Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Comme pour le Soi lié au QUI SUIS-JE ?
Comme pour le Soi lié au QUI SUIS-JE ? Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 07-02-2024 19:50

Pages vues : 283    

Favoris : 77

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Administrateur, Aiguille, Amour, Archange Michel, Bolchevik, Carotte, Celtes, Conformité, Dragon, Banques, Consommateur, Dehorscratie, Dragon, Eau, Ego, Fascisme, Gate gate, Gaulois, Homéopathie, Horticulture, Humain, Hiéroglyphe, Histoire, Intelligence artificielle, Judéo-maçonnerie, Laïcité, Libération, Limite, Logibriquet, Logiquopinion, Marxengelsisme, Nation, Noël, Or, Paix, Penser, Pierre, Pont, Ptah, Racine du mal, Raison, Réel, République, Robot, Saisie, Simplicité, Temple, Temps, Transparent, Trou, Utotalitarisme, Vacuité, Valeur, Vierge, Washingtonisme, Westminsterisme, Winner, Woke, World Economic Forum, Xalemme

 
MoulinCafe4_machine_temporelle.jpg
 
 
Comme pour le Soi lié au QUI SUIS-JE ?
Qu’est-ce qui vous autorise à opinioner qu’une
seconde, une minute ou autre, une année, est
une variable de temps ?
Pour en parler, il faudrait d’abord savoir
ce qu’est le temps, dépendant de celui qui
l’observe et ainsi qui le fabrique.
« Il faut donc d’abord connaître son Soi avant
de connaître le monde », dit Ramana Maharshi
cité plus bas.


Le Big Bang, le patriarcat des évolutionnistes.
 
 
Idem, avec l’origine des étoiles : il faut donc
une conscience, quelle qu’elle soit, pour-voir et
ainsi fabriquer les étoiles puisque pas de conscience
sans objets au Dehors et pas d’objets au Dehors sans
le Dedans de la conscience. Et si on tombe dans la
racine du mal, la dualité Dedans-Dehors, effectivement
on fabrique le monde et ses objets, et le
phénomène du temps.
Les physiciens quand ils parlent de l’Univers SORTENT
de L’univers : ils font dans la dualité du sujet observant
un objet Univers au Dehors EN OUBLIANT DE SE COMPTER
EUX-MÊMES DEDANS
, C’EST-À-DIRE QU’IL SE CROIENT DES
CORPS SÉPARÉS DE. ILS SORTENT DE L’UNIVERS EN
OUBLIANT DE S’INTÉGRER À L’UNIVERS,
DE SE COMPTER (1).

Si bien qu’on ne doit fonctionner qu’en
GATE GATE : f
aire apparaitre les atomes, un atome,
c’est comme faire apparaître le temps : il faut
une conscience pour le voir et ainsi le faire naître.
Ainsi faire apparaître le concept d’atome, c’est
comme l’ACHÈVEMENT D’UN PROCESSUS, PREMIÈRE
PORTE PASSÉ, TEL LE THÈME SE TRANSFORMANT EN
VARIATION, qui devient un nouveau Thème et
nouveau Commencement vers la prochaine porte ;
ainsi il n’existe aucune délimitation nette entre
Thème et Variation puisque le Thème peut devenir
Variation, et l’inverse sans limite.
On peut alors parler d’hypostatique (CIRCULUS de
la Trinité universelle).
Principe du GATE GATE : toujours ouvrir des portes,
sans commencement ni fin : « Jamais l’Âme et Dieu
ne peuvent co-exister »
(Saint Bonaventure).
Itinéraire n’est pas itérer dans un spatio-temporel !
Donc on ENTERRE LA SOURCE PROFONDÉMENT, DANS
L’ÂBIME DU PUITS OÙ IL N’Y A POINT D’EAU
.


EXACTEMENT COMME LE CIRCULUS DE THÈMES ET VARIATIONS.
Tout discours sur le Seul Réel, sur l’Univers, sur l’atome, ne pourra qu’être dans une Variation du Thème du N’EST PAS X : LA TAUTOLOGIE. Comme l’exprimait Plotin, l’opinion sur l’Un, sur l’Unité, toute parole à propos de l’Un est identique à la Liberté, c’est en trop, ou trop lourd (pesanteur du Plomb) et ça altère forcément l’Unité, que l’opinion transforme en opinion !
Musique de Thèmes et Variations : AL-khimaira (la Chimère, en grec, qui là encore mène au « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » du Soûtra du Diamant (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi) qui est l’Eau (Primordiale) QUI N’EST JAMAIS ELLE-MÊME (à moins de l’enfermer dans un récipient, et de la coaguler) :
C’EST LE SAINT CHAOS : L’INSOLITE, LE JAMAIS PAREIL EST LA RÈGLE.
MIRACLES ET MÉTAMORPHOSES SONT LA NATURE DE L’ABSOLUE INSTABILITÉ DE L’ÉTAT DES EAUX PRIMORDIALES, LE SAINT CHAOS.

GATE GATE : toujours ouvrir des portes, sans commencement ni fin : existence d’une infinité d’Univers superposé dans n’importe quelle direction : le Point focal du « point de vue » A pendant qu’il est en même temps dans le Point Focal du vue A DEVENU B, ou C, ou E, etc. Principe de Thèmes et Variations quand la Variation devient le Thème et le Thème une AUTRE Variation et ainsi de suite mais toujours en conservant son « Je suis ce JE-SUIS », Son Centrum Centri.

IL N’Y A PAS D’ORIGINE. Vouloir posséder l’Origine c’est s’enfermer dans la chaîne sans fin de causes et d’effets, comme l’expliquait Jean Coulonval dans l’exemple de l’Oeuf et la poule dans son unique livre Synthèse et Temps Nouveaux : « Une jeune cousine, élevée par les bonnes sœurs, me disait un jour : « Pour avoir un œuf il faut une poule et pour avoir un monde il faut un Dieu ». À quoi je répondais : « Pour avoir une poule il faut aussi un œuf. Tu t’enfermes dans une chaîne de causes et effets [dualité sujet-objet] dont les deux bouts ne se rejoignent pas, que tu peux allonger à l’infini, sans que ton raisonnement soit valable », écrit superbement Jean Coulonval dans sa lettre du 7 février 1972 à Aimé Michel.

« Telle cause, tel effet. L’arbre est ce qu’est la graine. L’arbre entier est contenu dans la graine qui, plus tard, se manifestera en tant qu’arbre. Cet arbre doit avoir un substrat que nous appelons mâyâ. Mais en vérité, il n’y a ni graine ni arbre. Il n’y a que Être ». (Ramana Maharshi, entretien 439 du 3-1-1938).

« Le monde du rêve n’a pas d’existence objective.
Comment, alors, est-il créé ? On doit supposer l’existence d’impressions mentales, appelées vâsanâ.
Comment ces vâsanâ se trouvent-elles dans le mental ? Parce qu’elles sont subtiles. De même que l’arbre est contenu, à l’état potentiel, dans la graine, ainsi le monde est contenu dans le mental.
On peut se dire aussi que si une graine est le produit d’un arbre, celui-ci a dû exister avant elle pour lui donner naissance et conclure que le monde a dû, lui aussi, exister à un moment ou un autre.
Mais il n’en est pas ainsi. Il a fallu plusieurs incarnations pour rassembler toutes les impressions qui se manifestent sous la forme actuelle. Par conséquent, j’ai dû exister auparavant, de la même manière que j’existe maintenant ! Le chemin direct pour trouver une réponse consiste à chercher si le monde existe vraiment. En admettant l’existence du monde, je dois admettre quelqu’un qui le voit et qui n’est autre que moi-même. Laissez-moi trouver “moi-même” de manière à ce que je connaisse la relation entre le monde et celui qui le voit. Mais quand je cherche le Soi et demeure comme le Soi, il n’y a plus de monde à voir. Quelle est alors la Réalité ? Seul celui qui voit est réel, et certainement pas le monde.
Ceci étant la vérité, l’homme n’en continue pas moins de discuter en se basant sur la réalité du monde. Qui donc lui a demandé de plaider la cause du monde ?
Le Yoga-vâsishtha définit clairement la Libération comme étant l’abandon du faux pour demeurer en tant qu’Être ». (Ramana Maharshi, entretien 442 du 8-1-1938).
Et enfin à l’entretien 548 du 15-10-1938 : « On dit que la création a une origine. Comment cela ? C’est comme la graine dont l’arbre est sorti. Mais comment la graine a-t-elle été produite ? Par un arbre similaire. Y a-t-il une fin à une telle série de questions ? Il faut donc d’abord connaître son Soi avant de connaître le monde ».
Comme depuis des millénaires de croyances, les gens n’étant pas en GATE GATE, donc n’étant pas à même de se réaliser eux-mêmes dans l’infini de leur ÊTRE, comme origine ou comme cause, et par CONFORT, ILS INVENTENT UNE CAUSE PREMIERE : LA CRÉATION, LE BIG BANG, ET CERTAINS INVENTENT UN DIEU FABRICANT DE CETTE CRÉATION. C’EST TOUT CONFORT POUR POUVOIR PRATIQUER LE COMMERCE ET LES GUERRES SANS FIN QUI ONT TOUJOURS FAIM…….
On dit que quand Stephen Hawking rencontra Jean-Paul 2, le pape lui aurait dit : « Avant le Big Bang, c’est nous, après, c’est vous ».


Ensuite, mesurer quoi que ce soit, c’est mesurer le temps, même en mesurant la surface de son appartement qui fait que l’on mesure des illusions de durée : un appartement de 47 mètres carrée me permet de faire le ménage, la cuisine, etc. pendant telle durée d’un jour et une autre durée d’un autre jour et ainsi de suite. On ne sait pas mesurer des durées sans utiliser la béquille de la spatialisation des durées. Ainsi mesurer une durée c’est transformer une durée en mouvement ! C’est ce que fait le concept du cadran solaire qui mesure le mouvement de l’ombre faite par le combinaison du stylet et de la lumière du soleil, reportant une ombre sur un cadran gradué de repères indiquant des heures forcément liées à l’éclairage solaire (le cadran solaire ne fonctionne pas la nuit !….). Donc on converti la durée en déplacement dans l’espace, c’est-à-dire qu’on PROCÈDE SELON LA CROYANCE AU CORPS, À LA NAISSANCE ET À LA MORT.
LE TEMPS EST SANS NAISSANCE ET SANS MORT (tel ce qu’on nomme parfois : Temps Sacré, ou Grand Temps).

Le GRAND TEMPS ou TEMPS SACRÉ rejoint le Soi et l’écran de cinéma : « C’est comme une séance de cinéma. La lumière est projetée sur l’écran et les ombres qui y passent donnent l’impression aux spectateurs d’une représentation de film. Et ce serait pareil si dans ce même film on montrait aussi des spectateurs. Celui qui voit et ce qui est vu ne seront alors rien d’autre que l’écran. Appliquez cela à vous-même. Vous êtes l’écran, le Soi a créé l’ego et l’ego a ses formations de pensées qui se manifestent comme le monde, les arbres, les plantes, etc., dont vous parliez. En réalité tout cela n’est pas autre chose que le Soi. Si vous voyez le Soi, vous trouverez le Soi en tout, partout et toujours. Rien d’autre que le Soi n’existe ». (Ramana Maharshi, entretien 13a du 7-1-1935).
Dans l’entretien 65 du 13-7-1935 : « Prenez l’exemple du cinéma. Des images bougent sur l’écran. Essayez de les attraper. Qu’attraperez-vous ? Rien que l’écran. Laissez disparaître les images. Qu’est-ce qu’il reste ? Encore l’écran. Il en va de même ici. Même lorsque le monde apparaît, voyez à qui il apparaît. Tenez le substrat du ‘je’. Une fois que vous le tenez fermement, qu’importe que le monde apparaisse ou disparaisse ».
Entretien 353 du 8-2-1937 : « Les images d’un film ne sont que des ombres qui passent sur l’écran. Elles apparaissent, avancent, reculent, changent de l’une à l’autre ; elles sont donc irréelles tandis que l’écran reste toujours le même. De même avec des peintures. Les images peintes sont irréelles, seule la toile est réelle. Il en est ainsi pour nous. Les phénomènes du monde, extérieurs aussi bien qu’intérieurs, ne sont que des manifestations passagères qui ne sont pas indépendantes de notre Soi. Seule notre habitude de les considérer comme réelles et de les situer hors de nous-mêmes est responsable du fait que notre être véritable est caché et que les phénomènes du monde sont mis en avant. Quand l’unique réalité toujours présente, le Soi, est trouvée, toutes les autres choses irréelles disparaîtront, laissant derrière elles la connaissance qu’elles ne sont autres que le Soi.
Turīya n’est qu’un autre nom pour le Soi. Conscients des états de veille, de rêve et de sommeil profond, nous demeurons inconscients de notre propre Soi. Et pourtant, le Soi est ici et maintenant, il est la seule réalité. Il n’existe rien d’autre. Aussi longtemps que persiste l’identification au corps, le monde semble se trouver à l’extérieur de nous. Réalisez simplement le Soi, et tout le reste ne sera plus ».

La raison devenu le Saint Graal des riches perruques poudrées de leur siècle des lumières, plutôt des loupiotes, ne sait que travailler du chapeau, du mental, donc sur des choses DÉJÀ DÉPASSÉES. La chose arrive vivante, et saisi par la raison elle ne peut plus vivre, car la raison ou l’intellect ne se nourrit que de substance mortes. L’acte de cognition massacre la perception vivante.
RAISON = CALCUL = LE TEMPS PASSE OU COULE = SORTIR DE L’UNIVERS POUR VOIR LE TEMPS PASSER CE QUI FABRIQUE LA DUALITÉ DU SUJET-TEMPS 1 FACE À L’OBJET UNIVERS ET TEMPS 2 QUI SERAIT AU DEHORS, comme s’il avait pas un temps et que sujet qui mesure avait un temps.
Ainsi depuis cette mode de la raison le temps bien plus que l’argent et la marchandise est primordial et c’est sur ce principe qu’est construit nostre univers mental et mode de vie.
RÉALISEZ CELA : RETIREZ L’ILLUSION DU TEMPS, QUE RESTE-T-IL ?

QUELQU’UN A-T-IL DÉJÀ OSÉ LE FAIRE ?
ALORS, ALLEZ-Y LES GARS !!!

Mais pas à la façon utilitariste.



L’Univers a-t-il « PASSÉ ”SON” TEMPS », SANS NOUS HUMAINS ?
Mais alors, dans ce concept qui fait SORTIR l’humain de l’Univers, il y aurait le temps de l’Univers et le temps de l’humain :  un Univers avec, mettons 10 milliards d’années, et de l’autre côté la naissance de l’humain hominidé (homo sapiens) il y a environ 300.000 ans…. Calculer comme cela c’est se mettre dans la position du sujet en face de l’objet, et pire : INVENTER UNE NAISSANCE À UN UNIVERS PARTICULIER…. HISTOIRE DE FOUS QUI SE PREND POUR UN CORPS SELON LA THÉORIE TEMPORELLE DE L’ÉVOLUTION : et comme pour le temps : il faut une conscience, un mental, pour fabriquer cette théorie de l’évolution avec deux temps, un long pour l’Univers, et un court pour l’humain…. Et pire, c’est considérer qu’il n’y a pas toujours eux une conscience pour voir le temps et ainsi le fabriquer.
MAIS, QUI EST CELUI QUI INVENTE QU’IL N’Y A PAS TOUJOURS EUX UNE CONSCIENCE, QUI EST-IL POUR DIRE CELA ? EST-IL LE CRÉATEUR D’ADAM ET ÈVE, APRÈS AVOIR FABRIQUER LA TERRE, LE SOLEIL, ETC. ??? De plus, ce concept de conscience qui aurait un âge est fabriqué À L’ÉTAT DE VEILLE et correspond totalement à la CROYANCE AU CORPS qui effectivement a une naissance, une vieillisse et une mort !!!

D’un autre côté, si certains, à l’état de veille, pensent que le temps est indépendant de la conscience, alors QU’ELLE EST LE « MOTEUR » DE CE TEMPS singulier indépendant de toutes consciences de formes de vie terrestres ayant une conscience, qu’est-ce fait que l’Instant se « présente » toujours d’Instant en Instant et qui n’est évidemment jamais le même : tout bouge d’Instant en Instant ???
LE TEMPS C’EST LE GATE GATE (2) : il est bien fonction d’une conscience, certains diraient que le temps est « implicite » : IL EST EN « COMME SI », DANS LE REGISTRE DE : QUAND UNE MAGIE PARLE TOUTES LES MAGIES PARLENT, ET QUAND UNE SE TAIT TOUTES SE TAISENT.

Jamais il n’y a deux Instants Ici et Maintenant ensemble, ce que semblait dire Saint Bonaventure : « Jamais l’Âme et Dieu ne peuvent co-exister » (Saint Bonaventure). Itinéraire n’est pas itérer dans un spatio-temporel ! Donc on ENTERRE LA SOURCE PROFONDÉMENT, DANS L’ÂBIME DU PUITS OÙ IL N’Y A POINT D’EAU …. ON EST EN « COMME SI ».

L’ÂBIME DE LA FOSSE OÙ IL N’Y A POINT D’EAU = L’AVERTISSEMENT TRADITIONNEL (constitue un « travaux d’Hercule ») : « NE POINT ATTACHER UN INSTANT QUI PASSE À UN AUTRE INSTANT ». Seul le NON-LOCAL peut fonctionner en une sorte « d’interaction en ”COMME SI” ».
Si on se prend pour un corps, on est effectivement dans une sorte de prison à roulettes, prison qui roule d’Instant en Instant dont on ne peut pas sortir…. ce que signifie les TRAVAUX D’HERCULE……

Le Big Bang, le patriarcat des évolutionnistes, qui font dans la dualité Avant-Après.
Vous créez de vous-même un « âge de l’Univers » en oubliant de vous y inclure avec le décalage que vous inventez entre vous qui êtes né bien après la naissance de l’Univers. C’est absurde ! L’être humain étant en ses essences, ontologiquement, le résumé de l’Être et de l’ex-istant (3), il est de ce fait dans l’impossibilité de se poser comme sujet étudiant d’un objet « Univers » qui lui serait extérieur et donc qui semblerait plus « âgé » que lui. C’est spatialement et temporellement impossible. C’est pure illusion produite par l’ego et les cinq sens. Par conséquent il ne peut pas se poser la question d’un univers qui serait plus âgé que lui et qui annulerait le fait que pour « voir » le temps passé, il faut une conscience sinon, comment le temps peut-il exister indépendamment de cette conscience ? C’est comme le « monde » : « Existe-t-il vraiment un monde ? Je veux dire un monde distinct du Soi ? Est-ce que le monde vient vous dire qu’il existe ? C’est vous qui dites qu’il y a un monde. Découvrez le Soi qui dit cela ». (Ramana Maharshi, entretien 81 du 15-10-1935).

« Qu’est-ce que le temps ? Ce n’est qu’un concept [la lettre T de Newton par exemple… Aussi le T de Tau la croix des suppliciés, donc la COAGULATION du I Axe sur Terre, et rejoint Saint Bonaventure cité plus bas : T de I-mi-T, Imitation toujours limitée : le VRAI cesse d’être vrai dès qu’il est vu : il devient imité, limité par copie ; il est sinistre ou senestre, gauche. Le nom de nostre planète nous assure de cette équivalence, comme Temps, Trop, Tas, Tout, Tu, et que les terminaisons du participe présent ou des adverbes (nt), indices qualifiant le forme temporelle. Tel Saint Bonaventure, 19 nombre du T, le 1 Unité et 9 les possibilités terrestres, qui montre que la Source primitive est toujours reliée aux créations tel le fleuve qui va à la mer ne peut supprimer sa source. Donc Nous avons le RETOURNEMENT DE LA LUMIÈRE, car la Matière, vivante ou morte, n’est jamais autre choses qu’une ”cristallisation”, une PIERRE du Zéro Indien ou Shakti: ”Tout est dans Tout” du Pouvoir latent de Shiva. Newton a copié deux choses : le T au sens de la Shakti, et le G de la gravitation ou loi de succion vulgaire : de la cellule au marmot qui sucent tout ce qu’ils peuvent saisir, telle est la copie par Newton de la gravitation] ». (Ramana Maharshi, entretien 462 du 19-2-1938).

Ce T au sens de Saint Bonaventure et de I-mi-T est identique à la définition du mot ESSENCE (4).
Le monde actuel tout en calculs informatiques et chiffres CROIT que la formule mathématique transcende l’Univers qu’elle gouverne, c’est une nouvelle mode du platonicisme à la sauce du bosonisme et de donner une identification à la plus petiote particule possible ; BREF : ENFIN DONNER UN NOM À DIEU, COMME S’IL ATTENDAIT CELA !
 
PH46-Diss-Occul_holons.jpg
 
Hiérarchies imbriquées façon holons en Thèmes et Variations : les organismes naturels, molécules, cellules, tissus, organes, sont faits de hiérarchies IMBRIQUÉES OU HOLARCHIES DE HOLONS OU UNITÉS MORPHIQUES, figure ci-dessus extraite d’une « cellule » d’Hélium, d’après : La Chimie Occulte, des Annie Besant et Leadbeater. À chaque niveau d’harmonisation, le TOUT est davantage que la somme des parties, et ces parties elles-mêmes des TOUT des parties (ces TOUT comme leur : ”Je suis ce JE-SUIS”). C’est le CIRCULUS NATUREL, que Rupert Sheldrake appelle ”Champ Morphique” ou modèle vibratoire comparable à l’ESSENCE (4).

« Vous vous endormez et vous faites un rêve dans lequel les expériences de cinquante années sont concentrées dans une courte période, disons cinq minutes, du rêve. Il existe donc également une continuité dans le rêve. Laquelle des deux est alors réelle ? Est-ce la période couvrant cinquante années de votre état de veille ou bien la courte durée de cinq minutes de votre rêve ? Ce ne sont que les normes du temps qui diffèrent dans les deux états. Il n’y a aucune autre différence entre ces expériences ». (Ramana Maharshi, entretien 487a du 3-5-1938).

Et peut-être le plus important : « Qu’est-ce que le temps ? Le temps postule un état, la connaissance qu’on en a et les changements qui l’affectent. L’intervalle entre deux états est appelé « temps ». Un état ne peut naître que si le mental crée son existence ; le mental, à son tour, repose dans le Soi. Quand on ne se sert pas du mental, il n’y a pas de concept de « temps ». Le temps et l’espace sont dans le mental, mais l’état véritable de chacun se trouve au-delà du mental. La question de temps ne se pose pas pour celui qui est établi dans sa vraie nature ». (Entretien 601 du 27-12-1938).
« D’accord [sur le fait que le corps peut se déplacer]. Maintenant, que vous vous identifiez au corps, vous ressentez un malaise, mais ce malaise ne réside que dans votre mental. Vous pensez que vous êtes le corps ou le mental. Mais il y a des situations où vous êtes libre des deux, comme par exemple en sommeil profond. Dans votre rêve, vous créez un corps et un monde ; ils représentent vos activités mentales. À l’état de veille, vous pensez être le corps et c’est alors que l’idée de forêt et tout le reste apparaît.
Maintenant, considérez la situation. Vous êtes un être immuable et permanent qui demeure le même dans tous ces états ; les états ne cessent de changer et sont donc transitoires. Mais vous, vous êtes toujours là. Il s’ensuit que les objets fugitifs de la manifestation ne sont que de simples phénomènes qui apparaissent à la surface de votre être, telles des images sur un écran de cinéma.
L’écran ne bouge pas lorsque les images bougent. Pareillement, vous ne bougez pas de là où vous êtes, même quand le corps quitte la maison et se mêle aux autres.
Votre corps, les autres, la forêt et les chemins sont tous en vous ; vous n’êtes pas en eux. Vous êtes aussi le corps, mais pas uniquement ce corps. Si vous demeurez toujours comme le pur Soi, le corps et ses mouvements ne vous affecteront plus ». (Entretien 653 du 1-4-1939).

Le temps ici-bas : le Diable doit laisser naître celui qu’il souhaite renverser, quand le Ciel serein n’aura qu’une seule âme, comme actuellement la pensée unique, construite par le Pour-Voir quel qu’il soit, cette Variation du Thème ”Diable” (variation du Thème appelé ”Temps” ou mieux : ”Organisation”).
Concernant le Boson de X ou Y, énième ”sortie” de l’Univers et fabrication de la pensée unique et CONVENTIONNELLE PAR MESURES en des instruments eux-mêmes fabriqués par le mental-temps et les sens de l’humain :
D’après Jean Coulonval (Synthèse et Temps Nouveaux) : Dans la réalité, il ne peut exister de plus petits grains de Matière insécables, de corpuscule isolé qui serait un volume Euclidien. Ni à l’opposé un plus grand volume Euclidien qui serait la plus grande sphère possible contenant la totalité cosmique nageant dans un espace à l’infini.


L’être humain en CROYANT avoir, par ses mesures spéculatives, recréé dans le présent, localement, pendant un temps X, les « conditions physiques du passé », SE CROIT EN DROIT DE POSSÉDER SA PETITE VÉRITÉ DE LA « RÉALITÉ » ET DE LA RENVOYER UX AUTRES, TOUT CELA AU DEHORS, COMME S’IL SORTAIT DE L’UNIVERS. Et comme les lois physiques qu’il croit « inchangées » en CROYANT POSSÉDER LES ESSENCES (4), le fait de répéter ce qu’il prend pour les Essences, SE CROIT DÉJÀ ARRIVÉ À LA FIN DES TEMPS ; IL SE COIT POSSÉDER LE TOUT, LE SEUL RÉEL qui ne peut que favoriser la construction de l’ensemble MONOTHÉISME UNILATÉRAL RÉPUBLICAIN, CAR QUI CONSTRUIT CES APPAREILS DE MESURES ET MATÉRIAUX D’EXPÉRIENCES DES « conditions physiques du passé » ? SI CE NE SONT LES SALARIÉS DE CE MÊME RÉGIME : L’ENSEMBLE DU MONOTHÉISME UNILATÉRAL RÉPUBLICAIN ? CETTE NOUVELLE INTEMPORALITÉ DES LOIS ?
Rejoint la définition du mot SCIENCE :
- Actuelle intemporalité des lois dans la logique du mondialisme, de la pensée unique de ce monothéisme républicaine, qui fait dans le genre Boson de X ou Y telle une expérience devant être reproductible, partout, en tous temps, et « toujours ». Ainsi les POUR-VOIR ou ”observations” doivent pouvoir être refaites, dans 20, 250 ans, etc. Pourquoi ? Mais par la fameuse fièvre égalitaire considérant que les lois de la Nature sont les mêmes partout ; MAIS QUELLES LOIS ? QUELLES ESSENCES QUI SERAIENT DEHORS ?
MÊME CROYANCE QUE CELLE DE L’ÉTERNALISME, qui semble aussi vieille que le Big Bang…. Donc selon le Pour-Voir et le régime républicain : « valeurs de la république » et « lois de nature » sont « fixées » à « jamais », telles les Constantes DU CONVENTIONNEL, DU SOCIALISME !!!

gnomon_causeeffet.jpg
 
Notes.
1. IMPORTANT : « Le fait est que l’homme se considère comme limité, et de là naissent les difficultés. Cette idée est fausse. Il peut le constater par lui-même. Dans le sommeil, il n’y avait pas de monde, pas d’ego (pas de soi limité) et pas de difficultés. Puis, quelque chose s’éveille de cet état de bonheur et dit : ‘je’. C’est à cet ego que le monde apparaît. L’homme, qui n’est qu’un grain de poussière dans le monde, veut en obtenir davantage et récolte ainsi les ennuis.
Comme il se sentait heureux avant que ne s’éveille l’ego ! L’éveil de l’ego est la seule cause de tous les ennuis. Que l’homme remonte jusqu’à la source de son ego et il atteindra cet état indifférencié de bonheur, qui est le « sommeil sans sommeil ». Le Soi reste toujours le même, ici et maintenant. Il n’y a rien d’autre à obtenir. C’est parce que les limitations ont été faussement acceptées, qu’il devient nécessaire de les dépasser. Cela rappelle l’histoire des dix insensés qui, après avoir traversé une rivière et atteint l’autre berge, se comptèrent et ne se trouvèrent plus que neuf. Ils devinrent inquiets et se mirent à pleurer sur la perte du dixième sans savoir qui c’était. Un passant, après avoir demandé la cause de leur chagrin, les compta et en trouva dix. Chacun des dix avait compté les autres et oublié de se compter soi-même. Le passant donna alors à chacun un soufflet en leur demandant de tous les compter. Ils comptèrent dix et furent satisfaits. La morale de cette histoire, c’est que le dixième homme n’avait pas réapparu. Il avait toujours été là ; c’est l’ignorance qui avait été la cause de l’affliction des autres.
Une autre histoire : une femme portait un collier autour du cou. Ne s’en souvenant plus, elle se mit à le chercher, questionnant son entourage. Une de ses amies, se rendant compte de ce qu’elle cherchait, lui désigna le collier autour de son cou. La femme le toucha de ses mains et fut aussitôt rassurée. Avait-elle récupéré le collier ? Là encore, l’ignorance causa la douleur et la connaissance, le bonheur.
Il en va de même en ce qui concerne l’homme et le Soi. Il n’y a rien de nouveau à gagner.
L’ignorance du Soi est responsable de la souffrance présente ; la connaissance du Soi apporte le bonheur.
De plus, si quelque chose de nouveau doit être obtenu, cela implique que c’était absent auparavant. Ce qui a été une fois absent peut disparaître encore. Ainsi, le salut ne serait pas permanent. Mais le salut est permanent parce que le Soi est ici et maintenant, et éternel.
Les efforts de l’homme sont donc dirigés vers la disparition de l’ignorance. La Sagesse semble survenir, alors qu’elle est naturelle et toujours présente ».
(Ramana Maharshi, entretien 63 du 6-7-1935).

2. Principe du GATE GATE : toujours ouvrir des portes, sans commencement ni fin : « Jamais l’Âme et Dieu ne peuvent co-exister » (Saint Bonaventure). Itinéraire n’est pas itérer dans un spatio-temporel ! Donc on ENTERRE LA SOURCE PROFONDÉMENT, DANS L’ÂBIME DU PUITS OÙ IL N’Y A POINT D’EAU ….

Musique de Thèmes et Variations : AL-khimaira (la Chimère, en grec, qui là encore mène au « Gate gate pâragate pârasamgate bodhi svâhâ » du Soûtra du Diamant (Allé, allé, allé au-delà, allé complètement au-delà, l’Éveil, ainsi) qui est l’Eau (Primordiale) QUI N’EST JAMAIS ELLE-MÊME (à moins de l’enfermer dans un récipient, et de la coaguler) :
C’EST LE SAINT CHAOS : L’INSOLITE, LE JAMAIS PAREIL EST LA RÈGLE.
MIRACLES ET MÉTAMORPHOSES SONT LA NATURE DE L’ABSOLUE INSTABILITÉ DE L’ÉTAT DES EAUX PRIMORDIALES, LE SAINT CHAOS.

GATE GATE : toujours ouvrir des portes, sans commencement ni fin : existence d’une infinité d’Univers superposé dans n’importe quelle direction : le Point focal du « point de vue » A pendant qu’il est en même temps dans le Point Focal du vue A DEVENU B, ou C, ou E, etc. Principe de Thèmes et Variations quand la Variation devient le Thème et le Thème une AUTRE Variation et ainsi de suite mais toujours en conservant son « Je suis ce JE-SUIS », Son Centrum Centri.

3. Ex-istant : « La vision globale, la synthèse de tout l'existant (Étant compris que Dieu est « Je suis celui qui suis » (ou ”Je suis ce JE-SUIS”), et donc n'ex-iste pas à proprement parler), parce qu'il est hors de sa Création. Ce qu'on appelle l'Être n'est que l'ex-istant ».
« Le principe du tour, c'est déplacer un outil coupant sur une pièce qui tourne. Résultat : des copeaux. N'existerait-il rien au monde, pas même la Création, que ce principe serait, essence éternelle du tour. Mais ce qui ne serait pas, c'est le tour concret, et on peut en réaliser une infinité de modèles à partir du principe : C'est l'existant. Un tour ne peut engendrer son principe, ni aucune autre machine. La recherche, le bricolage, peuvent éveiller l'idée d'un principe, elles ne le créent pas…. »
(Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux, lettres 8 et 36).

L’EX-ISTANT devrait signifier par essence le « N’EST PAS X », le GATE GATE… la BALANCE du FIXE ET VOLATIL ou SOLVE-COAGULE, la devise Alchimique = « Aller vers l’obscur et l’inconnu par ce qui est plus Obscur et Inconnu encore », à l’identique de la NUIT OBSCURE de Jean de la Croix : « Aussi l’espérance en Dieu seul dispose-t-elle d’une manière d’autant plus pure la mémoire à s’unir à Dieu, qu’elle la laisse dans un VIDE PLUS PROFOND ». (Chapitre XXI).

FLÉAU = LE Soi, le TAO ou LA TEINTURE, LE FLÉAU UNISSANT non seulement les deux plateaux de la BALANCE, mais aussi évidemment SOUFRE et MERCURE. Plateaux de la Balance ou Soufre et Mercure sont COMPLÉMENTAIRES, jamais antagonistes comme le Droite-Gauche de la république de 1789 à ces jours de 2024.

4. ESSENCE : dans le sens par exemple du principe de l’outil appelé tour : déplacer un outil coupant sur une pièce qui tourne, produisant des copeaux. N’existerait-il rien au monde, pas même la Création, que ce principe SERAIT, Essence éternelle du tour ; mais ce qui ne serait pas, c’est le tour concret, et on peut en réaliser une infinité de modèles à partir du principe ou Essence : l’ex-istant. Un tour ne peut engendrer son principe, ni aucun machine, même construite par un transhumaniste : la recherche ou le bricolage peuvent éveiller l’idée d’un principe, elles ne le créent pas.…. Quand un humain découvre un principe, c’est qu’il le portait déjà en lui, comme une plaque photographique non révélée, dans les structures intimes de son être.

ESSENCE : ce qui existe de toute éternité à l’état latent, en Vraie Télépathie, et qu’on a appris à connaître au fur et à mesure de l’évolution de notre cerveau. Ce qui n’a pas l’Essence ne peut produire l’Essence. « L’essence qui voit est la seule chose qu’on ne puisse attribuer à rien » dit Le Secret de la Fleur d’Or. « Mais, lorsqu’on voit le voir, si ce voir n’est pas le voir, l’essence qui voit est alors aussi attribuable à quelque chose. Cela renvoie à l’essence qui voit, telle qu’elle s’exerce dans la continuité répétitive de la conscience habituelle - ce que les Écritures bouddhiques évoquent en ces termes : « Faire usage de la conscience habituelle et répétitive, c’est faire erreur ».
Comme tout est conscience, y compris les objets ou le monde extérieur, et qu’il n’y a pas de conscience sans un monde ou sans des objets extérieurs, RESTE À RE-TROUVER CE QUI EST ESSENCE OU CONSCIENCE INFINIE SEULEMENT (à retrouver par le « QUI SUIS-JE ? »).
Le mot « Essence » peut se définir à travers l’entretien 363 du 20-2-1937 de Ramana Maharshi, le guide : « Par « guides spirituels », nous entendons ceux qui sont « spirituels » [entre guillemets parce que ce mot est un fourre-tout] par opposition à ceux qui sont « matériels ». L’Esprit est illimité et sans forme. Il en est de même du centre spirituel. Il n’y a qu’un seul centre de cette sorte. Que ce soit en Occident ou en Orient, il ne peut être différent ; ni être localisé d’aucune manière. Étant illimité, il inclut les guides, les hommes, le monde, les forces de destruction et de construction. Il n’y a pas de distinction. Vous parlez d’établir des contacts parce que vous pensez que les guides spirituels sont des êtres incarnés. Mais les hommes spirituels ne sont pas des corps ; ils n’ont pas conscience de leur corps. Ils ne sont qu’esprit, sans limite et sans forme. Ils sont toujours en unité entre eux et avec tous les autres ; bien plus, ils englobent tout.
L’Esprit est le Soi. Si le Soi est réalisé, ces questions ne peuvent pas s’élever ».

ESSENCE = CE QUE NE PEUT JAMAIS ÊTRE ILLUSOIRE, PARCE QUE LA SEULE RÉALITÉ.
« Le Soi ne peut jamais être illusoire. Il est la seule Réalité. Ce qui apparaît doit également disparaître, ce n’est pas permanent. Le Soi n’apparaît jamais et ne disparaît jamais, il est donc permanent ». (Entretien 363).

Le T et G copiés par Newton sont ce qu’on appelle « les Essences », Newton même s’il n’avait pas copié ces concepts les avaient en lui de toute éternité, IL N’EN EST DONC PAS LE PROPRIÉTAIRE, L’AUTEUR au sens moderne du mercantilisme ou du capitalisme et de l’ego. Il n’en est pas le propriétaire s’il existe un DEHORS, UN SOCIAL qui fera qu’une autre personne sera d’accord pour que ce T représente le Temps…..

[En haut de page : aquarelle sur papier kraft, de Michel Roudakoff]
 
 

Dernière mise à jour : 07-02-2024 21:01

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2024 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >