Club du Vieux Manoir (au premier séjour) est que NOUS COLLABORIONS À UN PROJET COMMUN, pas de blabla ou opinions. NOUS JOUIONS TOUS DANS LE MÊME ORCHESTRE.

Il est évidant que la mode actuelle fait que chacun est plus retiré à l’intérieur de lui-même, mais dans un sens maladif quand on voit l’aspect zombie des gens possédés par leurs engins informatiques portables et « tout connectés ». Question communauté, il n’existe plus que de petits groupes : « TRIBUS », en camping-car, donc le temps des réseaux, et on ne peut plus rien faire si on n’a pas un ou des amis dans un ptiot réseau pour contrer les facebook et autres transhumanistes et judéo-maçons spéculum en big réseaux...

Le Moyen-Âge avait le grand sens de la communauté, tous les arts l’expriment, et la communauté au sens plein fut celle les Franc-Maçons, les vrais, en réseaux naturels (compagnonnage, corporations) et constructeurs d’édifices admirables. Des communautés actuelles vivant le Moyen-Âge sont édifiées un peu partout dans le monde et vivent, mangent comme il y a presque un millénaire. Voir l’aventure du château de Guédelon en France construit avec les techniques d’époque. Pour moi le Moyen-Âge commence à la chute de l’Empire romain et se termine à la fabrication du purgatoire (vers la fin de l’an 900).
 
 

Dernière mise à jour : 14-08-2017 01:51

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >