Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Invention du temps et de l’histoire
Invention du temps et de l’histoire Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 26-11-2019 01:31

Pages vues : 390    

Favoris : 66

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Apocalypse, Apparence, Asservissement, Axe, Banques, Capitalisme, Carotte, Catastrophe, Champignon, Chimère, Christ, Confort, Contrat, Corps, Démocratie, Dépendance, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Enfer, Excréments, Héros, Histoire, Humain, Idolâtrie, Information, Innocence, Inquisition, Instant, Intérêt, Intérieur, Jardin, Juif, Langage, Liberté, Lucifer, Magie, Maux, Méditation, Mental, Messianisme, Miroir, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Paradoxe, Pèlerin, Peur, Pierre, Plume, Porte, Ptah, Race, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Shiva, Silence, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Univers, Vérité, Vide, Vieux, Viol, washingtonisme, Yokaï

 
clap_tr_yahve.png
 
 
Invention du temps et de l’histoire
Soit, inventer un sujet qui voit,
et un objet vu, ce qui sera appelé
« objectivité » ou « Objectivité de
la science » (dic. Le Robert).
En Seul Réel, il n’y a pas de sujet qui
enseigne ni d’objet enseigné.
Voir et écouter ne sont que des OPINIONS.
Ne pas être spectateur avec ses
yeux-ego afin de se déposséder et de
re-trouver la GRATUITÉ ou AMOUR ;
NE PAS ÊTRE UN SUJET QUI VOIT
UN OBJET VU ET PAR LÀ MÊME
INVENTER UNE F(R)ICTION ;
C’EST CELA VOIR, sinon comme de nos jours on
tombe dans le Pour-Voir (Pouvoir et celui d’achat)
celui des VOYEURS (comme les Judéo-maçons
spéculatifs genre Bédarride (1))
 
TEMPS : il faut une personne au minimum
pour voir l’ombre de l’aiguille projetée sur
le cadran solaire et ainsi inventer et
le cadran-horloge et le temps qui coule.
S’il n’y a personne pour l’observer, il n’y a
même pas le « mouvement » de l’ombre sur le
cadran permettant d’imaginer que
c’est « le temps qui passe ». Ainsi l’ego ou
conscience de la personne fabrique le temps.
Si au minimum deux personnes accordent leur
opinion pour estimer que c’est « le temps »    ,
LA F(R)ICTION POUVAIT COMMENCER, SOUS LE
CONTRAT, SOUS LA CROYANCE DE CES DEUX
PERSONNES, DE CE FAIT LE SOCIAL
EN SERA ÉGALEMENT INVENTÉ.


Être libéré du temps donc être libéré des pensées et de leur vagabondage tyrannique. (”Vous êtes libre de pensées”, dit le Maharshi à l’entretien 472 du 15-3-1938).

Les Frictions ou Fictions = la diversité, l’opinion et l’histoire, ce que certains appellent « réalité », qui serait produite par des « causes ». Causes et effets sont la manne scénaristique de Hollywood (forger des fictions à partir de simples apparences).
« REGARDEZ VOTRE MENTAL » ET IL DISPARAÎTRA : VOUS N’AUREZ PLUS D’ATTACHEMENT À DES FICTIONS NI AUCUNE CROYANCE, VOUS RE-TROUVEREZ VOTRE ÉTAT NATUREL DE SACHANT, SANS TEMPS. Les êtres ordinaires, dans le temps, ont beau s’approprier toutes sortes d’objets dans leur monde de leur consommation, ces objets n’en reste pas moins sans substance réelle ! En pratiquant le Retournement de la Lumière, les Libérés vivants, les Ainsi-venus s’adonnent à l’abandon des réalités ou fictions, abandon nommé : Renoncement, ou Putréfaction.

Absence de temps ou vivre l’Instant chez Lie Tseu dans son Traité du Vide parfait (absence de culture ou absence d’informations pour se libérer de ces poisons informations)
« La mort de son fils n’affligea nullement le Liangois [habitant du Liang] Wu de la Porte de l’Est.
- L’intendant : Nul au monde n’aime son fils autant que vous aimiez le vôtre. Pourquoi n’êtes-vous pas affligé de sa mort ?
- Wu : Je n’ai plus de fils. Je n’étais pas affligé lorsque je n’avais pas de fils. Mon fils est mort. La situation est identique à celle où je n’avais pas de fils. Pourquoi serais-je affligé ? » (Lie Tseu : Traité du Vide parfait, chapitre : Nature et Destin, paragraphe 13).
‘Wu de la Porte de l’Est’ s’est libéré de ses souvenirs et des f(r)ictions pour vivre le seul moment présent, le Soi. Il a retrouvé son état naturel. Il est libéré du monde des accidents ou monde spatio-temporel, ce monde des fictions et frictions (les HOTC : Histoire-Opinions-Temps qui coule).

Dans cette tyrannie de l’opinion, de l’art de la chicane ou polémique sans fin et du temps qui nécessairement va avec, le GRAND QUESTIONNEMENT devrait bien être :
- D’OÙ VIENT L’ERGOTAGE SANS FIN PROPRE À L’EGO DU CHACUN POUR SOI QUI POSSÈDE SA PETITE VÉRITÉ (dans le démocratisme marchand) ?
- Comment se délivrer et se purifier de cette dialectique infernale ? Car la dialectique est une saloperie comme la thermodynamique puisque ces deux concepts sont tournés uniquement vers l’extérieur, ce qui est montré par le fait qu’il est plus facile de critiquer ou d’opinioner sur la raison « pure » que de se critiquer soi-même et de remettre en question son ego et ses désirs. De même dans l’industrie de Big Pharma il est si facile et surtout si enrichissant économiquement bancaire d’empoisonner les humains par des médicaments qui ne soignent jamais, car tout au plus ils ne font que DANS LE TEMPS : ILS TEMPÈRENT, ILS ILLUSIONNENT LE PROBLÈME, ILS FONT DANS L’EXTÉRIEUR EN FAISANT CROIRE QU’ILS FONT DANS L’INTÉRIEUR….
- Et par là même, d’où vient l’erreur ? Et comment se purifier de l’erreur ? L’erreur commence par le déluge de la « culture », surtout amplifiée par le tout connecté informatique. La NOYADE EST ASSURÉE JUSQU’À CE QUE MORT S’EN SUIVE !
En procédant avec le Grand Questionneent, dans une première phase, il n’y aurait déjà plus aucune guerre sur la planète.

Suite à ce Grand Questionnement, il serait encore plus libératoire de se pencher sur la fameuse CROYANCE, qui empêche de devenir un Sachant. Parce que la Croyance, c’est comme la polémique ou l’opinion, un ÉVOLUTIONNISME SANS FIN : LA CROYANCE EST SANS OBJET, LA CROYANCE EST INDÉRACINABLE, Thème du Paradoxe de la Réalisation du Soi et sa Variation du même Thème qui est la Loi de Succion ou Eucharistie (voir l’encadré jaune de la page : Le CANCER du socialisme et de l’égalité). Donc la Croyance frise le Paradoxe de la Réalisation et de la Loi de Succion ou Eucharistie qui consiste à boire et manger la Divinité de Christ-Jésus ; on dit bien : « donner », ou « recevoir l’Eucharistie » comme une femme « donne le sein » à son enfant… On est bien dans les terribles temps des FRUITS OU DE L’ARGENT QUI RAPPORTE…..


Le Croyant c’est le DÉVOT ou ADORATEUR : policier, judéo-maçon spéculatif, le censeur, l’uniforme ou l’insigne, les « ismes » en général, le juge, le chef ; bref, tous ces gens du républicanisme et de sa chefferie et de ses opinions : les « IL LE FAUT ».
DÉVOT, ADORATEUR = CELUI QUI EST INCAPABLE D’AFFRONTER LE NON NÉCESSAIRE, C’EST DONC LE CLIENT ABSOLU DE LA SOCIÉTÉ DE CONSOMMATION ET DE SES BANQUES, LE CLIENT ABSOLU DES « VALEURS DE LA RÉPUBLIQUE ». C’EST DONC CELUI QUI REFUSE LA GRATUITÉ, QUI REFUSE LE SEUL RÉEL CONSIDÉRÉ COMME TROP CRU-EL.
Le dévot ne fera que dans l’ordre et aura ainsi pour profession celui de « service d’ordre », ou sera un membre du gouvernement du régime républicain (tous les « élus » en démocratie représentative sont de purs dévots, écoutez-les parler sur un média des « valeurs de la république » comme si c’était Dieu, comme si c’était une super colle forte à laquelle il faudrait coller….).
LE DÉVOT EST NORMATIF. IL SERA LIBÉRAL-LIBÉRALISME CAR OUVERT À TOUTES PRATIQUES, POURVU QU’ELLES REÇOIVENT L’AVAL D’UNE AUTORITÉ, laquelle lui donnera cours : une réalité considérée comme « terroriste », ou « impie », sera aussitôt adoptée si le juriste lui assure que « ça se fait », le policier que « c’est permis », le médecin que « c’est conseillé », le philosophiste à perruque que « c’est rationnel ».
La devise judéo-maçonnique « liberté-égalité-fraternité » est de la pure dévotion, de la pure croyance, de la pure f(r)iction.
Tous ces dévots seront dans une PANique extrême face au non-nécessaire, face au GRATUIT, face à l’AMOUR, SOIT PRÉFÉRER LE TOUT CONFORT ET LA DIVERSITÉ MERCANTILE AU DÉPEND DE SA PROPRE LIBERTÉ EN SE RÉFUGIANT DANS UN ORDRE IMPOSÉ ET FABRIQUÉ PAR L’EGO DES FORTS EN GUEULE ET EN ARGENT. Le refus du Gratuit ou de l’Amour est un refus du Seul Réel. Le refus de la non-causalité en fabriquant un Créateur, une « Cause première », qui par là-même en ayant une naissance ne sera pas éternel et inconcevable ou gratuit ! Donc se libérer même de l’être et du non-être… car l’éternel et inconcevable ou le Gratuit ne peut qu’être DANS MA RÉALISATION INTÉRIEURE, et non dans une opinion fabriquant le concept « d’impermanence des objets extérieurs qui ont une date de préemption et retournent au néant dans la déchetterie ». Les masses des consommateurs étant également des dévots, ils feront uniquement dans l’extérieur.

« Tant qu’existe la vibhakti [la séparation], il doit y avoir bhakti [dévotion]. Tant qu’existe le viyoga [la dés-union], il doit y avoir yoga. Tant qu’existe la dualité, il doit y avoir Dieu et son adorateur. De même pour le vichara [l’investigation du ”Qui suis-je ?”]. Tant qu’existe le vichara, il y a également dualité. Ce n’est qu’en s’immergeant dans la Source qu’il n’y a plus que l’Unité. Il en va de même pour la bhakti. En réalisant le Dieu de sa dévotion, il n’y a plus qu’Unité. Même la pensée de Dieu provient du Soi, elle est pensée dans le Soi et par le Soi. Dieu est identique au Soi », dit Ramana Maharshi à l’entretien 154 du 5-2-1936. Le Maharshi à la fin de cet entretien dit qu’il n’y a pas de différence entre la bhakti et le vichâra.
Il y a aussi la bhakti-marga (voie de la dévotion, introspection intérieure) : développer un idéal, « que ce soit Dieu, le guru, l’humanité en général, la morale, ou même l’idée de beauté. Quand un de ces penchants prend possession de l’individu, d’autres attachements faiblissent et l’indifférence pour les choses du monde se développe » (entretien 27 du 4-2-1935). Bref, ça peu s’approcher du Renoncement, question de Fléau de la balance afin de se libérer des possessions en diversités…
Actuellement la voie de la dévotion a dérivé incontestablement vers le politisme le plus aliénant, dont la laïcité à la française en est un gros symptôme !!!
Dans l’entretien 274 du 27-10-1936 le Maharshi explique que la recherche de son propre Soi s’appelle bhakti. « Bhakti et recherche du Soi sont une seule et même chose ».
Dans l’entretien 472 du 15-3-1938 : « L’aspiration au bonheur ne faiblit jamais [sens positif par rapport au sens négatif le plus généralement produit comme indiqué dans cette page pour le mot dévotion]. C’est cela la bhakti ». Même entretien : « C’est la bhakti que de se débarrasser des pensées qui ne sont qu’étrangères à vous, c’est-à-dire au Soi ».
BHAKTI = le Soi : « On est toujours Cela », dit le Maharshi à l’entretien 650 du 22-3-1939. Bhakti = penser à Dieu (”Cela signifie qu’une seule pensée prédomine à l’exclusion de toutes les autres. C’est la pensée de Dieu et c’est le Soi, ou c’est l’abandon de soi à Dieu”) ; ”L’absence de pensées, c’est la bhakti, c’est également la mukti [Libération]”.

Le Seul Réel, le Gratuit, ce sera le FLÉAU pour les dévots, lesquels se réfugieront dans la cause et effet, dans le sujet et l’objet, ainsi que dans toutes les mé-prises (par l’ego) et les f(r)ictions (de l’ego).
SEUL RÉEL : NI NAISSANCE NI NON-NAISSANCE.

LE TEMPS N’EST PLUS AUX CROYANTS MAIS AUX SACHANTS :
Ce qui semble accumuler, c’est la mémoire, aussi appelé « conscience », qui accumule des « informations » ou opinions ; et ce qui ne le semble pas c’est la Sagesse. Croire à la réalité des objets = croyance et conscience, ou raison ; et ne pas y croire = Sagesse ou être Sachant, Libéré.
Précepte salvateur du Lankâvatâra : « Réaliser par soi-même la sphère d’activité de la sublime Sagesse, c’est pour ainsi dire [jouer] comme les reflets de la Lune dans l’eau qui n’y est pas entrée et qui n’en ressort pas ». Définition de la Sagesse et du Sachant : l’Ainsi-venu ou Réalisé retour à l’immaculé, parce que cette Sagesse émane de la Réalisation du Soi (L’Esprit-Seulement, dans le Lankâvatâra, équivalent de l’absence de cause et d’effet puisqu’il n’y a que l’Esprit-Seulement, le ”Seulement” étant « l’espace de l’Essence »).

Le temps va naître quand l’humain se tournera vers l’extérieur, vers la « culture » (ou les informations-opinions) c’est-à-dire quand il commencera à devenir ALIÉNÉ : privé de Lui-même, privé de ses actions-non actions. Privé de Lui-même surtout à partir de l’arrivée des SPÉCIALISTES : ça commence très tôt au Néolithique et la voie de l’Agriculture avec LE spécialiste en chef : l’État….. Ainsi commence à se développer le CALCUL (mental) : l’histoire et la chronologie et la mémorisation, tous cela étant des ADDITIONS, DES INFORMATIONS, DES CHOSES EXTÉRIEURES.
La modernité du capitalisme commence en France en Occident avec les Croisades et Louis IX mais surtout avec le roi Charles V, qui en 1370 ordonne que toutes les cloches se règlent sur l’horloge du Palais Royal, qui sonne les heures et les quarts d’heures. (D’après Jacques Le Goff, dans “Pour un autre Moyen Âge”, chapitre Temps et Travail, page 76). TEMPS DE L’HORLOGE OU TEMPS EXTÉRIEUR, donc pure invention, PURE DÉVOTION !!! Et circulez ya plus rien à voir, puisque c’est l’horloge qui le dit, qui, comme le juge, le certifie ou qui fait FOI, donc dans CETTE CROYANCE INDÉRACINABLE CAR ACTÉ PAR UN UNIFORME, UNE BLOUSE BLANCHE OU UN BLANC-SEING (donner carte blanche), OU UN FLIC-FRIC, UN CACHET ET SA LETTRE DE CACHET….. LE TEMPS EST UNE PURE DÉVOTION…. UNE PURE FUITE DU SEUL RÉEL OU INSTANT, UNE PURE FUITE DU SOI DE RAMANA MAHARSHI.
Maintenant que les humains ont « la bombe atomique » (certains pays), ils ont aussi une « horloge atomique »…. My God !!!
De Charles V et sa temporalité officiel de dévot par son horloge de son palais royal, nous sommes passé d’une temporalité à aiguilles, analogique, à une temporalité « digitale » ou « atomisée », comme « numérisée », une pensée digitalisée… Big data ou informations obligent avec cette aliénation de tout vouloir VOIR, ou ME-SURER, pour se rassurer, pour jouer au DÉVOT et à l’ORDRE, POUR JOUER À L’ILLUSION, AU CONFORT, ET POUR ÉVIDEMMENT REFUSER LE GRATUIT.

Pour en revenir à l’ombre « qui bouge » sur le cadran solaire, en inventer le temps est identique à mesurer ou « voir », à l’extérieur, la rotation de la Terre et la durée du mouvement qu’icelle fera autour de l’étoile Soleil, et ainsi en inventer un temps, celui d’une « année » de « 365 jours ». Idem pour la rotation de la Terre sur elle-même qui mettre « un jour » ou « 24 heures ». Comme SUPER DÉVOTION ET CROYANCE ON NE FAIT PAS MIEUX ET DEPUIS LE NÉOLITHIQUE….. Car le dévot refusera de pratiquer quoi que ce soit sans heure, sans horaire, sans chef, sans État, voyez ce monde du salaria avec ses 7 jours de la semaine, ses jours chaumés et ses « vacances », ses « huit heures de travail par jour » de salaria, ses jours chaumés par les grèves ; quoi de plus DÉVOT que le SALARIÉ et son pouvoir d’achat et sa consommation à en crever ! Le temps du salarié est celui de son aliénation. Le dévot du libéralisme étant ouvert à toutes entreprises, POURVU QU’ELLES SOIT AUTORISÉES EN PREMIER PAR LE SYSTÈME CAPITALISTE DES BANQUES ET DU RÉGIME RÉPUBLICAINE ET SA DÉMOCRATIE, DONC AUTORISÉES PAR LA LOI.
Avec l’arrivée du temps, la fameuse « culture » amplifiée grandement à partir de la Renaissance grâce à l’imprimerie pourra commencer sa sape d’aliénation des humains. La culture naît quand le temps devient effectif en même tant que le dogme dévotionnel du salaria.

La mort de son fils n’affligea nullement le Liangois, dit Lie Tseu cité en début de page. Ce Liangois ne se laisse pas faire, ne se laisse pas asservir par le temps ! Car inventer le temps qui coule c’était inventer l’asservissement à sa Flèche, la Flèche du temps. Comme le dit si bien Barbe Bleue à sa femme : « VOILÀ LE PASSE-PARTOUT DE TOUS MES APPARTEMENTS », donc à nous la Vraie Liberté, À NOUS LE LIBÉRALISME ET LA DÉMOCRATIE. Seulement ce conte de Barbe Bleue est une copie du précepte de Roger Bacon : « Tout est possible, mais Tout n’est pas permis ». En effet, tout ce qui s’offre gratuitement, sans interdit, sans limite d’aucune sorte, ne sera possible qu’à la condition d’ignorer quelque chose, soit de ne pas percer un certain secret ; secret symbolisé dans le conte de Perrault par la clé d’un petit cabinet dont l’accès demeure interdit, sorte de mouture de la boîte de PAN d’Or. Or de nos jours de tout et tous connecté et de Big data, il est désormais difficile de garder un secret, de garder un COIN DE MERVEILLEUX, puisque ce sont les spécialistes qui s’en chargent (notamment Hollywood, et les médias divers)
Bref, Barbe Bleue permet les accès à toutes les pièces de sa vaste demeure, SAUF au petit cabinet. Cela va être la fin du Paradis, la fin de la vie heureuse et le début de la désolation de cet autre face du Dieu de Jacques Attali (page 693 de : Les juifs, le monde et l’argent). ARGENT = MORT, car l’argent est périssable, réversible, précaire comme la vie en spatio-temporel et terriblement volatil (voir les cours de la bourse…), et terriblement trompeur.
ULTIME SECRET DU PAN-D’OR-CABINET = L’EGO SI MORTEL.
ULTIME SECRET = CAROTTE. DONC « CACHEZ CETTE MORT QUE JE NE SAURAIS VOIR » (cette mort planquée dans le cabinet interdit de Barbe Bleue, cette mort qu’ignore naturellement le Liangois).
VOUS ÊTES NÉ ? ET BIEN VOUS ÊTES CONDAMNÉ À MORT. Voir à ce propos la page précédente : J’ai perdu la vie

Cabinet secret de Barbe Bleue = L’INVENTION DE LA DUALITÉ AVEC NAISSANCE ET MORT, soit l’ouverture de la boîte de PAN d’Or et toutes les conséquences qui vont se développer dans ce monde des accidents ou spatio-temporel. En ouvrant la porte de la pièce interdite la femme de Barbe Bleue découvrait, INVENTAIT, la terrible dualité naissance-mort, et par là même sa propre mort, tout à la fois éloignée mais immanquablement prochaine, marquant ainsi le commencement d’une période de désolation, comme maintenant nous tous avec le temps.
Le Langois perd son fils, ou perd ses « affaires en mourant », tout ce à qui et à quoi il tenait et qui le nourrissait ; mais comme la mort de son fils ne l’affecte pas puisqu’il ne possède plus rien, quand il mourra il n’aura pas besoin d’être libéré, par la mort, de tous ses compléments d’objets possibles puisqu’il semble ne pas en avoir n’ayant, pour ainsi dire, jamais eu de fils. Ce Liangois n’est donc pas un humain fragile comme le laisse entendre saint Augustin de l’humain ordinaire, celui du spatio-temporel : « La mort que l’âme doit vaincre n’est pas tant l’unique mort qui met fin à la vie, que la mort que l’âme éprouve sans cesse durant qu’elle vit dans le temps » (De immortalitate animae), cela dans le cas d’un réalisé, ce qui, encore une fois, ne semble pas la nature du Langois.
Le Liangois ABOLI L’HISTOIRE : aucune chose n’existe, pas même son fils n’a existé, donc l’oubli ou la mémoire n’a aucun sens pour le Liangois, il n’est pas menacé par « ceci s’est passé » et « ceci ne s’est pas passé », il n’est pas menacé par le « devoir de mémoire » du régime. Ce Liangois est en fait LA NON-CAUSE : RIEN N’A ENCORE COMMENCÉ, LA BOÎTE DE PANDORE OU LE CABINET DE BARBE BLEUE NE SONT PAS ENCORE OUVERTS : LE SEUL RÉEL EST SANS HISTOIRE DONC SANS TEMPS QUI COULE ; LE SEUL RÉEL EST DONC INSIGNIFIANT, GRATUITÉ, C’EST-À-DIRE INCAPABLE D’ENGENDRER LE PLUS PETIT ÉVÉNEMENT : PAS DE DURÉE DONC PAS D’HISTOIRE, PAS DE F(R)ICTION. L’INSTANT EST INSIGNIFIANT CAR SANS HISTOIRE : RIEN N’A ENCORE COMMENCÉ…. IL N’Y A PAS ENCORE LA NAUSÉE DE L’EXISTENCE (que Big pharma et l’économie mondiale de la drogue tente de « soigner ») : l’être humain EST LE DÉVOT, LE CROYANT MÊME qui se réjouit de son existence parce qu’il peut tout se payer avec son pouvoir d’achat. Jubilation et nausée ont en commun de faire percevoir le monde comme non prévue, non programmé ou non créé, non nécessaire et NON CONFORTABLE comme en quelque chose de trop, de GRATUIT (comme un ”geste gratuit”), une tache vilaine sur un visage, ou un petit pois sous l'oreiller qui empêche de dormir, comme dans le contre de fées : il y aura PANique, ou nausée, le EN TROP propre à cette société de consommation et de pollution généralisée, mondialisée, laquelle évidemment n’a aucune raison d’être, ce monde n’a aucune raison d’être…. Sauf par un Démiurge spécialiste en chef…. Dès lors que l’on croit en une existence SUR-PRENANTE, donc sous ASSERVISSEMENT par son fait même, faisant de cette vie UN CADEAU EMPOISONNÉ. ET SURTOUT UN CADEAU DONT SAURONT SE SERVIR LES HÉBREUX-JUIFS D’UNE MANIÈRE GÉNIALE comme exprimé par Jacques Attali dans son intéressant livre : Les Juifs, le monde et l’argent. Ces Juifs, de Grands Dégustateurs… jusqu’à la nausée…. Faisant de l’existence, non le Gratuit, mais le payant, dans de nombreux sens du terme….

ÉVIDEMMENT, SANS TEMPS, PAS DE MUSIQUE. Alors sale temps pour les salariés albumistes (ceux qui enregistrent des albums) ! Il n’y a pas mieux que la musique pour être lié au temps, avec ses mesures à quatre temps, à trois, à douze, à six, etc…. Rien de plus temporalité que le cinéma…. en plus lié à l’argent nécessaire pour réaliser de grosses fictions.

Ne pas ouvrir la boîte de PAN d’Or ou la porte du cabinet de Barbe Bleue : car le Libéré vivant qui s’adonne au NON-ÉVEIL OU NON-LIBÉRATION s’éveille à l’Éveil des Éveillés (pour référence au Soûtra de la Liberté inconcevable).
Boîte ou cabinet interdit = fabrication de la dualité intérieur-extérieur et en conséquence fabrication du temps pour aller de l’un à l’autre, comme pour aller du sujet à l’objet, et l’inverse….

LIBÉRATION = LIBÉRATION DU TEMPS ET DONC DE L’EGO : « Ce qui est nécessaire pour obtenir le but le plus élevé, c’est la perte de l’individualité. L’intellect [la raison chère aux perruques poudrées du siècle de leurs lumières] se développe en même temps que l’individualité. La perte de l’individualité ne peut avoir lieu qu’après la disparition de la buddhi [le mental, l’intellect], qu’elle soit bonne ou mauvaise » (entretien 502 du 14-8-1938).

Ainsi, PAS DE MENTAL : « Le mental scrutant sans cesse sa propre forme découvre qu’il n’y a rien de tel. Pour tout un chacun est ouverte cette voie directe », Upadesha-Sâram, vers 17 (The Collected Works of Ramana Maharshi, 1996, p.119). L’auteur de cette page peut le confirmer pour l’avoir vécu… de brèves secondes… C’est-à-dire que le mental de l’humain ne peut fonctionner QU’A PARTIR D’UNE SEULE RACINE : LA PENSÉE ‘je’ ou ego : ”Mânasantu kim mârgane krite / naiva mânasam mârga ârjavat” (le mental scrutant sans cesse…..). « Le mental n’a aucun existence réelle en tant qu’entité séparée », dit le Maharshi à l’entretien 427 confirmant que le cerveau N’EST PAS LOCAL, LA CONSCIENCE DE L’HUMAIN N’EST PAS SITUÉE SOUS UN CRÂNE, ANNULANT DÉFINITIVEMENT LE MYTHE POLITIQUE DE LA DÉMOCRATIE, DU MOI-INDIVIDUEL ET DE SA RÉPUBLIQUE À LA GREC ERGOTEUR ; ANNULANT DE CE FAIT LE TEMPS ET L’ESPACE, LE LOCAL ET LA LOCALISATION COMME LA PENSÉE SOUS UN CRÂNE, que veulent mesurer les cinglés de la technologie médicinale à coups d’électroencéphalogramme ou autres !!!
MENTAL, RAISON = EGO, LIEU, TEMPS ET EMMERDEMENTS EN ÉVOLUTION PERMANENTE.


Notes.
1. TOUT CONVENT(ion) OU CONSTITUTION SERA LE PRINCIPE DU JUDÉO-MAÇON ARMAND BÉDARRIDE ET DE SES PAROISSIENS, SOIT ADDITIONNER DANS LE TEMPS JUSQU’À LA « FIN DES TEMPS » TOUTES LES VÉRITÉS PARTIELLES CUEILLIES UN PEU PARTOUT (notamment par opinions et réflexions dans les obédiences ou loges). CE SERA ALORS LA RELIGION DES GOOGLE-FACEBOOK OU VOYEURS (BIG BROTHER). C’EST-À-DIRE RETROUVER LA RECETTE !!! (ce que la judéo-maçonnerie appelle le « nom-perdu » ou la véritable prononciation du nom de leur Dieu afin de « commander aux forces latents dans sa propre divinité (2) »).
Recueillir un peu partout des opinions d’ego narcissiques et échangistes en réseaux et tout connecté comme le sont les judéo-maçons du GOFD dont Bédarride (ou des réseaux du « tout connecté ») ne conduit certainement pas à une Vraie Libération ou Vraie Harmonie de l’Humanité.

2. Mythe judéo-maçonnique de la « Parole perdue » ou « perte du Nom Divin » : doctrine du kabbalisme à partir des lettres juives J.H.V.H. soit-disant le « Nom de Dieu », « celui qui commande », SOIT LE DÉMIURGE OU GRAND ARCHITECTE… Un Dieu en même soupe pour tous, comme l’écrit page 114 le 33è degré judéo-maçon C.W. Leadbeater dans son livre : Rites Mystiques Antiques - Un brève histoire de la Franc-Maçonnerie : « Car plongés dans la matière comme nous le sommes à notre niveau actuel d’évolution, nous ne pouvons ni prononcer ce Mot ni connaître la Nature divine dans sa plénitude, et nous ne pouvons percevoir que l’aspect extérieurs des choses - les consonnes restantes [du Nom de leur Dieu].  [IL Y A DONC PROJECTION ICI MAIS JAMAIS LE VÉCU DE L’INSTANT OU CONSCIENCE INFINIE, C’EST POUR ÇA POUR MOI, ET POSSIBLEMENT QUE LES HÉBREUX-JUIFS ”EN ATTENDANT” SE SONT LANCÉS À FOND DANS LE COMMERCE ET LE CAPITALISME, HISTOIRE DE « RACCOMMODER » LE MONDE ILLUSOIRE SPATIO-TEMPOREL]. Puisque nous ne comprenons même pas ces consonnes-là, il faut encore substituer un secret à cette partie du Nom Divin. C’est pourquoi on remplaça chaque occurence du nom Yahvé, lors de la lecture de la Loi, par le nom Adonaï - qui signifie « mon Seigneur » ; le mot moderne Jéhovah utilise, quant à lui, les consonnes J H V H et y intercale les voyelles provenant du mot Adonaï [travail du chapeau… créationnisme] ».
 
 

Dernière mise à jour : 26-11-2019 02:49

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >