Accueil arrow News arrow Dernières news arrow La Réalité N’EXISTE PAS
La Réalité N’EXISTE PAS Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 08-08-2017 02:15

Pages vues : 2268    

Favoris : 281

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Amour, Anarchie, Âne, Argent, Artifice, Babel, Banques, Behaviorisme, Bourgeois, Cacapitalistes, Chefferie, Chimère, Christ, Communisme, Conte, Corée, Démocratie, Diable, Dictature, Dieu, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Égrégore, Égypte, Esprit, État, Étatisme, Europe, Famille, Fréquence, Fusible, Génocide, Gnostiques, Histoire, Humain, Illusion, Image, Information, Inquisition, Instant, Islam, Israël, Jardin, Jeu, Judaïsme, Kaléidonome, Kronstadt, Labyrinthe, Laïcité, Légende, Libéralisme, Liberté, Lucifer, Lumière, Manipulation, Matrice, Médecine, Merde, Métal, Monarchie, Mondialisme, Morale, Mort, Moteur, Nature, Oligarchie, Opinion, Or, Ovni, Païen, Paix, Prostitution, Ptah, Pays, Paysan, Père, Peur, Philosophie, Pierre, Politique, Porte, Pouvoir, Prisons, Psychiatre, Raison, Religions, République, Révolution, Royauté, Russie, Sagesse, Saint, Satan, Scarabée, Science, Sécurité, Self, Serpent, Sexe, Silence, Social, Spirale, Stargate, Tao, Télépathie, Temps, Ténèbres, Terreur, Terriens, Toufta, Tradition, Transformation, Transhumanisme, Tyrannie, Univers, Utile, Vaccin, Vase, Vide, Volonté, Yokaï, Zombie

 
travailleurschapeau_textu.jpg
 
 
La Réalité N’EXISTE PAS
L’ego, le « moi je »
fabrique la « réalité »,
fabrique la norme.
 
 
Seuls les Juifs talmudiques pouvaient inventer la réalité puisqu’ils sont les « élus », les « nés » (à un moment donné), et que les non-juifs sont des moins que nés, mais tout de même aussi des « nés » (inférieurs) !!! Par leur invention de la réalité, les Juifs sont champions du sécuritaire : leur Israël est le winner de la technologie du sécuritaire ; ils sont le propre du PROJET (« notre projet » de Macron, Super Carotte façon « fin des temps »), du dogme ou Loi figée, et croient qu’ils vont trouver leur bonheur ces prochains jours dans leur « Temple ».

LA VRAIE CRÉATION : TOUT COMMENCE PAR LA PERTE, DONC LE CONTRAIRE DE LA POSSESSION, LE CONTRAIRE DE L’ACTUELLE ANTI-NATURE. LA VRAIE CRÉATION N’EST QUE GRATUITÉ, VIDE.


« Dieu créa l’homme ; et l’homme créa Dieu. Ils sont tous les deux les créateurs des noms et des formes. Mais en réalité, ni Dieu ni l’homme n’ont été créés » (Ramana Maharshi, entretien 264).
Nécessairement il faut un ‘Je’ et un ‘je’ pour fabriquer la « réalité » (les doubles, les illusions et les peurs et toutes les « apparitions » possibles). La Réalité est l’Outil ultime contre les illusions, elle est anti-confort par excellence, PARCE QUE LES ILLUSIONS SONT NÉCESSAIRE AU SEUL RÉEL, CAR DANS L’INSTANT, LE ICI ET MAINTENANT, IL EST LA SEULE CHOSE AU MONDE À LAQUELLE ON NE S’HABITUE JAMAIS, C’EST L’ANTI-CONFORT, L’ANTI-NORME. Le Soi ou Instant (‘Je’) ne peut exister que grâce au ‘je’, seul « perceptible ». Le ‘Je’ sans le ‘je’ ou ego n’est pas.
 
Comme le Sacré, rien n’est plus ambigu que le Réel. Il faut une bonne Balance et son Fléau pour s’y retrouver !

LA VRAIE CRÉATION COMMENCE PAR LA PERTE : au Moyen-Âge on était tourné vers L’INTÉRIEUR, on se méfiait de la totalité des objets concrets et « réels » que l’on tenait pour irréels. Au Moyen-Âge les signes font totalement la partie des choses, y compris leur nom. À partir de la Renaissance les REPRÉSENTATIONS (SPECTACLE), prennent la vedette et finissent par être seulement misent en lumière en se distinguant des choses représentées. Langage parlé et langage écrit terminaient leurs ravages. TOUT DEVENAIT INVERSÉ ET DE PLUS EN PLUS ÉLOIGNÉ DU BLANC DE L’INSTANT.

INSTANTANÉ : ici et maintenant, l’INSTAN(T). Le photographe vole un instantané, il est comme un KILLER : Instant-à-né : l’Instant, et du a privatif : privé de naître, c’est-à-dire en fait protégé d’une mort future, puisque toute naissance est suivie à plus ou moins long temps d’une mort. PHOTOGRAPHIER = ASSASSINAT : on tire le portrait comme l’assistant bourreau de la république pouvait tirer sur la ficelle actionnant le couperet de la Guillotine ; cet assistant s’appelait d’ailleurs « photographe ». Ce « photographe » en fait maintenait la tête du condamné en dehors de la lunette de la Guillotine.
Dans le Lotus Bleu de Hergé, Tintin menacé crie en pointant un revolver vers son agresseur : « Haut les mains, bandit, ou je vous ”photographie” à bout portant ».

Il est remarquable que les portraits de personnes du 19è siècle (époque de la découverte de la photographie argentique), et aussi les objets ou les paysages, ont tous sur les photos quelque chose d’étrange, surtout dans les yeux des personnages, et dans la luminosité captée dans les paysages. Tout cela est comme de la GELÉE, DU COTON, DES CHOSES COINCÉES DERRIÈRE AUTRE CHOSE, ET QUI DEMANDERAIENT À EN SORTIR, OU À SE RE-COLORER, COMME SI ELLES N’ÉTAIENT PAS À LEUR « PLACE », COMME SI CE N’ÉTAIT PAS LEUR FIN (on les a volé, on les a « doublé », dualisé, augmenté, tiré dessus). À ce propos voir la page : Temps, Lumière, Charles Nègre.

Les transhumanistes voulant « augmenter l’homme », sont de parfait VOLEURS, DES PIRATES, DES COPIEURS comme on copie ou on sauvegarde son disque dur en en faisant une copie de sauvegarde sur un autre disque.
Le Voyeur (Peeping Tom), film de Michael Powell est du même Thème que le « photographe » et sa Guillotine : la VEUVE (sens castratif, sens de « la veuve poignet » ou main du masturbateur). La Veuve est un grand symbole de cette judéo-maçonnerie à spéculum qui se font appeler « Enfants de la Veuve », à cause du Hiram, « grand-père » de cette judéo-maçonnerie, qui était lui-même fils d’une veuve (Roi I, 7, 14). La Veuve est aussi du Thème d’Osiris et Isis veuve de lui.

AUGMENTER = MORT. ON N’AUGMENTE RIEN : « Le ‘Je’-‘Je’ ou Instant est toujours là. Il n’y a pas à le connaître. Il n’est pas une connaissance nouvellement acquise. Or, ce qui est nouveau et qui n’est pas ici et maintenant ne peut qu’être évanescent. Le ‘Je’ est toujours là » (Ramana Maharshi, entretien 49).
À l’entretien 92 : « Le ‘Je’-‘Je’ [Je suis ce JE SUIS] interrompu est l’océan infini ; l’ego, la pensée ‘je’, n’est qu’une bulle à la surface de cet océan ; on l’appelle jîva ou âme individuelle. De même, la bulle d’eau, lorsqu’elle éclate, ne fait que se mêler à l’océan ; et quand elle est bulle, elle fait toujours partie de l’océan ».

Dans le film de Powell, le voyeur film son assassina pour en jouir ensuite. Mais il n’arrive pas à « saisir la réalité » : le moment ou la femme passe de vie à la mort échappe toujours au goût du voyeur et au « regard » de la caméra. Il dit souvent : « Raté », « Encore raté ! », car il cherche « l’image vraie ». On est alors dans le Thème du Supplice de Tantale, affamé et assoiffé, qui voit fuir les aliments et les boissons au fur et à mesure qu’iceux se présentent devant sa bouche. TANTALE = CONSOMMATEUR ACTUEL ET SON DÉSIR PERMANENT, IRRÉPRESSIBLE, PARCE QUE LA NATURE DE L’HUMAIN ACTUEL EST DE N’ÊTRE JAMAIS SATISFAIT, D’OÙ AUSSI LA MODE DE LA POLITIQUE SURTOUT OBSESSIONNELLE DANS LES RADIOS D’ÉTAT. Aussi symptôme de la névrose obsessionnelle : n’être plus qu’à un centimètre de l’Instant sont symptôme d’angoisse : « le raté d’un rien », le « Ah quel dommage ! ». L’Instant, le Rien se refuse obstinément…

Le judéo-maçon actuel genre obédience GODF est typiquement un voyeur, comme Armand Bédarride mentionné par Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux. Bédarride qui voudrait POSSÉDER : voir toutes les faces d’un polyèdre (en séquences, en centralisation : poly = abondant) et que selon lui ce serait la « vraie religion ». Coulonval écrit : « Mais c’est celle de Lucifer, celle du voyeur, non celle qu’à annoncée le Christ : « Lorsque viendra l’Esprit de Vérité, il vous fera accéder à la Vérité toute entière », c’est-à-dire dans l’Instant, sans passer par le mental et ses ergoteries.
Armand Bédarride croit « savoir ce qu’il veut ». Or, faut-il « savoir ce que l’on veut pour l’obtenir, ou ne pas y croire et alors peut-être ne pas l’obtenir » ?? (Ce qui rejoint le ”Faut-il le croire pour le voir ou le voir pour le croire ??”)
Le voyeur est un pirate. HOLLYWOOD EST MÊME LE PIRATE PAR EXCELLENCE, y compris avec son armée de scénaristes qui doivent lire tous les livres qui passent sur leur continent. HOLLYWOOD VEUT FAIRE BOUGER PAR ARTIFICE. Cinéma vient du grec kinein (faire bouger). Le cinéma RECOMPOSE LE MOUVEMENT, comme le fait excellemment le dessin animé, qui est avant tout une histoire de RYTHME.
Mais film argentique, ou digital en informatique, jamais le cinéma n’a fait « bouger » quoi que ce soit ! Comme les transhumanistes, il ne fait « qu’augmenter », comme un genre de « cinéma vérité », en vogue autour des années de mai 1968. Le cinéma est une HALLUCINATION par excellence. Alors on se demande pourquoi l’étatisme interdit les drogues hallucinatoires ! Même la « photo d’identité » n’est plus une preuve à notre époque de tout faux puisque, presque, tout virtuel. Il n’y a jamais eu de « photo-vérité », je renvoie à ce qu’écrit plus haut sur ce que renvoient les photos de personnes du 19è siècle.

ON NE SAISIT PAS LE BLANC DE L’INSTANT, qui tel un FANTÔME se dérobe à tout objectif. L’Instant ou ici et maintenant bouge perpétuellement et est à jamais insaisissable. Si vous le saisissez, comme veulent le faire les transhumanistes avec l’humain, VOUS LE CHANGEZ, VOUS L’AMOINDRISSEZ, VOUS L’ALIÉNEZ AU LIEU DE « L’AUGMENTER ».
BLANC DE L’INSTANT : couleur de la Mort et du deuil, y compris en Europe sous l’Ancien Régime. La blancheur vierge de la salle d’opération, où le chirurgien fait jaillir le rouge adamique !

Si l’objectif est incapable de saisir la moindre poussière de la Réalité, il en va de même des appareils de mesure que fabrique l’humain, et en premier DE SES CINQ SENS. Nous ne connaissons la Matière « extérieure à nous » que par rapport à nos cinq sens, et ce que
nous avons appris et qui est en notre mémoire collective. D’autres personnes ont les mêmes sensations que nous, alors on en conclue par déductions et raisonnements qu’il y a bien quelque chose d’extérieur qui en est la cause !
En se prenant pour un corps, un ‘je’, on perçoit effectivement « l’extérieur » !

NATURE = NON POSSESSION.
ANTI-NATURE OU ANTI-CRÉATION : POSSESSION. Diogène était tombé dans un ego douteux en ne voulant rien posséder, mais voulant tout de même posséder « son Soleil ». Alexandre (le « grand ») et lui devait bien s’entendre… La SIMPLICITÉ oscillait, devenait ambiguïté extrême comme le Sacré !!!

Pour Diogène : « Ni réel ni irréel ; ni obscur ni lumineux, C’EST » (R. Maharshi, entr. 122).

Comme il n’y a RIEN, la Libération n’est pas à obtenir. « Elle est l’état originel qui demeure toujours inchangé [Fixation Cavalante] » (R. Maharshi, entr. 139).
C’est la grande différence entre les Juifs actuels et rabbiniques (talmudiques) qui veulent faire un mal pour un bien (provoquer l’arrivée de leur messie par le péché censé provoquer la « rédemption ») ; et, comme le précise si souvent Ramana Maharshi, la Libération qui est notre état originel et éternel, et de ce fait qui n’est pas à « obtenir » à une moment ou à un autre ! La juiverie rabbinique est bien purement matérialiste la plus tordue, avec pour base leur travail du chapeau (comme en haut de page) ! et dans le Thème de leur invention du HOTC (Histoire-Opinions-Temps qui coule) ; parce que dans l’HOTC il y a la dualité Bien-Mal. Selon l’époque ou le pays ou « l’âge du capitaine », ce que l’on estime être bien ou mal est totalement différent. Il est naturel que par principe la dualité Bien-Mal, ou Vrai-Faux, n’a pas d’existence dans le Soi, ni en soi. Il n’existe en ce monde aucune norme, aucun individu, encore moins un « élu », qui puisse définir le « Bien », ce serait comme prétendre définir la Vérité, donc se l’approprier par l’ego, comme avec Armand Bédarride.
Les Juifs talmudiques avec leur BUT de faire un mal pour provoquer l’arrivée d’un bien n’ont rien à voir avec le Soi : ils sont à côté de la Stargate, malgré le « Je suis ce JE SUIS » du supposé Moïse. Quand on lorgne vers la « rédemption », on mendie le côté winner (le « C’est nous les meilleurs », les élus). Dans le Soi ou Instant il n’y a ni winner, ni médailles et diplômes, ni même de vie. IL N’Y A RIEN. C’est seulement dans le Rien que réside la Vraie Création, la Vraie Nature, dans la pensée sans la pensée, quand il y a totale Transparence.
LA LIBERTÉ COMMENCE QUAND IL N’Y A PLUS DE DÉSIR, PUISQUE LA SEULE RÉALITÉ N’EXISTE PAS. On comprendra facilement qu’il soit extraordinairement difficile maintenant dans cet après 1789 de se rapprocher de notre état naturel, le Soi, le capitalo-socialisme nous ayant fabriqué si fort son monde des désirs. De nos jours il faut beaucoup de courage, mais la Salamandre ou l’oiseau Benou (Phénix (1)) renaissent de leurs cendres comme l’est aussi le Soufre incombustible ou Ptah (l’auto-engendré) ; comme la Fleur de Lotus qui pousse dans le feu et en devient ainsi indestructible.

LA LIBERTÉ COMMENCE QUAND IL N’Y A PLUS DE DÉSIR PUISQU’IL N’EXISTE PAS D’EGO, LE MENTAL EST UNE ILLUSION, LA LIBERTÉ EST BIEN NOTRE ÉTAT NATUREL : le ‘je’ ne peut vouloir quoi que ce soi puisque la notion de ‘je’ n’existe pas. Seul un Moïse pouvait inventer la Super Tautologie du « Je suis ce JE SUIS ». Nous sommes bien dans le Paradoxe de la Réalisation du Soi


Note.
1. Phénix, qui devait être le nom de la nouvelle monnaie mondiale, pour bien enfoncer le clou que désormais l’argent est bien LA Religion universelle… celle des Juifs talmudiques et banqsters… Le capitalisme comme le Phénix s’adapte à tout et semble increvable ! Il est « augmenté » comme « l’augmentation » des transhumanistes…
 
 

Dernière mise à jour : 08-08-2017 02:51

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >