Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Winner-Loser suite
Winner-Loser suite Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 11-09-2017 22:49

Pages vues : 75    

Favoris : 6

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Banques, Capitalisme, Ego, Fractale, Gratuit, Guerres, Instant, Liberté, Loi, Loser, Lucifer, Lumières, Microbes, Opinion, Orgie, Païens, Paix, Peste, Raison, Réalité, Religions, République, Simple, Socialisme, Terrorisme, Transhumanisme, Vin, Winner

 
 
frise_poliak7transpa_band478.png
 
 
Winner-Loser suite
Monde de deux poids deux mesures,
que vous soyez « élu » ou « initié »
contre les « profanes ».


WINNE-LOSER OU LA GLACE CHAUDE DU RÉPUBLICANISME.
BIEN CONTRE MAL.
 
 
Dire comme Macron que le mondialisme c’est la paix et que le nationalisme c’est la guerre, relève au mieux de la manipulation démocratique bancaire, et de l’ignorance et de la dualité multi-millénaires Individualisme-Collectivisme, que le pauvre Macron est bien incapable d’entrevoir, puisque au minimum il est nécessaire de réaliser le Soi comme l’exprime Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux ; et même si Macron était un Réalisé, il ne serait pas dans la politique du régime républicain…

Lutte à mort entre ceux qui PROJETTENT (les winners et la descendance typiquement hébraïque, par le sang et l’alliance de la circoncision, notion de race (1)(sionisme]) et ceux qui sont dans l’INSTANT (présentement les losers qui ne l’étaient pas avant la Renaissance).
 
Oui, dans la vidéo ci-dessous triste constat d’Albert Jacquard. Constat déjà énoncé en son temps par Ramana Maharshi : « Si chacun s’occupait de ses propres affaires, il n’y aurait pas de querelles ».
À l’entretien 480 Il dit : « La paix est toujours présente. Débarrassez-vous de ce qui la dérange. Cette paix est le Soi […]. Le monde et toutes choses sont toujours les mêmes, maintenant aussi bien que dans le futur ».
Projeter ou opiner du bonnet concernant le mal c’est fabriquer le mal et entrer dans l’infernale dualité winner-loser, surtout exacerbée depuis 1945.

Énoncer qu’il ne faut pas commettre de « crime contre l’humanité » c’est déjà le fabriquer : fabriquer le pouvoir. Voir le génocide de la Vendée en 1792-1794 par les républicains.
Prétendre que la sociale-démocratie marchande et républicaine depuis 1789 ce serait le Graal de civilisation est le même attrape-couillons que le « pouvoir du peuple ». Saint-Just prétendait lutter contre « les ennemis de la liberté », et Staline voulait lutter contre « les ennemis du peuple » ; deux exemples d’ignorance : la liberté étant notre état naturel et le « peuple » c’est la communauté universelle humaine, donc aussi les « ennemis ».

Vous êtes toujours prisonnier de votre ego, alors quand votre cause selon votre opinion est « juste », avez-vous le droit d’exterminer vos voisins ? Parce que là on entre dans la dualité winner-loser : qu’est-ce qui est « bien », qu’est-ce qui est « mal » ?? Ramana Maharshi dit à ce propos : « Pour un homme réalisé, celui qui demeure toujours dans le Soi, la perte d’une seule vie, de plusieurs vies ou de outes les vies de ce monde ou dans les trois mondes ne présente aucune différence. Même s’il est amené à les détruire toutes, aucun péché ne pourra atteindre cette âme pure ». (Entretien 17).

Intéressante conférence par Laurent Guyénot sur cette guerre entre ceux qui PROJETTENT (individualisme caché chez les Yahvistes sous étiquette « peuple élu ») et ceux de l’INSTANT. Monde de l’HOTC (Histoire-Opinions-Temps-qui coule) contre monde des PAÏENS.
Depuis l’après 1945 les winners sont ceux qui sont installés dans l’OBJET qu’ils prennent pour le SUJET en oubliant le ‘Je’, le Soi. En un rapport lointain à propos de l’activité homosexuel : se faire enculer ou sucer est une activité de loisir. L’amour là dedans ne peut qu’être Imhotepique (pas de sexe ni de singerie « mariage » pour faciliter le business sur qui va hériter de la maison à la mort de l’autre…).

Le Pouvoir est le cancer de ce monde et l’éteignoir de la chandelle.

Note.
1. RAPPEL : le mot RACE ne doit pas s’entendre comme actuellement, mais comme un terme employé en littérature spirituelle pour désigner une vague de vie, une phase éphémère ou transitoire de transformation, et n’a donc rien à voir avec la couleur de peau, ni avec le lieu de naissance, ni avec une quelconque croyance en des religions.
Le mot RACE signifie l’appartenance à une chose, un clan, une paroisse, un parti, un étatisme, donc à une POSSESSION, à un EGO ou égrégore, à une opinion, ceux qui disent : « Notre religion », ou « la religion de mes pères », ou « la religion de ma race », ou « notre paroisse ou notre parti », ou « c’est ma vérité à moi », etc. Le mot « race » n’a donc rien à voir avec le sang et sa filiation comme chez les Yahvistes.
Les Religions de Race sont donc celles du Livre ou Dogme, celles qui se présente comme particulière parmi d’autres, comme un système sentimental, moral, d’opinions ou politique ou social, mental et donc racial ayant ses particularités propres. Le plus horrible est que depuis 1789 la « république » se veut « indivisible », comme Dieu, comme la Vérité ; et donc elle prend la forme de religion se voulant universelle mais elle est en réalité une DICTATURE QUI IMPOSE À L’ENSEMBLE…
Le mot RACE ne doit pas s’entendre comme actuellement, mais comme un terme employé en littérature spirituelle pour désigner une vague de vie, une phase éphémère ou transitoire de transformation, et n’a donc rien à voir avec la couleur de peau, ni avec le lieu de naissance, ni avec une quelconque croyance en des religions, ni avec un lien temporel et matériel et d’opinions (HOTC) par le sang comme chez les Yahvistes.
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 11-09-2017 23:22

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2017 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >