Accueil arrow News arrow Dernières news arrow 1 connu fait peur car pas connu
1 connu fait peur car pas connu Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 06-05-2018 23:10

Pages vues : 1627    

Favoris : 206

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Alchimie, Banques, Capitalisme, Catastrophe, Chan, Chimère, Christ, Circoncision, Confort, Corps, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Fétiche, Gratuit, Humain, Information, Innocence, Instant, Intérêt, Japon, Jardin, Juif, Klan, Langage, Liberté, Lucifer, Maux, Méditation, Mental, Morale, Mort, Mot, Nature, Occident, Orient, Panique, Paradis, Phallus, Pierre, Porte, Puce, République, Réseaux, Rien, Sagesse, Simple, Social, Soi, Souffrance, Spiritualité, TAO, Temps, Vérité, Vide, Vieux, washingtonisme, Yokaï

 
main_smartwater.jpg
 
 
1 connu fait peur car pas connu
Un connu fait peur car
non identifiable PAR LE MENTAL
ET ENSUITE PAR LE SYSTÈME
OU ÉTATISME OU LIBÉRALISME,
tout cela fait peur à l’Un connu.

Le 1 connu ou le Soi fait peur
et crée la PAN-ique.
Le UN ou TOUT (PAN) fait peur parce
qu’il n’y a plus moyen de se servir de
son mental : on ne peut plus a-viser,
donc on ne peut plus utiliser
l’idéation ou temps qui coule (la raison).

Un connu ou Réalisation du Soi.
Quand le Un est connu il y a
VRAIE LIBERTÉ.
Un connu ou Connaissance ou
Conscience infinie.

Aussi longtemps qu’existera un État-système,
il y aura toujours le couple FRIC/FLIC.
FRIC/FLIC ou MILITARISATION = DÉMOCRATIE = CONFLITS,
la démocratie fonctionnant par CONFLITS D’INTÉRÊTS.
Elle est anti-création, anti-nature en son essence.
Seule LA GRATUITÉ ou DÉSINTÉRESSEMENT
permet une HARMONIE.
Vouloir des « droits » est encore le culte
du narcissisme et de l’envie et du calcul
de la possession capitaliste.
 
 
DÉMOCRATIE = CHAOS HUMAIN MONDIALISÉ, L’INSTABILITÉ DEVIENT LE DOGME DE LA DÉMOCRATIE, avec toujours plus de calcul, de mental et donc d’ego. Ce qui sera hautement anti UN connu, ou anti Soi.
DÉMOCRATIE = CONFLITS LÀ OÙ N’EXISTE PLUS DE DIFFÉRENCE ENTRE CIVILS ET SOLDATS, ce qui fait dire à certains que le monde est en « paix » depuis la guerre idéologique généralisée de 1939-45 (on ne se battait pas pour posséder des territoires) !

DÉMOCRATIE = LA NOURRITURE DE KARTIKA LA PARASITE.
 
 
UN connu ne plait pas du tout à l’humain qui rêve depuis la catastrophe Néolithique de conquérir la planète et d’y imposer un « royaume universel », comme les Hébreux luttant contre « l’idolâtrie », ce terroriste d’époque, et de nos jours d’après Jésus-Christ les Talmudistes rêvant à leur monde capitaliste : leur « Royaume de Dieu (juif) sur Terre ».
Ce qui ne plait pas à l’ego de l’humain c’est l’Un connu, parce qu’il ne peut pas exercer son Pour-Voir.
Pourtant, à toutes les époques de l’après Néolithique, les royaumes et États de la planète reconnaissaient et acceptaient à leur début l’UN connu, soit la primauté de la dimension spirituelle. Mais selon le principe même d’un État, la terrible chronologie mariée à l’ego commençait ses ravages : le pouvoir temporel travaillait du chapeau et pointait ses méninges, grisé par un sentiment d’orgueil, la base de la communauté humaine tendait alors à s’effondrer, pour de nos jours ne plus laisser de place qu’à cette nouvelle religion du consommateur : LA LAÏCITÉ.

Dès qu’il y a collision-confusion entre temporel et spirituel la laïcité et sa morale-sentiment s’installe, car dans l’enfance des peuples Le UN était connu (réalisé) ce qui créait une harmonie dans les communautés humaines, il n’y avait donc pas besoin de « morale » ou de « sentiments » (de politique) pour maintenir les communautés en harmonie. Harmonie qui, dans l’actuel régime républicain, est appelé par ce régime « valeurs de la république ».

L’UN connu est donc l’ennemi de tout Pour-Voir, c’est pour ça qu’une singerie de petit dictateur comme Emmanuel Macron tenant entre son ego tous les Pour-Voir veut lutter contre des formes de l’UN connu qu’il appelle « fake new » (faux nouveau ou faux UN connu qui devient connu mais contraire à ce Pour-Voir !).

L’UN connu est l’ennemi par excellence du Pour-Voir et donc de l’État, d’où le rêve de tous nous contrôler à distance, comme déjà le Pour-Voir le fait par le FRIC/FLIC ET PAR SES ÉLECTIONS… et même plus sournoisement comme en démocratie, par traceur chimique liquide (Smartwater) lancé sur des ”méchants” manifestants ; c’est-à-dire que selon le principe FRIC/FLIC il y a toujours ce couple énergétique pour lutter contre l’UN connu (1), DONC CONTRE LA RÉALISATION DU SOI. D’ailleurs nous sommes déjà marqué chimiquement par les épandages par air et par sol de saloperies de l’industrie de ces Fric/Flic de la City de Londres. Nous sommes tracés digitalement par le « tout connecté » qui évidemment déteste l’UN connu. Nous sommes tracés par l’IDENTITÉ, le ‘je’ (« Je suis ceci », ou « J’ai fais cela », ou « moi je »…).


AIGUILLE (virus-aiguille), IN CONNU, POINT FOCAL (cellule, atome…).

L’UN connu comme le MINUSCULE (le MOINS)

Le Point symbolise le foyer, le Centrum Centri ou Principe, et désigne la puissance créatrice de toute chose. Chez les Talmudistes de la kabbale, le Point caché est iod. Dans la spiritualité hindoue et tibétaine le Point ou Bindu est aussi goutte, germe sperme de la manifestation.


Histoire de Karkati la Parasite contée par Vasistha (aussi histoire du capitalisme qui bouffe et ronge tout (2)

Une démone nommée Karkati bouffait tout ce qu’il lui était possible de bouffer, donc un nombre incroyable d’êtres humains. Cela lui était nécéssaire pour qu’elle se maintienne en vie. Mais comme certains humains sont très pieux, donc bien dans leurs pompes, Karkati eut des remords et grimpa sur un pic enneigé et entama une pénitence, sorte de jeûne ou diète de très longue durée.
”Au bout de mille ans, Brahma, le Créateur, satisfait de sa pénitence, se présenta à elle. Une intense pénitence permet de tout obtenir - même les exhalaisons toxiques se trouvent ainsi neutralisées” (Yoga Vasistha III, 68-69).
Brahma satisfait accorda un vœu à Karkati, laquelle souhaita devenir une épingle en acier vivante (Sûcikâ), soit l’incarnation même de la maladie. Cela devait lui assurer sa nourriture et ses désirs. Brahma lui accorda son vœu.

Mantra de soulagement.
« Là habite Karkati, la râksasi, au nord de la montagne enneigée : elle a pour nom Visûcikâ, et c’est pour repousser son pouvoir que je répète ce mantra : OM, je m’incline devant hrâm, hrîm, srîm, râm - les pouvoirs de Vishnu, et j’invoque les puissances de Vaisnavî pour retirer, détruire, extirper, chasser cette souffrance du choléra, bien au-delà de l’Himalaya, loin jusqu’à l’orbe de la Lune. OM (amen) et svâhâ (soho), ainsi soit-il ».
Un être qui maîtrise ce mantra devrait le porter sur son bras gauche et, en pensant à la Lune, passer la main gauche au-dessus du patient, qui sera guéri sur-le-champ, dit le condensé du Yoga Vasistha.

Kartika rapetissa pour atteindre la taille d’une aiguille, on ne pouvait même pas s’imaginer qu’elle exista. « Elle faisait penser au nâdji susumnâ, ce canal des plus subtils qui relie la base de la colonne vertébrale au sommet de la tête. On aurait dit la conscience âlaya décrite par les bouddhistes. Elle était constamment suivie de son autre forme connue sous le nom de Visûcikâ (choléra).
Évidemment Karkati resta tout aussi démoniaque : elle ne pouvait résister de dévorer tous les humains ! Cela lui était facilité parce que maintenant elle avait la taille d’une aiguille (virus).
”Les efforts intenses déployés par l’égoïste pour parvenir à ses fin intéressées aboutissent souvent à d’autres résultats - exactement comme un homme qui se précipite devant une glace en haletant : sa propre haleine embue le miroir et il est incapable d’y voir son visage” (YV III, 70).

Les gens deviennent ce qu’ils souhaitent intensément. « Les plus vils d’entre eux prient même dans un but ridicule, comme la démone qui pria afin d’être changée en aiguille cruelle. La nature innée n’est pas facilement neutralisée, même par la pénitence », dit le condensé du YV.
Bref, La démone-choléra se glissa dans le corps physique des gens qui étaient déjà affaiblis ou étaient devenus obèses. Dans certains cas, il lui arrivait de laisser la victime quand icelle entreprenait de se guérir à l’aide d’un mantra ou par des médicaments.

Karkati aimait les endroits où grouillent les mouches, l’intérieur des corps sans énergie, les lieux remplis de putréfaction. Elle allait voir les pauvres vêtus de haillons immondes, des gens aux habitudes qui s’installaient dans des souches creuses dues à la déforestation où se reproduisaient les mouches, dans les marres d’eau stagnante, dans les égouts à ciel ouvert creusés au milieu des rues, dans les auberges où descendent les voyageurs, et dans les grandes villes où se trouvent des animaux comme des chevaux, des éléphants, etc.

Percer est la nature de Kartika : l’aiguille ne cesse d’avaler le fil qui passe par son chas et Kartika n’arrêtait pas non plus, faisant toujours plus de victimes.
Il arrive parfois que même les gens méchants s’apitoient sur les crimes qu’ils ont commis. Cependant, comme toutes les mauvaises gens, Kartika se réjouit de la peine d’autrui.

Déprimée et désabusée par son action, Kartika commence par faire une indigestion d’avoir dévoré la vie de tant de gens. Elle commença à se lamenter sur son infortune : elle regretta son immense corps d’autrefois et n’avait jamais vu son minuscule corps d’aiguille. Elle n’avait pas d’amis, pas de domicile fixe ni de corps.
”Le mental axé sur le désastre commence par créer illusions et cruauté, lesquels finissent par se changer en malheur et tristesse” (YV III, 71-72).
« Je ne suis jamais libre. Je ne m’appartiens plus et me trouve condamnée à faire ce que d’autres me font faire. J’ai souhaité apaiser le démon du désir qui me pousse à vouloir dévorer tout le monde, mais cela a abouti à un remède pire que le mal que je voulais combattre, et un plus grand démon est apparu ».

Kartika abandonne tout désir de dévorer des êtres vivants et repartit dans l’Himalaya afin de se consacrer à nouveau à la pénitence, ou jeûne !

Du bon miam-miam pour Kartika : VUCA (Volatility, Uncertainly, Complexity, Ambiguity), stratégie de l’Empire des années 1990, qui ne peut venir que du couple indissoluble FRIC/FLIC (en l’occurence l’industrie de ce couple) et singerie du Soi-Instant : « être à jour » comme vous mettez à jour vos logiciels informatiques, donc plein pot dans l’évolutionnisme capitaliste galopant. Ce qui décrit encore une fois le principe de la démocratie qui doit toujours être EN CONFLITS : LE CHAOS GÉNÉRALISÉ, toujours plus de calcul, de mental et donc d’ego.

VUCA n’est pas là pour lutter contre le principe de conflits de la démocratie, mais, selon le PRINCIPE LOURIANISTE (mercantilisme d’un « mal » pour un « bien »), à l’accompagner. VUCA ou principe du CONTRE-FEU : se jeter dans les flammes pour éviter la noyade est comme allumer un contre-feu pour stopper un feu de forêt, c’est toujours du feu ! Il y a toujours division en winner-loser : celui qui espère trouver la vérité en prenant d’un côté et en rejetant de l’autre, selon son opinion, pratique l’ignorance (comme le dit Ramana Maharshi). Le VUCA jette de l’huile sur le feu… Comme par exemple des flics déguisés en manifestants et qui saccagent des commerces et des banques et autres POUR PRENDRE LE CONTRÔLE DE LA MANIFESTATION. C’est cela allumer un contre-feu. Ce sont les flics qui donnent le « LA » ou le rythme, et ainsi PAR GRÉGARISME prennent le contrôle des masses. Donc « ingénierie sociale » : comment prendre le contrôle d’une foule en y participant soi-même (management commercial)…

VUCA = SEUL LE CHAOS RÉPOND AU CHAOS (contrôlé et auto-alimenté, guerre permanente et vitale), IL EST LA NOURRITURE DE KARTIKA ! Une « fluidité multiple » selon le monde hôtel d’Attali et de son « Unité dans la diversité », monde indissolublement collé au culte du narcissisme et du libéralisme et son « EXPLOITEZ-VOUS LES UNS LES AUTRES », soit LE WINNERISME ou loi du meilleur winner. On en arrivera au « Tuer, ou bien être tué ».
Le citoyen conforme à VUCA c’est L’HUMAIN ROBOTISÉ (le troupeau), CELUI QUI FAIT OÙ SON MAÎTRE LUI DIT DE FAIRE (entre autre il vote aux élections du régime républicain…). Ce citoyen est le modèle du libéralisme VUCA : il fait n’importe qui, et laisse faire n’importe quoi, selon son principe du « DROIT » puisqu’il ne sait plus ce qu’est le mot DEVOIR. On en a un exemple dans les ENFANTS-TABLETTES (”nouvelles-technologies”) plongés là-dedans même avant de savoir parler, comme la poule qui de nos jours ne trouve plus un crayon mais carrément un ordinateur. Vous allez voir le résultat de « l’œuf » que cette poule va pondre… donc le chaos nécessaire à Kartika… BREF, TOUT EST À L’ENVERS… UN ŒUF EN CREUX, COMME UN CUIVRE REPOUSSÉ, UN ŒUF STÉRILE.

À suivre…


Notes.
1. LA GRANDE PEUR DE L’1 CONNU.
BIG BROTHER ou ADN de la City de Londres, 1984 de Orwell, URSS, Chine, etc., TOUS TATOUÉS ET PROPRIÉTÉ DE LA CITY : qui a dit que nous étions en « démocratie » et « libres » ??? Évidemment toujours en liaison avec le couple indivisible, comme la république, du FRIC/FLIC. Aussi longtemps qu’existera un État-système, il y aura toujours le couple FRIC/FLIC.
« Asperger les braqueurs d’une solution liquide contenant un traceur chimique et indélébile pour les retrouver et les confondre, même plusieurs mois après leur forfait. Baptisée SmartWater, cette technologie britannique équipe depuis quelques jours tous les accès et points de passage stratégiques du centre commercial Grand Littoral, au nord de Marseille. En cas de braquage, les opérateurs de vidéosurveillance peuvent actionner à distance les buses d’aspersion sur le parcours des malfaiteurs en fuite. Le liquide vaporisé, inodore, est composé d’eau et de 1 % de terres rares. Sa signature est unique : « Chaque site dispose ainsi de son propre traceur chimique », explique Didier Cottin, directeur de l’entreprise en France.

Le produit se fixe plusieurs semaines sur la peau, des mois sur les capillaires (cheveux, barbe, poils) et plus de cinq ans sur tous les effets personnels (vêtements, casque, cagoule, bijoux, armes…). Pour confondre les suspects, la police n’a besoin que d’une lampe UV, qui fait apparaître des traces jaunes fluorescentes. Leur analyse chimique, réalisée en France par l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale, permet d’apporter une preuve de présence sur le lieu du forfait.
Plus de détail sur Resistance71. Tout dans la MESURE OU POUR-VOIR.

2. Le capitalisme et son régime républicain bouffe tout au sens de : récupérer par le « tout connecté » et par « piratage cognitif » tout vos comportements, votre logique et mode de penser et votre langage : plutôt que de vous torturer à la mode soviétique ou inquisitoriale, le capitalisme et son régime va prendre le contrôle de votre comportement de manière sournoise selon le principe de la démocratie qui demande du consentement à tous, EN CONTOURNANT VOS DÉFENSES. On appelle ça CONDITIONNEMENT MENTAL, ou PROGRAMMATION FURTIVE (piratage), EN DOUCEUR (pour votre « bien »), autre forme d’AUTO-CRITIQUE selon le principe de la laïcité dont chacun est censé connaître le principe dès le berceau…
Pour pirater un cerveau et lui inoculer le « choléra » comme l’aiguille Kartika, icelle doit amoindrir les défenses de connaissance ou les doutes du cerveau. L’aiguille doit donc être très petite pour pénétrer toutes défenses. La judéo-maçonnerie spéculum à Pour-Voir genre GODF procède de la même façon en niant ce qu’elle fait, ou en le cachant autant que cela lui est possible. C’est-à-dire que cette judéo-maçonnerie spéculative à Pour-Voir étale de la blancheur sur de la pourriture : l’hypocrisie qui présente le « bien » comme un masque sans réalité. Mais mieux vaut dans certains cas, apparaître MÊLÉ que masqué.
À ce propos, voici ce qu’écrivait avec justesse Gustave Thibon dans : Notre regard qui manque à la lumière : « Avertissement aux pharisiens : vous êtes comme tous les hommes, mêlés de bien et de mal, et vous voulez pourtant qu’on vous identifie tout entier à votre vertu ; mais prenez garde : dès que vous ne pourrez plus faire illusion, on vous identifiera tout entiers à votre péché ». « Votre vertu » : de peuple élu
Ce pharisien qui se croit vertueux parce qu’il respecte les digues ou lois, comme le futur citoyen de la VUCA : « L’eau la plus souillée lui paraît vierge pourvu qu’elle coule au fond du lit des conventions sociales », écrit Thibon.


Le « tout connecté » judéo-maçonnique spéculatif à Pour-Voir.
 
L’UN connu fait tellement peur à l’État que les eaux d’égouts souterrains se chargent, dans tous le sens du mot, d’alimenter le Pour-Voir pour tuer l’1 connu.
 
 
 
 

Dernière mise à jour : 08-05-2018 01:49

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2019 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >