Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Le 1789 français et la régression de la pensée
Le 1789 français et la régression de la pensée Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 25-01-2024 17:11

Pages vues : 326    

Favoris : 84

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Bolchevik, Carotte, Celtes, Conformité, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Dragon, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Histoire, Intelligence artificielle, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Marxengelsisme, Nation, Noël, Or, Paix, Penser, Pierre, Pont, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Temple, Temps, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
trou_et_speculum_j-fm.jpg
 
 
Le 1789 français et la régression de la pensée
par sa mode de la ”raison” qui déboucha par
l’invention de l’ordinateur, bien proche du
concept récent d’”Histoire” (les infos)
nécessairement lié au langage, surtout écrit.
 
C’est le paradoxe : le soi-disant ”progrès” et
son « œuf ultime » : l’ordinateur, qui a fait
régresser la civilisation mondiale.
La ”raison” dont les républicains de 89 célébraient
le culte a depuis l’après 1945 pondu son œuf ultime :
l’ordinateur, lequel est en train de tuer l'humain
son créateur, en le rendant inutile dans la conduite
de ses affaires rationnelles, en supprimant ce
qu'il croyait être sa raison d'être.
L'esprit scientifique et humanitaire engendre
à ce hui sa propre négation et meurt en
accouchant de l'ordinateur et de l’”intelligence
artificielle”
. Car tout ce qui peut être mis en
équation et algorithmes, sciences physiques ou
sciences sociales, n'a plus besoin de
ce genre d'esprit pour trouver sa solution.
Ce genre d'esprit s'est fait robot.


LE ROBOT ACTUEL C’EST LE MONOTHÉISME UNILATÉRAL RÉPUBLICAIN ET LA CONTAGION PAR UNE IVRESSE COLLECTIVE. NE JAMAIS TOMBER DANS CETTE MESSE D’UNE « RESPONSABILITÉ COLLECTIVE » du ”Vivre ensemble” correspondant à la LAÏCITÉ À LA FRANÇAISE :
La laïcité publique française possède un code non écrit d’une extrême subtilité (puisque c’est franc-maçonnique) qu’il faut, premièrement, maîtriser et, deuxièmement, décoder. C’est exactement le principe de l’INQUISITION et de la Tchéka qui copie l’Inquisition. Car en URSS comme en république il s’agit de défendre un DOGME, appelé aussi ‘Valeur’, c’est-à-dire une position du mental qui, pour l’accusation ou le pouvoir, est censée être implicitement acceptée par tout le monde, comme la laïcité, comme un centre dont on ne doit pas s’écarter sous peine de raisonnement faux. Aussi, si la pointe du compas dérape, la circonférence, le raisonnement et les actes qui les suivent, sont nécessairement faux. Tout accusé qui se reconnaît lié à la foi d’une religion (par exemple c’était le cas de Galilée, et c’est le cas de tous membres d’un parti, surtout communiste ou socialiste ou d’une république) est supposé avoir parfaitement conscience d’avoir contrevenu au dogme, sauf dérangement mental. Il est donc normal que le tribunal lui demande : « Sais-tu pourquoi tu es là ? » S’il le sait, il se condamne lui-même par auto-critique et ne subit qu’une peine légère ou ne subit pas une condamnation imposée. S’il ne sait pas pourquoi on lui reproche quelque chose, c’est qu’il est fou, et pour ce cas là le post-stalinisme des années 1960-1970 a institué des hôpitaux psychiatriques spéciaux. L’inquisition brûlait ses opposants comme possédés de Satan, c’était moins barbare que n’importe quel hôpital psychiatrique moderne. Inquisition et Tchéka ou police aux ordres d’un État ont la même configuration mentale.

Comme le dit bien Émile Poulat, la laïcité est un confessionalisme retourné : une laïcité où ses paroissiens sont censés connaître naturellement le dogme. Aussi en l’état actuel des consciences et de la « démocratie », le problème de la libre pensée libérée depuis l’époque de la Renaissance, notamment grâce à l’invention de l’imprimerie, crée un redoutable fardeau pour l’État, affranchi, séparé de l’Église. Désormais, l’État, a la charge de gérer soixante millions de consciences en liberté et bien décidé à en user, démocratie et mensonge du « pouvoir du peuple » oblige. Auparavant, l’État pouvait s’appuyer sur l’Église pour gouverner les consciences avec les paroisses et les prédicateurs, les confesseurs et les directeurs de conscience. Maintenant, c’est fini. L’État n’a plus de recours et se trouve face à face avec ces soixante millions de consciences... et en plus consommateurs ; ainsi la manipulation de l’opinion et le mensonge devient la règle de base de l’État républicain et de toute démocratie reposant sur le principe des conflits d’intérêts et donc frustrés par leurs propres limites.
OR, RIEN DE PLUS DANGEREUX QUE LA DÉMOCRATIE, CAR POUR SURVIVRE, ELLE DOIT ÊTRE PLUS INTOLÉRANTE QUE LES AUTRES RÉGIMES POLITIQUES ÉTATIQUES puisque tout repose sur l’EGO-RAISON INDIVIDUEL FORMANT UN « VIVRE ENSEMBLE » OU UN MONISME RÉPUBLICAIN.
Aujourd’hui ça devient urgent : la seule voie de la libération passe par la réalisation de l’Instant ou Soi de chacun de Nous : REGARDER LA LUNE AU LIEU DE REGARDER LE DOIGT QUI MONTRE LA LUNE.

REFRAIN : La Conscience Infinie ou Fondamentale, N’EST PAS, collectiviste : la Conscience Infinie ou Soi est purement individuel ou en « sentiment océanique » (1).
Seule la ROBOTISATION ou EGOTISATION de l’humain amènera à la PENSÉE UNIQUE, NORMALISÉE, comme le rêve les promoteurs de l’ordinateur nécessairement dépendant des industries du capitalisme.

ROBOTISATION DE L’HUMAIN = LES INFORMATIONS « MATÉRIELLES », lesquelles sont SANS POURQUOI comme un arbre dans une forêt est sans pourquoi ; on n’opinione pas sur la cause de la graine (2) qui a fait pousser l’arbre ; mais les USAGERS DE L’INFORMATION ne sont pas sans pourquoi : par leur EGO-OPINION ILS SONT TOUJOURS DES CONVERTISSEURS ; LES LAISSER FAIRE, C’EST ACCEPTER D’ÊTRE SOUMIS, CONVERTI, MANGÉ, DIGÉRÉ, bref, TRANSFORMÉ EN ZOMBI, EN AUTRE CHOSE QUE SA VRAIE NATURE.

Les informations les plus dangereuses pour l’être humain sont de l’ordre du CALCUL, de la TECHNIQUE, de l’INGÉNIEUR (l’utilitarisme du matérialisme), et non opinionesque ; car MAINTENANT LA TECHNIQUE IMPOSÉE PAR LES INDUSTRIES DU CAPITAL EST LE DICTATEUR QUI NE DIRA JAMAIS SON NON : une ”intelligence artificielle” n’opinionera jamais qu’elle est la DICTATEUR SUPÉRIEURE émanant de l’humain et de ses calculs d’ingénieur, de spécialiste.

Et même si le capitalisme ne voudrait pas faire volonté de prosélytisme, comme NOUS SOMMES L’UNIVERS, si vous ne voulez pas de guerre, le DEHORS, LE SOCIAL, LES AUTRES LA VEULENT, vous subirez tout de même cette guerre, comme DANS CE MONDE FERMÉ PAR LE MONDIALISME, l’apport d’une technologie nouvelle dans cette société fermée du mondialisme, en changeant la vie matérielle risque fort de changer aussi la vie spirituelle, PAR CAUSALITÉ ASCENSIONNELLE.
La dialectique matérialiste historique, fausse comme théorie de l’univers sous forme d’une conscience collective, contient la GRAINE D’EGO QUI VA LA DÉTRUIRE : SOUVENT LA TECHNIQUE EMPORTE LE TECHNICIEN AVEC LUI, TEL L’APPRENTI SORCIER DU CONTE et de la musique de Paul Dukas, telle aussi la légende de la destruction de l’ATLANTIDE.

L’histoire et sa « dialectique ou opinion dans l’histoire » N’EST PAS VALABLE, N’A AUCUNE CONSISTANCE : CE QUI APPARAÎT NOUVELLEMENT TELLE L’HISTOIRE DOIT AUSSI DISPARAÎTRE : C’EST E MONDE DES ACCIDENTS, CELUI DU SPATIO-TEMPOREL.
Seul ce qui est RÉEL perdure à jamais.
La dialectique historique et forcément matérialiste par croyance au corps et fabriqué par l’ego effectivement CHANGE L’HISTOIRE : l’ego d’un Mehmet II en prenant Constantinople allait évidemment modifier le spatio-temporel dans le triade : politique-économie-religion ; idem avec un Moïse qui « reçoit la Loi » à une certaine date du spatio-temporel et en un lieu, ce qui comme avec Mehmet II modifiera le spatio-temporel dans la triade cité. LÀ ENCORE : QUAND UNE MAGIE PARLE TOUTES LES MAGIES PARLENT, ET QUAND UNE SE TAIT TOUTES SE TAISENT, ET CE QUI APPARAÎT NOUVELLEMENT DOIT AUSSI DISPARAÎTRE, COMME TOUT CE QUI SE NOMME « HISTOIRE » :

L’histoire construite nécessairement DANS LE TEMPS, DANS L’OPINION DU MOMENT. Ainsi cette « logique-histoire » N’EST PAS AUTONOME, N’A AUCUNE VALEUR RÉELLE CAR DÉPENDANTE DU MENTAL-EGO EN DUALITÉ DU SUJET OBSERVANT L’OBJET ÉVÉNEMENT. De plus, l’INCONSCIENT COLLECTIF de l’historien en dialectique matérialiste repose sur sa culture, sur des mythes anciens et nouveaux. Surtout : la pensée moderne est de plus en plus conditionnée, dans l’Ancien Testament « Dieu » intervient constamment, une « Dieu » « là-haut » au sommet de la pyramide DE QUELQUES EGO AU POUR-VOIR…..
Alors les « faits historiques » deviennent nécessairement des « faits devants Dieu », C’EST LA DÉFINITION MÊME DE L’INCONSCIENT COLLECTIF (pour ceux qui croient à cette dualité Dieu-Faits).

Le mot « Hébreux » signifie en gros : HISTOIRE (les descendants d’Adam, puis d’Abraham qui était celui « désigné par Dieu ». Nous sommes bien dans l’Histoire où un « Dieu » intervient sans arrêt dans l’Histoire POLITIQUE-OPINION (à travers batailles, sièges, invasions, etc.). Ainsi les faits « historiques » deviennent des faits devant « Dieu » et en deviennent une valeur religieuse que rien avant ne pouvait assurer à ces croyants comme les Hébreux. Ce sont les Hébreux qui inventent l’Histoire comme épiphanie de Dieu… De cette façon ils renforcèrent leur ego !
HÉBREU : ”Qui parle avec Dieu”. Nous avons alors H (Homme), E (homme de terre ou d’argile), Br (parole, qui parle, E, de la terre), U (vers l’air ou vers le ciel), etc. « La Parole de Dieu c’est son écriture »… Ou « Dieu créa l’homme et l’homme créa Dieu… Mais en réalité ni Dieu ni l’homme n’ont été créés » (entretien 264 de Ramana Maharshi).
HISTOIRE = PHÉNOMÈNES, et rien de plus !
HISTOIRE = OPINIONS, et rien de plus.

Le « fait spirituel », le « fait magique » n’existent pas en tant que POUR-VOIR ou phénomène dans la dualité sujet-objet. Le « fait spirituel » est en DEHORS du spatio-temporel, en DEHORS de la dialectique matérialiste historique en DEHOR DE L’EGO. De même, la « science humaine » est le même paradoxe que la Réalisation du Soi : « Le ‘Je’ rejette l’illusion du ‘je’ et cependant demeure en tant que ‘Je’. Tel est le paradoxe de la réalisation du Soi. Ceux qui sont déjà réalisés n’y voient aucune contradiction ». (Ramana Maharshi, entretien 28 du 4-2-1935).


Donc la connaissance par l’humain de sa Vraie Nature ne peut pas être une « science » laquelle se définie par la dualité formant un spatio-temporel constitué du dialogue entre un SUJET qui étudie et un OBJET étudié ; et comme l’être humain est en lui-même l’UNIVERS, LA GLOBALITÉ  DE L’ÊTRE ET DE L’EX-ISTANT ((étant compris que Dieu est le « Je suis ce JE SUIS », et donc n'ex-iste pas à proprement parler, parce qu'il est « hors » de sa Création. Ce qu'on appelle l'Être n'est que l'ex-istant, ou la « Manifestation du Soi »). De ce fait l’Être est dans le PARADOXE DE LA RÉALISATION EN FORME D’IMPOSSIBILITÉ DE SE POSER COMME SUJET ÉTUDIANT, EXAMINANT UN « UNIVERS » QUI LUI SERAIT EN DEHORS. C’EST SPATIALEMENT ET TEMPORELLEMENT IMPOSSIBLE.
Ainsi les « sciences humaines » sont impossibles, l’observateur ou sujet face à l’objet est lui-même engagé dans le système qu’il observe et il y apporte tant d’éléments d’incertitudes ou d’opinions personnelles que l’on ne saurait accorder quelque crédit à une méthode qui, prétendant décrire « objectivement » les faits historiques, prouvent ainsi QUE L’OBSERVATEUR OU SUJET EST ENCORE DANS LA SOUMISSION À SON EGO, et qu’il ignore complètement le sens d’objectivité, objectivité qui devrait plutôt correspondre au Soi.


Mehmet II et Moïse sont des cas typiques du PARASITISME PAR L’HISTOIRE dans la triade politique-religions-économie au même titre que les événements-phénomènes de la guerre mondialisée entre 1789 et 1945 (3), qui se poursuit de nos jours avec les pointes du 11 septembre 2001 et la guerre « Ukraine/Hamas-Israël », qui sont TOUS DU MÊME THÈME : CONSTRUCTION DU MONISME MONDIAL, aussi clairement évoqué dans les médias du Pour-Voir par le mot à la mode dialectique ou opinion historique matérialiste : « TRANSITION ».

CONSCIENCE DÉFINITION : « L’Atman [le Soi] est tel qu’il est [tel le SANS POURQUOI]. Il est toujours sâkshât [direct ou Maât comme la Déesse égyptienne et sa plume symbolisant l’absence d’espace-temps ou d’attraction]. Il n’y a pas deux Atman, un qui connaît et un qui est à connaître [dans la dualité sujet-objet ou ”objectivité” forme du Pour-Voir]. Le Connaître signifie l’Être. Ce n’est pas un état où l’on est conscient de quelque chose d’autre [telle une possession, une opinion-objet, une information, ou le temps fabriqué par une conscience qui le voit]]. Il est Conscience même ». (Ramana Maharshi au jour le jour, 28-12-1945 après-midi).

Le LANGAGE ET LA MAGIE évoquée par le chef d’orchestre Ernest Ansermet très didactique à l’image du Pierre et le Loup de Serge Prokofiev.

ICI ENCORE, QUAND UNE MAGIE PARLE TOUTES LES MAGIES PARLENT, ET QUAND UNE SE TAIT TOUTES SE TAISENT : quand les techniques et ismes ou systèmes de nostre langage seront totalement détruites, passé, présent et futur ne limiteront plus rien !
Et la voie du langage ou de l’opinion et les POUR-VOIR de la conscience appelée « raison » seront complètement éteint.
Le mot et maux et opinion ne pourra plus être exprimé par les cordes vocales du corps, et nostre pensée, finalement, ne dépendra plus de nostre « raison » ni de nos cinq sens possessifs.
Le spatio-temporel cessera.
Cela s’appellera L’INSTANT, ou ICI ET MAINTENANT, avec le seul langage authentique : LE SILENCE, terminé le langage opinionesque et même terminée la possession appelée « COMPRÉHENSION ».
Parce qu’au sujet de la Lumière, nostre propre Éveil authentique et parfait, la racine du mal : le Dedans-Dehors ne Nous concerne plus, sa dictature est terminée. Ainsi, le maître abandonne les mots/maux, n’utilisant aucune considération d’opinions : « Si vous ne parlez pas, qu’aurons-nous à transmettre, demandent les disciples à leur maître ? Celui-ci leur répond : le ciel parle t’il ? ». DONC TERMINÉE LA TYRANNIE DES DÉLUGES ACTUELS D’INFOS facilitée par la technologie des industries du capitalisme…..

Pour parler, pour opinioner, pour politiser en ismes de l’État, il faut CROIRE À LA CHUTE, AU PÉCHÉ, CROIRE À LA DUALITÉ MANQUE ET RESTE ! DONC CROIRE À LA COUVERTURE SOCIALE !! Depuis longtemps, le crime comme la vertu, ou comme la sagesse ne laisse pas de trace ! Comme Dieu, comme l’INNOMMABLE, comme le ”terroriste”, comme l’excrément dans les intestins, comme l’argent, CRIMES ET VERTUS SONT CACHÉS : ILS NE LAISSENT PAS DE TRACE. Mais avec la numérisation du monde, même le caché est menacé : voir l’histoire : ”Les neuf milliards de noms de Dieu” de Arthur C. Clarke, une FORME D’ORAGE ou de DÉLUGE, d’APOCALYPSE ULTIME…

Le SANS POURQUOI ou SILENCE exprimé par Maître Tozan.
« Le vent pur chasse les nuages blancs.
La lune claire brille.
Le son du vent dans la vallée,
près du petit ermitage, emplit mes oreilles.
Qui peut l’entendre ?
La couleur des montagnes inonde les yeux.
Même si je la contemple toute la journée,
cette montage ne parle pas.
Même si je la questionne toute la nuit,
elle ne répondra pas ».

Personne ne peut expliquer ce qu’est la Liberté (ou la Vérité) sans aussitôt tomber dans l’asservissement par le langage, l’opinion, donc le bruit autant parlé qu’écrit, c’est la même chose ! TOMBER DANS L’ASSERVISSEMENT = TOMBER DANS LE POLITISME, le principe du politique professionnel, l’élu, est la parole ; existe-t-il un sourd-muet politique élu ? Existe-t-il un président de la république sourd-muet ? (aucune réponse sur Google ou autres…..). Non : politique = verbiage et par conséquence : mensonges ; État = mensonges.

« Il n’y a que deux moyens pour vaincre le DESTIN [l’irrévocabilité] ou de ne pas dépendre de lui. L’un est de se demander qui est soumis au destin et de découvrir que ce n’est que l’ego qui est asservi par lui et non le Soi et que l’ego n’existe pas. L’autre moyen est d’effacer l’ego en s’abandonnant totalement au Seigneur [voir ci-dessous l’exemple de Michel Kozlov] ; de réaliser que l’on est impuissant en répétant constamment : ”Pas moi, mais Toi, ô Seigneur” ; de RENONCER [le scribe de la page souligne] à tout sentiment de ‘je’ et de ‘mien’ [la saisie, la possession] et de laisser le soin au Seigneur de faire de vous ce qui Lui plaît. L’abandon ne saurait jamais être complet tant que le devotee [dévot, disciple, fidèle] désire telle ou telle chose du Seigneur [comme de ”gagner au Loto”]. Le Véritable Abandon est l’Amour de Dieu, simplement pour l’Amour et rien de plus, même pas en espérant obtenir le Salut. Autrement dit, pour vaincre le destin il faut l’effacement total de l’ego, que l’on y arrive par la recherche du Soi ou par la voie de l’Amour (bhakti-marga) ». (Ramana Maharshi au jour le jour, 28-6-1946).

Le japa [en sanskrit la répétition d’un nom divin ou d’une formule) de Michel Kozlov : « Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, prends pitié de moi », répété 3000 fois dans les 24 heures d’une journée.
« Que tu sois debout ou assis, en marchant ou couché, prononce continuellement ces paroles : « Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, prends pitié de moi » - ni à voix haute ni à la hâte. Fais cela exactement trois milles fois par jour, sans de toi-même en ajouter ni en retrancher aucune. De cette façon, Dieu t’aidera à atteindre l’action incessante du Cœur [le Soi] », dit le starets page 29 de l’édition du Cerf, dans la nouvelle traduction du russe de Chantal Crespel-Houlon, le vrai texte du Pèlerin russe.
Répétition, japa, identique au « GATE GATE PÂRAGATE PÂRASAMGATE BODHI SVÂH » (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi).

Cette forme de rompre le destin correspond au SENTIMENT OCÉANIQUE (1), ce qu’exprime le Christ en disant : « Je suis le Cep (‘Je’) et vous êtes les sarments (Moi-Toi - Nous-Vous) ».

L’ivresse collective de judéo-maçonnerie spéculum
du spéculatif du spéculum instrument du BOUT-ŒIL DES
« VAS-Y VOIR » ou Pour-Voir, dans le messianisme de
sphincter en dualité Dedans-Dehors, dans le TROU où
il n’y qu’un trou, donc pas de spéculum-spéculation
opinion et HISTOIRE à n’en plus finir ,
en Bout-œil-opinions.


Notes.
1. Le « sentiment océanique » par Ramana Maharshi dans l’entretien 92 du 7-11-1935 : « Le ‘Je’-‘Je’ ininterrompu est l’océan infini ; l’ego, la pensée ‘je’, n’est qu’une bulle à la surface de cet océan ; on l’appelle jîva ou âme individuelle. De même, la bulle d’eau, lorsqu’elle éclate, ne fait que se mêler à l’océan ; et quand elle est bulle, elle fait toujours partie de l’océan. Dans l’ignorance de cette vérité simple, d’innombrables méthodes, sous différentes dénominations, telles que yoga, bhakti [dévotion], karma, etc., ont été enseignées. Chacune apportant de nombreuses modifications, elles ont été enseignées avec beaucoup d’habileté et des détails compliqués seulement pour séduire les chercheurs et semer la confusion dans leurs esprits. Il en va de même pour les religions, les sectes et les dogmes. À quoi servent-ils ? Uniquement à faire connaître le Soi. Ce sont des aides et des pratiques dont on a besoin pour connaître le Soi ».

« Tout comme les fleuves, en se déversant dans l’océan, perdent leur individualité et qu’ensuite les eaux de l’océan s’évaporent pour retomber en pluie sur les montagnes, puis s’écouler en rivières et retourner à l’océan, ainsi les individus, qui entrent en sommeil, perdent leur individualité et reviennent comme individus, selon leurs vâsanâ (tendances) antérieurs, sans en être conscients. Par conséquent, même dans la mort, le sat [réel, juste, existence absolue] n’est pas perdu ». (Ramana Maharshi, entretien 108 du 29-11-1935).
Voir aussi la page : Sentiment océanique Sahaja

2. « Telle cause, tel effet. L’arbre est ce qu’est la graine. L’arbre entier est contenu dans la graine qui, plus tard, se manifestera en tant qu’arbre. Cet arbre doit avoir un substrat que nous appelons mâyâ. Mais en vérité, il n’y a ni graine ni arbre. Il n’y a que Être ». (Ramana Maharshi, entretien 439 du 3-1-1938).
« De même que l’arbre est contenu, à l’état potentiel, dans la graine, ainsi le monde est contenu dans le mental.
On peut se dire aussi que si une graine est le produit d’un arbre, celui-ci a dû exister avant elle pour lui donner naissance et conclure que le monde a dû, lui aussi, exister à un moment ou un autre.
Mais il n’en est pas ainsi. Il a fallu plusieurs incarnations pour rassembler toutes les impressions qui se manifestent sous la forme actuelle. Par conséquent, j’ai dû exister auparavant, de la même manière que j’existe maintenant ! Le chemin direct pour trouver une réponse consiste à chercher si le monde existe vraiment. En admettant l’existence du monde, je dois admettre quelqu’un qui le voit et qui n’est autre que moi-même [comme le temps n’existe que s’il y a une conscience pour le voir]. Laissez-moi trouver “moi-même” de manière à ce que je connaisse la relation entre le monde et celui qui le voit. Mais quand je cherche le Soi et demeure comme le Soi, il n’y a plus de monde à voir. Quelle est alors la Réalité ? Seul celui qui voit est réel, et certainement pas le monde [le scribe de la page souligne].
Ceci étant la vérité, l’homme n’en continue pas moins de discuter en se basant sur la réalité du monde. Qui donc lui a demandé de plaider la cause du monde ?
Le Yoga-vâsishtha définit clairement la Libération comme étant l’abandon du faux pour demeurer en tant qu’Être ». (Entretien 442 du 8-1-1938).

« Vous admettez l’existence du monde dans les états de veille et de rêve parce qu’ils sont le produit du mental. Le mental se retire durant le sommeil profond et le monde se trouve dans la condition d’une graine. Au réveil, le monde se manifeste à nouveau. L’ego s’élance, s’identifie avec le corps et voit le monde. Ainsi, le monde est bien une création du mental ». (Entretien 487 du 2-5-1938).

Et enfin, en résumé : « On dit que la création a une origine. Comment cela ? C’est comme la graine dont l’arbre est sorti. Mais comment la graine a-t-elle été produite ? Par un arbre similaire. Y a-t-il une fin à une telle série de questions [de cette chaîne sans fin de causes et d’effets] ? Il faut donc d’abord connaître son Soi avant de connaître le monde ». (Entretien 548 du 15-10-1938).

3. 1789 en passant par 1945 à nos jours, c’est toujours l’obsession du même POUR-VOIR de fabriquer « l’unité », le CENTRISME CHER À ADOLPH HITLER : réconcilier la « valeur de droite », le nationalisme, avec la « valeur de gauche », le socialisme. C’est en effet dans la France de 1789 qu’à été fabriqué la division Droite et Gauche, en créant ainsi dans toute l’Europe UNE DÉCHIRURE dans la triade politique-religions-économie.
L’unité étant égale à la fameuse tabula rasa : RÊVE D’UN « ROYAUME UNIVERSEL, MONDIAL », en refondant la civilisation humaine, en coupant tous les liens et traditions avec le passé.
CONSTITUER-CONSTITUTION fut le mot/maux de 1789 devant « unifier » les humains, désormais CITOYENISÉS, DIVISÉS, ISOLÉS LES UNS DES AUTRES par la dissolution du contrat qui les avait jusqu’à 1789 ré-unit, en latin religare, littéralement re-lier, qui a donné RELIGION. Il est donc logique que, avec la rupture de l’unité politique survenue en 1789 puisse aboutir à une tentative par reconstituer cette unité, cette harmonie perdue en 1789, ce qui ne pouvait qu’aboutir à la SURVENUE D’UN HOMME-DIEU. En Allemagne, ces conditions furent réunit à partir de 1933 ; en France, ces conditions répétitives et fortement dégradées lorgnent timidement vers le jeunisme et le ”jupitérianisme” des macron-attal-bardella, etc….
RAPPEL : la France bonapartiste du premier Empire était très claire : retrouver l’unité, refaire le CENTRISME par addition des extrêmes. Sous le premier Empire, la France bonapartiste s’est essayée dans le premier CENTRISME en refermant la division Droite-Gauche fabriquée par les républicains de 1789, et pour y parvenir ce sera la DICTATURE MILITAIRE APPUYÉE PAR LE « SUFFRAGE UNIVERSEL », destiné à refermer la fracture Droite-Gauche ouverte par les 1789 républicains.
C’est encore le bonapartisme, et non le libéralisme commercial républicain, qui a créé en France, sous le second Empire, et non sous la troisième république, le DROIT DE GRÈVE, et donc rendu possible les « Assemblées générales » et les syndicats fer de lance de l’État, syndicats (et les corporations de métiers, qui de ce fait interdit aussi le COMPAGNONNAGE), interdits par le « loi Isaac Le Chapelier », et judéo-maçon forcément socialiste, républicain.
 
 

Dernière mise à jour : 26-01-2024 03:12

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >