Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Mal-A-dit 2
Mal-A-dit 2 Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 08-01-2021 22:40

Pages vues : 170    

Favoris : 21

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Gaule, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Nature, Oligarchie, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Reset, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
daumier_malade_tetemedecine.jpg
 
 
Mal-A-dit 2
Mal-à-dit, à l’époque où le « dit » était
trans-dit et D.I.T. ou déité.
Ce qui veux dire que le corps ne doit pas
se confondre avec l’éternel, soit l’être et
le non-être ou la non naissance ou éternité !
« Béchamp a raison, le microbe n’est rien,
c’est le terrain [le patient, le ‘je’ et ‘Je’]
qui est tout. Pasteur est un fou [et un killer] »,
disait Claude Bernard.
 
Depuis le killer Pasteurisé le corps de
l’Occidental est amplifié au centuple vu
qu’il est devenu un consommateur et utilisateur
(de ce corps…).
Le corps et son social sont devenu des « ismes »,
ce qui signifie qu’on n’est jamais mieux
aussi intelligents qu’en refusant l’intelligence !

soit refuser les « ismes », les « constantes » et
autres « logiques » et son conventionnel tous la
légitimation en MÉCANIQUE, donc en ZOMBIFICATION
TRANSHUMANISTE DE L’HOMME AUGMENTÉ à la Juif
Google des Ray Kurzweil vendeurs de prothèses.
Le télétravail en est un des rouages socialo-économique.

Le transhumanisme dans la vie sociale courante se
traduit par : « CLIQUEZ SUR CECI OU CELA », « TAPEZ 1 »,
« TERMINEZ PAR DIÈZE ». Bref, que des constantes,
des mécanismes zomfifiants. Avec au final style
1789 et Grand Reset en commençant à zéro avec
le calendrier républicain, le même reset est rêvé
par la ploutocratie capitaliste de l’après 1914-45
ressemblant à un : « Terminez par dièse » !
L’humain est déjà en phase de programmation
et il à l’air d’aimer ça !
C’EST LA MATRICE, LE RÉCONFORT (sens maternel) !!
Sauf qu’en républicanisme, il y a des rois
qui sont beaucoup plus rois que les autres !!!
Les « plus rois que les autres » sont les davosistes :
les plus de 3000 têtes d’œufs de multinationales
et de leurs bandes de politistes.
Ce sont eux les FABRICANTS D’ÂMES.

Le transhumanisme depuis longtemps est devenu
une politique : la mécanisation des ‘je’ dans son
social, dans sa couverture sociale ou le conventionnel,
SOIT LE VIOL DES FOULES.
Historiquement, la technologie ou ingénierie de la
mécanisation sociale a progressé en Occident et Europe
depuis l’Encyclopédie des Diderot et autres riches
perruque poudrées de leur siècle « des lumières »,
parallèlement à la mécanisation industrielle sous
la poussé de la prolifération des banques pendant
le 19è siècle européen et américain.


Voir aussi la page : Mal-à-D.I.T.

Depuis les Lénine-Trotsky-Staline, Hitler, Mussolini, De Gaulle, Nasser, Mao, et jusqu’aux Hollande-Macron, tous sont des fabricants d’opinions, de psychoses collectives tel le covidisme, des inventeurs de « ismes ». Tous, et leurs « brebis », veulent trouver la sécurité, éclatante en cette période de covidisme avec la sécurité dégoulinante de partout à travers LES VACCINS, trouver la sécurité ou le confort intellectuel et sentimental DANS LE TROUPEAU SOUS LA CONDUITE DES DAVOSISTES (les winners des plus grandes multinationales mondiales).

À notre époque de laïcité (à la française judéo-maçonnisée) il y a une mélange infâme entre le spirituel et la raison, où tout ce qui se présente comme caractéristique winneriste d’un psychisme de groupe ou de l’égrégore du moment, agglutine les âmes en un paquet visqueux, comme des paquets d’œufs de crapauds qu’on trouve aux bords des étangs, et qu’il est dangereux d’être un têtard qui veut vivre seul en tête à tête avec les lois naturelles de sa vie de têtard (sa réalisation naturelle de lui-même), sans la protection ou le confort de ce paquet de gélatine (le social) ; fait flagrant en cette fiction covidesque !


Le vidéo ci-dessous sur le Grand Reset est le bis repetita de 1789 en sa Variation économico-politique en ses deux pouvoirs intimement mélangés résume très bien L’EGO INVERSÉ SINGERIE DU MODE DE SOCIÉTÉ DES PEUPLES DU SOLEIL (Incas, Mayas, Aztèques, etc.) : Vous ne possédez plus rien, VOUS DEVENEZ LA PROPRIÉTÉ DE LA FIRME, DEVENU LE ROI OU EMPEREUR : VOUS DEVENEZ LE DON DE LA FIRME, EXACTEMENT COMME LE PEUPLE DU SOLEIL ÉTAIT VU COMME UN DON, ET NON UN DROIT.
LE GRAND RESET SIGNIFIE DONC LA FIN DE « L’ÉTAT DE DROIT ». Ce sera l’état service ou la GRANDE AMPLIFICATION DE L’UTILITARISME, L’APOTHÉOSE DE LA CONSOMMATION, LE PAROXYSME DE LA LOI DE SUCCION OU EUCHARISTIE ÉCONOMIQUE ET MATÉRIALISTE, PARCE QU’ENFIN TOUT SERA GRATUIT, évidemment et inévitablement selon des conditions certainement à n’en plus finir….
Le GRATUITÉ fut institué aussi bien dans l’URSS des Juifs bolchéviques que dans le Chine de Mao. Dans les deux cas, la bande organisée de l’État pillait les terres et exterminait les propriétaires de fermes pour construire des « fermes collectives ». Résultat : des millions de morts, à l’exception des bandes organisées de l’État.

Système politique des Incas : pur système socialiste ou communiste (au sens communautaire et non dans le sens du capitalisme d’État du communisme ou socialisme de l’URSS et de l’actuelle Chine) : un gouvernement patriarcal, MAIS SANS ARGENT.
Le peuple vis-a-vis du souverain était vu comme un DON, et non comme un droit. Le peuple renonçait à tout droit personnel, la nation, l’État était soumis à l’Inca. « Sous ce régime extraordinaire, un peuple raffiné à beaucoup d’égards, chez qui l’industrie et l’agriculture avaient fait, comme on l’a vu, de grands progrès, ne connaissaient pas la monnaie. Il n’avait rien qui méritât le nom de propriété. Il ne pouvait exercer aucun métier, se livrer à aucun travail, à aucun amusement, autres que ceux que la loi avait spécialement réglés. Les Péruviens ne pouvaient changer de résidence ou d’habits qu’avec la permission du gouvernement. Ils ne jouissaient pas même de liberté qui appartient aux plus misérables dans les autres pays, celle de choisir leurs femmes. L’esprit impératif du despotisme ne leur permettait pas d’être heureux ou malheureux, autrement qu’il n’était réglé par la loi. Le pouvoir d’agir librement - droit inestimable et inné de tout être humain - était annulé au Pérou.
Le mécanisme étonnant du gouvernement péruvien pouvait résulter uniquement du concours de l’autorité morale et de la puissance positive dans la personne du chef de l’État, porté à un degré sans exemple dans l’histoire de l’homme. Cependant une forte preuve de sa conduite généralement sage et modérée, c’est qu’il ait pu si heureusement fonctionner, et durer si longtemps contrairement aux goûts, aux préjugés et aux principes de notre nature », écrit William H. Prescott dans : Aztèques et Incas - Grandeur et décadence de deux empires fabuleux.

« Le gouvernement du Pérou était un despotisme, d’un caractère doux, mais absolu et non tempéré dans sa forme. Le souverain était placé à une hauteur infinie au-dessus de ses sujets. Le plus fier seigneur, malgré l’identité d’origine, ne pouvait paraître en sa présence que les pieds nus et les épaules chargées d’un léger fardeau en signe d’hommage. Comme représentant du Soleil, il était à la tête du sacerdoce et présidait aux solennités religieuses les plus importantes. Il levait des armées, et d’ordinaire les commandait en personne. Il établissait les taxes, faisait les lois, et en confiait l’exécution à des juges de son choix, qu’il révoquait à son gré. Il était la source commune d’où émanaient les dignités, le pouvoir, les traitements. En un mot, selon l’expression bien connue d’un despote européen, il était lui-même l’État », écrit Prescott au chapitre : La conquête du Pérou.

Prescott ajoute, que le gouvernement est fait pour l’homme, tandis qu’au Pérou, l’homme ne semblait fait que pour le gouvernement [COMME AUJOURD’HUI OÙ LE FRANÇAIS, OU L’AMÉRICAIN, OU D’UNE AUTRE NATION EST FAIT POUR L’ÉTAT OU NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA CITY DE LONDRES ET SES BANQUES]. Prescott ajoute cette remarque fondamentale : « Le Nouveau Monde est le théâtre sur lequel ces deux systèmes politiques, de nature si opposée, ont été mis en pratique. L’empire des Incas a passé et n’a pas laissé de traces. L’autre grande expérience dure encore [la notre], expérience qui doit résoudre le problème si longtemps discuté dans l’Ancien Monde de l’aptitude de l’homme à se gouverner lui-même. Malheur à l’humanité, si elle doit échouer ». Parce que l’être humain naturellement n’a pas le besoin d’un État, donc d’un gouvernement. Merci beaucoup Monsieur William H. Prescott.

Il est possible que les Incas, Mayas et autres Peuples du Soleil (sens du Centre est nulle part) soient la réincarnation d’un Univers précédant.

Le système communautaire des Incas dégagé de son despotisme absolu et de son principe étatique flagrant laisse entrevoir la prochaine communauté humaine accédant enfin à retrouver SA Liberté naturelle ; c’est pour cela et par intuition que je remet souvent en refrain ces extraits de William H. Prescott, malgré l’illusion d’un manque total de liberté pour le peuple, car l’INCA peut symboliser la COOPÉRATIVE-COOPÉRATION, c’est-à-dire le Soi…  Le Soi-Inca sera tout sauf la « gestion » de son peuple…. Car croulant sous nos technologies et craignant la mort comme jamais (depuis le Covid 19), presque personne ne sait ce que veut dire le mot « LIBÉRATION » ! Ramana Maharshi à l’entretien 38 dit que le chemin sur lequel on est déjà engagé est la libération, ce qui rejoint LA NON SPÉCIALITÉ : « À 10h je plante des poireaux, à 11h je promène le chien, à 15h je commence une fresque sur un coin de ciment frais, etc. »
LIBÉRATION = CE QUI EST MAÂT (direct, Ici et Maintenant, sans projection dans le temps).

« LA LIBÉRATION [moksha] CONSISTE À SAVOIR QUE VOUS N’ÊTES JAMAIS NÉ ». ”RESTE TRANQUILLE ET SACHE QUE JE SUIS DIEU”. Rester tranquille veut dire ne pas penser. Ce qu’il faut, c’est SAVOIR et non pas penser ». (Ramana Maharshi, entretien 131 du 6-1-1936). Dans l’entretien 139 du 19-1-1936 le Maharshi dit que la vraie naissance est la naissance de l’ego. « Quant à la Libération, il n’y a rien de nouveau à gagner. Elle est l’état originel qui demeure toujours inchangé ». État originel que j’appelle ÂGE D’OR.

FLÉAU, PERTE = ne pas ré-utiliser la merde capitalo-républicaine des tôles-boulons-acier-béton-verre des villes : DANS LA PERTE TOUT SERA À RÉ-INVENTER, d’où aussi le sens du mot Fléau…. Car le tout confort zombifiant va inévitablement sauter…..
FLÉAU, PERTE = pas de valeur, pas de gestion puisque pas de travail, pas de comparaison, pas d’échange, pas de monnaie ni de nomadisme de produits, par de recherche de ceci et de cela de rentabilité et de rendement.

Voir aussi la page Plaider la cause du monde n’est pas être COUR

Mal-à-dit, à cause du LANGAGE : les constantes ou dogmes scientifiques, politiques, philosophiques, économiques, moraux, sont ipso facto FAUX. Aucune vérité quelle qu’elle soit ne peut s’exprimer par un langage corporel et donc en noms-les-formes. La vérité relative en sujet-objet ne peut pas être transmise dogmatiquement. À ce hui Nous continuons à confondre dogme ou constante (comme la ”vitesse de la lumière”) avec vérité !
Les noms-les-formes en eux-mêmes, c’est-à-dire la réalité seulement relative en dualité sujet-objet, sont pures perceptions par les cinq sens, mais, aussitôt que Nous leur attribuons des qualités, que nous les évaluons, les calculons donc, ils deviennent des concepts affectifs comme choses possédées par la loi de succion et en tant que telles, elles sont parfaitement illusoires, sans réalité ; elles ne sont que des opinions et rien de plus.

Mal-dit : parce qu’ici-bas Nous vivons, c’est-à-dire : NOUS SOMMES « VÉCUS ».
Sans maladie, Nous vivons DANS L’INSTANT, parce que Nous n’existons pas dans une continuité genre Histoire-Opinions-Temps qui coule, mais seulement dans l’Instant.
Sans maladie = sans le temps, le ‘Je’ intemporel.
LA MALADIE DES OCCIDENTAUX : C’EST LE TRAVAIL, là encore inscrit en clair dans l’Encyclopédie des Diderot et Cie. Et avec le coup du Covid-19 la maladie est flagrante et va même fourguer le télétravail…
MALADIE = LE FAIRE/FER, QUI DEVIENT LA CROYANCE, L’OBSESSION JUGÉE COMME LA « VERTU DE FAIRE QUELQUE CHOSE ». Cette attitude de maladie présente est construite sur l’opinion tacite que les noms-les-formes sont non seulement réels mais en plus profitables (création des besoins pour faire fabriquer-vendre-acheter). Nous sommes ainsi dans une société de l’avoir, au lieu de la vivre dans l’ÊTRE.
Si Nous vivions uniquement dans l’INSTANT, dans le ÊTRE, il n’existerait que L’ACTION : la Fixité Cavalante, le Travail au sens pur, et toute notre passivité ne serait pas de l’oisiveté mais du « non-agir » dynamique !

La peur du Covid-19 est légèrement lié, surtout à cause du « sanitaire » (au sens de « sain », pur) à la PANique que les humains actuels drogués au salariat éprouvent lorsqu’ils sont confrontés à la possibilité de n’avoir rien à faire/fer qui est parallèlement une peur de ne rien trouver entre leur ego relatif et leur Soi, leur ‘Je’.
Le « travail » au sens du salariat est une DISTRACTION dans cette société du spectacle, constituant un RIDEAU entre le ‘je’ et le ‘Je’. Si le faire/fer devait tomber nez-à-nez avec leur ‘Je’, la mascarade de la persona à ce hui doublée du masque covidesque s’écroulerait, les citoyenisés seraient nus et humiliés, conscients de leur nullité, et ils seraient préparés à comprendre qu’en cela réside la Félicité naturelle. Le Vide apparent est le Zéro indien (le plein…).
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 08-01-2021 23:01

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2021 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >