Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Vider la Corbeille
Vider la Corbeille Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 03-01-2019 21:53

Pages vues : 891    

Favoris : 119

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Confort, Corps, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Gratuit, Humain, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Pagan, Panique, Paradis, Phallus, Pierre, Plume, Porte, Puce, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Serf, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Violet, washingtonisme, Yokaï

 
panierpommes_ceuxquicroquent.jpg
 
 
Vider la Corbeille
y a-t-il sur les ordinateurs actuels.
Bizarrement sous l’impulsion de l’utilitarisme
anglo-américaine ce vidage de corbeille est
totalement fumisterie.
Vider la Corbeille, Vider la TRAME, LES RÉSEAUX,
DÉNOUER.

Macron-Rothschild : la valise, la valise, la valise ! Casses-toi !
Et LE PLAN (des Google-transhumanistes)
 
 
anipucsac1.gifDeuxième partie : Cette civilisation des COMMODITÉS  
 
 
CORBEILLE : POURQUOI QUELQUE CHOSE PLUTÔT QUE RIEN ?
Dans la Corbeille actuellement en plus du PUR-IMPUR nous avons la dualité DEDANS-DEHORS avec ses Tôles-Boulons-Béton-Verre qui bétonnent totalement la Conscience infinie en Son irréductible Instant, Sa Paix éternelle, Sa Vacance infinie. Tôles-Boulons-Béton-Verre qui évidemment bétonnent la Cité du citoyenisé mondialisé.

Vider sa Corbeille : se vider de son asservissement mental ou raison ! Mais perdre la raison, ce n’est pas donné à tout le monde qui suit les conventions de la couverture sociale et de là où on lui dit de Faire/Fer !!!
« N’EST PAS FOU QUI VEUX », devise du psychiatre Henri Ey (1900-1977), c’est-à-dire que l’on ne peut pas toujours nier le Seul Réel, décider que ce que l’on perçoit par ses cinq pauvres sens est faux, n’existe pas, voie de l’aliénation mentale, qui de nos jours semble la voie de tout le monde ou presque ! L’aliéné moderne décide que ce qu’il voit est « vrai », que c’est une « preuve », qu’il l’a « mesuré » avec son instrument de mesures construit par lui et ses travailleurs du chapeau (ingénieurs) ; la voie de l’aliéné mondial cet être humain « normal » qui a en haine le Seul Réel puisqu’il se conforte dans ses objets et son pouvoir d’achat.
CONFORT = VOIR ET CONSTRUIRE UNE VIE EN ROSE EN TOUS GENRES. ÉVIDEMMENT BIEN VITE LE ROSE VA DEVENIR GRIS, ET IL FAUDRA LE DROGUER TOUJOURS PLUS POUR QU’IL REDEVIENNE ROSE !

Les gens ne vident jamais la corbeille de leur cultes, de leurs rituels, que ce soit chez les judéo-maçons spéculatifs ou dans le gouvernement du régime républicain. Les gens ne vident jamais leur corbeille d’être membre de ceci ou de cela, d’être la filiation de ceci ou de cela ; il ne vident jamais leur corbeille et continuent de se prendre pour un Juif, ou un Chrétien, ou un Musulman, ou un Italien ou un Américain. Tous ces gens ne vident jamais leur corbeille et après ils viennent nous parler « écologie » ou de « faire un geste pour la planète », à cause de la pollution parce que ces humains oublient de vider leur corbeille ! Ces mêmes gens comme Google et ses transhumanistes bouffent un courant électrique monstrueux pour stocker des Big Data à n’en plus finir croyant qu’il vont posséder la « conscience de l’humanité » afin de mieux la servir (entendre : mieux l’asservir, ça sonne pareil !).

Les gens ne vident jamais leur corbeille PARCE QU’ILS ONT PEUR DU VIDE, ILS VONT S’EMMERDER ; LA LIBERTÉ, QUEL SOUCI ! MIEUX VAUT LE CONFORT DE L’ASSERVISSEMENT TOUT AZIMUT COMME MAINTENANT. MIEUX VAUT LA PENSÉE UNIQUE ET SES CONVENTIONS-PRÉJUGÉS, SA COUVERTURE SOCIALE DE SON « VIVRE ENSEMBLE », SON SÉCURITAIRE ET SES COMMODITÉS (dans tous les sens du terme : grosses commissions, bourse, besoins, bref, les excréments…)
Les gens ne vident pas leur corbeille parce qu’ils vont penser que ça les prive de leur liberté.

Ne pas vider sa corbeille c’est rester dans l’ego superficiel du moi-je avec ses souvenirs, sa connaissance toute faite (ses data), ses désirs et ses distractions, son arrogance, ses peurs et ses désirs et ses espoirs. VIDER SA CORBEILLE C’EST VIDER SON MENTAL POUR CÉDER LA PLACE À LA NON-LIMITATION DE LA VIE ; ALORS SEULEMENT L’ÉNERGIE LIBRE SE PRODUIRA.
AINSI, IL N’EST POINT ÉTONNANT QUE LA CRISE PREMIÈRE SUR NÔTRE TERRE EST CELLE DE L’ÉNERGIE SPIRITUELLE (pas celle du pétrole ou autre !!!), car les gens ne vidant jamais leur corbeille ne lorgnent que vers les besoins physiques.

Simple, refuser le GRATUIT c’est refuser le Seul Réel. Quant à la Corbeille, elle fait la partie du Thème des bébés « sauvés des eaux » (Moïse, Œdipe, etc.) ; Corbeille = totalité/matrice. Avec les Google et ses transhumanistes et leur Big Data et culte du winnerisme leur corbeille n’est pas prête de se vider…

CORBEILLE : POURQUOI QUELQUE CHOSE PLUTÔT QUE RIEN ? PARCE QUE SUR CETTE TERRE, ON NE VIDE JAMAIS LA CORBEILLE À CAUSE DE LA CROISSANCE QUI NE FINIT JAMAIS. Alors après il y en a qui s’étonnent et n’ont que le mot « écologie » à la bouche.


VIDER LA CORBEILLE POUR TROUVER LA CAUSE PREMIÈRE ?

À cet Instant là, l’humain trouvera sa propre VANITÉ/Vent/Vain [VAI]/Vide/Vague/Venin/Vulgaire.

VIDER LA CORBEILLE pour retrouver l’ÉCRAN sur lequel se projettent les vanités de ce monde et qui n’affectent pas l’Écran. En d’autres mots, en vidant la corbeille  la libéré s’aperçoit que tous les phénomènes de la manifestation universelle, avec son jeu incessant d’agité, ne sont perçus nulle part ailleurs que sur l’Écran ou Conscience infinie seul support de la manifestation ou spatio-temporel.

ALORS PLACE À LA TRANSPARENCE : la création en firmament vide et transparent de la Conscience au sein de laquelle Elle demeure en sa Vraie Demeure, car rien n’existe qui soit de ce qu’on appelle « matière ».
POUR-VOIR (définition) : c’est la saleté nommée « visibilité » (la perceptibilité du monde par les cinq sens et son mental), laquelle n’existe nulle par ailleurs que dans l’un des cinq sens, notamment la vue (en réf. du Yoga Vasistha, YV III 4, 52) ; la manifestation ne peut résider nulle part ailleurs que dans l’écran-miroir de la Conscience infinie, le Soi.
Se représenter le monde en tant que distinct de l’Écran-miroir de la Conscience infinie est la source de la souffrance de ce monde ; mais se le représenter comme subsistant dans le miroir de la Conscience suprême les rend non-existants. La relation du Soi avec le monde est pareille à celle du miroir avec ce qui vient à s’y refléter SANS L’AVOIR EXPRESSÉMENT VOULU. De la même manière arrive la différence et la non-différence du Soi et du monde (en réf. YV III 122, 37-38).

La Conscience infinie est comme la FLAMME D’UNE BOUGIE qui éclaire les trois mondes (veille, rêve, sommeil profond), et qui manifeste les actes dans l’Univers, comme la lumière de la bougie nous fait distinguer des substances porteurs de couleurs.
VIDER LA CORBEILLE : LA STARGATE ou le TROU DU TROUVÈRE qui rend à même d’accueillir  à la surface tous les reflets possibles, multiples et changeants, alors qu’en fait le TROU (l’Écran-Miroir) demeure immuable à jamais puisqu’il n’est jamais affecté par ces reflets. En d’autres mots, le VOYAGEUR réalise que tous les phénomènes sont uniquement SUR l’Écran. Quand on contemple l’océan TEL QU’IL EST, la forme des vagues, des bulles, de l’écume, etc., il n’existe plus, de même si nous considérons le monde visible à la lumière de la Seule Réalité ultime, la phénoménalité disparaît dans le néant (réf. YV VIa 114, 22).
Lorsque le cuivre du miroir est nettoyé, il se transforme en Or de la Réalité ultime, pleine d’une insurpassable et permanente Félicité telle que n’en sauraient procurer les plaisirs corporels (réf. YV III 91, 49).
La Conscience infinie, le centre qui est nulle part, n’est visible que sous forme de la VACUITÉ CREUSE DE L’ESPACE VIDE : « La vacuité de l’espace vide du firmament, qui constitue seulement la forme de la Conscience universelle, n’est pas différente de cette dernière » (YV VIb 148, 34).

Le YV VIb 25, 7 dit : « Rien n’existe que la Conscience pure et vide, de même que dans le ciel sans limites rien n’existe que la Vacuité ».


CORBEILLE : DEDANS POURQUOI QUELQUE CHOSE PLUTÔT QUE RIEN ?

Questionnement sur une énergie AUTO-RÉALISATRICE, aussi appelée « énergie libre », parce qu’elle est à soi-même son origine et son commencement absolu : « Le Maître originel des créatures est connu comme l’Être existant par soi-même (cas de Ptah, puis d’Osiris, puis du Christ-Jésus) ; Il est ainsi incréé en raison de l’absence (dans Son cas) d’actes antérieurs (de nature à entraîner sa renaissance et dans la logique de l’évolutionnisme ou RÉDEMPTION) » (YV III 14, 7). « Cet espace vide qui n’est que pure Conscience SANS COMMENCEMENT NI FIN est la Cause des causes, Elle est infinie, apaisée, pure Lumière sans déclin et partout répandue [le Centre nulle part ou Ainsité] » (YV VIb 82, 4).

S’il y a Cause des causes, ce ne peut qu’être sous le mot GRATUITÉ : le Premier Principe Originel universel qui fait venir à l’existence le monde ne peut l’engendrer que d’une façon absolument souveraine, autonome, GRATUITE (et certainement pas un utilitarisme du genre : soulageons l’humanité, comme certains « soulagent » ceux qui ne sont pas comme eux afin de les « aider »… (soulager entendre les escroquer, les piller).

La Cause des causes ne peut qu’être tributaire des actes passés des créatures imposant leur détermination  limitante (ainsi que de ces causes universelles que sont l’espace et le temps qui coule lorsqu’il recrée, par grâce ou gratuité, le monde à chaque nouvelle phase cosmique au sein des kalpa (temps), de manière que les âmes puissent rencontrer les expériences nécessaires à leur évolution et atteindre la délivrance (principe du Salut ou de la Rédemption des religions abrahamistes) ; mais dans le Yoga Vasistha c’est le contraire : seule existe la Création originelle, sans Rien.
LE PLAN : Ainsi, je soupçonne les Google et transhumanistes de vouloir se bombarder « Cause première » afin de régenter le prochain cycle de l’Univers pour des milliards d’années… Évidemment ce PLAN tombe dans l’invention d’une temporalité : ce qui « reste » du précédent cycle de l’univers précédent…

Le Yoga Vasistha pense l’acte de Création comme libre par excellence, comme GRATUIT, comme SINGULARITÉ PURE : l’Acte Originel, cette SPONTANÉITÉ dont sont issus les choses et les êtres qui viennent au spatio-temporel, soit dans L’ABSOLU LIBERTÉ, donc DANS L’ÉNERGIE LIBRE OU AUTO-PRODUCTION QUI, AYANT SA CAUSE EN ELLE-MÊME (FRACTAL), DÉJOUE TOUTE SOUMISSION OU DÉPENDANCE À L’ÉGARD D’UNE CORBEILLE (reliquat ou les restes de data (1)) en forme de corbeille ou réservoir de virtualités ; autrement dit, à l’égard de restes du passé (en ayant évidemment inventé le temps), qui, d’un kalpa à l’autre, seraient les germes de la variété ou de la « coloration » de l’univers.
Ainsi le Yoga Vasistha s’inscrit au contraire du isme ou système d’une Cause première formant un « principe explicatif ultime », genre : « Au Commencement était le reste » (ce qui ne peut que tomber dans la temporalité ! ou aussi bien le passage d’une vie individuelle à une autre que d’un cycle cosmique au suivant. Le Yoga Vasistha refuse le dogme suivant lequel le monde visible subsisterait sous la forme d’un germe au terme d’un grand kalpa (YV IV 1, 19-36).

Inventer le « souvenir de la phase cosmique précédente » pour participer et engrosser la nouvelle phase cosmique est ce que refuse le Yoga Vasistha : « Assurément, pour les Brahma [les Créateurs qui se succèdent, alors que pour l’abrahamisme il n’y a qu’une big fixation…], il n’y a pas de grand kalpa, pas plus qu’il n’existe de cause pour Brahma existant par soi-même » (YV III 13, 42cd-43ab).
« Quiconque a eu antérieurement un corps, accompagné des actes de son existence antérieure, en conserve la mémoire, laquelle cause sa renaissance. Mais comme Brahma [créateur et une des 3 divinités de l’hindouisme] est dépourvu d’actes antérieurs, comment se pourrait-il qu’Il se souvînt de quoi que ce fût ? C’est pourquoi Brahma existant par soi-même [comme le Dieu égyptien Ptah] brille sans autre cause, si ce n’est son propre intellect. Il a une nature qui n’est pas différente de sa propre Cause. Il existe de toute éternité et son corps est né de Lui-même [comme Ptah]. Cet Être non engendré, ô Rama, n’a point de corps mais seulement un corps subtil » (YV III 3, 3-6).
« Le Soi suprême ne peut avoir de souvenir du passé au début de la création en raison de l’absence pour Lui de naissance antérieure, de même qu’il ne peut y avoir de grand arbre dans le ciel » (YV IV 3, 4).

Pour le Yoga Vasistha toute création est absolument sans précédent (comme dans l'Instant) : « En vérité, cet univers, dont on fait l’expérience, est un rêve sans précédent (de Brahma) » (YV VIb 195, 41ab).
Comment alors concevoir la venue du monde vers sa concrétisation à partir de son origine ? Comment est-on passé de ce qui était avant le monde, du non-monde, du sans noms-les-formes indéterminées et indifférenciées à la figure mouvante et multiforme du monde que nous subissons actuellement ?
Selon le Yoga Vasistha, nôtre compréhension de l’origine de l’univers s’étend aussi loin que nôtre compréhension de sa nature intrinsèque.
Ne pas oublier les « Lois de Manu » qui intéressent une certaine judéo-maçonnerie spéculative, lois proches des caractéristiques du Védanta tardif…

Émanation du monde par le Soi ou Dieu, le ‘Je’, le Centrum Centri analogue à l’ARAIGNÉE qui tisse sa toile, Araignée en tant que SOURCE d’émanation et de dissémination du multiple, l’Araignée étant à la foi la cause : elle tisse ce qui vient de son corps et elle est créatrice et cause matérielle de sa toile, qu’elle tire de sa substance organique et sécrète hors de son abdomen. Certains voient la maya ou illusion assimilée à l’organe sécréteur du Seigneur, est l’instrument divin de la Création, la maya, qui est la puissance magique de même que la toile est issue de l’Araignée qui la sécrète, ainsi ce qui est inerte est-il issu de l’Intellect divin et la Nature est-elle issue de Brahman [le Soi], de par son principe conscient toujours éveillé [toujours dans l’Instant] » (YV III 96, 71).
« De même que tu peux te représenter l’existence des éléments partout dans le monde phénoménal, tu peux te représenter l’omniprésence de l’Intellect divin en tant que substrat [Écran] des éléments » (YV VIa 63, 65).

Ne pas oublier LE DOGME ACTUEL ET TYRANNIQUE DE L’ATOMISME qui prétend réduire la matière opinionnée comme dense, solide et lourde, durable dans le temps qui coule, à d’infimes « particules ». Or, les « atomes » sont non seulement incapables par eux-mêmes de se combiner pour former les réalités naturelles sans une cause intelligente mais encore et surtout ils se révèlent, en Seule Réalité, insubstantiels [ils ne sont que des opinions et productions du mental]. D’après Jean Coulonval (Synthèse et Temps Nouveaux), dans la réalité, il ne peut exister de plus petits grains de Matière insécables, de corpuscule isolé qui serait un volume Euclidien. Ni à l’opposé un plus grand volume Euclidien qui serait la plus grande sphère possible contenant la totalité cosmique nageant dans un espace à l’infini.

L’Absolu est-Elle une « Vibration originelle » ? Ou simplement une Cause sans cause ?

L’Absolu est le Soi ou Shiva, la Conscience infinie ; l’ÉNERGIE LIBRE par laquelle elle-même et toutes choses SONT et n’agissent qu’en SON ESSENCE même (celle du Soi ou Ici et Maintenant). « De même que le vent et son frémissement, le feu et sa chaleur brûlante ne font qu’un, ainsi la Conscience infinie et son pouvoir de vibration inhérent sont-ils identiques en Essence » (YV VIb 84, 3 et 23).
Quand l’Absolu est au chômage, Il se nomme Shiva, tandis que l’activité de « l’Énergie » de la Conscience correspond au retour de la Déesse à sa propre nature (la vibration) (en réf. YV VIb 84, 3 et 23)

À suivre…

[En haut de page : dessin à la plume de Michel Roudakoff]


Note.
1. Reliquat figuré dans la Tradition par le Serpent cosmique (le « Reste », comme le Serpent semble être en ”reste” puisque sans pattes… et représentant de la SIMPLICITÉ MÊME… ce qui paraîtra scandaleux à certains…. que ça puisse exister…). Serpent cosmique ou KUNDALINI (macrocosme). Voir la ROUE figurée par l’Ouroboros : temps et vie à la fois, et probablement le père du ZODIAQUE.
Serpent, animal de puissance, souvent représenté en GUEULE, au bout d’un corps de serpent.  Un des principaux archétypes humains, voir son ADN en deux serpents…
 
 

Dernière mise à jour : 05-01-2019 23:58

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >