Accueil arrow News arrow Dernières news arrow LE FLÉAU, LE GRAND DANSEUR : L’État
LE FLÉAU, LE GRAND DANSEUR : L’État Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 12-01-2024 23:04

Pages vues : 305    

Favoris : 73

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Bolchevik, Carotte, Celtes, Conformité, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Dragon, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Intelligence artificielle, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Marxengelsisme, Nation, Noël, Or, Paix, Penser, Pierre, Pont, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Temple, Temps, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
gabriel-attal-ordre.jpg
 
 
LE FLÉAU, LE GRAND DANSEUR : L’État
et ses électeurs les spectateurs, ceux
qui regardent le doigt qui montre la lune
au lieu de regarder directement la lune.
« Les habitudes acquises depuis l’absence de commencement
Forment comme des reflets dans le miroir du mental.
Pour qui peut s’y regarder selon le Réel,
Les objets perdent toutes leurs caractéristiques ».
La lune, la Fosse où il n’y a point d’eau.


LA FOSSE QUI N’A POINT D’EAU OU NOËL LA VIERGE NOIRE ET SON ENFANT, LA VIERGE ANIMÉE.
 
 
« De même que le sot regarde le doigt
Qui désigne la lune et non la lune [que le doigt montre] ;
De même ceux qui s’attachent à mes paroles
Ne voient pas ma Vraie Réalité [même principe en
Alchimie…].

La conscience [conceptualisante ou raison] est comparable à un grand danseur,
Le mental est son assistant et son maquilleur,
Les cinq consciences sensorielles les accompagnent,
Et dans la conscience mentale [la raison] s’incarnent les spectateurs ».
(Lankâvatâra, chapitre L’instantanéité).


L’État par essence ATTACHE, FIXE, DÉTRUIT TOUT CE QU’IL TOUCHE, et cet État, ce sont les consommateurs, les usagers donc les SOUMIS (le dernier premier sinistre en janvier 2024 a été très clair là-dessus…). SOUMIS À LA CROYANCE : au soi ou ego, aux objets et par conséquence à la valeur d’échange qui passe par le salariat.

L’État par essence ce sont les MOTS/MAUX : un « serviteur de l’État » ou un politiste n’est rien sans son verbiage, suffit d’entendre le dernier premier sinistre de janvier 2024 ! TOUS LES MOTS SONT PIÉGÉS : ILS ENFERMENT, ILS LIMITENT, ALORS QUE LE SENS EST ILLIMITÉ PUISQU’IL N’EST NI UN OBJET, LE SENS N’A NI NAISSANCE NI MORT DONC AUCUN CORPS-OBJET OU AUCUNE FIXATION.
Le Libéré vivant n’ENSEIGNE PAS LES MOTS QUI RETIENNENT PRISONNIER, puisque les mots objets n’offrent aucune prise ou aucune loi de succion envers l’existence ou l’inexistence. Si ce n’est pour habilement dévoiler le sens des choses, JAMAIS AUCUN ENSEIGNEMENT NE SE LAISSE CONTAMINER PAR LES MOTS/MAUX, SURTOUT CEUX DU DEHORS, CEUX DE l’État qui ne peuvent qu’être esbroufe, mensonge, chiqué, illusion et usine à peur.

LOI DE SUCCION VULGAIRE OU PLOMB = LES LABYRINTHES DU DÉSIR ET DE L’INSUFFISANCE, LE MANQUE COMME DE CE QUI RESTE POUVANT FACILEMENT CONDUIRE AU PROTESTANTISME C’EST-À-DIRE À L’ÉGOÏSME ET À L’ENNUI ; OR LES RELIGIONS DITES DU « SALUT » OU DU MESSIANISME SONT TOUTES CONSTRUITES SUR LE MANQUE ET LE RESTE, CONSTRUITES SUR LA CONSOLATION ; même construction que celle des « Plus ça change et plus c’est la même chose ».
MESSIANISME = LA FEMME, LA CONSOLATION (on dit ”la Divine Providence” ou ”la Justice”…)

Le mental ou la « vision » ne peut pas
se voir elle-même, comme l’exemple du
policier aussi voleur devant procéder
à sa propre arrestation, ou le bout du
doigt ne peut se toucher lui-même, ou
tenir un couteau par le manche et le
lame s’échappe et tenir le couteau par
la lame le manche s’échappe et on risque
de se couper. Bref, on ne peut pas tenir
la lame et le manche en même temps en ce
qui concerne la fonction du couteau.
De même la « vision » ne peut pas se « voir »
comme la Vacuité ne peut pas dire qu’elle
est la Vacuité sans aussitôt tomber dans
la racine du mal ou la cause-effet,
tomber dans la SAISIE, le PLOMB, tomber
dans la copie : le Vrai devient faux
dès qu’il est vu ou possédé.
Comme le doigt qui montre la lune, si
on regarde le doigt qui montre, au lieu
de regarder directement la lune, on
tombe dans la cause et effet (lune-doigt, et PLOMB).

République = le doigt qui montre la lune
l’ignorant, l’électeur, regarde le doigt
qui montre : les SPÉCIALISTES qui s’appellent
”gouvernement”, ou encore ”l’exécutif” et
leurs paroissiens les exécutés,
les électeurs-esclaves et consommateurs
de leur monde du ”Votre ceci, votre cela”.


Les « faits » : la religion des VOYEURS, des conso-MATEURS telle la judéo-maçonnerie adonhiramite du Grand Orient de France d’un Armand Bédarride (les bouteilles [bout-œil], les ”Vas-y-voir”, surtout chez les autres) qui recrute des paroissiens dans toutes les professions, et leur seule religion ou seul lien, leur seule commodité qu’ils puissent avoir en commun est LA POLITIQUE ET L’UTILITARISME, LA MISE EN VALEUR DU TEMPS : récolter partout plein de petites vérités pour en former une grosse, comme de récolter partout les pièces d’un puzzle pour le reconstituer et que cela formera selon le rêve judéo-maçonnique « LE NOM PERDU DE DIEU », la sonorité de sa vraie prononciation. (Nostalgie, nostalgie…).
« Laissez Dieu de côté. Tenez fermement votre Soi », dit le Maharshi à l’entretien 241 du 29-8-1936.
« Laissez Dieu tranquille. Parlez pour vous-même. Vous ne connaissez pas Dieu. Il n’est que ce que vous pensez qu’il est. Est-Il séparé de vous ? Il est cette Conscience pure dans laquelle toutes les idées se forment. Vous êtes cette Conscience ». (Ramana Maharshi, entretien 453 du 8-2-1938).

À cet été 2023 le macron-rothschild veut « remettre de l’ordre », c’est-à-dire accélérer la robotisation des Terriens français. Ainsi la dérive du DÉSORDRE DES MÉDECINS n’est point étonnante ! Comme déjà écrit, LE FASCISME N’EST PLUS LOIN…
À cet janvier 2024 le macron-rothschild-attal veut évidemment aussi « remettre de l’ordre »….. On est donc dans le Thème des « Plus ça change et plus…. ».

Le scribe de cette page PREND EN PITIÉ GABRIEL ATTAL tellement le dividu (le divisé) SONNE FAUX (et nombre de personnes le ressentent aussi), tant le dividu ne fera pas long feu de toute sa jeunesse dorée et sa chute sera dure de chez dure. Et là, C’EST LA FRANCE QUI EST DE PLUS EN PLUS EN GRAND DANGER !!!
Et qui construit ces POUR-VOIR ? Mais les usagers de l’État, les soumis à l’État, les contribuables et votards, le « consensus » parfait dans le pargait dilemme du Moi-Collectif/Moi-Individuel toujours non réalisé depuis les millénaires de la naissance de l’État au Néolithique et dans cette voie de l’Agriculture.

EH ! ATTAL ! LAISSEZ L’ORDRE TRANQUILLE
LAISSEZ LA LUNE TRANQUILLE

LAISSEZ DIEU TRANQUILLE


Il faut être un IGNORANT pour regarder le doigt qui montre la lune et ne pas regarder DIRECTEMENT la lune et l’État INFANTILISE : une garde à vue ne peut qu'infantiliser, et le cas récent du covidisme était une infantilisation des masses. Ainsi les ignorants prisonnier du conventionnel regardent le doigt des mots des politiciens-policiers et des médias meneurs-menteurs : LA TRANSMISSION, LES INFOS, LA VALEUR D’ÉCHANGE OU OPINION ET S’Y ATTACHENT JUSQU’À LEUR DERNIER SOUFFLE, SANS POUVOIR SE DÉTACHER DU LANGAGE QU’ILS CONFONDENT AVEC LA VÉRITÉ ABSOLUE (qui est en chacun d’eux-mêmes). Aux enfants il faut donner à manger des choses cuites, faciles à digérer.
Donc recourir aux choses véritables et non s’accrocher aux mots/maux comme à la pointe du doigt, c’est-à-dire LES CHOSES CUITES : l’État et ses bandes usine à mots/maux et à idées fausses dont le FLOT FAIT TOURNER LE CERCLE DES PLUS ÇA CHANGE ET PLUS C’EST LA MÊME CHOSE, donc le doigt qui montre ou l’État fait tourner le cercle des naissances et des morts (changement de premier sinistre).


LA LUNE, LA SOURCE DES POÈMES HOMÉRIQUES.

Même Thème que la Genèse dans l’Ancien Testament. De part d’autre nous avons Achille, mouture de Dieu antique de l’Occident. La Genèse l’a arrangé sous une forme moderne : oqb en hébreu : le TALON ; et le pied en le symbole du Soi, pied an sanskrit : PADAM, le Soi ou l’Être véritable. Selon une croyance Semang, à la mort l’Âme quitte le corps par le talon. Achille fut vulnérable par le talon et scorpion comme serpent piquent le plus souvent au talon.
TALON = LA BASE DE L’HUMAIN, la base de la PIERRE LEVÉE, et quand iceux sont atteints : ILS TOMBENT. Ainsi il n’est nullement contradictoire dans la logique imaginaire que PIED et TALON concerne l’ÂME, le Soi, la VIE véritable qui s’échappe en dernier lieu, DANS LE SURFEU laissant entrer la Mort. DONC IL S’AGIT BIEN DE GENÈSE VÉRITABLE.

L’art grec primitif en à fait un CHAT BOTTÉ, enlevant un fromage à une Corneille. Dans l’Ancien Testament c’est le BOUC, Esaü.
FROMAGE = SOLEIL, puis transformation en LUNE : Séléné, ou « Hélène », qui lui est ravie à son tour par le Lièvre : symbole du renouvellement perpétuel par la mort : LE SURFEU OU GRAND MYSTÈRE DE LA VIE. La raison, qui n’est que diurne ou au seul état de veille, s’y heurte à la fois d’en-vie et de peur DEVANT TOUTE AMBIGUÏTÉ DES CHOSES.
Lièvres et Lapins sont donc lunaires parce qu’ils dorment le jour et gambadent la nuit, comme la lune ils savent apparaître et disparaître avec le Silence et l’efficacité des ombres, ensuite parce qu’ils sont prolifiques. Pour les Aztèques les tâches de la lune provenaient d’un lapin qu’un Dieu avait jeté à sa face (image au sens sexuel).

Lapin et nettement plus le Lièvre sont des héros civilisateurs, tel apparaît Menebuch, le Grand Lapin des Algonquins. Objiwa des Sioux Winebago. Lièvre possesseur du secret de la vie élémentaire, qui était déjà reconnue à cet animal dans la symbolique de l’Égypte ancienne (Enel, La Langue sacrée, 1932).
Menebuch représente le PÈRE archétypal, tel le HÉROS-FILS, pouvant le rapprocher du Christ. Les Algonquins, après leur évangélisation, ont ainsi reconduit Menebuch sous la forme du Christ-Jésus.
La mythologie de l’Égypte ancienne donne les apparences du Lièvre à OSIRIS, qui sera découpé en morceaux jetés dans le Nil pour assurer le RYTHME PÉRIODIQUE (comme un CŒUR, une POMPE).
En Inde le Libéré vivant ou Brahmajnânîn (celui qui a réalisé le Brahman, l’Absolu, l’infinitude) apparaît sous la forme d’un Lièvre pour se jeter en sacrifice dans le feu (Surfeu), puisque le Lièvre comme la lune MEURT POUR RENAÎTRE (SALAMANDRE), et dans la Taoïcité le Lièvre devient la préparateur de la DROGUE D’IMMORTALITÉ. On le représente au travail broyant des simples dans un mortier. Les forgerons chinois utilisaient son fiel pour la fonte des lames d’épée (communication de force et de durée à l’acier).
Enfin, ne pas oublier que TOUT SYMBOLE EST DOUBLE, et ne doit pas être possédé ou vu fixement : on va inévitablement retrouve la DUALITÉ MANQUE-RESTE : incontinence, gaspillage, luxure, démesure et quantité caractérisant nostre époque de causes et d’effets.

À l’âge du fer ou de la raison, la catastrophe du mental tente toujours de détruire les croyances animistes ; alors les ”civilisés” frappent le Lièvre ; le Deutéronome et le Lévitique de la religion du Désert le déclare « impur »

Le nom MÉNÉLAS signifie littéralement « le Lièvre de la lune ». Le monde antique depuis l’Atlantique jusqu’à l’Inde voyait dans les taches de la lune courir un Lièvre, d’où la légende du rapt du Lièvre.
De là Nous rejoignons le GATE GATE de la SVASTIKA (ROUE, TOUPIE) si bien vu par l’opportunisme d’un Adolph Hitler et de sa bande, Svastika LE BRIQUET PRIMITIF DU FEU VULGAIRE, celui de la thermodynamique dans son versant négatif, et du Silex de l’Étincelle Divine…
LE PRINCIPE FUSÉE-FUSEAU : un des deux bois devait être vert (de l’Orme par exemple) et l’autre le fuseau devant être sec (un fusain, comme d’un charbon léger très inflammable, ici le mâle, parfois nommé ”Prométhée” : littéralement « Celui qu’on agite devant », soit la CAROTTE DU MESSIANISME, celle que l’on attache à distance devant la tête de l’âne pour le faire avancer. Le troisième élément de ce « briquet » était ATLAS, LE SUPPORT. La corde qui s’enroulait autour du briquet ”Prométhée” ou FUSEAU, devait être de chanvre  ou de poil de vache : ”Pyr” (du latin-grec pyralis : insecte vivant dans le feu), ce sera alors PRIAM : la Corde de la Vache.
Il fallait une troisième pièce destinée à sécurisé comme on dit à ce hui, la main de o’opérateur et à jouer le rôle du pommeau du vilebrequin ou du foret. Pièce en cône ou en disque de terre cuite. Dans la cavité qui y était aménagée s’emmanchait le bout graissé du fuseau [christos], le ”gras”, l’autre était taillé e pointe : le ”maigre”, le ”sec”. On retrouve le nom de ces trois pièces dans le nom des Parques : Lachésis, Cape (ou Hécube : fosse), l’Auge (ou circularité), qui se nomme en sanskrit ”gupyaka”, et dans laquelle s’introduisait la pointe ”Prométhée” ; ”Clotho” était la corde et ”Atropos” ou ”Aterpa” celle qui ne tourne pa ; c’est la fusée, LE FIL D’ARIANE (Thème des GATE GATE) ou Ariadne, Aridela, nom grec de ce BRIQUET GREC.
On donnait le nom de ”Thésée”, l’esclave, au fuseau emprisonné dans la corde qui devrait délivrer le feu captif de la SVASTIKA.

Voir aussi la page Shiva esquif vase fuseau, et nombre de pages contenant la notion de POINTE, qui ramène au feu vulgaire, et à celui qui est authentique le Inné-Igné, puisque TOUT est dans tout….

Le billot ou support était le ”Palladium” ou ”Xoanon”, sur lequel étaient fixés avec des chevilles deux morceaux de bois en CROIX, tordus à leurs extrémités, pour être entraînés dans le mouvement de rotation du fuseau.
Morceaux de bois représentant ”la Cavale liée”, ”Marim”, ou la ”Vache liée”, « PYRIM » = LA FOSSE OÙ IL N’Y A POINT D’EAU : le Ver au fond de la Fosse où il n’y a Point d’Eau parce que cette « Eau » est POUSSIÈRE (J’y suis et je le blanchis, comme la Salamandre : la chaleur active de Ptah…).
Pour la ”Fosse où il n’y a point d’eau” voir le scénario d’un projet de long métrage où il est question de la queste de cette ”Fosse”.

La Salamandre (symbole d’une très grande importance (1)) peut vivre dans le feu sans être détruite par icelui. En se basant sur le principe des Croisements (c’est-à-dire l’effet produit et pas la caractéristique), la Salamandre ne craignant pas le feu peut l’éteindre, donc le faire mourir… de froid !
Quand le Feu se dévore lui-même il s’instante ou il réalise le Ici et Maintenant dans le Blanc de l’Instant, la réunion des sept couleurs de l’Arc-en-Ciel Poussière de lumière apportant la Preuve suprême de son existence, et symbolisant la non-dualité dedans-dehors, comme au-delà du sommeil profond (1). Delà Nous retrouvons la VIERGE NOIRE ET SON ENFANT, LA VIRGINI PARTITURÆ, issue de la Koridwen gauloise, qui enfantait sans cesser d’être vierge d’où l’allusion à LA FOSSE QUI N’A POINT D’EAU (eau ou ÈVE).

Cette symbolique VIERGE NOIRE ne peut que renvoyez à la spiritualité des Gaulois, ou la Vierge enfantait sans cesser d’être vierge. Tous les ans, à Noël, elle se transformait en POULE NOIRE QUI AVALAIT LE DIEU GUION OU GAUVAIN, métamorphosé en PÉPIN DE GRENADE (encore le Point Focal, et Grenade comme fruits à pépins est symbole de fécondité dans le sens de ”perfections divines” selon Jean de la Croix. Mais ce pépin de fruit ROUGE évoque le FEU CHTHONIEN que Perséphone vole pour le profit des hommes, puisque sa remontée des Enfers vers la surface de la terre signifie le renouveau printanier donc la fertilité. Ce productivisme fera chuter de nombreux gros ego qui ont le complexe de Prométhée en volant le feu pour assurer la pérennité de ce monde, tels les ”sauveurs du monde”).
”Kykkos” (pépin) et PERLE de ROSÉE ROULÉE UN MATIN D’ÉTÉ (en France près à La Jarne près de la Rochelle et observé par le scribe de cette page en 1987). SCARABÉE ou SARCOPHAGE = ATHANOR OU FOURNEAU ALCHIMIQUE : LE VASE-VAISSEAU. L’autre nom de Sarcophage est neb-ânkh : ”Maître de Vie” (au sens de véhicule au sens de ”Fixation cavalante”) ; la tombe elle-même se nomme ‘is’ (signe phonétique en botte de roseaux, au sens de printemps (Osir-is) : faire re-végéter ce qui avait été coagulé ou fixé). À cela se rapporte les DEUX PLEUREUSES ISIS ET NEPHTYS : on implore dans tous les tombeaux leurs EAU DE VIE et EAU DE MORT-COLLE qui redonne la vie, notamment à Osiris.

PUTRÉFACTION = SACRIFICE : REMETTRE LE GRAIN EN TERRE, FERMENTÉ, PUTRÉFIÉ ET DÉCOMPOSÉ POUR QU’IL RE-PUISSE POUSSER (ce qui est interdit avec les GRAINES INDUSTRIELS DE MONSANTO ET CE QUI PROUVE BIEN CE MONDE ACTUEL FINANCIER MORTIFÈRE AU POSSIBLE… QUI DE CE FAIT INTERDIT LA RÉALISATION, INTERDIT LE SURFEU, INTERDIT LE PRINTEMPS…).

Cette Poule noire (de la nuit obscure) qui avalait le Dieu Guion ou Gauvain accouchait alors d’un ŒUF D’OR : le NOUVEAU SOLEIL, le FRONT BRILLANT. Ce sera le culte de KORIDWEN. Le culte de Koridwen s’est conservé en France sous deux formes bien distinctes : on l’invoque dans les cryptes des anciennes églises romanes sous la forme d’une VIERGE NOIRE ; on l’invoque à minuit dans les carrefours déserts sous la forme d’une poule noire qui pond des œufs d’or. De toutes les madones miraculeuses, les Vierges noires sont restés le plus en crédit. « Nigra sum, sed formosa », dit l’Écriture. Marie joue un rôle assez effacé dans l’Évangile ; mais partout, sauf dans le protestantisme, la dévotion populaire lui a rendu le premier rang qu’elle occupait autrefois dans la religion de nos pères, et l’islamisme lui-même, partout où il se trouve en contact avec le christianisme, n’a pu se soustraire à cette influence… », écrit en note de bas de page 40 Grasset d’Orcet, dans : Archéologie mystérieuse, vol.1.

Vierge Noire = NON POSSESSION : aucun miroir, aucun œil ne peut saisir le reflet de l’Univers puisqu’il est NOUS comme aucun œil ne peut saisir le corps de la Vierge Noire : Elle est le Tout à elle seule, le monde et tous les corps qu’il contient n’ont aucun complément en miroir : ILS SONT À JAMAIS IDIOTÈS, UNIQUES. (En complément sur la POINTE, voir la page : LE FEU : POINTER).

BIEN PLUS : VIERGE NOIRE OU FOSSE QUI N’A POINT D’EAU EST ”MIKI” = L’ARCHANGE MICHEL, Vainqueur de l’ego (maîtrise du Dragon).
Vierge Noire = la Dame du Logis ou de la Vraie Demeure du Sans Demeure; où elle se livrait à allumer le Feu en chantant une incantation gravée sur le pommeau de terre cuite qu’elle tenait dans sa main gauche pendant qu’elle manœuvrait l’archet de la main droite.
Se rappeler de la SCIENCE DE L’ÉLECTRICITÉ STATIQUE, qui a été perdue, électricité statique rappelée par le POIL DU CHAT QUI ÉTINCELLE LORSQU’ON LE FROTTE. Ménélas (en gaulois : MARLPF), le ravisseur de la jument, et Achille (talon) qui porte ici le nom du chat PS. L’Électricité statique qui n’est autre que Prométhée dérobant l’Étincelle Divine ou VRAI FEU, le ZÉRO INDIEN, L’ÉNERGIE « LIBRE » (qui appartient à tous et donc n’est pas commercialisable… sans ”valeur”...).

VRAI FEU : INNÉ-IGNÉ, SVASTIKA, et THOR ET SON MARTEAU (bref : le CŒUR, pas l’organe de la croyance au corps… Ce sera donc LE MANANT, étymologie de Maison, donc de la Vraie Demeure sans Demeure ou SANS FIXATION, SANS COAGULATION…)

Note.
1. RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE ET RÉGÉNÉRATION : reconstitution d'un organe, d'un tissu, qui a été éliminé soit par chirurgie soit par accident, soit par processus pathologique. Chez la Salamandre, couper un de ses membres et il repousse. Chez l'Homme, l'ablation des 2/3 du foie aboutit à la régénération du tiers restant et à la reconstitution du foie ; mais ses autres capacités de régénération sont comme ”en sommeil”, puisque très lointaines. En effet, plus "l'espèce" animale semble primitive, plus elle possède d'aptitudes régénératrices. Mais les plantes et les minéraux poussent aussi lorsqu'on en coupe un bout. Donc les organismes les plus simples, COMME LE VER, font preuve d'une grande aptitude à la régénération. Comme en Alchimie, il faut remonter (ou démonter et remonter) à l'Origine. Et équilibrer cicatrisation et régénération ! La cicatrisation ayant plutôt remplacée la régénération chez certaines espèces. Et plus on vieillit plus il faut du temps pour se remettre d'une fatigue.

« Plus "l'espèce" animale semble primitive, plus elle possède d'aptitudes régénératrices » = LE SOMMEIL PROFOND, LA CONSCIENCE INFINIE : « dans la sushupti (état de sommeil profond), il n’y a plus d’identification avec le corps et donc pas de perceptions ; de même, dans l’état transcendantal, l’identité avec le brahman met l’homme en harmonie avec toutes choses, et il n’y a rien qui soit séparé du Soi [qui n’est ni dedans ni dehors] ». (Ramana Maharshi, entretien 2 du 15-5-1935).
« Dans le sommeil profond, l’homme ne possède rien, pas même son propre corps. Et au lieu d’être malheureux il est parfaitement heureux. Chacun désire dormir profondément. La conclusion en est que le bonheur est inhérent à l’homme et n’est pas dû à des causes extérieures. Pour ouvrir les réserves du bonheur parfait, il faut réaliser le Soi ». (Entretien 3 du 15-5-1935).
« Ce Soi est le témoin dans les états de sommeil profond, de rêve et de veille. Ces trois états appartiennent à l’ego. Le Soi transcende même l’ego.
N’existiez-vous pas durant le sommeil profond ? Saviez-vous alors que vous dormiez et que vous étiez inconscient du monde ? Ce n’est qu’en état de veille que vous décrivez cette expérience de sommeil comme étant inconscience ; pourtant votre conscience quand vous dormez est la même que lorsque vous êtes éveillée. Si vous savez ce qu’est cette conscience de veille, vous connaîtrez la conscience qui se tient comme témoin dans les trois états. Cette conscience peut être trouvée en cherchant la conscience telle qu’elle était durant le sommeil profond ». (Entretien 13a du 7-1-1935).

« Le fait d’être vigilant est l’état de veille. Ce ne sera donc pas un état de sommeil, mais celui d’un sommeil éveillé. Si vous suivez vos pensées, vous serez entraînée par elles et vous vous trouverez dans un labyrinthe sans fin.
- Question : Alors je dois remonter à la source de mes pensées.
- Maharshi : Tout à fait ; c’est ainsi que les pensées disparaîtront et que seul le Soi demeurera. En fait, pour le Soi il n’y a ni intérieur ni extérieur. De plus, ce sont des projections de l’ego. Le Soi est pur et absolu ». (Entretien 13a).

« L’ego est donc le même durant l’état de veille, de rêve et de sommeil profond. Trouvez la Réalité sous-jacente à ces trois états. C’est là la véritable Réalité. Dans cet état, il n’y a plus que ÊTRE, il n’y a plus « toi », ni « moi », ni « lui » ; plus de présent, ni de passé ni de futur. Cet état est au-delà du temps et de l’espace, au-delà de toute expression. Il est toujours là ». (Entretien 17 du 24-1-1935).
 
 
 

Dernière mise à jour : 13-01-2024 00:05

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >