Accueil arrow News arrow Dernières news arrow La propriété c’est la dualité
La propriété c’est la dualité Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 02-10-2019 22:54

Pages vues : 102    

Favoris : 8

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Apocalypse, Apparence, Asservissement, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Guerre, Héros, Histoire, Humain, Idolâtrie, Information, Innocence, Inquisition, Instant, Intérêt, Intérieur, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Magie, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Oligarchie, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pèlerin, Peur, Pierre, Plume, Porte, Ptah, Race, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Silence, Simple, Social, Soi, Sophisme, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï, Zéro

 
cerveau_crane_propr_privee.png
 
 
La propriété c’est la dualité
avec depuis des siècles :
LA BANQUE (d’Angleterre nombril du monde,
maintenant à y ajouter l’autre nombril : LA CHINE).
 
 
Argent = F(R)ICTIONS
État = violences et frictions « légales » par sa trinité ARISTOCRATIQUE « armée-police-justice » et son « saint esprit » : les banques.
L’existence de tout État et de sa trinité est un danger mortel pour la communauté humaine. État = divisions à n’en plus finir conformément à la démocratie reposant sur les conflits d’intérêts, donc exposée à la frustration permanente (d’où des élections…).
GUERRES = APPAREIL D’ÉTAT MONOPOLISANT LA VIOLENCE À SON SEUL PROFIT.
LES CELTES SERONT TUÉS PAR L’ÉTATISME DE ROME parce qu’ils refusèrent de constituer un État.
DÈS QUE LA RICHESSE DEVIENT LUCRATIVE, ABUSIVE, ELLE DEVIENT MORTELLE POUR LA COMMUNAUTÉ HUMAINE (1).
 
 
La loi de succion ou eucharistie du peuple élu : le besoin de l’autre pour l’exploiter comme le Bernard-l’hermite a besoin d’une protection externe pour protéger son abdomen non pourvu de carapace. Ainsi il occupe des abris, qui sont pour la majorité des carapaces de gastéropodes. Une protection inverse de celle de vouloir se faire bien voir partout en proposant ses services, comme l’énonce l’Antienne du Talmud : « Rien n’est bon pour les Juifs si ce n’est bon aussi pour ceux qui les entourent », déjà définition du RÉSEAU et de son « SOCIAL » MERCANTILE OU INTÉRESSÉ aux pages 340, 359 et 365 du livre de Jacques Attali : Les Juifs, le monde et l’argent.
« S’installent alors d’extraordinaires réseaux masqués entre Juifs et marranes installés dans tous les pays de la chrétienté », écrit Attali page 369.
Et en page 481 Jacques Attali nous dit que ses « Bernard-l’hermites » trouveront quatre carapaces ou « refuges », mot qu’emploi Attali, « dont chacun, ils seront à l’origine de la modernité - d’une nouvelle façon de « reconstruire le monde », comme le dit si bien le Midrash [rabbinisme]. Quatre refuges, quatre matrices de la modernité : le socialisme, la psychanalyse, l’américanisation [l’Empire], le sionisme ». Ces matrices-refuges carapaces consolidés surtout après 1789 et tout au long du 19è siècle.

Comment fut fabriqué l’Empire USionistan ?
Par des propriétaires fermiers possédant des esclaves, qui s’enrichirent en saisissant l’avantage du travail presque gratuit y compris de vastes contrées elles aussi gratuites. En 50 ans le commerce et l’industrie galopaient déjà presque aussi vite que les bites informatiques d’où le transfert de l’essentiel des pratiques financières et d’administration gouvernementale au même groupe de personnes en Europe qui contrôlait l’Angleterre, la France, la Hollande, l’Espagne, soit l’Europe entière.

CE GROUPE DE PERSONNES CE SONT BIEN-SÛR LES JUIFS (Juifs protestants qui ne sont Juifs que pour faire du réseautage, du tout connecté avant celui de l’informatique ; bref, des « Juifs utilitaristes » qui prétendent « rendre service aux autres » [aux non-élus]). Ce sont eux les véritables « pères fondateurs » de l’Empire USionistan (les Astor (Séfarade), les Cabota (Séfarade), puis les Rothschild. Tout cela allait se retrouver dans le mode migratoire et celui des mines d’or, le trafic des prostituées et le développement du crime organisée qui est nécessairement lié à l’argent : celui de la mafia khazare Rothschild, toujours en activité.

Les entreprise banquières de New York sont à 100% des propriétés européennes : Espagne (autrefois séfarade, puis de Venise ou de Gène, puis de Francfort ou d’Amsterdam, pour finir à la City de Londres et à la réserve fédérale américaine, les Rothschild et « l’État » d’Israël.

Le 19è siècle US c’est évidemment en même temps que la fièvre de l’Or et du pétrole, les CHEMINS DE FER pour transporter tout ça et les ouvriers et matériaux et la nourriture nécessaires. La Kuhn & Loeb des Rothschild va contrôler ces chemins de fer dans l’Ouest encore vierge. Parallèlement à ça, il ne pouvait que se développer la bourse.
Cette fièvre d’Or et de pétrole fut favorisé par Jacob Schiff, qui tenait aussi la JP. Morgan et J. Borden Harriman banques de « façade ».
La « paroisse » Jacob Schiff est-elle à l’origine du sionisme (la fabrication d’un « État juif ») ? Toujours est-il que l’argent étant nécessaire à faire des guerres un peu partout, l’argent de Jacob Schiff fut utilisé pour la guerre de la Russie contre le Japon en 1905, qui va amener l’Empire par encore sionisté dans le système de la réserve fédérale (FED) avec l’engendrement des première et seconde guerres mondiales ; argent qui ne pouvait que servir également pour le 11 septembre 2001 et la guerre « contre le terrorisme » qui fut engendrée par la suite.


RAPPEL FONDAMENTAL.

Depuis les 10.000 ans de la voie de l’Agriculture, quel est le plus grand ETHNOCIDE en Occident ?
C’est celui des CELTES : d’abord en façade exterminés par l’Empire de Rome, puis par son Église. L’Empire de Rome reposant évidemment sur l’argent, surtout des Juifs déjà puissants côté business et usure. Ainsi les Juifs furent les prêteurs à intérêts de l’Empire romain : ils suivirent les légions à travers toute l’Europe, achetant les peuples conquis comme esclaves, surtout les filles et femmes celtes qui se vendaient à un fort prix en Europe du Sud et en Afrique du Nord, et au Moyen Orient. Les Juifs commencèrent ainsi à amasser des fortunes en commençant à prêter à intérêt aux officiers et soldats romains, tout en sachant que ces soldats et officiers romains pillaient afin de rembourser leurs emprunts.

Jules César et sa famille était endetté jusqu’au cou, avec le danger de tomber en banqueroute et d’avoir ses biens saisis. Jules César qui se vanta d’avoir tué un million de Gaulois et d’en avoir réduit un autre million en esclavage, et aussi un million de Celtes furent vendu aux Juifs comme esclaves. Encore une fois, le plus grand ethnocide en Occident fut celui des CELTES, à cause d’un type qui croulait sous les dettes.

L’effondrement de l’Empire romain fut une « mauvaise affaire » pour les Juifs. La Chrétienté fut violemment contre l’usure, voir l’épisode des « marchands du temple »…. Il y eut alors un semblant de paix, un semblant seulement puisque l’argent fut remplacé par les massacres et conversions des Païens ; mais tout recommença avec les Croisades et surtout avec les Conquistadors Espagnols et Portugais : les affaires des Juifs allaient retrouver un « NOUVEAU MONDE » : ils financèrent des navires pour le premier voyage de Christophe Colomb, ces fameux « convertis » au christianisme pour raison de business (phénomène du Bernard-l’hermite). Avant Hernando Cortes, ils croulaient sous les dettes ; Cortes même s’il pilla des milliards en or (valeur actuelle), il mourut pauvre et endetté.

Tout comme au bon vieux temps de l’Empire Romain, les Juifs s’assurèrent que les Conquistadors n’étaient rien d’autre que des OUTILS. La conquête espagnole de l’Amérique du Sud laissa le royaume d’Espagne couvert de dettes et fournit aux Juifs l’occasion de se refaire une immense fortune. Comme cela va se produire de nombreuses fois et en d’autres endroits dans le monde, les Espagnoles se montrèrent hostiles envers les juifs qui les avaient escroqués. Alors les Juifs transfèrent leur argent à Amsterdam, où régnait un mental plus libéral (« Amsterdam est devenue le temple de la spéculation, le lieu de formation des « bulles » financières », écrit Jacques Attali page 368 de son livre sur les Juifs et l’argent.

Mais Amsterdam était à l’poque sous l’influence du roi d’Espagne, et parfois sous occupation espagnole directe. Et l’endroit qui n’était pas sous contrôle espagnol, c’était l’Angleterre, très éloignée du pape et du roi d’Espagne. Mais big problème : les Juifs avaient été bannis d’Angleterre.
Arrive Guillaume d’Orange. Le roi catholique James avait irrité les protestants anglais et iceux cherchaient quelqu’un pour le renverser. Il n’avait pas l’argent ni l’organisation pour le renverser.

L’interdiction pour les Juifs de pénétrer en Angleterre fut levée. Puis arriva le WINNER : la création de la Banque d’Angleterre. Les Juifs avaient fondé la Banque d’Amsterdam en 1609 ; ce fut la première banque centrale au monde, suite aux ravages provoqués dans le « nouveau monde » qui rapportèrent tant aux juifs « protestants ». En 1694 Guillaume donna un charte à cette banque d’Angleterre, BANQUE PRIVÉE : les actionnaires tous des Juifs avec des noms espagnols et portugais : les De Pinto, Jacob Del Monte (alis Jacob Del Sotto, alias Jacob Van den Bergh, alias Cornelius Van Dick), Suasso, Bueno de Mesquita, Da Costa (et Nunes Da costa), les Fonseca, les Mendes, les Nunes(z), Jacob Henriques, Samson Gideon, les Rodrigues, les Salvador, Salomon de Medina.
Cette banque privée anglaise commença à fonctionner comme si elle était une banque du gouvernement (elle fut en possession d’un énorme capitale par rapport aux banques anglaises précédentes, qui lui permettait éventuellement de ruiner toutes ces banques anglaises qui lui déplaisaient. À l’époque les billets devaient avoir leur équivalent en Or métal, et si la banque ne pouvait fournir tout l’Or demandé, c’était la ruine et la fermeture de la banque)

La Banque d’Angleterre établit une règle simple : toutes banques qui voulaient rester dans son business devaient déposer une quantité d’Or à la Banque d’Angleterre, sinon, elles ne feraient pas affaires. Ainsi les Juifs avaient sous leur coupe toutes les banques anglaises. Conclusion : SYSTÈME BANCAIRE ANGLAISE = SYSTÈME FINANCIER JUIF = SYSTÈME FINANCIER CAPITALISTE DE CE MONDE.

Dans son livre : Les Juifs, le monde et l’argent, Jacques Attali, page 481 dit que ses « paroissiens » inventèrent QUATRE DOGMES-REFUGES : le socialisme, la psychanalyse, l’américanisation, le sionisme. On ne peut pas être plus clair ! Et à propos de socialisme, je renvoie de nouveau à l’ethnocide des CELTES PAR L’EMPIRE ROMAIN, qui DÉTOURNA LE « SOCIALISME À LA GREC », c’est-à-dire que les Romains de César vont reprendre chez les Grecs leurs concepts en les vidant de tout contenu « démocratique », ce qu’avaient fait avant eux la Macédoine… À la « liberté » les Romains vont lui substituer sont image abstraite, déjà virtuelle : « le droit romain », toujours utilisé en Europe (voir l'État de droit...).
Aux cours des guerres puniques, les Romains vont s’attaquer aux Celtes, alliés surtout à Carthage, assez lointaine donc peu dangereuse, ainsi va commencer leur ethnocide.

L’ethnocide des CELTES marque encore notre présent parce qu’il est presque totalement refoulé de notre passé.
L’ethnocide des Celtes est comparable à l’ethnocide des Peuples du Soleil (Incas, Mayas, Aztèques, etc.) par les Conquistadors Espagnols et Portugais grâce à l’argent des Juifs. Comparable aussi aux massacres des Indiens d’Amérique à la fin du 18è siècle et tout au long du 19è siècle pendant cette fièvre de l’Or et du pétrole.
LE POINT COMMUN DE CES ETHNOCIDES EST L’ESCLAVAGE : LA MORT EN SURSIS PIRE QUE LA MORT PAR FLÈCHE OU PAR BALLE D’ARME À FEU.

Pour conquérir les Gaules, il fallait à Jules César une marine (qui va là encore lui demander de l’argent…), afin de conquérir la Bretagne ; comme il l’a dit : « L’âme de la résistance gauloise vient de Bretagne, c’est là que les Druides lancent leurs appels à la guerre sainte contre Rome », soit la Bretagne était le dernier bastion du monde celtique agonisant.


RAPPEL
Depuis des décennies, depuis surtout l’URSS et le socialisme, il y a maintenant deux nombrils financiers en ce monde : La City de Londres et son washingtonisme, et la Chine et son capitalo-socialisme copie de celui de l’URSS (capitalisme d’État). Et ce nombril financier de la Chine DEVIENT PLUS REDOUTABLE que celui de la City, à cause DE LA TECHNOLOGIE GALOPANTE CHINOISE (voir par exemple l’invention récente d’une caméra chinoise de 500 mégapixels pour la reconnaissance faciale…). Le PLAN, toujours le PLAN : destruction de l’ÂGE D’OR pour amener le « libéralisme » du Moi-individuel contre le Moi-collectif dans cette époque du PATRIARCAT EN « PÈRE CULTURE » ET « MÈRE SENTIMENT » TOUT CONFORT.

Les Juifs seraient-ils impropres au travail pour qu’ils aient recourt aux quatre « refuges » mentionnés par Attali, et qu’ils aient systématiquement recourt pour vivre, comme pour protéger leur absence de carapace, au travail des autres ? FAUTE DE GUERRE ET DE BUTIN ?


Non-dualité = Amour ou Gratuité : l’UN. SANS POSSESSION : NE RIEN DEMANDER. NE RIEN EXPLIQUER, NE RIEN MONTRER, NE RIEN CONNAÎTRE, C’EST ACCÉDER AU RÉEL DANS LA NON DUALITÉ, dit le Soûtra de la Liberté inconcevable.
NON-DUALITÉ : NON-CAUSE, NON-NAISSANCE :
« Les causes primaires ne naissent pas plus qu’elles ne résultent de la réunion des causes secondaires. Pourquoi donc postuler des causes quand aucune cause, primaire ou secondaire, ne peut naître ? » (Soûtra de l’Entrée à Lankâ).



Note.
1. La « classe » guerrière des oppida du 1er siècle s’était réservé le monopole de la monnaie, qu’elle a d’abord introduit dans le mercenariat, donc déjà dans une forme de richesse. Mais cette richesse abusive, parasitaire, elle allait s’en débarrasser par le « potlatch », forme ludique de redistribution. MAIS LE FAIT DE DONNER CONSTITUE DIRECTEMENT UN POUVOIR… UN COMMERCE DÉGUISÉ….. UN COMMERCE À LA JUIF QUI NE POUVAIT QUE MENER AU WALL STREET ACTUEL…..
FAIRE UN DON = POUVOIR, notamment d’en retirer potentiellement des fruits. Comme l’écrit justement Fernando Pessoa dans : Le banquier anarchiste, l’altruisme et l’esprit de sacrifice ne sont pas naturels. « Ou : cette même logique qui me démontre que l’on ne naît pas pour être marié, ou portugais, ou riche ou pauvre, me démontre aussi qu’on ne naît pas pour être solidaire, MAIS SEULEMENT POUR ÊTRE SOI-MÊME. Donc le contraire d’un être altruiste et solidaire, C’EST-À-DIRE QUELQU’UN D’EXCLUSIVEMENT ÉGOÏSTE ».
EFFECTIVEMENT, LA FRATERNITÉ N’EST NULLEMENT UNE OPINION DE LA DICTATURE DE 1789. FAIRE DU DON OU AIDER UNE PERSONNE C’EST L’ASSISTER, LUI ENLEVER SA LIBERTÉ, C’EST LUI ENVOYER À LA FIGURE LE CONFORT CAPITALISTE ACTUEL, C’EST la torturer par la torture à l’eau, comme le supplice de la baignoire, plonger un moment le supplicié, puis le ressortir pour lui laisser tout de même un moment de respiration, et recommencer. DON ET PHILANTHROPIE À LA BILL GATES = ESCLAVAGE.
 
 

Dernière mise à jour : 02-10-2019 23:52

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >