Accueil arrow News arrow Dernières news arrow Un Point c’est TOUT
Un Point c’est TOUT Suggérer par mail
 

Ecrit par Sechy, le 26-07-2020 21:53

Pages vues : 181    

Favoris : 26

Publié dans : Les News, Dernières news

Tags : Accident, Adam, Alchimie, Allégeance, Banques, Bêtise, Blanc, Bombes, Bouche, Capitalisme, Catastrophe, Chaos, Chimère, Christ, Commodités, Conflit, Confort, Conscience, Corps, Démiurge, Démocratie, Diable, Dieux, Dragon, Dualité, Eau, Ego, Feu, Foi, Forêt, Gratuit, Grégaire, Guerre, Haine, Humain, Histoire, Information, Instant, Intelligence, Intérêt, Jardin, Juif, Karma, Langage, Langue, Liberté, Logique, Matrice, Méditation, Mental, Messianisme, Montagne, Morale, Mort, Mot, Mystère, Narcisse, Nature, Noir, Occident, Opinion, Orient, Panique, Paradis, Pied, Pierre, Poids, Porte, Pouvoir, Privilège, Puce, Race, République, Réseaux, Rêve, Rien, Sabot, Sagesse, Serpent, Sexuel, Simple, Social, Soi, Souffrance, Souvenir, Spiritualité, TAO, Tautologie, Temps, Vérité, Vide, Vieux, Virus, Viscères, washingtonisme, Yokaï

 
tour_potier.jpg
 
 
Un Point c’est TOUT.
L’ADN humain mis à la reprogrammation
par les Prométhée Bill Gates & Cie.
issus du mercantilisme informatique
et transhumaniste.
 
 
Un Point c’est TOUT, c’est le TROU, le Point qui Pique : punctus, du latin point, piqûre, donc la petiote chouse ou le virus qui PANique les humains, ce Centre qui est nulle part parce qu’il E-met déjà un cercle ou une vague ondulante donc quadridimensionnelle, vu tout de même l’épaisseur de l’encre qui fait déjà la dualité sujet-objet !
Mais le Vrai Point n’a pas de dimension et échappe à la dualité : aucune étendue, aucune idéation dans le mental. Pour beaucoup, Point = rien, zéro, ca-nada : « ici il n’y a rien » (en espagnole).

Mais piqûre signale déjà un petit trou comme fait le moustique pour pomper du sang. Le Trou du Trouvère, Fidèle d’A-mur ou mor : no-limit, pas de mort (A-mort, Amour).

Sur le plan du mental humain on parle de « point de vue », ou « prise de position » qui fait tant de ravage avec l’opinion où chacun veut posséder sa petite vérité bien à lui. Soit le « coup de poing sur la table », la PIC, ou le bout de quelque chose comme la pique en fer des lances au Moyen-Âge. Et l’humain qui se dit « civilisé » dans certaines civilisations, ou chez certains jeunes, la Main de l’un frappe celle de l’autre en guise de salutation, c’est-à-dire de POSSESSION, comme l’Homme préhistorique plaquant la paume de sa main, ses cinq doigts, sur les parois de sa grotte, de son « home », pour signifier que ça lui appartient : la « main-mise » dans le Ici et Maintenant et dans le futur tout confort, sur le lieu comme les animaux figurés à côté de son emprunte de main.
Correspond au RAYON (solaire ou autre), première manifestation de l’ego ou mental : la personne : sonner à travers, du solitaire (Sol-I-Terre).

Possession = GOÛT ou G.U.S.T. (voir le gus et le gugus, le mec), le Jet ou projection, donc temporalité : l’attraction « universelle » ou A-T-Trait : le FIl-O ou Fil d’Ariane ou mise en branle de la machine.
On peut dire de nos jours de démence technologique et sociale qu’il en « connaît un rayon » l’humain, le gus de la fin du Néolithique et de sa civilisation de la voie de l’Agriculture ! Son rayon a engendré le multiple, donc la fausseté comme le répète la Tradition et Ramana Maharshi, le multiple ou la diversité devenue le Dieu capitaliste et par conséquence aussi celui de l’aliénation de la mascarade coronarienne ou de la couronne d’Angleterre, nombril de la finance internationale !

Au Moyen-Âge, même déjà sous domination de l’argent (Louis 9, les croisades), le rayon humain était plus saint-serre que de nos jours : le IET (graphie signifiant l’actuel ‘je’) mais déjà dans la décadence humaine depuis l’arrivée du Néolithique par la perte de la Conscience du ‘Je’ originel : le EST est devenu sujet et objet. L’imprimerie va maintenir le I du ‘je’ jusqu’au 18è siècle conservant le IE. L’ego ne cancérisait pas totalement l’humain qui deviendra après 1789 un consommateur ou un « citoyen ».

‘Je’, Jeu, Jo et Joc de Joker, que de jeux !!! ou de Jus (participe passé) comme l’énonçait Alphonse Allais du Pont d’Avignon concernant la vie où l’action consistait à y danser, ce Pont vu comme un intervalle de soi à Soi, ou l’inverse, comme si la danse, le jeu, équivalait à la Réalisation du Soi qui semble requérir l’Univers-Pont-d’Avignon d’Êtres et des moyens constituant à la fois le Pont et les Êtres dessus s’y instantant ensemble en une danse, d’où la nécessité de faire, malgré soi, le « trajet » de la vie, donc de vivre sur ce « Pont », le principe du Pont étant le pontife-initiation qui fait passer l’initiation, car être initié c’est être passé au-delà d’une barrière, au-delà d’un masque ou persona, donc avoir traversé ce pont. Celui qui a passé le Pont est évidemment le seul à l’avoir vécu, à le savoir, le Pontife ne peut pas le faire à sa place ! Celui qui ne danse pas sur le Pont est encore un Profane, en recherche.
Passer le Pont = RE-trouver sa Vraie Nature !
La départ et l’arrivé comme le début du pont et sa fin SONT IDENTIQUES : le Soûtra de l’Entrée dans la dimension absolue l’appelle « l’Île du Jambosier » où a commencé le voyage (ou la traversée du pont). Alors, nimbé de l’omniscience sagesse, les « marchands », ceux qui sont devenus des Réalisés vivants, foulent le Sentier œuvrant au bien d’une infinité d’êtres. C’est pourquoi il n’est pas indispensable de quitter le samsara des morts et de renaissances puisque c’est là, sur le pont, POINT, que l’on trouve la suprême Île au trésor ou Zéro indien. (Le jambosier ici n’est pas le fruit, mais qui serait une sorte de variation du Thème du jardin des Hespérides et des Pommes d’Or : celui qui en mange n’a plus faim, ni soif, ni douleurs, ni maladies ; et ces Pommes poussent tout le temps. Dans le Soûtra le Jambosier est un Arbre unique (Jamburvrksa) qui pousse sur la rive gauche du lac « Jamais Réchauffé » (pur), Anavatapta (Manasarovar), au pied du Mont Kailash.

ESTRE, ESTER, ÊTRE : esse en latin : se tenir debout, l’animal reste à « quatre pattes » (ou à deux pour une poule ou un oiseau). Estre, Étoile : STELLA, STELLAIRE.
S ou ES (un docteur ès lettres)
SER-E : manifestation du E, en contraire de SIN-SER-E (sin : sans) comme le saint est direct, Maât.
SER-VIR : force (vir, comme la « Pierre qui vire » du conte) déjà énergie libre, proche de l’utilitarisme anglo-saxon, d’où le danger signalé dans ce joli conte)…
SER-V : garder : manifestation de la dualité (les deux branches du V).
STA (de statique) ou être debout (station verticale).
EST : Point cardinal ici sur Terre où le Soleil se lève (OR-I-en-T). De OR-igine, Maât. À rapprocher de ÉTÉ, FOYER, MAISON. Heth en hébreu indique toute existence occulte, caché, comme dans un gouffre sans fond, comme une Chimère. Selon Fabre d’Olivet HETZ est un rameau. Le rameau symboliquement signifie le triomphe, le winner : on acclame le héros. Jésus fit son entrée sur une ânesse dans Jérusalem, ce fut alors le cri de « Hosanna ! », et quelque jours plus tard le Jésus devint un loser cloué sur un poteau de bois, comme une loi clouée, PIQUÉE, sur un poteau selon la tradition de certains peuples anciens (voir les piliers du roi Ashoka). Le rameau d’olivier apporté par une colombe signale la fin du déluge…
Jésus PIQUÉ devenait ainsi LE ZÉRO INDIEN……..

ÊTRE, ESTRE, LETTRE : ADN, que veulent reprogrammer les riches winners tels les Bill Gates et les nouveaux milliardaires enfantés de leur informatique si juteuse….. Donc le contraire de ÊTRE, et uniquement l’AVOIR, du A privatif : privé de voir, privé de vie, car cette oligarchie est dans le Pour-voir. Ce sont des voyeurs comme l’écrivait Jean Coulonval dans Synthèse et Temps Nouveaux.

Jésus PIQUÉ EST LE ZÉRO INDIEN…….. LE « UN POINT C’EST TOUT ». LES HÉBREUX-JUIFS L’ONT SIGNÉS EUX-MÊMES.
Le passage de la « colonne grecque » (colonne : support, axe, fusée de l’essieu (1)) renvoie au fait que le mental TUE tout ce qu’il touche : « Le moment où je parle ou écris est déjà loin de moi [du Soi ou Instant] ». La colonne consiste en un poteau où le condamné à mort est fixé ou cloué au poteau sur lequel les Anciens affichaient leurs lois, et qu’ils nommaient tavros ou stavros. Alors le postérieur de la Vierge Noire ou Instant qui est derrière nous, passe à l’état d’antérieur : l’inconnu devient le connu ; l’incertain devient le certain ; mais en définitif l’Instant n’a pas vraiment d’existence, car même les mots « instant », « présent », ou « actuel » (actualités ou « infos »), ne sont que des concepts du mental, DES MOTS QUI TUENT LE SEUL RÉEL, LE SEUL INSTANT, LE SOI.
Le stavros des Grecs et le hets (heth, hetz…) des Hébreux n’étaient que de simples poutres de bois auxquelles les condamnés étaient suspendus par les bras, et seulement après avoir été lapidés chez les Hébreux : une variante du supplice français de la roue où le condamné avait les os broyés et était laissé agonisant sur une roue. Au musée du Louvre il y a la statue de Jason attaché à un stavros pour avoir volé la Toison d’Or qu’on voit encore à ses pieds. Ce Jason était, bien avant le christianisme, L’EMBLÈME DE TOUTES LES VILLES LIBRES (entendre, libérées de l’État). Jason ou Marsyas veut dire : MAIN RÉDEMPTRICE. La statue au Louvre vient de Rome et est le portrait de Marius-Marsyas qui, pendant tout le Moyen-Âge, a continué d’être le patron de la cité solaire par essence, connue sous le nom de ménestrels, de merci ou marsyas. Lui-même était un ménestrel (entendre « Ministre », comme l’Alchimiste est ministre de la Nature (selon Geber), dans le sens harmoniser, accorder. C’est le serviteur de la Nature (Ouvrier ou Labour) ; ministre/serviteur parce que la masse humaine est assujettie à la Nature, et fonctionne par des puissances naturelles. Le ministre libère ce qui était prisonnier, il aide la Nature et s’aide lui-même en s’en occupant.

Prométhée fut également enchaîné ou « piqué » sur le Caucase pour avoir volé le Feu du Ciel, donc pour avoir violé la Loi ; dans l’Apocalypse 3, 3, Jésus est aussi apparenté à un « voleur » (”Car si tu ne veilles pas, je viendrai comme un voleur”). Et dans Apocalypse 16, 15 : ”Voici que je viens comme un voleur…” Comprendre dans le sens de FLÉAU, DE DÉVOILEMENT OU APOCALYPSE, DE PUTRÉFACTION, DE PERTE, DE GRATUITÉ OU AMOUR (inverse d’absolument tout ce qui se fait à ce hui).


Note.
1. Toupie, rejoint aussi la HACHE à la fois arme et outil. En anglais hache se dit AX, AXE, comme le Centre de l’Univers. L’Axe est un symbole fondamental, comme l’essieu plus tard nous donnera le CHARIOT. L’essieu supporte la totalité du poids du chariot ; il est fixe et les deux roues tournent sur les fusées. Donc nous avons une triade (voir la Triskell celte avec le signe du S cher à l’art gaulois), et l’idée de « roue » ou chose qui tourne ou figure un cycle, un rythme, évoque les cycles lunaires et solaires, l’ombre courant sur un cadran solaire indiquant une PÉRIODE, etc.
La Vacuité est représentée par l’immobilité du Vide au centre du moyeu-Axe d’une roue qui ne cesse de tourner : comme la TOUPIE.
 
 

Dernière mise à jour : 26-07-2020 22:33

Citer cer article dans votre site Favoured Print Envoyer à un ami Articles associés

Commentaires utilisateurs  Fil RSS des commentaires
 

Evaluation utilisateurs

 

Aucun commentaire posté



mXcomment 1.0.8 © 2007-2020 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
< Précédent   Suivant >