Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Fascisme égalitaire et libéral
Fascisme égalitaire et libéral Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 16-03-2013 02:50

Pages vues : 3925    

Favoris : 388

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Amour, Anarchie, Argent, Banques, Bourgeois, Chaos, Communisme, Chronologie, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragons, Eau, Église, Esprit, Europe, Feu, France, Goulag, Gouvernement, Guerre, Homéopathie, Illusion, Inquisition, Internet, Jardin, Justice, Labyrinthe, Laïcité, Libéralisme, Liberté, Maffia, Magie, Médecine, Métaux, Monarchie, Mondialisme, Mort, Nature, Opinion, Pagan, Paradis, Peur, Pierre, Politique, Pouvoir, Prisons, Ptah, Pyramides, Religions, République, Révolution, Rire, Robot, Royauté, Russie, Sagesse, Satan, Science, Sécurité, Sexe, Silence, Supplices, Synarchie, Tao, Télépathie, Temps, Terreur, Transformation, Vide, Volonté, Yokaï

 
Hebergeur d'image
 
 
Fascisme égalitaire et libéral
 
 
 
Oui, l’égalité telle que veut nous la vendre la judéo franc-maçonnerie et son monothéisme est un véritable FASCISME. J’ai déjà eu l’occasion d’écrire ici sur le monothéisme.
 
 
Les religions, surtout celles du monothéisme, sont source de GUERRES. Source se trouvant dans l’Ancien Testament, et le Nouveau.
 
La Bible ou pensée unique en forme du LA 440 Hz, puisque tout est désormais en RÉSEAUX.

Comment peut-on fabriquer de la violence au nom d’un Dieu ? Très simple : voir Moïse.
 
 
Si « Moïse » apporte le « Tu ne tueras pas », ce n’est qu’une OPINION, et Moïse est un avatar de plus ou une invention de la littérature exacerbée des Juifs, de plus cette invention est récente, et bien dans les 10.000 ans de la voie de l’agriculture. Moïse était une sorte de Pharaon : intermédiaire entre Dieu et le peuple et aussi chef des armées. Ainsi le Yahvé « parlant à Moïse » n’est qu’un Dieu parmi tant d’autres, notamment typiquement un Dieu de tribus ou un Dieu ethnique.
Mais pour que le chef Moïse ou Pharaon n’est pas de rival, il faut éliminer les « terroristes » ou les contestataires de Moïse ou de la république maçonnique.
Les « dix commandements » font la partie de la tradition de sagesse héritée des Anciens Égyptiens : les Sagesses, qui constituent un de principales genres littéraires dans les civilisations de l’Orient ancien, y compris l’Ancien Testament. Ces recueils de préceptes pratiques et éthiques, énoncés par une personne pourvue d’une longue expérience à l’intention d’un jeune homme, visant à lui faire connaître les « normes » de conduite du moment dans la vie sociale. Ainsi l’Ancien Testament est un manuel scolaire à usage des Juifs.
 
RAPPEL : L’absence d’un grand nombre d’individus n’ayant pas réalisé le Soi, donc ne se connaissant pas et n’étant pas un libéré vivant, a fait qu’une certaine élite - et selon un consensus plus ou moins bien réussi et surtout fort variable dans l’histoire et la situation géopolitique, et selon les intérêts à la mode des communautés et des individus - a décidé pour les autres de ce qui est moral et de ce qui ne l’est pas. A défaut de références explicites à une ontologie, les lois morales individuelles ou collectives, genre les Sagesses et autres manuels scolaires à la Moïse, sont des lois de connaissances, variables au cours des temps, au même titre que les dates et heures pouvaient varier d’un pays à l’autre, selon une loi-des-lois que la philosophie marxiste et judéo-maçonnique prétend découvrir et formuler en ce qu’elle appelle la dialectique matérialiste et historique bien dans la trame du Dieu Yahvé. Pour ces gens là nous sommes toujours plein pot dans l’évolutionnisme, jamais dans la transcendance. Pour ces gens là, leur prétention  est d’apporter « l’universel » ou le compas-équerre ou NORME  à tout le réel (le monde spatio-temporel), donc cette prétention tend à une vision intellectuelle se voulant universelle, catholique par exemple. Ainsi, elle tend à réaliser à l’envers, en creux, ce qui est la tâche propre du sens du mot catholicité, ou taoïcité.
Tous les individus ont un besoin d’une globalisation, d’une synthèse des connaissances. « Les désordres en tous domaines, intellectuels, sociaux, ou d’application de la science pure à des techniques aberrantes, ne sont que le reflet de fausses visions du monde dans la rupture des vrais rapports trinitaires ». (Jean Coulonval, Synthèse et Temps Nouveaux).


DÉFINITION DU MOT : DIEU.
Pour 98% des gens c’est un truc extérieur, une entité inconnue, donc pour ces gens il ne correspond pas à l’Instant, alors que l’Instant ou Soi est toujours présent avec chacun de nous. Le fait d’être le Soi : « Je suis » est le nom de Dieu, ou mieux : « Je suis celui qui suis » ou « Je suis ce JE SUIS », mais vide de pensée.
Ramana Maharshi explique ainsi Dieu dans l’entretien 112 : Dieu ou le ‘je’ désigne l’individu plus l’Être, de même que le monde comprend la multiplicité plus l’Être. Dans chacun des cas l’Être est réel. Le tout, la multiplicité et l’individu sont TOUS IRRÉELS. De même, l’union du réel et de l’irréel, leur mélange ou fausse identification, constitue une erreur. Cela revient à dire : transcender le réel et l’irréel. La Réalité est ce qui transcende tous les concepts, y compris le concept de Dieu. Dans la mesure où le nom de Dieu est employé, il ne peut pas correspondre à la Vérité. Pour Ramana Maharshi, le mot « Jehovah » (Je suis) exprime Dieu correctement. Mais l’Être absolu est au-delà de toute expression, car dès que l’on colle un mot sur une chose, elle devient mortelle !

On donne un nom à Dieu comme on porte chacun un nom. « Mais votre corps n’est pas né avec ce nom inscrit sur lui, pas plus qu’il n’a prétendu porter tel ou tel nom. Et cependant on vous a donné un nom auquel vous répondez par ce que vous vous êtes identifié à ce nom. Le nom signifie donc quelque chose et n’est pas ne simple fiction. De même, le nom de Dieu est effectif. La répétition du nom évoque le souvenir de ce qu’il signifie. C’est là son mérite » (entretien 526, par Ramana Maharshi).
Voir aussi la page : Ce cinglé de YHVH ou Yahvé.

Le monothéisme tel que vu depuis près de 2000 ans correspond plein pot au mondialisme actuel, ce que je résumerais par : L’HEURE UNIQUE, LE TEMPS « UNIVERSEL ». Or il n’en était pas ainsi autrefois. On comptait le temps SELON LA LOCALISATION comme on comptait le temps depuis la naissance du roi ou sa prise de fonction. Et par là même on avait un Dieu local comme on avait une heure locale. Jean Soler explique d’ailleurs que dans la monolâtrie (1) on rendant de préférence un culte à un Dieu, mais sans nier pour autant l’existence des autres Dieux. D’ailleurs j’écris systématiquement le mot Dieu avec un D majuscule, que le mot soit au singulier ou au pluriel, car ça concerne le divin. Il est NATUREL d’aimer un Dieu plus qu’un autre sans pour autant tous les rejeter. C’est d’ailleurs pour cela que les Chinois ont créés un Dieu pour chaque battant de porte, pour ne pas faire de jaloux !
Ce sont les Juifs qui ont progressivement imposés le passage de la monolâtrie au monothéisme, et de façon très récente (moins de 3500 ans).

Le manuel scolaire de « Moïse » et son « Tu ne tueras pas » semble une évidence en forme de redondance prenant les Anciens, et surtout les Juifs, pour des imbéciles. Mais le plus grave est que cet enseignement RECOMMANDE DE TUER : un devoir de violence s’exprimant de différentes façons, y compris le meurtre imposé par la « loi de Moïse » comme un « devoir religieux » (ou politique). Il est certain que le manuel scolaire ou Bible est à lecture pour l’opinion des Juifs (textes talmudiques. TALMUD : enseignement, recueil de lois orales de rabbins importants).

L’idéologie est symbolisé par la pyramide sur le billet de un dollar : la HIÉRARCHIE avec le Dieu qui prime, qui « est en haut », soit l’opinion manipulatrice suivante : « Si nous sommes fidèles à notre Dieu (celui des Juifs), il nous mettra au-dessus (de la pyramide) ou au-dessus des autres peuples : d’où la notion de « peuple élu » : ceux qui vivent à part et qui ne sont pas comptés dans les nations (d’où les ghettos juifs, et les autres ce sont les goys, donc toujours cette vison binaire). Mais pour ce faire, il faut respecter la volonté du Dieu Yahvé. Comme déjà écris, Yahvé est un Dieu violent, sadique, jaloux, qui ne tolère pas les autres Dieux ; qui veut éliminer la concurrence ; et c’est là avec ce concept juif qu’il faut éliminer les autres Dieux. Et c’est là que l’invention de Moïse est chargé de mettre en place ce Dieu unique n’admettant aucun rival, comme on imposa par la suite une heure « unique et universelle », surtout depuis l’invention de « l’horloge atomique », tout cela pour faciliter le business.


Le « Tu ne tueras pas » se transforme donc en « Tues ceux qui contestent le monothéisme », ou les païens et leur quantité de Dieux. Le manuel scolaire de Yahvé est scolaire : « Lorsque vous allez entrer dans le pays de Canaan pour les conquérir [les païens], « Vous abattrez leur lieux sacrés et vous brûlerez leurs idoles par le feu ». Il est bien connu qu’autrefois on condamnait au bûcher soi-disant pour purifier ! On assiste à la même idéologie de nos jours avec la fameuse « démocratie » apportée à coups de bombes aux « sauvages », pour soi-disant leur apporter la « modernité », le « progrès ».

La mentalité des Hébreux c’est de la purification ethnique du même genre que les nazis voulant éliminer les Juifs ! ou des Lénine-Staline voulant éliminer les Russes Blancs fidèles au Tsar ; ou les républicains de 1789 voulant éliminer les Vendéens.

À la même époque où les Juifs imposent leur Dieu unique, chez les Grecques qui copient tout (chez les Égyptiens), ils inventent une palanquée de Dieux presque aussi importante que les Dieux égyptiens. Les Grecques aimaient bien raconter des histoires et c’est ça qui leur donne un aspect sympathique, surtout divertissant de manière intéressante et symbolique.
La diversité étant le propre de la Nature, les Grecques étaient plus dans le coup que les Juifs réfugiés dans leur intellect outrancier et exubérant. Cependant le sophisme ou la perdition dans le mental (la raison) régnait aussi chez les Grecques.


Il ne peut pas exister de « bien universel » car ce serait imposer au monde une pensée unique ou OPINION. Chez les Juifs leur « bien universel » est leur Dieu, et tout ce qui n’est pas ce « bien là » est le « mal » et il faut l’éliminer comme un « microbe ». Bien et mal font la partie du monde du spatio-temporel, dont ils sont des termes relatifs : le bien implique toujours le mal, et l’inverse... Ils coexistent toujours. Ils sont comme la face et le revers de la médaille. Pour connaître le bien et le mal il doit y avoir un sujet. Ce sujet c’est l’ego, et sa source est le Soi ou Instant.

Il n’existe ici bas aucun critère qui permettent de juger si une chose est bonne et une autre mauvaise. les opinions diffèrent selon la nature de l’individu et selon son environnement. Ce sont des idées [opinions] et rien de plus. Il faut plutôt se débarrasser des pensées. On ne pourra pas aider le monde à se libérer si AVANT on ne s’est pas libéré soi-même ! Évidemment c’est beaucoup plus difficile, INCONFORTABLE. C’est tellement confortable de vouloir libérer les autres, soit les empoisonner de ses propres opinions et pratiquer l’ÉVOLUTIONNISME ou CULTE DE L’EGO, 1789 et le bouddhisme tibétain étant passé par là... Car il n’y a pas plus évolutionnisme que le bouddhisme tibétain avec son culte de « la perfection finale ».

Avec Moïse nous sommes plein pot dans l’informatique du binaire : le bien et le mal, les juifs et les goys, le zéro et le un, et RIEN ENTRE LES DEUX, donc encore une situation de CONFORT. Cela m’a toujours paru suspect ; même étant enfant. C’est pour cela que pour par exemple la chrétienté, l’ombre est rejeté, et que le « siècle des lumières » put faire son apparition. Cela nous le vivons aussi avec l’informatique qui est en train littéralement de nous bouffer, parce que c’est un outil si formidable, mais tellement archaïque qui ne comprend que les zéros et les uns !!! Or un VRAI COMPUTER ou outil cerveau artificiel ne fonctionne pas en binaire, mais en une quantité indéfinissable entre Oui et Non.

Il n’y a pas d’opposants ou « terroristes », mais des contraires amis s’épaulant l’un et l’autre comme soufre et Mercure, comme le Yin et le Yang.
Avec leur « Dieu unique » les Juifs installent avant l’heure le mondialisme : pas de versions concurrentes du culte rendu à Yahvé entre les 12 tribus ! Par exemple le culte du taureau recouvert de feuilles d’or était bien une version du culte à Yahvé...




[En haut de page : le Dieu Horloge atomique au césium « CS 4 ». A été mis en service en 1992. Depuis 2005, exposée au musée de Brunswick]


Note.
1. Terme de Jean Soler, et article empruntant référence à une vidéo avec Jean Soler (partie 1).
 
 

Dernière mise à jour : 16-03-2013 03:43

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >