Accueil arrow News arrow Dernières news arrow INSAISISSABLE toujours
INSAISISSABLE toujours Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 23-12-2021 01:39

Pages vues : 1164    

Favoris : 54

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Aiguille, Argent, Artifictiche, Atlantide, Autorité, Banque, Christ, Commerce, Convention, Croyance, Diable, Dragon, Égrégore, Enfer, État, Feu, Guerre, Images, Jardin, Marchandise, Marxengelsisme, Nostalgie, Paradis, Peur, Pointe, Pouvoir, Raison, République, Rêve, Serpent, Silence, Social, Spirale, Transhumanisme, Verbopinion, Vie, Vierge

 
tore_couleurs_ouroboros.jpg
 
 
INSAISISSABLE toujours
Insaisissable : antigravitation
et s’envoyer en l’R.
INSAISISSABLE = DEVENIR INADAPTABLE,
NON SOUMIS À CE MONDE DE SOUFFRANCE
ET DE POSSESSIONS D’OPINIONS.
Insaisissable comme le SYMBOLE :
le symbole ne se fige pas, c’est un Gate
gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ

(Allé, allé, allé au-delà, allé complètement
au-delà, l’Éveil, ainsi), utilisable
perpétuellement, comme un Minéral-Métal
en fusion.
 
NOËL = la saisie parfaite de tous les
cadeaux, mot qui a pour étymologie
CHEF, CAPUT, TÊTE et donc MENTAL, OBJET,
CAPITAL
et qui est ainsi dans la parfaite
dimension du capitalisme déformant
totalement le sens de la Nativité.
Le cadeau est devenue une singerie
ou une inversion de l’Amour, soit
une servitude de ce monde de la servitude
et de la soumission à l’objet,
au corps, au mental.

NOËL = L’INSAISISSABLE : ne pas convier
ou faire des cadeaux au mental par des
pensées-opinions en Faire/Fer de ceci
ou de cela qui seront les pires ennemis.
NE PAS PRODUIRE DE PENSÉES EN CETTE PÉRIODE
DU CHRIST NATIF, EN CETTE NUIT DE NOËL.
NE PAS PRODUIRE DE PENSÉES ET DE FAIRE/FER
SIGNIFIE LA VRAIE PAIX, LE SILENCE EN SOI.

INSAISISSABLE mais visible en aucune couleur
définissable, car tel un CAMÉLÉON, être de
toutes les couleurs, et il n’y a rien au
monde qui ait autant le même aspect que
l’INSAISISSABLE.

INSAISISSABLE COMME UN ENFANT PUR DE
NAISSANCE, avant que l’éducation ne
le saisisse  et l’altère, le fermente,
car les adultes formatés ne le respectent
pas jusqu’à ce qu’il soit une compagnie,
un social pour eux, et c’est alors qu’ils
le détruisent en le saisissant.

L’État, le dehors et l’objet, le salariat
saisissent les âmes et les fabrique.

INSAISISSABLE comme un nomade ou un
voyageur ou certains qui quittent un
endroit pour ne jamais revenir, tout comme
la vie ne retourne jamais à ceux qui sont
morts, ou : la vie qui a abandonné un
corps ne retourne pas s’y loger ; quand
d’autres demeureront sur place voyant
dans tous les lieux de l’espace-temps
la Vraie Demeure, celle de l’Instant ou
l’Unique. Tout ce qu’ils savent, c’est que
LE CORPS N’EST QU’UN VAISSEAU OU LOGIS
TEMPORAIRE POUR L’ÂME ET LE MONDE,
VAISSEAU OU VASE-VALLÉE, COUR, ENCLOS,
LE VAN (1), LE JARDIN, LE TAPIS VOLANT
ENGLOBE LE CORPS.

Paradoxalement le Gate gate est aussi une
manifestation de la loi de succion : Le Tout
fait plus que la somme des parties : une
entité contient des facteurs ([FACEON] du
latin Factionem : action de faire ; depuis
1699 : ce sont les éléments qui constituent
la chose) que l’on ne peut identifier ;
si l’on décompose cette entité pour analyser
ses parties constituantes, cela n’indique pas
son héritage génétique, ni sa valeur biologique,
ni vraiment son fonctionnement.
C’est comme remplacer un symbole par un
autre symbole : le pourquoi sera toujours là.
Ou bien traduire un symbole ancien en langage
clair actuel et rationnel. Le pourquoi, en fait
l’attirance ou loi de succion sera toujours là.
La chose se découvre, tout en se revoilant.
« Ah ! elle est passé ». (Du conscient, elle
est redevenu inconscient !)
Le grand ennemi des symboles c’est la
rationalisation (raison contre intuition).

Attention : quel est le BON symbole :
celui qui est accessible par tous et pour
tous à la mode actuelle de la pensée unique
formaté par le social et la technologie ?
Ou celui qui est caché dans l’inconscient et
ne révèle sa puissance que pour certaines
personnes qui à l’écoute ou l’éveil de
le re-trouver [”Nature esjouir Nature”
mais aussi analogie casse-gueule et relevant
le plus souvent de l’inconscient collectif] ?

Si le symbole se découvre un court Instant pour
mieux se re-voiler l’Instant suivant, IL N’EST
JAMAIS FIXE, NON-DIGITABLE, surtout
NON-OPINIONABLE : une chose peut être
EN MÊME TEMPS nombre d’autres choses sans limite
dans le sens du Gate gate… car un mot ou symbole
peut changer de sens au cours de l’avancement
des opérations d’une Œuvre (par exemple :
Mercure Principe devenir Mercure Matière, ou le
Thème devient Variation devenant à
son tour un nouveau Thème).

Le Gate gate est le symbole même TOUJOURS VIVANT,
car il est voilé et ne laisse jamais percer le sens
définitif des choses. Tout comme l’énigme, si elle
est résolue, le Moteur est cassé et ça devient :
« Circulez ya plus rien à voir », ça devient
surtout une LOI, un DOGME, une CONSTANTE.


DANS L’EAU PRIMORDIALE OU SAINT CHAOS, TOUT EST LIÉ BIEN PLUS QU’UNE SIMPLE RELIGION. Dans l’Eau il n’y a pas de possession, l’Eau est transparence et courante (sauf si on cherche à l’exploiter pour faire tourner une roue à aubes ou à godets, ou si on la met en bouteille, commercialisable…).

RAPPEL : on s’approche de 2022 et le nombre 22 représente la manifestation du Christ ou Soi ; évidemment la manifestation de l’Être dans son HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui Coule) : la manifestation du 21 (selon R. Allendy).
11 étant le nombre du TAO, avec son double 22 le temps est proche pour le MARIAGE DES CONTRAIRES ET CEPENDANT COMPLÉMENTAIRES (comme le rouge couleur complémentaire du vert de la Chlorophylle : le sang rouge contient du Fer alors que le sang vert ou Chlorophylle contient du Magnésium. Quand l’être humain aura compris cette différence… alors la transfusion sanguine humaine pourra se faire aussi avec la Chlorophylle de nombreuses plantes…). Le 11 du TAO triplé est bien le 33 de la spiritualité. Effectivement avec 33 et 22 Nous nous approchons, enfin, de la fin des réincarnations en recommencements très pénibles surtout dans le capitalisme des couches-culottes-éducation-salariat-Ehpad…
« 22 » est aussi un cri d’alerte pour avertir que le chef ou le pouvoir va arriver (le nombre est obtenu par addition des valeurs numériques de chaque lettre du mot "chef" selon leur position dans l'alphabet latin : C=3, H=8, E=5 et F=6) ; « 22 vl’à les flics ! ».
Maintenant se rappeler qu’on peut faire dire n’importe quoi avec des chiffres (voir la Guématrie… qui se situe dans le Thème du pouvoir siddhi et du bidouillage mental annoncé comme « sacré » et donc ambivalence absolue !).

SAISIR = HOTC : prétendre que l’in-carnation, ou le corps serait le « verbe » de l’être, verbe ou mental qui devient un corps, une raison DANS l’espace-temps COMME SI CETTE PRÉTENTION VOULAIT SORTIR DE L’UNIVERS POUR L’EXAMINER, comme l’annonce les marxengelsistes de Francis Cousin qui pourtant et paradoxalement se veulent rapprochés du Christ générique, l'Être, le « Je suis ce JE SUIS » (JE SUIS, et non pas j’étais : il y a donc absence de temps, absence de naissance et de mort). Or le sens du mot « histoire » signifie « information » et englobe LA SAISIE, le « renseignement », le calcul, l’idéation et le temps, le mental, et surtout la terroriste OPINION. Le règne de l’opinion arrivé en Europe occidentale à la Renaissance avec Galilée, la Réforme et l’imprimerie, prend depuis le masque de l’universel en renversant les rôles comme le font les marxengelsistes de Francis Cousin : CE SONT LES ACCIDENTS (du spatio-temporel et donc de l’histoire et de son verbopinion, que F. Cousin appellent « Logos » : raison ou langage, verbum au sens de l’entretien 264) qui engendre les Essences (2). Il y a INVERSION, une catholicité en creux, un Christ à l’envers comme crucifié la tête en bas. Francis Cousin voit l’histoire comme un inconscient collectif qu’il appelle « savoir absolu » ! Il voit le Christ comme le Logos mais APPARU À UN MOMENT DONNÉ ET À UN ENDROIT DANS L’ESPACE-TEMPS, COMME LE MOÏSE HISTORIQUE ET DONC À UN LIEU ET UN TEMPS DONNÉ, COMME UNE NAISSANCE ET UNE MORT.
Or, « Le Royaume des Cieux est en vous », c’est pour tous, gratuit, car sans condition de temps et d’espace.
IL CHERCHE À FIXER, COAGULER, construire une CONSTANTE !! Il pense au LOGOS comme d’un UTILITAIRE, UN OUTIL POLITIQUE, QUELQUE CHOSE DE NOUVEAU, UNE TECHNOLOGIE, et penser à un UTILITARISME, à une TECHNOLOGIE, à une PUISSANCE OU UN POUVOIR, C’EST NON SEULEMENT S’EN SERVIR, S’EN SAISIR, ET ÉVIDEMMENT INÉVITABLEMENT EN ABUSER.

LA RÉALISATION EST DÉJÀ LÀ, LE CHRIST C’EST LE SOI DE TOUT ÉTERNITÉ. En faire un énième outil politique dans la dualité Dedans-Dehors pour balancer le capitalisme ne marchera pas : les gens ne changeront probablement pas :
« Vous aurez beau vouloir conseiller les gens, ils ne changeront probablement pas. Soyez vous-même dans le bien et restez silencieuse », dit le Maharshi à l’entretien 453 du 8-2-1938).

Comme l’histoire chair aux marxengelsistes de Francis Cousin peut-elle construire l’être humain dans sa Vraie Nature ?  Car l’humain se construit ses opinions à la façon d’un carrelage de carreaux noirs et blancs d’ailleurs symbolisés dans les loges judéo-maçonniques spéculatives. Si bien que dans la « chair d’histoire » et son verbe ou opinion (verbopinion) il n’y a pas deux humains qui puissent vivre la même série d’événements historiques, ou vivre le même événement de tous les jours de façon identique. Chaque être humain de par son ego est dans sa façon de penser, de sentir, un résultat de sa vie à lui. Comme écrit en début de page, comme l’enfant façonné par les adultes, il est ainsi fabriqué, moulé dans un cadre social et temporel (historique). IL EST CONDITIONNÉ. IL N’EST PAS LIBRE. Ce qu’il appelle, depuis des millénaires du Néolithique : « liberté », ce n’est que le droit de rechercher les conditionnements qui l’arrangent le mieux, dont il jouit le plus, cas des élections dans l’après 1789 français par exemple, ce qui n’est pas possible sans contredire ce qui convient à l’autre.
RÉSULTAT : de perpétuels conflits entre individus, partis politiques, classes et nations.

Le « moi-individu » ou « citoyen » fondé sur le logos ou raison nous convainc que c’est elle, la raison ou logos, qui est la réalité. Aussi le Réel devient simplement une autre construction du mental que le mental perçoit comme EXTÉRIEUR à lui-même, quelque chose qu’il convient de rechercher et de posséder comme si l’on voulait sortir de l’Univers pour le posséder.
Quand la conscience conceptualisante ou raison se résorbe au sein de la Conscience infinie du Soi, le monde entier des noms-les-formes n’apparaît plus dans la conscience ou raison du Bienheureux chevauchant le Dragon, image ci-dessous représentant Imhotep sur le Dragon (même Thème que le Jardin, le Tapis Volant).
 
imh_vol_tr2.png

ACTUELLEMENT pour sortir de cet enfer, deux seules solutions :

- L’actuelle solution Luciférienne en marche pour unifier, normaliser, standardiser les comportements, ce qui est à l’œuvre depuis le coup du covid-19 suivi nécessairement des injections aux ARN messagers ; puis l’agenda 2030 et son : « Vous ne posséderez rien et vous serez heureux », le comble de la possession dans le surplace des capitalistes et leur : « Plus ça change et plus c’est la même chose ».
- La Réalisation du Soi ou de l’état christique du CHRIST générique : qui implique évidemment de nourrir et entretenir son VAISSEAU, son CORPS, qui implique EN PREMIER de dominer la matière et l’espace-temps, soit dominer l’histoire ou HOTC : L’OBJET, car Christ veut dire : « AU-DELÀ DU CORPS OU DE L’OBJET », AU-DELÀ DE LA DUALITÉ DU SUJET FACE À L’OBJET, parce que le ‘Je’ est au-delà de « l’espace-temps-mouvement » (de Jean Coulonval : Synthèse et Temps Nouveaux, lettre 8 à Aimé Michel, le 29 septembre 1971).

Le CORPS chair aux marxengelsistes de Francis Cousin et leurs philosophistes grecs expliqué par Ramana Maharshi (par exemple dans l’entretien 328 du 17-1-1937).
- Maharshi : Le monde n’est que spirituel. C’est parce que vous vous identifiez avec votre corps physique que vous considérez que ce monde est matériel et que l’autre est spirituel. Alors que ce qui est n’est que spirituel.
- Question : Les âmes désincarnées, c’est-à-dire les esprits, ont-elles une vision intérieure plus profonde et bénéficient-elles d’une plus grande liberté ?
- Maharshi : C’est parce que vous vous identifiez au corps que vous parlez d’âmes désincarnées comme étant des esprits. De ce point de vue limité, vous parlez de leurs limitations et vous cherchez à connaître leurs capacités. Même les âmes désincarnées ont un corps subtil ; autrement vous ne diriez pas « âmes désincarnées ». Désincarnation signifie « privé de ce corps physique ». Et dans la mesure où vous leur attribuez une individualité, elles sont revêtues d’un corps subtil. Leurs limitations dépendront de leur état. Comme vous ressentez le poids de vos limitations, elles ressentent elles aussi le poids de leurs limitations. Quand je parle de l’esprit et du monde spirituel, je veux dire esprit absolu et non pas relatif. Si vous vous réalisez en tant que pur esprit, vous verrez que ce monde n’est que spirituel et non pas matériel.
- Question : Leurs corps sont-ils temporaires, comme le sont les nôtres ? Se réincarnent-elles ?

- Maharshi : Ces questions se présentent parce que vous pensez être le corps. Ce corps est soumis à la naissance et à la mort et lorsqu’il disparaît, un autre prend la relève et on appelle cela réincarnation.
Mais êtes-vous le corps ? Si vous découvrez que vous n’êtes pas ce corps, mais que vous êtes l’esprit, vous serez libéré des corps physiques et subtils, et il n’y aura plus de limitations. En l’absence de toute limitation, où est le monde physique ou spirituel ? Comment la question sur la réincarnation pourra-t-elle encore se poser ?
Considérons le problème d’un autre point de vue. Dans l’état de rêve, vous vous créez un corps onirique avec lequel vous agissez. Dans l’état de veille, celui-ci devient irréel. À présent, vous pensez être ce corps et non le corps onirique. Dans votre rêve, ce corps actuel est remplacé par le corps onirique. En définitive, vous voyez qu’aucun de ces corps n’est réel, parce que chacun d’eux est vrai à un moment et faux à un autre. Or, ce qui est réel doit être réel à jamais. Mais vous dites ‘je’.
Cette conscience du ‘je’ est présente tout au long des trois états. Elle ne change jamais. Elle seule est réelle et les trois états ne le sont pas. Ils n’existent que pour le mental. C’est le mental qui vous empêche de voir votre nature véritable. Votre nature véritable est celle de l’Esprit infini. C’était ainsi dans votre sommeil profond. Dans les deux autres états, vous avez conscience des limitations.
Pourquoi cette différence ? Le mental est inexistant dans le sommeil profond, mais il existe dans les états de rêve et de veille. Le sentiment de limitation est l’oeuvre du mental. Qu’est-ce que le mental ?
Trouvez-le. Si vous le recherchez, il disparaîtra de lui-même, car il n’a aucune existence réelle. Il est constitué par les pensées. Lorsque les pensées cessent, le mental disparaît.
- Question : Est-ce que je subsiste alors ?
- Maharshi : Quelle est votre expérience dans le sommeil profond ? Il n’y avait ni pensée ni mental et cependant vous subsistiez.
- Question : Quand j’essaie de méditer, je n’arrive pas à me concentrer, car mon mental vagabonde. Que dois-je faire ?
- Maharshi : La réponse est comprise dans votre question. Dans la première partie de votre question, vous dites que vous n’arrivez pas à vous concentrer. Le « vous » signifie le « Soi ». Sur quoi vous concentrez-vous ? En quoi vous n’y parvenez pas ? Existe-t-il deux soi, pour que l’un se concentre sur l’autre ? Quel est le soi qui se plaint à présent d’un insuccès ? Il ne peut y avoir deux soi. Il n’y a qu’un seul Soi qui ne nécessite aucune concentration.
[…]
Une autre personne intervint : « Le mental doit tuer le mental ».
- Maharshi : Oui, s’il y a un mental. La recherche du mental révèle qu’il n’existe pas. Comment peut-on tuer quelque chose qui n’existe pas ?
(La Guématrie cité plus haut par exemple va faire « exister » le mental et sa saisie).

Notes.
1. Le VAN : Dans la Vallée souffle le Vent, le Vent d’Hermès, au sens du VAN. Vent ou Van trouve son homonyme en FAN (paraître), mis en Fêmi dont la forme enclitique signifie : rendre visible, se manifester. Le latin vanna (van) trouve dans FANOS (Phanos ou Lanterne) la signification de lumineux, brillant, que le sens figuré affirme par « manifeste », « évident » ; c’est aussi proprement le Flambeau, que le second sens de Phanos ou Fanos désigne par Lanterne (la « Lanterne » ou Lumière d’Hermès, cette Pierre nécessairement volatil revivifiant le mort et donnant la vie au Soleil et à la Lune, au « mari et à la femme »…).
FAN : paraître, avec le F de Figure, Feu, Fléau, Fantôme, Finalité, Forme, Fond, Fin, Fleuve : « Le Fleuve qui va à la Mer ne peut supprimer sa Source » (Jean Coulonval, dans Synthèse et Temps Nouveaux). Le F de Feu comme du Fléau qui détruit tout et qui donne cependant au Fer après liquéfaction, la Forme ou la Figure-Fin. Ainsi est la définition du mot VAN : LE RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE, au sens du Secret de la Fleur d’Or, manuel classique de méditation permettant l’accès à l’Être intérieur ; manuel incorporant la quintessence du bouddhisme et de la taoïcité. L’Or signifie la Lumière, celle de l’intellect qui « pointe » (AIGUILLE) ; la fleur signifie l’épanouissement, le jaillissement de la lumière du Soi. Ainsi, le nom même de cette technique désigne l’Éveil fondamental et inconcevable du Vrai Soi et de son potentiel caché, le « Zéro indien », appelé en Occident d’une façon utilitariste : « énergie libre », comparable au pouvoir surnaturel Siddhi [équivalant de la caricature hollywoodienne spectacle montrée dans le pouvoir de la « force » en négatif ou en positif dans la série des Star Wars].

RAPPEL : « Pour manifester des siddhi, il faut qu’il y ait d’autres personnes pour les reconnaître (sens de la dualité : pour et voir, ou sujet et objet, Dedans et Dehors et le social). Ce qui veut dire que celui qui manifeste de tels pouvoirs est dénué de jnana [Connaissance, sagesse].
C’est pourquoi les siddhi ne valent pas la moindre pensée. Seul le jnana mérite d’être recherché et obtenu ». (Ramana Maharshi, entretien 57a du 24-6-1935). Ah, c’est RADICAL, et le RADICALISÉ ne plait pas au Pour-Voir, ni aux faux radicalisés ou fanatiques du pour-voir…..

2. ESSENCE : dans le sens par exemple du principe de l’outil appelé tour, machine-outil : déplacer un outil coupant sur une pièce qui tourne, produisant des copeaux. N’existerait-il rien au monde, pas même la Création, que ce principe SERAIT, Essence éternelle du tour ; mais ce qui ne serait pas, c’est le tour concret (le tour-histoire ou manifesté), et on peut en réaliser une infinité de modèles à partir du principe ou Essence : l’ex-istant. Un tour ne peut engendrer son principe, ni aucun machine, même construite par un transhumaniste : la recherche ou le bricolage peuvent éveiller l’idée d’un principe, elles ne le créent pas.…. Quand un humain découvre un principe, c’est qu’il le portait déjà en lui, comme une plaque photographique non révélée, dans les structures intimes de son être.
 
 

Dernière mise à jour : 23-12-2021 03:15

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2022 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >