Accueil arrow News arrow Dernières news arrow La république du smartphone
La république du smartphone Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 30-08-2023 02:41

Pages vues : 790    

Favoris : 98

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Celtes, Conformité, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Libération, Limite, Marxengelsisme, Or, Penser, Racine du mal, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke

 
croisel_tr_nsgr_rouge.png
 
La république du smartphone
et certainement pas le Tout des
Eaux primordiales du NSgr ou
téléphone instantané, a-temporel.
 
Suite de la page précédente : Le NSil remplace et le NPhone
 
Le smartphone sans phone ni yeux ou l’Aveugle absolu appelé aussi « Raison », le MENTAL : LA PUCE INFORMATIQUE EST DÉJÀ DANS LE CRÂNE : LES PENSÉES (pas besoin d’Intel ni du Nasdaq).
 
 
Le Big bangisme procède de celle démence de la thermodynamique depuis la découverte du feu vulgaire et l’A-doration du soleil : L’HUMAIN FAIT CUIRE tout ce qu’il tue et touche : son Big bang est sa bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaki comme une CUISSON SPEEDÉE D’ATOMES.
Les scientistes de l’objectivisme sont ces Aveugles absolus : les briques moulées et cuites de la Tour de Babel ne tiennent que par du bitume qui fond suivant le temps qui coule : L’univers, le monde, est devenu aveugle et aphone : comme les briques les unes et les autres qui ne tiennent plus, il reste un agora de corps-mental et matière qui se rencontrent et échangent sans savoir qu’ils se rencontrent, dans une ville ou tour qui n’a été construite par personne, puisque suivant le PLAN des Schwab-Harari prochainement : « VOUS NE POSSÉDEREZ RIEN ET VOUS SEREZ HEUREUX » (tout sera en CO : co-locataire, col-laborateur [des salariés et sociétés anonymes et autre contrat social], co-voiturage, etc., mon COCO où dans la cyber-république tout le monde appartient à tout le monde puisque ”Vous ne posséderez rien et…”), dans cette ”civilisation” où des informations fonctionnent en aveugles, où les expéditeurs et récepteurs d’informations sont aussi inconscients des infos que les systèmes informatiques de l’industrie du capital SONT EUX-MÊMES AUSSI ILLETTRÉS QUE LES CONSTRUCTEURS DE LA TOUR DE BABEL.

LA NUMÉRISATION DU MONDE COMMENCE AVEC GUTENBERG : l’imprimerie existait bien avant lui, mais son « truc » a été de « numériser » les signes, de les désolidariser : un typographe va beaucoup plus vite en prenant des lettres dans ses casses qu’un y cherchant des mots ou des séquences de mots toutes faites…

N pour Noun les Eaux primordiales en Égypte ancienne et Nour les ondes sur Terre ; et Sil pour Silence.
Il servira à véhiculer par vagues ou fréquences l’ÉNergie UNe (IN) : INervé, ou manifestée (spectacle) : ENervé, Energie ; ou encore la plénitude terrestre du B : Benir ou B-N-ir : transporter le I ou Axe c’est CELA le Principe du NSil. Sa suite sera alors INcantation, INcarnation, INcorporation. (Notons que le N opinioné Négatif ne date que du 17è siècle occidental. INattention renvoie à l’oubli du second terme comme dans la dualité sujet-objet dont le sujet fixé au DEHORS : sur l’objet, en oublie le sujet : lui-même ; ainsi INattention est un D’Anger : comme une mise en Garde de l’ANge….).

En gallois Silence s’écrit : taw, en breton : tevel (se taire), en gaulois : tauo-, tauso- (silencieux). En France Nous avons Tavel (Gard), Tavaux (Aisne, Jura), Thièvres (Pas-de-Calais, Somme), la Tave (Gard), la Thève (Oise), etc. Remonte à une forme taus-, dont le -s- a disparu en celtique, sauf pour des noms propres Tausius et Tauso, cf. le sanskrit tûsyati (il se calme), lituanien tausytis (se calmer), le prussien tusnan (silencieux). (Réf. Dic. Français-Gaulois de Jean-Pierre Savignac).

En Égypte ancienne, Silence = sgr, du Hiéroglyphe S : le verrou. Gr du g en forme de jarre : silencieux, se taire, silence ; gr : ”aussi”, adverbe ; à rapprocher de grh (h pointé) : nuit. On peut y retrouver la Nuit obscure de Jean de la Croix, la JARRE étant symbole du VASE-VALLÉE : réceptacle des influences célestes : Tao-tö king 15 = ”….étendus comme la vallée ; confus comme l’eau boueuse [les sages parfaits de l’Antiquité]. Qui sait par le repos passer peu à peu du trouble au clair [le Retournement de la Lumière ou Éternel Retour] et par le mouvement du calme à l’activité ? [l’Être sain descend de sa félicité ontologique pour faire sourcer l’Univers empirique]. Quiconque préserve en lui une telle expérience ne désire pas être plein. N’étant pas plein, il peut subir l’usage et se renouveler”. [le SAINT CHAOS ou VIDE indifférencié, qui est l’image de l’indétermination ontologique, autrement dit : LE SILENCE]. Trad. Liou Kia hway.

Le TÉLÉPHONE DU FUTUR sera le NSgr : Téléphone instantané, Téléphone en Sympathie.
NSil(ence) ou NSgr : Vrai Téléphone Originel (ni futur ni passé, encore moins présent).

N ou Eau Primordial, Nout = Eau du Chaos primordial. Nout véhicule par VAGUES l’Énergie première source : IN, ou Énergie manifestée : ÉNervé, ÉNergie ; ou la plénitude terrestre : B comme Bénir, B-N-ir ou  trans-PORTER LE I du Point c’est TOUT, d’où INcarnation, INcorporer. INadmissible se traduit : renforcement de l’Énergie première dans A-D-missible, dans le A réceptacle de l’énergie de la matrice D. ADmettre est la manifestation sans l‘incarnation : une évidence pour qui s’est aperçu de l’espace entre admettre, reconnaître et agir en fonction de cette ADmission : CO-Naître.
INdifférent est un supplément de l’Énergie première, celle de l’Eau primordiale qui fait le AI, le déploie EN et le fixe T (perfection humaine), alors que le différent (division, di-semblable) se lit : d’I-faire-ENT...

Le NSgr ou téléphone instantané, comme « l’humain » ayant réalisé le Soi-Instant. Un téléphone SANS ESPACE, donc SANS TEMPS qui coule. Un téléphone SYNCHRONE. Un téléphone SANS CAUSE, ACAUSALE, comme quand l’âme de l’être humain découvre le Soi ou Instant, il relie les choses de « façon magique » sans qu’il n’existe plus aucune idéation ou espace, donc en dehors du monde physique. « Nous avons tous en nous un peu de forces électriques et magnétiques, et nous exerçons comme l’aimant lui-même un pouvoir d’attraction et de répulsion, selon que nous entrons en contact avec le semblable ou le dissemblable » (Goethe, cité par Carl Gustav Jung, dans : Synchronicité et Paracelsica).
La loi de causalité dit que le lien entre la cause et l’effet est nécessaire : c’est la dualité ou le binaire sujet-objet.
Le NSgr utilise la synchronicité : deux termes d’une coïncidences ou de l’ordre d’un sens quelconque SONT LIÉS PAR LA SIMULTANÉITÉ et PAR LE SENS. Les contraires sont comme MARIÉS, donc atteindre le Point extrême au-delà duquel on ne peut pas aller. L’espace n’existe pas IL EST DANS LE MENTAL.
La Synchronicité est représenté par PAN, le Dieu grec pourvoyeur de la PANique, donc de la révélation de TOUT, de la Connaissance absolue caractéristique de la synchronicité ou absence de dualité.

Pour ce nouveau téléphone il faudra attendre un peu... Mais cela est possible grâce à la NON LOCALITÉ. Et alors là, plus de craintes d’espionnage ou d’écoutes, plus besoin de cryptage : il n’y a aucun signal et donc aucun espace ou volume entre l’émetteur et le récepteur. Et pour la santé, plus de crainte de se griller les neurones et la matière grise de sa petite cervelle, et on pourra dire adieux à Monsieur Hertz et à ses nuisances.
Tout cela n’est peut-être pas de la science fiction, car si l’on en croit certaines informations, cela serait déjà possible.

En résumé : l’ennemi ou le destructeur du Nphone, NSgr sera la CAUSE (la fixation en un ”lieu-temps” : un ‘ici’) !

RÉPUBLIQUE DU SMARTPHONE = LA TOUR DE BABEL APRÈS CONSTRUCTION : le jeu qui consiste à prononcer une phrase à mi-voix à l’oreille d’un voisin, ou par smartphone sms et autres truc informatique, qui doit « socialiser » ou échanger, com-mercer à un autre et ainsi de suite, EN RÉSEAU, EN « VIVRE OU PLUTÔT SURVIVRE ENSEMBLE ». Cela va produire des effets dignes de la Tour de Babel en son temps dans des traduction successives, en SÉQUENCE DANS LA MISE EN VALEUR DU TEMPS PAR DES LANGUES DIFFÉRENTES. Par exemple : « La raison est prompt et la chair est faible », qui peut aisément devenir : « Le vin était bon, mais la viande était trop cuite ». Ou encore (par le passage du français à l’anglais, au chinois, puis e nouveau au français) : « Loin des yeux, loin du cœur », qui peut devenir : « L’invisible est une maladie mentale ». Et vous CROYEZ qu’avec la numérisation du monde ça va s’A-méliorer ? Car les scientistes objectivisés ou numérisés CROIENT que cet échangisme par spatio-temporel pourrait prétendre au VERBUM DIVIN ou « PAROLE DIVINE » dans le sens des ESSENCES (1) ?

Le FAUX inclusivisme de l’aliénation technologique smartphonique fonctionne selon le principe du MESSIANISME ou de la CAROTTE (attachée à distance de la tête de l’âne pour le faire avancer), et évidemment cette carotte ne doit jamais être croquée par l’âne sinon le moteur est cassé, il n’avance plus tant qu’on ne lui attache pas une nouvelle carotte, comme le messie ne doit jamais arriver sinon le MÊME MOTEUR DE LA LOI DE SUCCION OU DU DÉSIR EST CASSÉ.
LOI DE SUCCION VULGAIRE = ESPACE-TEMPS entre le Seul Réel. Dans la science-fiction la loi de succion vulgaire ou le PLOMB-ATTRACTION n’a d’impact que pour autant que le vaisseau spatial et ses occupants se DÉROBES, comme la carotte attachée à distance de la tête de l’âne se dérobe à ses dents, si bien que le vaisseau spatiale de l’extraterrestre doit se dérober à toute vérification ou à toute digitalisation, se dérober à tout pour-voir ou à toute caméra. Un MYHE EST UNE F(R)ICTION, DU HOLLYWOOD avant l’industrie de l’entertainment US.
F(R)ICTION : MONDE DU « COMME SI », de la Stance 17,31-33 de Nagarjuna : « De même que le Maître [le jnani ou Libéré vivant] par son pouvoir miraculeux [le Zéro Indien], crée un être magique [Adam par exemple, ou un big bang] et que cet être magique, magiquement créé, en crée un autre [le ”Croissez et multipliez” tel le FRUIT) à son tour, de même que l’agent se présente comme un être magique, et l’acte accompli par lui est comme un deuxième être magique créé par le premier [un socialisme].
Passions, actes, agents, fruits ressemblent à une ville de génies célestes, sont pareils à un mirage, à un songe ».

Et dans la Stance 7,34 on a carrément la description de la Jérusalem céleste du Peuple-Prêtres : ”Tel un prestige magique, tel un rêve, telle une ville de génies célestes (gandharva-nagara), ainsi en est-il de ce qu’on appelle production, durée, dislocation [bref, l’espace-temps, le monde sous les cinq sens humain à l’état de veille]”.
Une Jérusalem en forme d’un amoncellement de nuages étagés sur des centaines de kilomètres de hauteur (et c’est ça que le transhumanisme et son CYBERUNIVERS veut mettre dans une puce informatique). Si bien que l’actuelle Jérusalem céleste est située dans la Vallée siliconnée dans les usines de l’inform-atique….
 
L’efficacité du messie ou de la carotte est en permanence menacée par LE FLÉAU, LE SEUL RÉEL, L’INSTANT, l’absence de friction, l’absence de dialectique historique matérialiste. La force de la soucoupe volante ou de la carotte est de ne jamais atterrir et la carotte de ne jamais être croquée. Le film de Spielberg Rencontre du troisième type exploite ce messianisme.

Bref et en refrain, ça se résume encore au TROU : la vision du TROU ne peut se faire que par le TROU, or là, AUCUN LIEU, il n’y a rien d’autre que le TROU, donc pas de TROU à voir aucun ICI n’a BESOIN d’un ailleurs (la ”fonction phallique” ou loi de succion vulgaire, l’attraction…). Le Centre est nulle part et pourtant la CIRCONFÉRENCE est partout….. Le Centre ou le Soi…. Itinéraire n’est pas itérer (recommencer), et PARADOXE DE LA RÉALISATION RÉSUMÉ AUSSI PAR :
« L’ignorance du Soi [l’avidyâ]. Qui est ignorant du Soi ? Le soi serait alors ignorant du Soi. Y aurait-il deux soi ? », dit Ramana Maharshi à l’entretien 263 du 20-10-1936).
Et à l’entretien 146 du 26-1-1936 : « Lorsqu’on parle de Réalisation, cela implique l’existence de deux soi : l’un qui réalise, et l’autre qui doit être réalisé. On cherche à réaliser ce qui n’est pas encore réalisé. Une fois que nous admettons notre existence, comment se fait-il que nous ne connaissions pas notre Soi ? ». Un invité donne la réponse juste : À CAUSE DE NOS PENSÉES, DE NOTRE MENTAL : « Tout à fait. C’est le mental qui empêche et voile notre bonheur. Comment savons-nous que nous existons ? Si vous dites que c’est à cause du monde environnant, alors comment pouvez-vous savoir que vous existiez pendant votre sommeil profond ? »

Jacques Lacan officie dans la racine du mal : le Dedans-Dehors : le langage n’aurait de sens que s’il est vivifié par une parole venue du DEHORS, d’où la distinction opérée par Lacan entre l’imaginaire du Dedans quelque qu’il soit, c’est-à-dire une simple pensée qui serait alors un « éclairage » du Seul Réel, ET À L’ÉTAT DE VEILLE !
EVIDEMMENT QUI DIT EGO DIT L’AUTRE, LE DEHORS, LE SOCIAL ET LE DÉSIR D’ÊTRE RECONNU (par le réseau et le verbiage) LA LOI DE SUCCION ŒUVRANT IMPLACABLEMENT, COMME LE PLOMB-ATTRACTION DU DÉSIR.

LOI DE SUCCION VULGAIRE : TROUVER L’AMOUR, OU ”TU FAIS L’AMOUR”, OU ”TU FAIS LES COURSES”, ETC., ”COMME SI” ON TROUVAIT UN BILLET D’EUROMILLIONS GAGNANT, ou ”COMME SI” ON TROUVAIT LA VRAIE PAIX AU TERME D’UNE ITÉRATION-ITINÉRAIRE EN FAIRE/FER (ou d’un salaire, d’une vacance) : AU DEHORS… Aussi, ne cherchez pas le Seul Réel chez Jacques Lacan et sa « fonction phallique » ou loi de succion vulgaire, ou cette autre loi de succion, le messianisme paradisiaque, car le Seul Réel est l’INSTANT, ou le Ici et Maintenant seulement, aucune f(r)iction n’existe et c’est bien le FLÉAU, LE TROU : allez voir Dehors ou Ailleurs, sur la Lune, sur Mars, sur Jupiter etc., pour être assuré de n’y jamais rien trouver ; car Nous ne trouverons jamais rien d’autre que ce que Nous y cherchions réellement : RIEN DU TOUT : « Y aurait-il deux Soi ? » dit Ramana Maharshi cité plus haut ; l’Univers n’est ni DEDANS ni DEHORS, IL EST.
LA VRAIE PAIX AU TERME D’UNE ITÉRATION-ITINÉRAIRE NE SE TROUVE PAS AU DEHORS : le Sentier vers TI n’est pas le Sentier de Vér-I-T-é, c’est l’absence du Sentier, soit L’ABSENCE MÊME DU FLÉAU, L’ABSENCE D’INSTANT, L’ABSENCE D’ICI ET MAINTENANT : AUCUNE CRÉATION AUCUN BIG GANG, C’EST LA NUIT OBSCURE DES MYSTIQUES CHRÉTIENS, LE RENONCEMENT OU PUTRÉFACTION, LE NON-AGIR PAR QUOI TOUT EST AGI DU TAO-TÖ KING. LA ROUE FONCTIONNE GRÂCE AU VIDE DU MOYEU (Mahanarayana Upanishad II), le TROU est essentiel, le ”Un Point c’est Tout”.

Le TROU ou UN POINT C’EST TOUT de :
« Le désir de Réalisation ne peut naître qu’à l’état de veille ; de même qu’on ne peut faire des efforts que lorsqu’on est éveillé. Nous savons que les pensées à l’état de veille font obstacle à la tranquillité du sommeil. « Sois tranquille et sache que JE SUIS DIEU ». Ainsi, la tranquillité [LA VRAIE PAIX] est le but du chercheur. Même un seul effort pour apaiser une seule pensée, ne serait-ce qu’un seul instant, pénètre profondément jusqu’à atteindre l’état de tranquillité. L’effort est nécessaire et il n’est possible qu’à l’état de veille. S’il y a effort, il y a aussi conscience ; les pensées sont calmées ; la paix du sommeil est obtenue. C’est l’état du jnani [celui qui a réalisé le Soi, le sage]. Ce n’est ni le sommeil ni la veille mais un état intermédiaire entre les deux. Il y a la conscience de l’état de veille et la tranquillité du sommeil.
C’est l’état de jâgrat-sushupti [sommeil éveillé]. On peut l’appeler sommeil éveillé ou veille endormie ou veille sanssommeil ou sommeil sans veille. Il diffère du sommeil ou de la veille pris séparément. Il est l’atijâgrat (au-delà de la veille) et l’atisushupti (au-delà du sommeil) (2). Il est l’état combiné de conscience parfaite et de tranquillité parfaite. Il est l’intervalle entre le sommeil et la veille et également l’intervalle entre deux pensées successives. Il est la source d’où s’élancent les pensées ; nous pouvons l’observer lorsque nous sortons du sommeil. En d’autres termes, les pensées ont leur origine dans la tranquillité du sommeil. Ce sont elles qui font toute la différence entre la paix du sommeil et l’agitation de l’état de veille. Allez à la racine des pensées et vous atteindrez la tranquillité du sommeil. Mais vous ne pouvez l’atteindre qu’avec toute la vigueur de la recherche, c’est-à-dire avec une conscience parfaite.
C’est encore l’état de jâgrat-sushupti dont nous avons parlé auparavant. Il n’est pas ennui, mais il est Félicité ; il n’est pas transitoire, mais il est éternel. C’est de lui que procèdent les pensées. Que sont toutes nos expériences sinon des pensées ? [le scribe de la page souligne] Plaisir et souffrance ne sont que de simples pensées.
Elles sont en nous. Si vous êtes libre de pensées tout en demeurant éveillée, vous êtes cet Être parfait ». (Ramana Maharshi, entretien 609 du 18-1-1939).

Dans ce même entretien 609 il est à nouveau question du DEHORS ou ”MONDE” :
- Q. : Comment pouvons-nous nier le monde et les hommes qui y vivent ? J’entends, par exemple, de la musique. Elle est belle et grandiose. Je reconnais qu’elle est de Wagner. Je ne peux tout de même pas prétendre qu’elle est de moi.
- M. : Wagner et sa musique existent-ils séparés de vous ? Si vous n’êtes pas là pour dire que c’est la musique de Wagner, comment pouvez-vous en être consciente ? Sans en être conscient, peut-on dire que cette musique existe ? Pour être plus clair : reconnaissez-vous la musique de Wagner dans votre sommeil profond ? Et cependant, vous admettez bien que vous existez pendant le sommeil. Ce qui prouve que Wagner et sa musique ne sont que vos pensées. Elles sont en vous et non pas hors de vous.
- Q. : C’est merveilleux.
[Note du compilateur : Tout le monde a tendance à être confus de temps en temps. On a beau entendre et comprendre la vérité, parfois on l’oublie et face à certaines situations on commet des erreurs. La connaissance laisse place à l’ignorance et le résultat en est la confusion [voir plus haut le cas du passage d’une phrase du français en anglais, puis en chinois et retour au français]. Seul le sage peut donner une bonne direction à nos pensées. D’où la nécessité du sat-sanga, la compagnie des sages.]

- M. : Le but de la création est de détruire l’illusion de votre individualité. Votre question montre que vous êtes identifié au corps et que, par conséquent, vous vous voyez vous-même et le monde autour [la racine du mal la dualité DEDANS-DEHORS ET LA SAISIE QUI EN RÉSULTE]. Vous pensez que vous êtes le corps. Votre mental et votre intellect sont les facteurs responsables de votre fausse identité.
Existez-vous dans votre sommeil ?
- Q. : Oui. J’existe
- M. : Le même être est maintenant éveillé et pose ces questions. N’est-ce pas ?
- Q. : Oui.
- M. : Ces questions ne se posaient pas dans votre sommeil. N’est-il pas vrai ?
- Q. : C’est exact.
- M. : Pourquoi ne se posaient-elles pas ? Parce que vous ne voyiez pas votre corps et que vous ne pensiez plus. Vous ne vous identifiiez pas à votre corps ; aussi, ces questions ne se posaient-elles pas. Elles reviennent maintenant à cause de votre identification au corps. N’est-ce pas ainsi ?
- Q. : Oui.
- M. : Voyez maintenant quelle est votre nature véritable. Est-ce celle qui est libre de pensées ou celle qui est pleine de pensées ?
L’existence est continue. Les pensées sont discontinues. Lequel des deux est donc permanent ?
- Q. : L’existence.
- M. : C’est cela. Réalisez-la. C’est votre nature véritable. Votre nature est simplement être, libre de pensées.
C’est parce que vous vous identifiez au corps que vous désirez connaître la création [d’où la naissance des « spécialistes »]. Le monde et les objets, y compris votre corps, apparaissent à l’état de veille et disparaissent pendant le sommeil. Mais vous existez tout au long de ces états. Qu’est-ce qui persiste alors tout au long de ces états ? Trouvez-le. C’est votre Soi.
(Entretien 610, 18-1-1939).


Notes.
1. Le mot « Essence » peut se définir à travers l’entretien 363 du 20-2-1937 de Ramana Maharshi, le guide : « Par « guides spirituels », nous entendons ceux qui sont « spirituels » [entre guillemets parce que ce mot est un fourre-tout] par opposition à ceux qui sont « matériels ». L’Esprit est illimité et sans forme. Il en est de même du centre spirituel. Il n’y a qu’un seul centre de cette sorte. Que ce soit en Occident ou en Orient, il ne peut être différent ; ni être localisé d’aucune manière. Étant illimité, il inclut les guides, les hommes, le monde, les forces de destruction et de construction. Il n’y a pas de distinction. Vous parlez d’établir des contacts parce que vous pensez que les guides spirituels sont des êtres incarnés. Mais les hommes spirituels ne sont pas des corps ; ils n’ont pas conscience de leur corps. Ils ne sont qu’esprit, sans limite et sans forme. Ils sont toujours en unité entre eux et avec tous les autres ; bien plus, ils englobent tout.
L’Esprit est le Soi. Si le Soi est réalisé, ces questions ne peuvent pas s’élever ».

ESSENCE = CE QUE NE PEUT JAMAIS ÊTRE ILLUSOIRE, PARCE QUE LA SEULE RÉALITÉ.
« Le Soi ne peut jamais être illusoire. Il est la seule Réalité. Ce qui apparaît doit également disparaître, ce n’est pas permanent. Le Soi n’apparaît jamais et ne disparaît jamais, il est donc permanent ». (Entretien 363).

2. Note du compilateur : Atijâgrat : le jâgrat du jâgrat ati sushupti, le sommeil du sommeil. Il est au-delà de la veille et du sommeil et en même temps il est en eux. (Fractal : Tout est dans Tout).
 
 

Dernière mise à jour : 30-08-2023 03:30

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >