Accueil arrow News arrow Dernières news arrow CHAOS RÉPUBLICAIN
CHAOS RÉPUBLICAIN Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 20-10-2023 15:59

Pages vues : 410    

Favoris : 33

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Celtes, Conformité, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Marxengelsisme, Nation, Or, Penser, Racine du mal, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
auxerre_aout1982_wb.jpg
 
 
CHAOS RÉPUBLICAIN
de cette « république universelle »
qui se CROIT Dieu et qui sème les
conflits partout.
 
Depuis l’après 1789 français le MASQUE DE L’UNIVERSELLE EST LE MONOTHÉISME UNILATÉRAL RÉPUBLICAIN.
N’étant plus à même de connaître leur Soi, les êtres humains se trouvent livrés à une même Omnipotence indifférenciée, un monothéisme unilatéral républicain avec ses citoyenisés ou consommateurs qui vont cahin-caha en un ”vivre ensemble” maintenant indormatique sous la domination de l’industrie capitaliste de l’infirmatique (pas de faute !), qui forme ainsi une collectivité religieuse ou sociale. Alors il leur est facile de confondre leur Soi qu’ils ne connaissent pas depuis leur enfance, et de prétendre l’imposer à tous comme ça se passe actuellement. C’est ce monothéisme unilatéral républicain CRÉÉ DANS LES CROYANCES PAR L’OPINION par lequel passe une ”unité” totalement artificielle avec pour preuve des déluges permanents de conflits d’intérêts, et qu’ils vont appeler ”démocratie”. Ayant perdu sa Racine avec son Soi, chaque ‘moi’, chaque consommateur sera livré à une hypertrophie qui comme actuellement DÉGÉNÈRE EN IMPÉRIALISME RELIGIEUX APPELÉ « RÉPUBLIQUE » ; la tâche n’est plus de faire que chacun s’unisse à son propre Soi, il ne s’agit que d’imposer à tous « LE MÊME SOI » (les fameuses ”valeurs républicaines”). C’EST UN TOTALITARISME, UN IMPÉRIALISME MODERNE, UN LAVAGE DE CERVEAUX (avec son socialisme, sa normalisation quasi religieuse copie du Christ, sa croyance en une ”liberté de pensée” appelée ”laïcité”, et enfin son conflit d’intérêts permanent appelée ”démocratie”).

LAÏCITÉ = GUERRES PERMANENTES DE RELIGIONS OU DE LOI DE SUCCION : l’ignorant, le croyant dogmatique en laïcité, ne peut qu’être scandalisé par celui qui SORT de son socialisme républicain en réalisant son Soi, en croyant que celui qui réalise son Soi s’adresse une « louange à lui-même ». Et le croyant en laïcité n’étant pas un Réalisé, il ignore le processus et le sens de « Universel » et ne distingue pas qu’il y a croyance et Croyance (l’actuelle croyance est celle du capitalisme : CRÉDIT-CRÉDO-CRÉANCE-CROYANCE-CONFIANCE, les anciens banquiers se nommaient ”Marchands de confiance”).
Ainsi le croyant en laïcité érige-t-il sa croyance en dogme absolu, notamment en France, alors qu’elle est limitée et conditionnée par le sociale et le conventionnel. D’où les conflits d’intérêts appelés ”démocratie”, d’où les impitoyables luttes entre croyances qui rivalisent, se rejettent et se réfutent les unes les autres (tels les partis politiques qui par leurs oppositions, leurs ”débats” donnent de la nourriture aux égrégores…).

L’inquisition socialiste républicaine et sa fabrique de citoyens dans le Dieu république créé dans la croyance en laïcité, en Crédit-Crédo-Confiance, fabrique un faux Soi confondu avec l’INDIVIDU EMPIRIQUE au sens de John Locke : toute conception de l’Être en soi issue de l’expérience du spatio-temporel : dans ce concept, aucune doctrine ou aucune constante ne peut être immuable parce qu’elle a sa source dans le temps qui coule. C’est ce citoyenisé qui n’a aucune conscience de sa valeur réelle (pôle divin ou ”céleste”, sa Vraie Liberté), son Être est complètement aplati à la surface sociale (”couverture sociale”) et du monde des cinq sens ou des « évidences » rationnelles.
Ainsi la Réalisation du Soi ou « louange à soi-même » et SORTIR du « vivre ensemble » du monothéisme unilatéral républicain sera dénoncée PAR LE CONFORMISME OU LE « ISME » DU COLLECTIF comme la pire des idolâtries, et au mieux diagnostiquée comme « radicalisée » (ou asocial, marginal, dévergondé). Cette laïcité ou conformisme collectif pratique au même degré cette idolâtrie, car il ne suffit pas d’éliminer l’individuel, et paradoxe puisque le monothéisme républicaine dogmatise l’individu, pour atteindre le divin dans son ”vivre ensemble”, dans son TOUS CONNECTÉS dans la soumission à l’informatique de l’industrie du capitalisme. Or la Liberté, la ”délivrance” N’EST PAS INDIVIDUEL NI COLLECTIVE À LA RÉPUBLICAINE ; ELLE EST DE L’ORDRE DU SENTIMENT OCÉANIQUE (1) : SANS OPINION, DANS LE SILENCE : le ‘Je’ n’est plus un ‘je’ à côté d’un autre ‘je’, il n’est pas non plus la perception d’une collectivité, d’une multitude façon ”démocratie”. Le ‘Je’ du Réalisé est au-delà des accidents et de la quantité cosmique.

Socialisme républicain soi-disant inventé par les Juifs selon Jacques Attali : Les Juifs, le monde et l’argent, page 481, qui inventèrent aussi la psychanalyse, l’américanisme, le sionisme (page 481 et suivantes). Selon J. Attali, un socialisme dont la matrice serait le judaïsme russe jusqu’en 1917, en une forme de ”république tsariste” : fusionner tous les peuples de la Grande Russie en un seul, doté d’une seule langue, d’une seule religion, d’une seule économie (la république ?). Ça ne rappelle pas la république française de 1789 qui « fusionna » aussi tous les peuples des provinces et de leurs langues traditionnelles, et dont la symbolique est illustrée par cette FRANCE EN DAMIER, et qui comme à ce hui se retrouve toujours divisée en départements ?

Le monothéisme républicain exige à la fois l’individualité extrême et le collectivisme extrême (”l’unité” d’un groupe humain), soit un général en forme de fini dans l’infini, un bonheur dans le capitalisme qui engendre naturellement la pauvreté, donc exiger du bonheur dans les contradictions de la vie mortelle, un spirituel ou du rêve dans la Matière, et le divin dans l’humain. EXACTEMENT CE MÊME IMPOSSIBLE DANS LA CROYANCE CORPS-MENTAL QUE NOUS DONNE, GRATUITÉ, le Soi naturel : « Le ‘Je’ rejette l’illusion du ‘je’ et cependant demeure en tant que ‘Je’. Tel est le paradoxe de la réalisation du Soi. Ceux qui sont déjà réalisés n’y voient aucune contradiction ». (Ramana Maharshi, entretien 28 du 4-2-1935).

« On ne voit pas le monde ou son propre corps en étant loin du Soi. On est toujours le Soi et c’est ainsi qu’on voit tout le reste. Dieu et le monde, tout est dans le Coeur. Voyez celui qui voit et vous trouverez que tout est le Soi. Changez votre façon de voir. Regardez vers l’intérieur. Trouvez le Soi. Qui est le substrat du sujet et de l’objet ? Trouvez-le et tous vos problèmes seront résolus ». (Ramana Maharshi, entretien 331 du 18-1-1937).

- Q. : Les êtres réalisés ne continuent-ils pas à vivre comme les êtres non réalisés ?
- M. : Oui. Avec cette différence que l’être réalisé ne voit pas le monde comme séparé du Soi. Il possède la véritable connaissance et le bonheur intérieur d’un Être parfait. Tandis que l’être non réalisé voit le monde comme séparé, ressent son imperfection et en devient malheureux [comme s’il ”sortait” de l’Univers pour le voir]. Autrement, leur comportement extérieur est semblable. (Entretien 487 du 2-5-1938).

« Le Maharshi ne voit personne hors de son Soi. Pour lui, il n’y a donc pas de disciples. Sa grâce est omniprésente, et il la communique en silence à quiconque la mérite ». (Un fidèle de Ramana Maharshi, dans l’entretien 23 du 2-2-1935).
Où est alors le socialisme, la NORME COLLECTIVE du monothéisme républicain ?
Sentiment océanique ou VRAI VIVRE ENSEMBLE = tout être humain devrait EN PREMIER faire ”société” avec LUI-MÊME dans son CONNAÎTRE TOI-MÊME PAR TOI-MÊME, avant, s’il le désir, de se lancer à faire société avec les autres. Des relations authentiques ne peuvent avoir lieu qu’entre personnes authentiques. Seul un Total peut connaître un Total. Or le citoyenisé, le ‘moi’ n’est pas un total puisqu’il se définit par son social : un ‘je’ par rapport à un autre ‘je’, il est donc limité par ce qui le différencie de cet autre citoyenisé. Il en est ainsi de l’ego, du ‘moi’ de chaque paroissien du monothéisme républicain qui ne peut être un Tout, un Océan (1).

Le monothéisme unilatéral républicain s’inscrivant dans un DIEU CRÉÉ DANS LA CROYANCE, LE DIEU « LIBERTÉ », il ne peut que s’inscrire dans le « COMME SI », tellement bien synthétisé dans le conte de H.C. Andersen : Les habits neufs de l’Empereur, quand un petit enfant s’écrit dans la foule : « Mais le roi est nu ! », la foule commence à ne plus croire à la nudité de son souverain.
Surtout le monde occidental en est réduit au « COMME SI », « LE GRAND JEU DU ”FAIRE SEMBLANT” ».
Le ”COMME SI” dans l’entretien 146 le 26-1-1936 par Ramana Maharshi :
« Il n’y a pas de plus grand mystère que celui-ci : nous cherchons à atteindre la Réalité alors que nous sommes la Réalité. Nous pensons que quelque chose nous cache notre Réalité et qu’il faut le détruire avant d’obtenir cette même Réalité. C’est ridicule. Un jour viendra où vous rirez vous-même de tous les efforts passés. Et ce qui sera le jour où vous rirez est déjà ici et maintenant ».
FONDAMENTAL !

Et c’est exactement le conte d’Andersen : grâce à la pureté de cet enfant, non encore contaminé par le social, la foule va enfin s’éveiller et admettre que LE ROI EST NU. Et maintenant le monde entier fait ”COMME SI” le roi était habillé, alors qu’il est nu. Le monde entier fait ”COMME SI” il pouvait se confier corps et âme à l’économie mondiale, à l’État, et comme s’il était « libre », ”COMME SI” la liberté existait à travers le commerce-argent-marchandise.
Et comme dans le conte d’Andersen où les voleurs ont confectionnés un si bel habit au roi, avec du fil et des tissus si rares qu’ils en sont invisibles et que le roi est réellement nu ; C’EST LA TECHNIQUE DU LAVAGE DE CERVEAUX, LA TECHNIQUE DU RÉFLEXE CONDITIONNÉ de Ivan Pavlov, un behaviorisme modèle US à la J.B. Watson et autres Edward Bernays neveux de Freud, mais surtout une technique du ”psychiatre” Donald Ewen Cameron : dissoudre la tessiture logique des « accidents-connaissances » (à la John Locke) qui ont prit corps dans une forme de matrice dans l’intellect-essence (des « noumènes », formes de sensibilités à la façon de Kant). Cela produit un lavage-déluge de l’âme sur laquelle se construit un nouveau corps, une nouvelle ère, une nouvelle « république d’opinions » ou de pensées, un nouveau spatio-temporel, UNE TRANSITION (mot magique du pouvoir actuel) tel que rêve de la construire les transhumanistes des Google de leur vallée informatique industrielle et de leur ADRN messager, et de leur World Economic Forum.

Le « Il n’y a pas de plus grand mystère », du Maharshi cité plus haut, renvoie directe au Grand Œuvre alchimique…
 
Note.
1. Le « sentiment océanique » par Ramana Maharshi dans l’entretien 92 du 7-11-1935 : « Le ‘Je’-‘Je’ ininterrompu est l’océan infini ; l’ego, la pensée ‘je’, n’est qu’une bulle à la surface de cet océan ; on l’appelle jîva ou âme individuelle. De même, la bulle d’eau, lorsqu’elle éclate, ne fait que se mêler à l’océan ; et quand elle est bulle, elle fait toujours partie de l’océan. Dans l’ignorance de cette vérité simple, d’innombrables méthodes, sous différentes dénominations, telles que yoga, bhakti [dévotion], karma, etc., ont été enseignées. Chacune apportant de nombreuses modifications, elles ont été enseignées avec beaucoup d’habileté et des détails compliqués seulement pour séduire les chercheurs et semer la confusion dans leurs esprits. Il en va de même pour les religions, les sectes et les dogmes. À quoi servent-ils ? Uniquement à faire connaître le Soi. Ce sont des aides et des pratiques dont on a besoin pour connaître le Soi ».

« Tout comme les fleuves, en se déversant dans l’océan, perdent leur individualité et qu’ensuite les eaux de l’océan s’évaporent pour retomber en pluie sur les montagnes, puis s’écouler en rivières et retourner à l’océan, ainsi les individus, qui entrent en sommeil, perdent leur individualité et reviennent comme individus, selon leurs vâsanâ (tendances) antérieurs, sans en être conscients. Par conséquent, même dans la mort, le sat [réel, juste, existence absolue] n’est pas perdu ». (Ramana Maharshi, entretien 108 du 29-11-1935).

Voir un complément sur la page : Sentiment océanique Sahaja

[En haut de page : aquarelle-gouache de Michel Roudakoff : Auxerre août 1982]
 
 

Dernière mise à jour : 20-10-2023 16:16

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >